{id_article}
 

Le vent de colère de Youssef Chahine

"L’occupation de la Palestine, c’est une violence qui déclenche obligatoirement une résistance", a rappelé fort à propos le cinéaste égyptien. Qui dénonce par ailleurs "la lâcheté du monde entier, y compris des Arabes", à l’égard d’Israël.
Il l’a dit. Combien sommes-nous à le dire ?

Le vieux lion pique une sainte colère. "La colère", c’est aussi le titre d’un de ses films. Youssef Chahine, dans une interview donnée hier à Paris, fustige l’incroyable arrogance, le cynisme des Etats-Unis qui oublie de rappeler que "Israêl, pays dont la puissance n’existe que parle soutien que lui accorde les USA, est un pays bâti sur le terrorisme".
Le cinéaste égyptien rappelle, puisqu’apparemment il est plus que jamais question de rappeler les choses, que "l’occupation de la Palestine, c’est une violence qui déclenche forcément une résistance".
Il se souvient d’une image qu’il "ne pourra jamais oublier : celle d’un bulldozer en train de déraciner un olivier vieux de plus de 300 ans". L’engin est israélien, l’arbre est un symbole.
Les actes, pour manqués qu’ils puissent être quelquefois, cachent toujours des desseins qui les dépassent parfois eux-mêmes.
Youssef Chahine s’est indigné : voilà un peuple (l’Amérique) qui s’enorgueillit de posséder les meilleures universités de la planète mais dont les étudiants sont incapables de localiser sur une carte telle ou telle ville d’Europe. Le nombrilisme américain n’a d’égal que la fatuité et la propension historique de ce peuple à diaboliser autrui. Les Américains n’ont ainsi ni le temps ni l’envie de s’occuper d’un cas, le leur, qui cumule, sans moufter le mauvais goût, le complexe de supériorité et une capacité surréaliste à avaler des tonnes de pop corn tout en ingurgitant des milliards de tonnes de conneries télévisées.
Il n’ont ainsi pas le temps de remettre en question un système politique qui veut que dans "la plus grande démocratie du monde" (auto-proclamée), le citoyen américain n’a d’autre choix que de voter entre un candidat républicain et un candidat démocrate. Autrement dit, entre deux candidats dont aucun ne remet, n’a remis, ni ne remettra jamais en cause les fondements du système capitaliste : Système dont on peut rappeler en termes triviaux le fondement essentiel : "celui qui bande le premier encule l’autre".
Pour en revenir à Youssef Chahine, le réalisateur égyptien s’étonne : "on dirait que les Américains font semblant d’avoir des présidents débiles", avant de fustiger "la lâcheté du mond entier y compris des Arabes", à l’égard d’Israël.

Quelques bonnes vérités distribuées dans une période où de nombreux médias rivalisent de flagornerie vis à vis des pouvoirs, flagornerie proche d’une forme de complicité, de bonnes vérités donc qui soufflent comme un vent de fraîcheur. Si au moins elles pouvaient enrhumer, au moins enrhumer, la pensée unique et inique.

Djam


 
 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires
  • I love Joe...
    he is one of the greatest directors in the world....
    www.youssef-chahine.com

    Voir en ligne : Joe the Great director

  • > Le vent de colère de Youssef Chahine 10 mai 2003 20:57, par bernard

    il est vrai qu’un palestine mandataire, plusieurs groupes juifs racistes pratiquaient le terrorisme envers les arabes,les anglais et meme envers certains juifs qui osaient employer ou travailler avec les palestiniens. Comme exemple, on cite souvent des massacres des milices de l’irgoun et la Haganah comme celui de Deir Yassine ou celui de Lydia aujourd’hui devenu Lod. Mais ces groupes ou individus qui prétendent etre remplis de bonne volonté et de ne vouloir seulement justice soit rendu au peuple palestiniens, ne parlent presque jamais du massacre des juifs de Hébron en 1929 ou encore celui de Safed. Ils citent souvent les propos racistes de Golda Meir (qui n’était qu’une salope)ou encore ceux de David Ben Gourion et de Théodore Herlz pour montrer a quel point israel est un etat raciste et illégitime. Ils ne parlent cependant jamais de l’ancien moufti de Jerusalem qui entretenait de tres bonnes relations avec les nazis ou encore des propos de Nasser qui ne se génait pas pour insulter les juifs et les expulsés d’Egypte. Au contraire, il est plutot vu comme un grand résistant de la cause arabe et qui était epris de justice. Il est toujours vu comme un héros par plusieurs mimlieux de gauche. Je sais bien qu’il est tres difficile de remarquer tous ca lorqu’on n’est pas juif, mais pour moi qui suis juif et propalestinien je trouve cela plus qu’irritant.C’est pour cette raison que je ne me sens pas pres du tout des autres partisans propalestiniens et que ne participe a aucune manifestations de ce type. Je trouve cela tres dommage.Je pense que c’est justement ca qui empeche plusieurs juifs de soutenir la cause palestinienne. Quoi qu’il en soit, Sharon me donne honte d’etre juif. Israel et le peuple juif ne seront liberes seulement lorsque tsahal amorcera son retrait de la Palestine.

    Vive les refusniks, Vive la paix et Vive la Palestine liberée

    Merci,Bernard

    Voir en ligne : la frontiere entre la partisanerie et la mauvaise volonté

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes