"Islamophobie"

Une "jurisprudence Claude Imbert" ?

L’éditorialiste du journal Le Point se déclare islamophobe sur l’antenne de LCI.

Claude Imbert, directeur de l’hebdomadaire Le Point, déclarait vendredi sur l’antenne de LCI : « Il faut être honnête. Moi, je suis un peu islamophobe. Cela ne me gêne pas de le dire. »

Reconnaissons-lui donc le mérite de « l’honnêteté » même si nous devinions déjà un peu, à la lecture de ses éditoriaux, des couvertures ou des « dossiers » de son journal au sujet de « l’islam », qu’il ne portait pas vraiment cette religion ou ceux qui la pratiquent dans son coeur.

Le « courageux » Imbert poursuivait : « (...) j’ai le droit, je ne suis pas le seul dans ce pays à penser que l’islam -je dis bien l’islam, je ne parle même pas des islamistes- en tant que religion apporte une débilité d’archaïsmes divers, apporte une manière de considérer la femme, de déclasser régulièrement la femme » et « en plus un souci de supplanter la loi des Etats par la loi du Coran, qui en effet me rend islamophobe. »
Et d’en appeler à Houellebecq et Voltaire pour conforter ses dires.

De quel « islam » pale Claude Imbert ? Le connaît-il à travers la lecture du Coran ou à travers l’image de sa (ses) pratiques(s) en France ? Englobe t-il les islams, divers et variés, pratiqués dans des pays musulmans aussi différents que le Sénégal, le Liban, la Bosnie, l’Arabie saoudite, la Turquie etc. ?
Est-ce que les Français musulmans ont « un souci de supplanter la loi des Etats par la loi du Coran » ? Qu’est-ce que la « loi du Coran » ? Où est-elle pratiquée ? Dans tous les pays musulmans ou seulement dans ce qu’on appelle les Républiques islamiques ? Ces dernières sont-elles plus nombreuses que les doigts d’une main ?

Il n’est pas dans notre intention d’idéaliser l’islam. Nous sommes athée et notre culture religieuse (de toutes les religions) demeure extrêmement limitée.
Nous sommes capable, par exemple, d’appréhender (de la même manière que beaucoup de pratiquants d’ailleurs) les difficultés que rencontrent les femmes dans certaines sociétés musulmanes.
Nous sommes tout aussi capable de dénoncer la diabolisation privée ou publique d’une religion ou d’une communauté en particulier.

Terminons par cette dernière perle de l’éditorialiste du Point : « Il n’y a aucune raison sous le prétexte de la tolérance de s’abaisser jusqu’à renier des convictions profondes. »

Si un personnage tel que Claude Imbert, patron d’un journal lu par des milliers de gens, a « le droit » de dire publiquement qu’il est islamophobe, c’est à dire qu’il n’aime pas la deuxième religion de son pays, pratiquée par beaucoup de ses concitoyens, de l’insulter pour ce qu’elle a de débile, d’archaïque ou de nocif, qu’est-ce qui empêcherait alors tous les judéophobes et christianophobes anonymes d’en faire autant, exprimant ainsi leurs « convictions profondes » au sujet de religions qu’ils exècrent ?
Comment s’en porterait la France ? Posons la question à « l’honnête » Claude Imbert.


 
 
 
Forum lié à cet article

32 commentaires
  • > Une "jurisprudence Claude Imbert" ? 26 octobre 2003 18:33, par Mehr Licht

    Cher Ali, permets-moi de répondre à cet ignare d’Imbert par un petit cours d’histoire dont il aurait bien besoin.

    L’Espagne fut entièrement controlée par les arabes pendant 780 ans et dirigée par Tariq ibn Ziyad. Très rapidement la majorité de la population hispano-romane se convertit à l’Islam, soit par foi sincère, soit pour profiter des pleins droits de citoyenneté et ainsi avoir les mêmes droits que les musulmans arabes. Car en effet, les arabes n’ont pas imposé l’Islam à la population : à côté des mosquées qu’ils construisirent, ils acceptaient l’église des chrétiens et la synagogue des juifs. Ce que tous les Imbert de la terre n’auraient certainement pas fait. Car tes chrétiens Imbert, à grand coup d’évangélisation, à grands coups de triques et de bûchers quelques siècles plus tard, asservirent des peuples entiers.

    Les arabes ont aussi entrepris des réformes agraires, sociales, politiques et culturelles très importantes qui ont répondu à l’aspiration d’une grande partie de la population. Ils faisaient un effort particulier pour apprendre et retenir le meilleur de toutes les grandes cultures du passé. Toi tu t’en moques Imbert.

    C’est ainsi que Cordou devint, dans ton Europe, Imbert, entièrement plongée dans le Moyen-âge, le plus haut lieu de culture et de diffusion de la connaissance et de la science. Le calife de Cordou, El Hakam, au X ème siècle, avait une bibliothèque de 400,000 livres, alors que 4 siècles plus tard, le Roi de France, Charles le Sage (savant, donc), réunissait à peine 900 livres.

    La plupart des grands savants de l’époque venaient de l’Espagne. Théologie, droit, astronomie, philosophie et médecine furent le fait de l’Islam. Al Kwarizmi, père de l’algorithme qui boulversa la science des mathématiques, fut aussi le père de l’agèbre dont le mot même "al gebr" est le titre de son livre le plus célèbre. De plus, Aboul Quasim, célèbre chirurgien andalou, créa plusieurs instruments nouveaux pour les dentistes, chirurgiens, et ophtalmologistes.

    Les arabes marquèrent ainsi l’Espagne par des travaux grandioses, une architecture et bien d’autres techniques encore inconnues en Europe.

    Et toi Imbert, quelques siècles plus tard, tu oses cracher sur l’Islam. Tu devrais avoir honte de ton comportement et t’excuser envers tous les musulmans. Si tu ne le fais pas, tu ne resteras qu’un pauvre type.

    Tout comme Ali je suis Athée et toutes les religions m’indiffèrent, mais je n’aime pas que l’on crache sans raison sur aucune d’elle, le respect m’en empêche. Ce qui n’a pas l’air d’être ton cas, Imbert.

    • > Une "jurisprudence Claude Imbert" ? 27 octobre 2003 22:13, par leila

      Si j’adhère à mon pays d’adoption et je le considère comme mien, je suis en droit de le critiquer et vis versa, si ce pays m’accepte, respecte mes différences, reconnaît mes apports alors il a le droit de critiquer certains aspects de ma culture qui pourraient être incompatibles avec ses institutions. La critique se gagne et se mérite.

      Ce qui est loin d’être le cas d’Imbert. Sa critique est basée sur la haine, le mépris et le non respect de l’autre ; elle a pour but d’éloigner l’autre, le pousser à se raidir et à se refermer sur lui-même.

      Imbert, directeur d’un torchon qui a consacré dix pages au torchon d’Oriana Fallaci.

      Imbert veut plaire à ses maîtres, un pauvre misérable, un lèche-botte.

      Je ne me sens ni humiliée, ni rejetée par mon pays d’accueil parce que Imbert est islamophobe. Même si 80% des français pensent comme lui, il y a les 20% de français qui restent . Nous ne devons pas tomber dans son piège, s’enfermer sur nous même bien au contraire nous devons nous battre pour être des citoyens français à part entière.

      • > Une "jurisprudence Claude Imbert" ? 28 octobre 2003 07:19, par Arnaud Lambert

        Il y a pas mal de mauvaises foi et de manque de lucicité dans vos propos.
        Comment pouvez-vous vous baser :
        1. Sur une connaissance approfondie de l’islam tout en étant athée ? Première contraction de taille.

        2. Plaquer l’islam du passé sur l’islam du présent. Tout le monde est d’accord sur le fait que l’on a affaire plus que jamais à un Islam politique. On n’a rien à faire de la pacification ou de je ne sais quoi en Espagne, c’est user du registre légendaire de sortir ces aspects et d’autant plus se discréditer. Les discours de Tariq vont bien sûr dans ce sens.

        Non, Claude Imbert déclare courageusement à haute voix ce qu’on attend qu’il soit dit de manière plus forte, plus intense par les associations d’extrême-gauche, le combat des années 70 est en train de se rejouer sous nos yeux, il devrait se rejouer. Le prix Nobel de la Paix de cette année est bien là pour le prouver.
        Et s’il vous plaît pas d’amalgame visqueux comme celui qui vient d’être fait et qui font frémir en l’inscrivant comme successeur de l’OAS.
        Lise les thèse sur les Frères Musulman qui théorisent le "Non-lieu", et on reparlera de l’intégration, de la condition de la femme.
        Chassez l’église et une autre revient au galop....non, pas question de laisser une quelconque religion prendre du terrain.
        Il n’y a pas de phrases plus totalitaire que celle du "C’est mon choix". C’est une phrase anti-sociale, elle justifie la promotion des religions.

        • > Une "jurisprudence Claude Imbert" ? 28 octobre 2003 10:22, par Ali

          Bonjour,

          On peut être athée et avoir une connaissance parfaite de l’histoire des religions, des textes saints, de leurs interprétations...
          Il n’y a donc pas de contradiction au sens où vous l’entendez dans les propos de Mer Licht.

          Claude Imbert critiquait "l’islam en tant que religion - et non l’islamisme (...)"
          Une analyse de "l’islam en tant que religion" ne saurait faire l’économie de son histoire...

          Lorsqu’on parle d’islam politique comme vous le faites et comme le fait aussi Imbert en invoquant le désir de remplacer "la loi des Etats par la loi du Coran", on en revient irrémédiablement, dans l’époque contemporaine, à l’islamisme et non à l’islam.

          L’ignorance à aborder ces sujets est donc profonde chez Imbert à moins qu’il ne s’agisse d’autre chose...
          Un débat sur l’islam, dans lequel les critiques devraient bien entendu pouvoir s’exprimer, c’est autre chose qu’un survol en 5 minutes de ses tares supposées.

          Quel problème vous pose l’attribution du prix Nobel de la paix cette année ?
          Que doit-elle nous prouver ? Vous n’êtes pas très clair la dessus.

          Considérez-vous les Frères musulmans, que vous mentionnez pour mieux distinguer le "courage" de Claude Imbert, comme l’islam qu’il voulait "décrire" ?

          De quelle intégration parlez-vous ? Quelles sont vos positions à ce sujet ?

          Souhaiteriez-vous qu’on empêche les gens de pratiquer la religion de leur choix ?

        • > Une "jurisprudence Claude Imbert" ? 28 octobre 2003 10:56, par Manu

          A ce que je sache Monsieur Imbert n’est pas non plus un grand expert en matière d’Islam. Je ne vois donc pas ce qui empêcherait les intervenants précédents de s’exprimer d’autant plus qu’ils n’émettent pas un avis religieux mais qu’ils parlent de l’Islam et des Musulmans en général.

          Lorsque Monsieur Imbert dit grosso modo que l’Islam rends stupide il n’y ajoute pas de notion spatio-temporelle. L’Islam en tant que tel rends stupide et ainsi donc les 1,3 milliard de Musulmans actuels ainsi que ceux du passé sont des gens stupides. Il est donc fondé de rappeler ce que ces gens stupide ont amené à l’humanité et surtout à l’Europe lui permettant de renaître de ses cendres. Lorsque Monsieur Imbert traite les Musulmans de stupide il jette aussi (inconsciemment certes) l’anathème sur toute une partie de son héritage culturel.

          Enfin dire que l’Islam aujourd’hui est essentiellement politique serait adhérer aux thèses de Monsieur Imbert du style "Choc des civilisations" : Des armées de "barbares" Musulmans seraient prêt à envahir l’"Occident" aidés en cela par une cinquième colonne !

          Enfin j’aimerais que tu m’expliques ta thèse sur les Frères Musulmans dont je n’ai jamais entendu parlé alors même que je fréquente assidûment les milieux Musulmans Français.

          Voir en ligne : Je vous recommande le site Oumma.com (L’Islam en toute liberté)

        • Je ne vous répondrai pas pour me défendre monsieur Arnaud Lambert, Leila, Ali et Manu l’ont fait mieux que je n’aurais su le faire. Mais pour vous dire, que les racistes comme Imbert et vous, trouveront toujours des excuses fallacieuses et branlantes, pour étayer la haine que vous exprimez envers ceux qui ne partagent pas vos convictions.

          Il est tout de même bizarre qu’en France, on puisse cracher sur l’Islam de la façon dont Imbert le fait sans être inquiété, et que ceux qui critiquent le sionisme israélien, soient continuellement sous la loupe de certains inquisiteurs.

          Bien des individus ne semblent jamais faire la différence entre l’Islam et les islamistes radicaux, pas plus que d’autres font cette différence entre Juifs et sionisme. Il est pourtant tellement évident qu’il ne sagit pas des mêmes choses. À moins que l’on soit de mauvaise foi ; une piste que je n’exclus aucunement.

          Pour clore le débat monsieur Lambert, relisez donc avec plus de discernement l’article d’Ali, il vous révélera que le sieur Imbert ne critique pas les Islamistes mais bien l’Islam. Et cela me semble un manque flagrant de respect pour tous les Musulmans.

          • Le vrai problème est bien évidemment que vous êtes partie prennante dans ce débat.

            Le fait de traiter mes propos de racisme me ferait rire et ferait rire l’ensemble des militants qui me connaissent, j’ai derrière moi une dizaine d’année d’engagement et c’est la réplique la plus imbécile que je n’ai jamais entendue contre moi sur cette période.

            Partie prennante dans le sens où je considère et n’ai jamais une seule fois cessé de considérer la religion comme une pathologie, avec des traits plus ou moins accentués de neuro-dépendance.

            Il a fallu une lutte de tous les instants à des centaines de femmes de l’ombre pour arracher la légalisation de l’avortement, nu signe majeur de retrait de l’hégémonie chrétienne acquise dans l’espace pubilc.
            Ca va recommencer, comme si rien n’avait été fait.

            La distinction pseudo substile entre islamisme et religion musulmane est une rigolade qui ne leurre que les partisans du poliquement correct.
            Un grand pas vient d’être franchi en Italie avec le retrait des signes religieux des écoles, vous croyez qu’on va faire la différence entre catholique fasciste (intégriste) et catholique tout court dans ce cas ?
            La religion n’a pas le droit de cité, elle doit au maximum restée confiné dans les sphère du privé.
            Quant aux propos du Prix Nobel ils vont directement dans ce sens. Les association féministes qui travaillent sur le terrain au Magreb n’arrêtent pas de dénoncer cette vision homocentrée, l’hégémonie du masculin dans le rapport homme / femme complètement déséquillibré. On est loin de l’islamisme, on est dans la religion musulmane et les matrices cognitives qu’elle strutucture, exclusion et domination.
            Jouer le registre du "tout va bien, tout est super cool" est une tactique larvée, je peux vous collectionner des centaires de témoignages d’étudiants tunisiens et algériens que je cotoie et qui ne supporte pas Tariq R. pour ses propos qui sont pour eux un leurre et une tactique maligne.

            Le seul intérêt de l’islam, c’est d’acculer le capitalisme et de lui faire voler à la face toutes ses apories, celle d’un système néo-libéral qui a dissous toutes les formes d’intervention politique.

            Quant à votre racisme anti-juif, il est pathétique, il est éruptif chez vous et je le regrette.

            • Si vous pouviez signer !!! 28 octobre 2003 22:55, par Lestrade

              Si vous pouviez signer vos articles ce serait beaucoup plus élégant et cela rendrait plus lisible le débat.
              Arrivé à ce statde du forum on ne sait plus qui répond à qui et c’est dommage !

              Merci de bien vouloir vous conformer aux règles du forum.

              La rédaction

              Lestrade

            • il est navrant de constater une fois de plus que la critique des religions conduit inexorablement à des accusations de racisme, voir de xénophobie.
              La liberté religieuse est un droit fondamental, tout comme devrait l’être celui de ne pas avoir à subir une religion dans la sphère publique.
              Comment en est-on encore au XXIème siècle à supporter tout ce délire religieux, toutes ses sources de querelles et d’intolérances basées sur des superstitions ?
              Quand Houellebecq dit que les musulmans sont des cons, il a 1000 fois raison et il peut rajouter les chrétiens, les juifs, etc..., bref tout ceux qui veulent régir notre vie avec des croyances religieuses.
              Je blesse les croyants ? Qu’ils pensent à toutes les victimes de toutes les religions au cours des siècles...
              Dire que Claude Imbert incite à la haine raciale parce qu’il dit ne pas aimer l’Islam est trop réducteur. Ce type n’a rien contre les princes du pétrole. Il critique l’Islam, comme il critiquerait les grèves, l’administration ou les 35 heures !
              Ce scribe du MEDEF ne voit que par le pognon, et sa critique de l’Islam et de ses archaïsmes me fait pleurer de rire lorsqu’on voit le monde libéral qui se met en place. Il oublie que des millions de français pratiquent cette religion, au même titre que les chrétiens et les juifs, sans être pour cela, des extrémistes en puissance.
              Claude Imbert fait usage du droit à la liberté d’expression en rejetant l’Islam. Il juge cette religion avec l’intelligence d’un pilier de comptoir et en fidèle larbin du capitalisme.

              P.S à Frans Kanka : vos propos sont dignes de la vision qu’a Claude Imbert de l’Islam.

              • navrant ou pas mon cher, ceci est une réalité que je vis chaque jour ; qu’une bonne partie de français musulmans (d’origine arabe) vit chaque jour .

                En france, mon cher, il y a une peur palpable de l’Arabe et du musulman. une méfiance, une crainte, bcp d’appréhension et de préjugés ..

                il n’y a rien de réducteur à penser que les propos de ...(qui déjà ?) seront à leurs tours réduits à une simple expression ...

                les propos de Imbert, certes n’engage qu’une intelligence de comptoir ...

                oui, il a dit tout haut ... ce que bcp pensent tout bas ...résultat .. une bonne partie de la population française, électeurs, consommateurs ... sont montrés du doigts, ils sont stigmatisés comme ils ne cessent de l’être sans que personne ne s’indigne ...

                ce phénomène existe aussi en GB ..et partout dans le monde ...

                voir l’article de Anas Eltikriti
                "Silence speaks volumes", dans The Guardian

                http://politics.guardian.co.uk/iraq...

                slts
                Polux

              • > Une "jurisprudence Claude Imbert" ? 29 octobre 2003 14:02, par Ali

                Il me semble que votre message s’adresse en partie à moi puisque vous évoquez Houellebecq que j’ai cité comme exemple de manifestations de racisme anti-arabe et/ou islamophobes qui suscitent très peu de réactions.
                Le contributeur Jeremie complète par ailleurs assez bien ma pensée.
                Pour en revenir à Houellebecq, il n’a pas dit "les musulmans sont des cons" mais "l’islam est la religion la plus con". Il a par la suite confirmé son "mépris de l’islam" dans le magazine "Lire" et a dit lors de la première diffusion de "Campus" sur France 2 qu’il ne faisait pas d’amalgame entre "Arabes et musulmans" pour signifier que son mépris n’allait qu’aux seconds.
                Mon propos était moins de traiter de la littérature de Houellebecq que de mettre en lumière une certaine ambiance anti-musulmane persistante en France, en fait depuis le 11 septembre 2001, à travers une mise en scène et une représentation médiatico-intellectuelle fantasmatique des musulmans dans le monde.
                De dire également à ceux qui en appellent systématiquement à la liberté d’expression que cette vision réductrice, craintive, souvent xénophobe, de l’Autre, omniprésente dans le débat public français, ne fait pas l’objet de tabous ou de censures. Il est inutile d’arguer de la liberté d’expression puisqu’elle n’a jamais été menacée dans "le débat" en trompe-l’oeil sur les musulmans.

                Vous écrivez :
                "Quand Houellebecq dit que les musulmans sont des cons, il a 1000 fois raison et il peut rajouter les chrétiens, les juifs, etc..., bref tout ceux qui veulent régir notre vie avec des croyances religieuses."

                Est-ce qu’être musulman, juif ou chrétien c’est vouloir "régir notre vie avec des croyances religieuses" ?
                Vous écriviez vous même au début de votre message :
                "La liberté religieuse est un droit fondamental(...)".

                je n’ai demandé ni la censure, ni le procès, ni l’embastillement d’Imbert.
                J’en appelle à mon tour à la sacro-sainte "liberté d’expression" pour dire que ce personnage est dangereux. J’explique pourquoi dans mon article et dans ce forum.

                • > Une "jurisprudence Claude Imbert" ? 30 octobre 2003 02:42, par david

                  qu’est-ce qu’une religion, sinon une croyance et un ensemble de préceptes à suivre pour vivre en tant que fidèle.
                  Ce sont ces préceptes que je refuse de subir dans la sphère publique. Le cas du voile à l’école est parlant : comment tolérer cette ingérence religieuse ?

                  Je voulais défendre Arnaud Lambert des accusations de racisme et certainement pas Claude Imbert !

                  J’adhère totalement à vos propos relatif au patron du Point, qui illustre bien l’esprit de nos dirigeants ultra-libéraux.

                  • > Une "jurisprudence Claude Imbert" ? 13 novembre 2003 13:45, par Adam Chaabane

                    Ok, une religion est une croyance et un ensemble de préceptes à suivre pour le fidèle. Mais elle ne s’applique qu’aux fidèles et uniquement à eux. On ne va pas obliger un non-croyant ou à un fidèle d’une autre religion d’appliquer ce à quoi il ne croit pas.

                    Le voile ne s’applique qu’à celles qui le souhaitent.

                    On peut être contre l’avortement, mais pour le droit à l’avortement. On peut être contre le divorce, mais pour le droit au divorce. On peut être contre les drogues mais pour le droit aux drogues. On peut être contre l’homosexualité, mais pour le droit à l’homosexualité. De même on peut être contre les religions, mais pour le droit de pratiquer sa religion. Contre le voile mais pour le droit de le porter.

                    Je parle de droit, pas d’obligation.

            • > Une "jurisprudence Claude Imbert" ? 29 octobre 2003 13:01, par Ali

              Monsieur Lambert,

              Vous écrivez :
              "Il a fallu une lutte de tous les instants à des centaines de femmes de l’ombre pour arracher la légalisation de l’avortement, nu signe majeur de retrait de l’hégémonie chrétienne acquise dans l’espace pubilc. Ca va recommencer, comme si rien n’avait été fait."

              Qu’est-ce qui va recommnencer ?

              Vous écrivez :
              "La distinction pseudo substile entre islamisme et religion musulmane est une rigolade qui ne leurre que les partisans du poliquement correct."

              Que connaissez-vous de la religion musulmane ? de l’islamisme ?

              Vous écrivez :
              "Un grand pas vient d’être franchi en Italie avec le retrait des signes religieux des écoles, vous croyez qu’on va faire la différence entre catholique fasciste (intégriste) et catholique tout court dans ce cas ?"

              Pour être plus précis, en Italie, un catholique converti à l’islam a saisi la justice pour le retrait des crucifix dans les écoles publiques. Le tribunal a jugé en sa faveur mais le débat n’est pas clos et les crucifix sont toujours en place.
              Que faut-il en déduire ?
              Que ce musulman n’est pas un islamiste mais un laïc ? Cela contredirait un peu votre thèse de départ (religion musulmane = islamisme)
              De toutes façons, personne ici n’a dit que la religion devait envahir la sphère publique.

              Vous écrivez :
              "Quant aux propos du Prix Nobel ils vont directement dans ce sens."

              Je n’ai pas compris, pouvez-vous préciser s’il vous plait ?

              Vous écrivez :
              "Les association féministes qui travaillent sur le terrain au Magreb n’arrêtent pas de dénoncer cette vision homocentrée, l’hégémonie du masculin dans le rapport homme / femme complètement déséquillibré"

              Tant mieux, cela a peut-être poussé le roi du Maroc à considérer l’amélioration du statut de la femme comme une de ses priorités.

