{id_article}
 

La guerre du pétrole ?

Avec une politique aussi fortement et uniquement orientée vers l’or noir, et un président et vice-président aux relations douteuses, la guerre en Irak a immédiatement été qualifiée de guerre du pétrole. Mais le débat est de plus en plus flou depuis la fin de la guerre, voire inexistant. Où en sommes-nous exactement sur la question du pétrole irakien ? Je demande des explications à la communauté d’oulala.

Le renversement par la CIA du Premier Ministre Iranien Mossadegh en 1953 suite à la nationalisation du pétrole iranien par ce-dernier, le soutien au shah d’Iran qui garantissait un accès bon marché à l’or noir, le soutien inconditionnel à Israël, base de contrôle de Washington dans cette région si instable, le crédit ouvert à Saddam Hussein durant la guerre Iran-Irak pour que celui-ci puisse acquérir ses armes de destruction massives, l’occupation de l’Arabie Saoudite à l’issue de la guerre du Golfe… Tout porte à croire que la politique américaine au Moyen-Orient tourne autour du même problème, à savoir un accès peu cher au pétrole pour protéger le mode de vie occidental de la consommation à outrance.

Et voilà que les Etats-Unis entrent en guerre et occupent un pays se plaçant juste derrière l’Arabie Saoudite au classement des ressources pétrolières. Le Président du moment a un passé et des liens évidents avec l’industrie pétrolière, pour laquelle il a déjà tant fait en allégeant certaines contraintes fiscales. Pour couronner le tout, les ressources sur le territoire américain même diminuent, l’épuisement est attendu avant la fin de la décennie. Tous les éléments sont réunis, la conclusion est imparable : les Etats-Unis sont partis à la conquête du pétrole Irakien.

C’est du moins ce que pensait chaque molécule de mon être, avant qu’un ami me fasse un commentaire judicieux : « s’ils étaient si intéressés que ça par le pétrole, ils auraient juste levé les sanctions. » Voilà un argument auquel je n’avais pas pensé. Je remarque cependant qu’il y a une différence entre lever les sanctions (et laisser libre cours au marché), et contrôler les ressources. Mais on me répond en disant que dans les deux cas, le marché a le même impact, et les bénéfices pour les Etats-Unis sont identiques. Tout cela commence à me dépasser, je tente de m’informer un peu mais je remarque que finalement, ce qui était le sujet numéro 1 avant la guerre ne fait plus du tout partie du débat. Je demande donc à la communauté d’oulala.net de m’éclairer sur le sujet : les Américains avaient-ils plus d’intérêts en levant les sanctions, ou en occupant le pays ? Quelqu’un comprend-il quelque chose au foutoir que constitue notre modèle économique ?

Mettons qu’on accepte l’argument sur la levée des sanctions. Une question mérite toujours d’être posée : pourquoi partir en guerre ? La sécurité nationale peut être, mais on sait maintenant que l’Irak ne représentait aucunement une menace. Il ne représentait une menace que lorsque les pays occidentaux ont eu la bonne idée d’armer Saddam Hussein jusqu’aux dents, et pour certains comme la France d’aller jusqu’à construire des réacteurs nucléaires sur le sol de celui qui a un joli score de 2 millions de morts (presque aussi bien que Pol Pot, mais on sait jamais, il est toujours vivant). Cependant, les services de renseignements américains, assez puissants pour organiser des coups d’états anti-démocratiques dans des dizaines de pays et perpétrer les assassinats de chefs d’état aux quatre coins du globe, auraient-ils pu être défectueux au point d’attribuer à l’Irak un armement aussi important, même après que les inspecteurs de l’ONU aient rendu compte du désarmement complet du pays en 1998 ?

On peut également se lancer dans des explications un peu naïves. Par exemple, George Bush, assez simple d’esprit, qui peint le monde de noir et de blanc, entend depuis longtemps parler d’un dictateur qui martyrise son peuple, plus que n’importe quel autre dictateur dans le monde. Son cœur chavire pour le peuple irakien, le reste de l’administration le suit dans cette action de bonne foi. C’est un changement d’attitude inimaginable de la part d’une superpuissance qui accordait autant d’intérêt au recul de la misère dans le Tiers Monde que ma grand-mère à l’OM -PSG qui approche (elle savait même pas que la France avait gagné la coupe du monde, c’est dire… mais bon elle habite en Iran, c’est excusable). Bref… 200 milliards de dollars dépensés sur l’Irak et l’Afghanistan, il faudrait être fou pour penser que cet argent, soi-disant utilisé pour faire le bien de populations opprimées, ne pourrait pas être utilisé plus savamment : 1.2 milliards d’êtres humains n’ont toujours pas d’accès à l’eau, 45 000 meurent chaque jour de famine, 10 000 du SIDA. S’ils étaient près à donner 200 milliards de dollars sans rien attendre en retour, j’avais pleins d’idées qui sauveraient plus de vies que de bombarder une population déjà décimée par 20 ans de guerres et de sanctions économiques, plonger un pays dans un chaos dont on voit mal l’issue, et aider le recrutement de terroristes par Al-Qaida.

Conclusion : je suis dans la confusion la plus totale. Plus j’y pense, moins je trouve de raisons, bonnes ou mauvaises, d’entrer en guerre contre l’Irak. Si quelqu’un peut au moins m’aider sur la question du pétrole, j’apprécierais beaucoup.


 
 
 
Forum lié à cet article

4 commentaires
  • C’est pourtant bien simple 1er décembre 2003 12:08, par Adam Chaabane

    C’est pourtant bien simple : Saddam avait signé des contrats avec des compagnies pétrolières non pas américaines mais françaises, russes et chinoises (vous reconnaissez les anti-guerre ?) et de plus en euro et non plus en dollars.

    Si les sanctions avaient été levées, non seulement le pétrole aurait été contrôlé par les européens et les asiatiques, mais de plus la pompe à finance américaine (la planche à billets verts) aurait été beaucoup moins efficace.

    Je ne me souviens plus de toutes les références, mais je peux les rechercher si ça intéresse quelqu’un.

    • > C’est pourtant bien simple 12 janvier 2004 14:41, par Yvonne

      Oui Adam, ça m’intéresse. Vous cliquez sur yvonne et vous avez mon Email. Merci pour ces infos. YVONNE

  • > La guerre du pétrole ? 5 décembre 2003 10:42, par yves michel TIXIER

    Une des causes majeures de la guerre menée par les EUA contre l’irak est en effet le pétrole. Le but véritable de la main mise physique sur la pétrole Irakien est, en plus de s’assurer un contrôle sur une des sources majeures et difficilement maîtrisable (sadam) ,de pouvoir priver la Chine de resources pétrolières, et ainsi ralentir son développement.
    Car le premier "ennemi" des EUA est la Chine :
    - population de 1,4 milliards
    - aussi bons sinon meilleurs commerçants que les américains
    - pays à structure politique complexe, mélange de socialisme dur et de libéralisme sauvage
    - image socialiste insuportable aux américains.
    En mettant la main sur l’irak, les états unis font d’une pierre deux coups.

    Y.M.TIXIER

  • > La guerre du pétrole ? 10 mai 2004 22:28, par fix

    Et si l’objectif était l’ARABIE SAOUDITE après s’être assuré d’une réserve de pétrole ?

 
 
Les derniers articles
 
Fils de nouvelles RSS
Thèmes