              Vous écrivez :
              "Jouer le registre du "tout va bien, tout est super cool"

              Qui joue de ce registre ici ? Qui a dit que tout allait bien ?
              Ce qu’on vous demande est pourtant simple :
              1/ Arrêter de considérer la masse de musulmans dans le monde comme un groupe monolithique avec des aspirations, désirs, croyances, cultures, langues, cuisines etc. identiques et qui serait tenaillé par le fanatisme, l’entrisme, la haine de la laïcité, la mysoginie, l’antisémtisme etc.
              2/ D’arrêter de dire que l’islamisme et la religion musulmane ne font qu’un ou alors définissez ces deux concepts et ce qui fait qu’ils se confondent(on pourra par la suite évoquer les différentes formes d’islamisme, du plus radical au plus légaliste en passant par celui qui exerce effectivement le pouvoir...)

              Vous écrivez :
              "je peux vous collectionner des centaires de témoignages d’étudiants tunisiens et algériens que je cotoie et qui ne supporte pas Tariq R. pour ses propos"

              Qui vous a dit ici que tous les musulmans s’identifiaient à Tariq Ramadan ? Qui vous a parlé de ce dernier ?

              Vous écrivez :
              "Le seul intérêt de l’islam, c’est d’acculer le capitalisme et de lui faire voler à la face toutes ses apories, celle d’un système néo-libéral qui a dissous toutes les formes d’intervention politique."

              Votre plume nous apprend que l’islam et l’islamisme sont les deux faces d’une même pièce mais plus important encore, elle nous édifie sur le fait qu’une République islamique comme l’Arabie saoudite et ses affidés du Golfe arabo-persique sont les plus grands ennemis du capitalisme...

              • > Une "jurisprudence Claude Imbert" ? 30 octobre 2003 15:50, par Eva

                Aujourd’hui, les musulmans de France veulent nous imposer le voile, demain ce sera quoi ?
                - la non mixité dans les piscine,
                - l’alimentation pure hallal dans les cantine des l’école et servie, SVP, dans des couverts jamais utilisés avec des aliments non hallal,
                - pendant le ramadan, le retentissement d’une sonnerie
                - toujours pendant le ramadan, exiger aux emplyeurs le droit de s’arreter de travailler à la fin du jeune
                - exiger dans les hopitaux à ce que les femmes ne soient auscultées que par des femmes,
                - etc...

                Non ! je ne suis pas d’accord, du tout, avec Imbert. Mais les musulmans de France doivent comprendre que la pratique religieuse est une affaire strictement personnelle. Le voile ? oui, mais chez soi et ne pas l’imposer aux autres.
                - la non mxixité de la piscine ? s’il y’en a, oui. Sinon, il devront se passer de piscine
                - Manger hallal, oui mais, il devront se débrouiller pour manger et non pas imposer à l’école qu’on leur en serve.
                La France est un pays de culture chretienne, a ce titre on ne demande pas aux musulmans de se conformer aux preceptes chrétiens : aux musulmans de ne pas nous imposer leur croyance.

              • > Une "jurisprudence Claude Imbert" ? 31 octobre 2003 02:59, par Jérémie

                Ali,

                Vous me voyez flatté d’avoir été par vous cité dans votre post précedant.

                Globalement je vous suis d’assez près dans vos rappels à l’ordre quant aux glissement progressifs qui se sont opérés entre les notions de religion musulmane et d’islamisme, au point qu’on se croit quasiment obligé de qualifier d’islamisme modéré les pratiques musulmanes les plus courantes.

                Ou, si l’on veut, pour faire simple : ça ne viendrai à l’esprit de personne de parler de "Christianisme modéré", pour désigner ceux qui vont à la messe du Dimanche à l’église de leur quartier.

                Jusque là, tout va bien.
                En revanche, quand vous écrivez :

                "[...] en Italie, un catholique converti à l’islam a saisi la justice pour le retrait des crucifix dans les écoles publiques. [...] Que faut-il en déduire ? Que ce musulman n’est pas un islamiste mais un laïc ? Cela contredirait un peu votre thèse de départ (religion musulmane = islamisme)"

                ...vous tombez dans l’angélisme. Personnellement, je ne suis pas sûr que ce frais converti soit animé par de pures intentions laïques. Je pense au contraire qu’il avait envie de faire chier le monde à travers un coup d’éclat, et pas des plus innocent. Surtout en Italie. Pas seulement à cause de la dimension culturelle particulière du catholicisme dans ce pays, mais aussi parce que, en Italie toujours, je ne sais plus quel autorité musulmane (pas modérée...) a suggéré de "décrocher ces cadavres des murs". Pas de chance, pour les chrétiens, ce cadavre est vivant, et bien vivant. Quoiqu’il en soit, quand bien-même sa motivation aurait-elle été "laïque", en vertu de quoi la laïcité devrait-elle subitement primer sur les pratiques culturelles ? A moins de l’ériger elle-même en nouvelle religion ?... Ce qui semble déjà être le cas. Mais alors... à quand la séparation de la laïcité et de l’état ?..

                • Sur le converti 31 octobre 2003 16:12, par Ali

                  Salut Jérémie,

                  Il ne s’agissait pas de classer le "frais converti" dans la catégorie laïque, ni d’approuver sa démarche.
                  Je voulais simplement faire remarquer à Monsieur Lambert citant le cas italien en exemple, que l’initiative de supprimer les crucifix dans les écoles publiques émanait d’un musulman et plus exactement d’un militant...islamiste, le fond de l’analyse du sieur Lambert sur l’islam en tant que religion (c’est à dire pour lui l’islamisme) étant qu’il demeure réfractaire à la démocratie et la laïcité, en plus "d’apporter une débilité archaïque etc."

                  Salutations les meilleures,
                  Ali

                • > Une "jurisprudence Eva" ? 31 octobre 2003 16:16

                  ah bon, créons donc ... après la politique d’intégration râtée des années 80, des générations de sous-citoyens .. un apartheid culturel, un apartheid civic...

                  "c’est comme ça et ferme ta gueule !!! et surtout tu n’as pas droit à la parole et ne t’avise pas de demander ou de revendiquer quoi que ce soit !!!"

                  non, là vous allez trop loin ...

                  quoi de plus personnel et intime que de vouloir se faire ausculter par un médecin "femme" ...c’est une revendication de femmes qu’il faut respecter ..

                  rien n’est imposé ma chère Eva, il devrait y avoir un choix ...et un respect ...

                  un menu végétarien ou hallal .. où se trouve la différence ?

                  des créneaux horaires pour femmes ...à la piscine ... une équipe de foot et de basket-ball pour femmes ....

                  club de bridge pour femmes ....

                  Aujourd’hui on se pacs ...

                  vous avez, dans tous les cas entièrement raison....rien de doit être perçu comme étant imposé ...

                  dans le monde arabo-musulman, la culture française est très appréciée et respectée.. elle est très souvent prise comme exemple et référence ...

                  je pense que nous, en France, Français, devrions à notre tour être prêts à englober la culture arabo-musulmane ...dans notre propre culture française sans avoir peur ni d’appréhension ...il faut dialoguer ...

                  la laïcité n’est que l’étendard ...

                  quand au voile, c’est pour moi, une mode importée d’orient ... les femmes devraient se dispenser de le porter ...car il y a des lois qui protègent son intégrité ...

                  Cette histoire de voile est un anachronisme gigantestque, elles attirent plus de regard sur elles ... elles font en fait l’inverse de ce qu’il leur était préconisé il y 14 siècle ...les musulmans doivent le comprendre ...

                  nous nous sommes un peu écarté du sujet initial .... je m’en excuse ..

                  slts
                  Polux

                  • > Une "jurisprudence Eva" ? 3 mai 2009 21:56, par Majda

                    Bonjour, je vous donne mon avis de française musulmanne,du haut de mes 23 ans,(lol) car il me semble que vous parlez beaucoup à notre place sans nous demander notre avis. 1èremt qu’il y’a t’il de mal à pratiquer une religion qui permet à une personne de se sentir bien et protégée ? Où tous ce qui est néfaste à l’homme est interdit. Vous devriez plutôt lire les droits de la femme dans le coran (lire et comprendre d’ailleurs), celle ci à une place trés importante,et elle a plus de mérite que l’homme dans la religion et la société. Quand au voile, il faut comprendre sa signification,son importance dans la religion, il a pour but de protéger la femme, vous n’allez pas me dire qu’une femme avec un foulard se fait regarder de la même façon qu’une femme avec un décoletté plongeant et une mini jupe,(pour ceux qui l’ignorent le coran ne demande pas à la femme de cacher son visage). Ensuite venons à ces hommes que vous appelez musulmans(uniquement parce qu’ils ne mangent pas de porc, mdr), qui trompent leurs épouses,forcent leurs filles à se marrier,font des mariages blanc, mentent et vol...Je vous assure ils ne le sont pas "musulmans" ! Je ne comprend pas qu’au 21 ème siècle que l’on soit peu tolérant, alors qu’actuellement la femme est vendu, donné en spectacle à des visselards, par le biais de publicité(on n’hésite à la mettre nu pour un pot de yaourt), de la mode, de la chanson jusqu’à l’extrême à la prostitution. Je croyais que dans la loi française toute chose néfaste à l’homme était réprimandé, alors où est le mal à chercher la spiritualité pour oublier le capitalisme et toute les horreurs de cette société dans laquelle nous vivons. Aufaite pourquoi la façon dont s’habillent les "bonnes soeurs" ne choque pas ? le fait que leurs cheveux soient couverts et qu’elles aient des habits larges, (personnes que je respects beaucoup dû à leur ouverture d’esprit)et expliquer moi svp, pourquoi la question du voile est devenue à la mode ? Merci

  • > Une "jurisprudence Claude Imbert" ? 26 octobre 2003 21:18, par Frans Kafka

    Bonsoir,

    En tant que musulman, je ne suis pas outré par les propos de ce plumitif. J’aimerais surtout que ceux qui pensent comme lui nous le disent clairement en face de nous. Après les nostalgiques de l’OAS, de la pacification des berberes marocains, du plan Daleth israélien, cela ne sera qu’une cohorte de plus à rajouter dans le même panier. En tant qu’oriental et musulman, j’aimerais que les occidentaux nous disent ce qu’ils n’aiment pas chez nous : le fait de manger avec les mains ? notre cuisine épicée, nos femmes voilées ? ou le fait que nous vivions ?... Il ne faut plus s’étonner si de plus en plus de musulmans haissent l’occident et ses imbus imberbes comme l’Imbert lorsque leur culutre, leur religion, leur conscience est jetée plus bas que terre. Après les histoires du hijab, celle d’un communautarisme imaginaire, des permis de construire des mosquées qui attendent plus de 10 ans, des bombardements de mossoul, de Kandahar, de Ghazza, etc., nous autres musulmans devons nous encore esperer quoi que se soit de procs infatués comme Imbert ?

    A force de trop jouer avec le feu, on se brûle. Les Musulmans n’oublieront pas ce genre de rats, ni Fallaci, ni Houellebecq, ni les Bush, Sharon et consort...

  • Ce genre de propos ne devrait plus choquer qui que ce soit mon cher Ali ..

    c’est la liberté d’expression et même l’exception française ....

    de l’anti-américanisme .. anti-british ....anti-juifs ou antisémite à la française .... maintenant et comme par le passé .. l’islamophobie affichée et revendiquée par un journal français ...relayé par une chaîne de TV .....

    .. un débat télévisé juste avant le mois sacré du Ramadhan .... à part le MRAP ..... il serait curieux de savoir ce qu’en pense M. Sarkozy et son bébé le Conseil Français du Culte Musulman ...

    pour le reste, l’Islam ne changera pas sa nature ... tout simplement car un Imbert a éructer quelques mots ..

    cela est et reste une incitation à la haine raciale ... que de fustiger et stigmatiser des millions de Français ....

    slts
    Polux

  • > Une "jurisprudence Claude Imbert" ? 28 octobre 2003 10:43, par François

    En France la liberté du citoyen doit être respecté du moment qu’il ne porte pas atteinte à la liberté de l’autre. Tout citoyen a le droit de s’exprimer, y compris de dire qu’il est raciste ou islamophobe. Cela le regarde. Je n’aime pas les racistes et c’est mon droit.

    François.

    • > Une "jurisprudence Claude Imbert" ? 28 octobre 2003 13:41, par Ali

      Personne n’empêche des Français de voter pour des partis politiques qui véhiculent une idéologie raciste.

      Les parutions en France de livres qui contiennent des passages ou sont ouvertement islamophobes et/ou racistes(Houellebecq, Fallaci)font parfois l’objet de commentaires élogieux ("Le Monde des livres" pour le premier, Finkielkraut pour la journaliste italienne)

      Certains assimilent les propos sommaires et sans nuances de Claude Imbert sur "l’islam" à du courage ou de la lucidité.

      Je pourrai multiplier les exemples où "la liberté d’expression", la libération de la parole anti-arabe et anti-musulmane, ne sont en rien menacées, au contraire.

      "Soyons honnêtes" à notre tour : l’image de "l’Arabo-musulman" fanatique, rétrograde, antisémite s’installe de plus en plus sereinement dans le débat public en France.
      Des gens comme Imbert y contribuent fortement.

      Je trouve dangereux effectivement ce défoulement collectif quand il devient systématique et sature l’espace que doit occuper le dialogue.
      Ce n’est pas porter atteinte à la liberté d’expression que de le souligner.

    • > Une "jurisprudence Claude Imbert" ? 28 octobre 2003 16:22, par Jérémie

      Je te rappelle (ou t’apprend) qu’il y a en France des lois contre le racisme. On peut s’en féliciter ou le déplorer, mais c’est un fait. Pour ce qui concerne la critique des religions, la liberté de penser s’applique ...en principe. C’est pour cela que les détracteurs d’une opinion insultante (va-t’on dire) tentent généralement de plaider le délit d’opinion raciste. Et, dans ce cas particulier, l’application de la loi est à géométrie variable. Affirmer que le christianisme est une religion de merde, par exemple, a peu de conséquence (l’Eglise a le dos large). Critiquer l’Islam fait plus de bruit, mais on finit par s’en sortir (cf. l’affaire Houellebec). En revanche, avisez-vous de critiquer publiquement le judaïsme et vous vous retrouvez cloué au pilori dans les heures qui suivent.

      Cela étant, par delà son opinion personnelle, la déclaration publique d’Imbert est une connerie propre a satisfaire tous les zozos racistes islamophobes à courte vue.

  • Je crois que Monsieur Imbert a commis une erreur, surtout dans les termes employés.
    S’il avait dit : Je considère que l’Islam est une religion qui étouffe la personnalité des femmes, essaye de se substituer aux gouvernements, et je n’apprécie pas celà, personne n’aurait hurlé au scandale.

    Par contre le terme d’islamophobe a en lui-même une connotation raciste bien réelle, et tout le "choquant" de cette déclaration vient de là...

    C’est malheureusement sur la forme et non pas sur le fond que Monsieur Imbert est critiqué.

    (Notez que je dis celà, mais que je n’aprouve pas pour autant l’auteur)

    • Thèses culturalistes 31 octobre 2003 17:16, par Ali

      Bonjour,

      Monsieur Imbert n’en est pas à son premier coup d’essai.
      Son journal donne depuis longtemps, et souvent sous sa plume, une vision culturaliste des musulmans de France ou d’ailleurs.

      Sous les traits des "musulmans" ou de "l’islam", nous avons souvent reconnu les Arabes.
      Par exemple, "l’intégration" des populations françaises issues de l’immigration - surtout maghrébine - n’est jamais vue sous l’angle des multiples difficultés qu’elles rencontrent sur le terrain social ou des formes d’exclusion institutionnalisée qu’elles subissent, mais sous celui d’une icompatibilité culturelle due à leurs origines, leur religion etc.

      On s’attarde volontiers sur les violences, qui sont réelles, sans jamais en aborder les causes.
      Et lorsque vous rouspétez, on vous répond : "rien ne saurait justifier etc."

      C’est un peu comme la propagande pro-israélienne qui ne retient du conflit israélo-palestinien que les attentats suicides. Si des Palestiniens s’explosent en Israël et dans les territoires occupés, c’est parce que c’est dans leur culture. Combien de fois n’a t-on entendu les thuriféraires du Général Sharon insister sur cette "exception" palestinienne. Sous entendu : ce n’est pas à cause de la colonisation, de l’occupation, de la répression, des meurtres qui durent depuis des décennies. C’est simplement dans leur nature...
      Imbert est dans ce registre là.

      S’il est des critiques de l’islam qui sont fondées et sans arrière-pensées, celles d’Imbert sont plus que douteuses, tant dans la forme que dans ce qui les motive.

    • > Une "jurisprudence Claude Imbert" ? 30 décembre 2003 13:35, par arafat

      je reste choqué par les propos de cette stupide personne
      je suis musulman pratiquant et j’ai décidé de vivre en Angleterre où le respect des autres religions existe

      de plus je recommande à tous un détour par le site www.oumma.com (site musulma) où vous pourrez trouver un recueil d’articles écris par toutes les communautés musulmanes à ce propos
      et de plus ce site permettra aux néophytes de découvrir ce qu’est l’Islam derrière les préjugés et clichés qui existent malheureusement.

      Cordialement
      arafat (londres)

      Voir en ligne : http://www.oumma.com

  • il faut porter plainte !! 12 novembre 2003 11:15, par Terry

    bonjour,

    je suis atterrée par la réaction ou plutôt la passivité des politiques face aux propos insultants, injurieux et Racistes de M Imbert. Je constate que la loi ne s’applique que sélectivement,si M I. avait dit des propos antisémites qu’aurait fait M Sarkosy, je crois que lui-même aurait réagi vivement !!!
    Que se passe-t’il exactement, il y a aujourd’hui des propos, des actes islamophobes, arabophobes qui restent impunis.

    pourquoi une telle haine envers la 2ème religion de France, pourquoi personne ne condamne.

    Les musulmans sont ils les nouveaux boucs-émissaires de la société française, de l’Europe ?

    Je crois que toutes les injustices sont à dénoncer et à condamner !
    Mais alors pourquoi ce silence ?
    Seuls quelques religieux des trois grandes confessions condamnent mais les politiques ?

    une humaniste dans ce monde islamophobe et antisémite !

  • > Une "jurisprudence Claude Imbert" ? 31 août 2004 19:39, par philou

    Nous voilà revenus à la République des Faux-gentils, ou plutôt le bal des faux-culs, il n’y a qu’à lire les réactions sur ce sujet.
    Dés que l’on critique des principes de l’islam on se fait traiter de raciste ("raciste !" "raciste !" "raciste !"...) l’islam est-elle une race ?

    Quand imbert dit "je suis un peu islamophobe", il ne faut pas oublier le "un peu", c’est à dire qu’il vise des principes plus qu’explicites écrits dans le coran. des principes qui nuisent aux libertés individuelles, notamment des femmes. Cela existe également dans les autres religions, mais il faut être honnêtes et arrêter de faire du gauchisme-bobo hypocrite et admettre que le coran contient beaucoup plus de principes moraux qui sont une insultes aux droits de l’homme que dans la bible ou la torah ! (ce qui ne relève pas le niveau des autres religions)
    Tu veux qu’on parle de l’Etat islamique d’arabie saoudite ? qui condamne le port de la croix chrétienne et la pratique de cultes religieux non-musulmans ?!?! c’est qui les racistes ?

    Moi aussi je suis intolèrants envers l’intolèrance (la soumission des femmes ça te dit quelque chose ? la chariah ? lis les versets et différentes sourates du coran, tu y trouveras des passages explicites anti-"incroyants qui prônent la violence contre ces derniers ...), mais je ne mélange pas tous les musulmans (qui n’applique pas littéralement le coran), et condamne les intégrismes des 3 principales religions. Il ne s’agit en aucun cas de la part d’Imbert de minimiser la capacité des musulmans à "appréhender les difficultés" rencontrées dans les pays musulmans.
    je te propose de lire "tartuffe fait ramadan" de léger et "à contre coran", tu peux y trouver des témoignages de jeunes femmes (et même jeunes hommes) maghrébines qui disent aussi bien qu’Imbert ce qu’elles pensent de l’Islam, ce sont ces personnes qu’il faut écouter, pas les propriétaires ultra-gauchistes de la pseudo-lutte contre le racisme (on peut y rajouter la droite) !!!

    As-tu déjà parler avec des musulmans ? moi oui, et avec beaucoup, et quand on entend dans les facs des types se réclamant musulmans modèrés (il y en a beaucoup comme ça) qui prônent la soumission de ses soeurs pour ne pas sortir avec ces porcs d’occidentaux, mais que lui a le droit de sortir avec des jeunes femmes occidentales, et dés qu’ils voient une jeune beurre (s’il faut être politiquement correct ici, autant ne pas dire "arabe", on se ferait traiter de raciste) bras dessus-dessous avec un noir (oh pardon un black !) et qu’il dit "pff, ça m’ vénère !..." (pas besoin de dire la suite), que d’autres sont d’accord avec le fait que l’UOIF exige des salles de prière à l’université paris1 et que les copies des étudiants musulmans doivent être corrigées par des correcteurs musulmans, il faut dire quoi ??!!??!!
    J’ai travaillé comme homme de ménage dans une société de nettoyage et j’ai travaillé avec beaucoup de maliens, quand ceux-ci enferment leurs femmes chez eux (eux seules ont la clé) quand ils ne les laissent pas au pays pour qu’elles ne voient pas le monde occidental, et que certains prennent 3 mois de vacances au mali, un pour acheter une femme (une de plus) mineure, l’autre pour faire exciser sa fille, il faut se taire sous peine d’être traiter de raciste ?!?!

    Cela est vrai aussi pour le judaïsme et pour le christiannisme, mais l’islam est la religion qui essaye le plus d’imposer ses principes (parfois archaïques) dans les sociétés occidentales à "sa communauté" et d’interdire les autres communautés religieuses de pratiquer librement les religions, alors qui sont les racites ?

    • > Une "jurisprudence Claude Imbert" ? 12 septembre 2004 14:09, par Georges

      Ta simple réponse démontre à quel point la critique de l’islam est devenu le npuveau vecteur d’un racisme à de moins en moins voilé.

      Belle tautologie que de déclarer l’islam n’est pas une race, c’est d’ailleurs l’argument essentiel de l’extrême-droite traditionnelle et des ultrasionistes. Mais le simple fait d’amalgamer tous les musulmans à travers une vision unique, invariante et atemporelle de l’islam, et de ne l’envisager qu’à travers le prisme des situations extrêmes traduit précisément cette volonté d’essentialiser une religion et de racialiser une communauté d’individus extrêmement divers.

      La Bible comme la Torah contiennent autant d’horreurs théocratiques et d’atteintes aux droits de l’individu que le Coran. La situation des femmes dans le judaîsme n’est pas spécialement glorieuse. Dans le boudhisme non plus d’ailleurs. Et le laïcisme républicain qui interdisait le droit de vote aux femmes françaises parce qu’elles seraient "sous l’influence des religieux" n’est pas spécialement à l’honneur des libres penseurs de l’époque.

      En ce qui concerne la France, la prétendue "communauté musulmane" est la communauté religieuse la moins pratiquante par rapport à la communauté chrétienne ou à la communauté juive, selon les chiffres officiels des RG (mission Debré sur la laïcité). Et par rapport à toutes les autres communautés issues de l’immigration au XXe siècle, les enfants issus de l’immigration maghrébine sont ceux qui se marient le plus à l’extérieur de leur communauté d’origine. Plus que les "de souche", chrétiens ou juifs, plus que les Portugais et les Espagnols, plus que les Polonais, etc. etc.

      Et le simple fait de persister à désigner ces Français comme des "musulmans" bien que l’on ignore tout de leurs choix individuels, la ghettoïsation croissante de ces "musulmans" tout comme les Antillais et les Africains "chrétiens" dans des quartiers périphériques, cachent difficilement la permanence du racisme "de souche" à l’égard des fils et filles des indigènes de la république coloniale.

      Alors, oui, l’islamophobie actuelle qui condamne un individu au nom de sa supposée croyance simplement parce qu’il est "fils de" est bien loin de la simple expression de la libre critique. Cette "islamphobie" n’est que le nouvel habillage idéologique d’un racisme constant, permament, génération après génération, à l’égard des mal blanchis.

      Imagine-t-on simplement Claude Imbert, pas seulement journaliste mais aussi membre du Conseil à l’intégration, ne l’oublions pas, déclarer "Je suis judéophobe parce que le judaïsme apporte une débilité d’archaïsmes divers" ?

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes