{id_article}
 

Derrière la bête ... une femme

Être captif, là n’est pas la question
Il s’agit de ne pas se rendre Voilà

Nazim Hikmat

Mes rêves ont toujours été simples, mes ambitions aussi.

Mon moment de bonheur, c’est au petit matin. Heureuse, je saute de mon lit, j’ouvre ma fenêtre, je regarde le ciel, le soleil et les arbres. J’aime tout ce qui m’entoure car tout est beau, tout est jeune, tout est nouveau sous le soleil.

Légère, je m’envole dans ma salle de bain. J’arrange mes jolies frisettes, je donne un coup d’éclat à ma peau dorée et encore lisse (malgré mes trente huit ans !) et surtout je mets en valeur mes beaux yeux bleu océan qui rendraient jalouse la plus belle de nos actrices.

Mes amis me disent que je suis belle et je les crois.

Mes ennuis commencent lorsque j’allume la radio ou la télévision, ou quand je consulte les journaux ou je me rends dans une librairie.

« Islam, Terrorisme, Islam nu, Sortir de l’islam, péril vert, La peur de l’islam etc etc etc … »

Dans le temps, j’étais comme le héro du roman de Amin Maalouf, Léon L’africain. Je n’appartenais à aucun pays, à aucune langue et à aucune civilisation. Car tous les pays, toutes les langues, toutes les prières et toutes les civilisations du monde étaient les miennes.

Face à ces agressions massives et planifiées j’ai dû malheureusement abandonner mes belles valeurs universalistes.

Au début, J’ai tenté la neutralité ; j’ai bouché mes oreilles et fermé mes yeux. Je voulais suivre l’exemple de mon poète adoré Omar Al Khayam. Ce dernier a traversé un siècle tumultueux, une coupe de vin dans une main et une plume dans l’autre, ne se souciant guère de ce qui l’entourait.

Seulement mes adversaires sont impitoyables et toute neutralité devenait coupable.

J’ai alors changé de cap et j’ai opté cette fois-ci, comme Chehata Haroun, pour une identité flexible non figée et non exclusive.

Chehata haroun, est un Egyptien juif ; il a refusé de quitter son pays l’Egypte pour émigrer en Israël , et a écrit sur sa tombe : "Chaque être humain a plusieurs identités. Je suis un être humain. Je suis égyptien lorsque les égyptiens sont opprimés. Je suis noir lorsque les noirs sont opprimés. Je suis juif lorsque les juifs sont opprimés et je suis palestinien lorsque les palestiniens sont opprimés".

Si aujourd’hui je choisis le camp des musulmans ce n’est ni par repli identitaire, ni par communautarisme tribal mais parce que les musulmans sont opprimés.

Les musulmans sont sauvagement attaqués donc je réplique.

J’ai pensé au début me raser les cheveux, comme ce fut le cas des arabes au moment des croisades, et inscrire sur mon crâne dégarni « Pitié, Laissez-nous vivre !!! ». Seulement je tiens beaucoup à mes frisettes !

Mon grand respect pour la vie surtout des autres a vite éloigné de ma pensée l’idée de me transformer en bombe humaine ou de rejoindre un groupe « terroriste ».

Me flinguer alors ? Surtout pas. J’ai espoir de voir un jour le visage de Handallah et célébrer la victoire des maccabées sur la puissante armée sioniste.

Evidemment, si le débat polémique autour de l’islam, auquel on assiste aujourd’hui, était basé sur un lent travail de réflexion, une discussion constructive et une pensée critique , s’il était loin d’une agression préméditée et massive, si la base n’était pas la haine, le mépris et le non respect de l’altérité, si ces pratiques n’avaient pas pour but de dominer, d’exclure, de détruire et de salir des femmes et des hommes, j’aurais certainement gardé mes valeurs universalistes ; ma vie aurait été un long fleuve tranquille bercée par mon amour des mathématiques et ma passion pour la poésie.

Je ne refuse ni le débat ni la critique. J’avais souligné dans mon article publié sur le site oulala « peut-on concilier islam et modernité ? » l’importance de l’ijtihad et de l’interprétation dans la tradition islamique et que l’un des désastres culturels actuels est dû à la disparition de ce courant qui a mis fin à toute pensée critique et à toute confrontation avec les questions posées par le monde moderne.
Un philosophe tel Averroès a réussi à promouvoir le sens de la critique et du dépassement de la réflexion « nombriliste », ses idées ont porté un courant de pensée novateur qui a donné naissance à des sciences telles la controverse (Al Mounadara) et la dialectique (Al Jadel).

Suite à l’article « ces musulmans islamophobes » publié sur le site oulala, certains se sont arrogés le rôle de donneur de leçons. Ils auraient dû s’adresser en priorité à ceux qui détiennent le monopole des médias et des journaux et piétinent impunément les principes fondamentaux de la déontologie du bon journalisme sous le regard impuissant voire complaisant de leurs lecteurs.

Nos islamophobes sont des protagonistes identifiés et leurs visées sont claires. Ils ne prennent pas des gants pour casser tout ce qui ressemble de près ou de loin à un musulman. Que doit-on faire face à ce déferlement de haine, tendre l’autre joue ?

Relater la réalité n’a rien de cru ou de sectaire. Se regarder dans un miroir est une astreinte quotidienne à laquelle sont soumis les musulmans ; ceux qui choisissent le miroir et le tiennent ce sont les médias, les politiques, les leaders d’opinion et les pamphlétaires à travers leurs écrits. N’hésitons donc pas à leur renvoyer, de temps en temps, leurs reflets peu luisants dans les yeux de l’autre.

Nos marchands de haine, qui se servent de ces musulmans de service souvent atteints du syndrome de la haine de soi dû certainement à une dose surélevée de racisme et d’exclusion, sont sans cesse à la recherche de nouveaux épouvantails.

« Ni pute Ni soumise », association soeur siamoise de SOS Racisme, constituée de filles « musulmanes » médiatisées, écrivant des livres contre le port du voile et contre l’islam en général. Ces filles, sous la coupe de leurs gourous, sont complètement coupées de leur communauté d’origine et leurs paroles ne sont que monologues.

Cette association qui prétend sauver la « pauvre » femme arabe de l’emprise du « méchant » et « brutal » mâle homo-islamicus ne la voit qu’en pute ou qu’en soumise. Quelle belle vision de la femme !

A quelle profondeur se situe la racine de cette haine furax à l’égard des musulmans ?

Ce monstre est-il un refoulé de l’histoire et remonte t-il des profondeurs de l’inconscient ?

Cette haine s’inscrit-elle alors dans le même registre que la croisade de l’alliance « judéo-chrétienne » contre l’orient musulman menée par Bush et son équipe néo-conservatrice ?

Quelle place occupe t-elle dans le conflit Israélo-Palestinien ? N’est-ce pas, qu’en France, on est passé d’une islamophobie latente à une islamophobie enflammée et enragée juste après le déclenchement de la seconde Intifida lorsque les « beurs » ont affiché clairement leur solidarité envers les palestiniens ?

J’aurais aimé utiliser un langage flou, voilé, ambigu, alambiqué, plein de sous-entendus et hypocritement pudique. Malheureusement, je ne suis pas une maîtresse du discours.

Avec le temps, va, tout s’en va

Peut-être qu’avec le temps je verrais ma réaction, comme ce fut le cas pour Edward Saïd à la fin de sa vie, se rapprocher plus de l’ironie que de la colère ?

Leila


 
P.S.

Illustration : F. Vignale, WartArt

 
 
Forum lié à cet article

18 commentaires
  • > Derrière la bête ... une femme 15 janvier 2004 00:06, par utopia

    Chère leila

    je suis très touché par tes messages en général, car ils revèlent une saine colère,envers l’injustice et la bêtise humaine.
    J’ai passé deux de mes plus belles annéees en pays musulman. J’ai rencontré dans le désert des gens qui n’avaient rien, qui n’attendaient rien en retour et qui auraient donné tout le peu qu’ils possédaient.! J’ai rencontré des familles aux pratiques que je respecte profondément, ou les hommes vivaient séparés des femmes mais dans un profond respect mutuel...

    Mais en remontant vers le nord j’ai aussi rencontré quelques hommes méprisants envers leur compagne, et de retour en France, des frères traitant leur soeur en domestique également !(Ni pute ni soumise, c’est parfois exagéré, c’est hélas quelquefois la réalité de certaines jeunes filles)
    Leila, la Connerie et l’intolérance sont malheureusement universelles, l’intégrisme en est une autre illustration marquantes parmi tant d’autres...
    J’ai connu par exemple des catholiques pratiquants remarquables,mais d’autres qui étaient les plus grands faux culs de la terre !

    leila, moi aussi j’ai tendance à me ranger du coté des opprimés, du coté des arméniens lorsqu’ils sont attaqués,du coté des palestiniens car ils sont victimes plutôt que bourreaux, le faible et l’opprimé méritent notre soutien.

    Cependant,Leila,à 38 ans,(j’approche la cinquantaine en ce qui me concerne),tu devrais te garder d’une compassion béate,et de prendre un parti systématique, car tous ceux qui prétendent pratiquer la religion musulmane,(au même titre que tous ceux qui prétendent pratiquer la religion catholique, ou juive,...ou aucune religion d’ailleurs) ne méritent pas d’être défendus avec tant de verve ! Ta critique n’en sera que plus fondée,plus respectée et ...plus respectable.

    très amicalement

    utopia

    • > Petite, l’école était mon paradis. 15 janvier 2004 17:12, par leila

      Cher Utopia,

      Il est vrai que les droits de la femme dans les pays musulmans sont bafoués.

      En Algérie, par exemple, le code de la famille est une loi promulguée depuis 20 ans. Cette loi légalise l’infériorisation de la femme et mérite d’être combattu. Il faut absolument abroger ces codes injustes et discriminatoires : c’est honteux.

      Ce que je refuse ce n’est évidemment pas le combat pour l’égalité et la dignité de la femme. C’est un combat noble, j’y ai milité et je milite encore.

      Ce que je dénonce c’est l’utilisation, par certains, des difficultés réelles de la condition de la femme musulmane pour justifier un racisme anti-musulman. On présente la femme comme la victime de la barbarie fanatique et on essaye à travers elle d’ « ouvrir » les yeux à tous ces « naïfs » qui se fatiguent à soutenir cet opprimé musulman en Irak, en Palestine et ailleurs ; Cet opprimé qui n’est en fait qu’un méchant oppresseur qui mérite ce qu’il lui arrive.

      L’école reste, pour moi, le grand instrument de la libération des femmes ; l’éducation lui permet de s’affranchir de l’emprise familiale, d’arracher sa place et de s’imposer dans la société.

      Il faut pour cela inculquer à nos jeunes l’amour du savoir et leur donner les moyens d’une réussite scolaire. Il faut aussi leur apprendre les règles fondamentales du respect de l’autre surtout si cet autre est plus faible.

      Boutih fait de l’accès aux discothèques l’axe principal de son combat contre le racisme, alors que le droit à l’embauche, au logement et à la réussite scolaire sont à mes yeux beaucoup plus urgent.

      Amicalement Leila

      Leila

      • > Petite, l’école était mon paradis. 15 janvier 2004 18:56, par antoine

        "l’égalité a l’embauche, au logement, a la reussite scolaire,...sont remplacé par l’égalité pour rentre ds les boites de nuit"...

        La Rumeur...

        c sympa de retrouver cela ici !!!!

        En parlant d’eux je crois que leur proces a du débuté ou va débuter d’un jour a l’autre...?

      • > Petite, l’école était mon paradis. 16 janvier 2004 22:28, par Utopia

        Sur le fond je ne peux te donner tort, Leila !
        Tiens , sur un autre sujet,hier soir j’ai regardé un reportage effrayant sur le régime iranien. On a beau savoir, la vision de ses chambres d’étudiants défoncées à la machette, de ces murs recouverts de sang, de ces yeux crevés pour avoir "soi disant" regardé des choses immorales, de ces mains coupées pour avoir chapardé un poulet,de ces femmes lapidées pour avoir cédé à la tentation de la chair,...Pourquoi la communauté musulmane se fait elle si peu entendre sur ces sujets ? pourquoi cela choque t-il si peu de gens ? Que les politiques occidentaux ne voient en L’Iran qu’une source de revenus, cela me fait vomir, mais j’arrive encore à comprendre la logique, mais pourquoi si peu de révolte contre ces ayatollah barbares, pourquoi si peu de personnes pour leur promettre la damnation eternelle ? tuer des étudiants, en chine comme en iran ou ailleurs c’est tuer l’espoir !

        • > Petite, l’école était mon paradis. 18 janvier 2004 09:31, par Yvonne

          Utopia,
          Tu viens de poser les bonnes questions, j’attends avec impatience la réponse de Leila et je profite pour lui demander son avis sur les manifestations du 17 janvier concernant la future loi sur le voile. Sur France Info aujourd’hui le 18 janvier un Algérien parlait de la dangerosité de ces mouvements religieux. Amicalement : YVONNE

          • > Petite, l’école était mon paradis. 18 janvier 2004 20:46, par leila

            Salam

            Sincèrement, je ne connais pas du tout l’Iran mais j’ai une amie mariée à un iranien. Elle se rend très régulièrement en Iran et elle ne m’a jamais parlé de ça. Elle m’a dit qu’elle est obligé de couvrir sa tête et que les plages ne sont pas mixtes (ce que je trouve ridicule).

            Je rejette catégoriquement tous les excès et tous les extrémismes.

            Je ne suis pas une exégèse de l’islam mais on m’a toujours appris que l’islam est la religion du juste milieu et qu’elle rejette toute forme d’excès et d’extrémisme. « O gens du livre, ne dépassez pas la mesure dans votre religion »

            Une fois Omar El Khatab a rencontré sur un marché un homme qui tenait un fruit à la main à la recherche de son propriétaire, lui dit : « ce n’est pas de la piété, mais de l’affectation ». Le prophète lui-même pratiquait l’ijtihad ; il avait conseillé à un homme, qui ne pouvait faire ses prières aux moments voulus, de les regrouper.

            Il n’est pas dans l’intérêt de l’islam de dissimuler des faits, surtout lorsqu’ils sont atroces, mais au contraire il faut les dénoncer et affirmer qu’ils sont contraire à l’islam. C’est ce que explique Muhammad Saïd Al-Ashmawy, haut magistrat et philosophe Egyptien , dans son livre « l’islamisme contre l’islam »

            Il est vrai qu’à l’heure actuelle la pensée musulmane est en panne. Les musulmans ont besoin de guides, musulmans ou pas, sincères et honnêtes pour ne pas laisser la place à ces islamophobes et à leurs valets.

            Ma chère Yvonne, peut-être que cet extrait du livre « face à la guerre » d’Ilan Halevi qui est israélien, peut enfin t’ouvrir les yeux :

            « Derrière cet ennemi-épouvatail (l’islamisme), et c’est bien là la tragédie, et à l’abri du funeste amalgame dont sont coupables ensemble l’islamophobie occidentale et le conservatisme autoritaire et démagogique des régimes, des partis et des intelligentsias arabes, derrière ces écrans, ces brouillages et ces rideaux de fumée, c’est bien l’islam en tant que civilisation, l’Islam-monde et les peuples qui y vivent , qui sont visés et menacés de mort, sommés de se soumettre… »

            Concernant la manifestation du 17/01, je t’invite à lire mon prochain texte (s’ii est publié). Nous pourrons en discuter après.

            Amicalement

            Leila

            • > Petite, l’école était mon paradis. 19 janvier 2004 00:51, par Utopia

              Leila, tout ce qui n’est jamais venu à nos oreilles en est il pour autant impossible ?
              J’ai entendu des communistes soutenir que les goulags n’existaient pas !

              La journaliste canadienne qui enquêtait sur les étudiants massacrés en Iran en est même morte !

              Je ne dis pas que les miliciens qui ont massacrés ces éudiants sont dignes représentatnts de l’Islam ! Je reste surpris du manque d’indignation de la communauté musulmane dans son ensemble à propos de ce type d’exaction .

              Utopia

            • > Petite, l’école était mon paradis. 19 janvier 2004 17:28, par Un Humaniste

              Lorsque vous dites : "Je ne suis pas une exégèse de l’islam mais on m’a toujours appris que l’islam est la religion du juste milieu".

              croiyez vous vraiment toujours que l’islam est la religion du juste milieu ?

              A ma connaissance, aucune des religions dites monothéiste religion ne se situe au milieu.
              Elles se sont toujours posisitionnée dans les extremes.

              Lorsque je lis sous votre plume avec quelle véhémence et quelle violence vous critiquez israel et les sionistes, je me pose la question si votre sensibilité et votre celerité à combattre l’injustice n’est pas unilatérale. Lorsque des musulmans en massacrent d’autres, c’est le silence total. Le Black-out ! silence, on tue !

              Enfin, évitez nous SVP, les histoire que personne ne peut confirmer ou infirmer sur le comportement du prophète ou de ses successeurs.

              Que voit - on aujourd’hui ? Est considéré plus musulman que l’autre, celui qui revendique le plus la pratique la plus extremiste de l’islam. Et le paradoxe, c’est que cette pratique de l’islam, personne (les decideurs de la loi islamique)n’a le courage de s’élever pour critiquer ou dénoncer ces dérives de l’islamisme. Ce que vous dites, je suis pret à l’entendre, mais pourquoi aucun musulman parmi les chefs religieux du monde ne se lève pour dénoncer ces dérives ?
              A mon sens, ce qui manque aujourd’hui dans le monde musulman, c’est une critique positive et objective de l’islam en général et de sa pratique en particulier.
              A ce jour, aucune recherche historique n’a été entreprise concernant l’islam. Ce qui d’ailleurs a été fait avec les christianisme et le judaisme.

              L’exemple type est celui de la lapidation. aujourd’hui, personne n’est capable de dire si c’est une ordonnance islamique ou pas. La même chose pour le port du voile !
              Et lorsqu’un dignitaire religieux (celui de l’université El AZHAR d’egypte) se prononce pour que les jeunes musulmanes de France peuvent retirer le voile, c’est la levée de bouclier contre lui !

              Concernant la manifestation, du 17/01, qu’a t on vu ?

              Un M. LATRECHE qui est venu dénoncer une loi tout en en incluant dans ses messages des dérives avec un relant antisémite !

              De mon point de vu, et je le regrette, juifs, catholiques et musulmans étaient concernés par cette manifestation. Et ce LATRECHE n’a pas jugé bon de les inviter. Grosse erreur ! J’en déduit que cette manifestation est plus politique qu’elle n’en avait l’air.

              Reveillons nous devant cette islamisme radical qui est à nos portes, perceptible ! Sous ses airs innofensifs, il inocule son poison et risque de toucher, à terme, toutes les composantesz des Français musulmans.

              Un Humaniste

          • Ravi de poser des questions qui font écho à ta sensibilité ! je viens de lire la réponse de Leila, et je dois dire que je ne suis pas entièrement convaincu !Mais, pour paraphraser Voltaire, si je ne suis pas d’accord avec elle, je me battrai jusqu’au bout pour qu’elle puisse défendre son opinion !

            amitiés à toi également

            Utopia

  • > Derrière la bête ... une femme 15 janvier 2004 18:59, par Essaid

    Bonjour Leila

    Je soutiens ta "colère" et je suis d’accord avec toi, ta colère est saine, elle repose sur des faits intangibles, les contester c’est être de mauvaise foi où alors vouloir ergoter.

    Dans mon pays la France il fait bon de taper sur le musulman car personne ne le représente ni à l’assemblée nationale,ni dans les communes, il ne pourra jamais se défendre car il n’a pas accès aux médias et aucun homme où femme politique de n’importe quel bord que ce soit ne nous défendra.

    C’EST A NOUS DE PRENDRE NOTRE DESTINEE EN MAIN, N’ATTENDONS RIEN DE PERSONNE.

    Comment voulez vous avoir une image positive vis à vis d’autrui ?
    Celà se travaille et se cultive.

    Nous ne sommes représentés que par des Beni oui oui de circonstance, ils veulent du pouvoir mais tout en étant asservis à leur maitres, ils sont manipulés par des gourous.

    Je ne peux me résoudre à me taire, je me battrais afin que toutes les personnes qui se reconnaissent en moi en fassent autant et cessent de jouer à l’autruche.

    Nous ne sommes pas des sauvages sans cervelle mais des êtres humains épris de liberté, de respect pour autrui, sous condition qu’il y ait de la réciprocité.

    La stigmatisation de "nous autres" me mets en rage.

    Nous demandons une égalité de traitement dans tous les domaines et je ne vais pas les énumérer, tous le monde les connait.

    Nous sommes avec toi Leila et ne te décourage pas.

    Essaid

  • > Derrière la bête ... une femme 16 janvier 2004 00:58

    Bonjour Leila,

    Quand je vois le traitement que réserve quotidiennement les médias, aux Français de confessions musulmanes, cela m’écoeure. Etre jugé pour ce qu’on est !!
    Une telle haine, qui puise sa source dans la peur de l’autre, dans l’ignorance, la généralisation et aujourd’hui dans la contre vérité.

    Je peux pas croire que les leçons de l’histoire n’ont aucun impact sur les consciences.
    Je suis passé par plusieurs phases : remise en question de mon identité, accusation de mes représentants politiques, de mes concitoyens pour ne pas réagir assez face à ces injustices...
    à croire que ce qui ne tue pas rends plus fort...
    j’ai sincèrement compris qu’en tant que Français, il était de mon devoir de ne jamais baisser l’échine.
    Je suis né Français, j’ai été éduqué à la Française par des Français, je me sens Français...et cela n’entre absolument pas en contradiction avec ma confession. Et les idéologies racistes, tendant à nous faire croire le contraire afin de nous marginaliser de notre société se trompent. Car je suis profondément attaché à ma République.

    Aussi, j’apprécie tes textes qui ne lâchent pas l’affaire face au déluge de clichés.

  • > Derrière la bête ... une femme 19 janvier 2004 23:12

    À Leila et Utopia,

    Nous sommes pratiquement tous sur le site Oulala, contre l’extrémisme, l’intégrisme et la violence. Nous tenons tous à peu près le même discours quand il s’agit de combattre la brutalité faite aux autres. Par contre j’ai remarqué, que lorsqu’on argumente avec plus de virulence, c’est souvent au sujet de la religion. À quoi bon ! Allons-nous y changer quelque chose ? Les religions à mon sens sont bien assez grandes pour se défendre toutes seules .

    Remarquez bien qu’il est facile pour ma pomme de donner des conseils sur ce sujet épineux, puisque je suis areligieux. Toutefois je crois sincèrement que chacun puisse exercer sont culte selon ses convenances, dans son temple respectif. Ailleurs ce n’est pas le bon endroit.

    Discuter avec quelqu’un qui a la foi et qui la défend avec acharnement, m’a toujours paru comme une perte de temps. Et là je ne parle pas de vous mesdames, loin de moi cette idée. Tu crois en Dieu et c’est très bien , dirais-je à mon meilleur ami, mais de grâce ne m’importune pas avec ta religion. Parce qu’après tout, nous aussi les incroyants avons le droit d’avoir la paix avec toutes ces croyances.

    Vous ne trouvez pas que nous avons bien d’autres choses à défendre ? Comme dénoncer toute cette violence guerrière faite à de pauvres peuples martyrs par des assassins tels que Bush, Sharon et autres.

    Leila je sais que tu as raison et que tu ne défends pas les intégristes islamiques et que tu essaies de réhabiliter le Coran des braves gens. Mais permets-moi tout de même de te dire que tu t’attaques à une cause presque perdue, car il y aura toujours quelqu’un pour remettre en question ta bonne foi.

    La religion ne se discute pas, elle se pratique.

    Amitiés à vous deux.

    Mehr Licht.

    • > Derrière la bête ... une femme 21 janvier 2004 21:42, par utopia

      J’adore ton pseudo, plus de lumière...Puissions nous y voir plus clair dans cette période troublée ! cela me semble une utopie bien sympathique, que je ne renie point !
      Que les religions soignent l’âme de ceux qui en besoin et laissent en paix ceux qui se font une autre idée du dérisoire et inéluctable destin de tout homme !
      cela me parait un programme à defendre, j’en conviens avec toi, mehr licht.

      Utopia

      PS , je touvais la terminaison "a" plus jolie, mais je suis...un garçon.

      • > Derrière la bête ... une femme 24 janvier 2004 20:38, par Mehr Licht

        Avec toutes mes excuses cher Utopia, loin de moi d’avoir voulu vous vexer. Utopia m’a paru du genre féminin, tout simplement.

        Amitiés,

        Mehr Licht

    • > Derrière la bête ... une femme 22 janvier 2004 10:35

      derrière la femme .... une sensation ...

      l’écriture n’est-elle pas en soi une... pratique ... ?

      il n’a que les MO qui changent ..

      ...certains l’affirment .... d’autres l’infirment ...

      sortons des dichotomies, des préjugés .. ils nous dépassent déjà assez dans la vie de tous les jours ....

      Dans un média alternatif, nous devrions défendre non la "religion" ou l"areligion" mais plutot l’expression ...

      avec quel discours devrait donc combattre l’extremisme, l’intégrisme et la violence ... ce sont les "croyances" des Hommes qui engendrent ces MO ....

      Polux

    • À quand le tour des droits des femmes ? 25 janvier 2004 02:54, par Pétrarque

      « Vous ne trouvez pas que nous avons bien d’autres choses à défendre ? Comme dénoncer toute cette violence guerrière faite à de pauvres peuples martyrs par des assassins tels que Bush, Sharon et autres. »

      Alors, les droits des femmes seraient moins importants que ces conflits ? Les femmes afghanes dont la majorité sont encore emprisonnées dans le burqa et qui ont peur, en Iran, en Irak, au Nigéria et ailleurs où appliquer la Sharia ou loi islamique se traduit souvent pour les femmes par la flagellation et même la mort. http://sisyphe.org/rubrique.php3?id_rubrique=2 .Bush est soi-disant allé apporter la démocratie en Irak. Résultat : on est en train de revenir à un régime islamique pur et dur et les femmes perdent des droits chèrement acquis. Allez lire sur le sujet : http://sisyphe.org/article.php3?id_article=882

      La liberté des femmes sera-t-elle un jour considérée aussi importante que toutes les principes religieux supposément dictés par un dieu ou ses disciples ?

  • > Derrière la bête ... une femme 27 février 2004 00:48, par Akys

    Tout d’abord, merci pour tes articles que je viens de découvrir (en meme tps que oulala).

    Lorsque j’ai commencé à lire ton article, j’ai eu l’impression de lire mon double. La douceur du lever de soleil (surtout la pure sensation de voir les journées s’allonger et nous emmener chaque jour loin de l’hiver), ce sentiment unique, que respectent les petits matins, d’être en harmonie avec soi, d’être soi, un être complet, solide et qui va vers l’avenir.

    Mais dès lors que le refrain Islam, Terrorisme, Islam, Antisémitisme (des arabes antisémites, c comme des omelettes sans œufs), dès lors que les médias martèlent mon esprit du nouveau fléau, de la peste verte qui s’abat sur le territoire français pour lui ôter son identité et permettre par la prolifération des petits musulmans d’islamiser ce vieux pays (véridique, y a des gens bien cultivés qui, négligeant toute distance critique, se sentent fragilisés par cette présence musulmane, euh invasion de l’empire judéo-chrétien) soit, ces moments qui ponctuent mes journées m’affaiblissent, me bousculent et me renvoient dans un passé assez lointain pour ne pas l’avoir vécu.

    Me voilà face à une question que jamais, jamais je n’aurais cru me poser.

    Comme le Léon de Maalouf et toi, à 17 ans je m’affirmais "citoyenne du monde", toutes les cultures, toutes les terres, toutes les langues m’appartenaient puisqu’elles n’étaient à personne en particulier. J’ai longtemps porté avec moi ces belles valeurs utopistes ("l’Utopie c’est la réalité de Demain" V. Hugo).

    A 20 ans, j’ai sombré dans l’indifférence, je m’interrogeais sur la religion, tout en me considérant musulmane, je m’autorisais à douter de l’existence de Dieu. Que sais-je ? J’ai découvert Khalil Gibran, son prophète, l’idée qu’un enfant est l’enfant de tous, puisque tous nous sommes enfants de la terre, nous sommes les fruits de ses semences, puis la poésie de Khayyam qui n’a pas aidé à répondre à mes interrogations mais m’a ouvert les yeux sur une époque que je ne connaissais pas.

    Cette période de ma courte vie est celle de la remise en question d’une culture occidentale (principalement littéraire) qui ne m’avait pas suffisamment ouverte à l’Orient autre que Chrétien. J’ai commencé à apprendre l’arabe et à me rapprocher de ce à quoi le monde extérieur me renvoyait sans cesse et que j’ignorais le plus.

    Aujourd’hui, j’aimerais croire à l’universalisme auquel ma naïveté, mon ignorance de la vie et de la politique m’avaient menée. Toutefois, je sens que ce monde, ses médias, ses politiques m’obligent, m’oppressent, me commandent de faire un choix, de me positionner dans des débats que je n’ai pas choisis, des débats biaisés, tronqués, truqués et je joue malgré moi le jeu des médias.

    Voilà que je me pose cette question que jamais je ne souhaitais me poser : quelles frontières me définissent ? Qui suis je ? Que suis je ? Comment me positionner ? La réponse m’est évidente mais jamais je n’avais imaginé qu’un jour, je devrais cesser de m’interroger ( de me construire) et m’emmurer sous des mots monosémiques, des mots froids et sans âme. Qui sait, un jour ces mots seront inscrits sur ma carte d’identité : musulmane, maghrébine, française. Dans quel ordre ??

    Et de plus en plus, je me sens insultée quand je vois que dans des émissions de deuxième partie de soirée sur la violence, les drogues, l’insécurité, la contrefaçon… les coupables de tant de méfaits ne sont qu’immigrés ou enfants d’immigrés maghrébins, portugais, asiatiques… Les Français subissent malheureusement la violence de tant de cultures, tant de langages, tant de diversité, tant de couleurs qui manquent de saveur une fois passés sous le filtre médiatique (à l’exception d’une minorité de médias).

    Comme le sujet porte sur les femmes, venons-y. Un collègue me dit, juste après la commission Stasi, que les musulmans ont toujours eu du mal avec les femmes. A priori, préjugé, idée reçue… Il y a des problèmes oui, allez voir dans les familles musulmanes et maghrébines qui dirige, allez voir dans des familles françaises et chrétiennes ou non qui dirige… Le pbm des femmes n’est pas propre à l’islam et le voile n’est encore qu’un prétexte. Comment discerner celles qui choisissent de celles qui subissent ? Et les femmes battues sont elles toutes voilées ? Le voile ne signifie pas soumission à l’homme (même s’il est vrai que… nuançons nos propos), le voile était porté au départ par les femmes de bonne société, afin de se distinguer des paysannes qui travaillaient dans les champs (cf. Malek Chebel, un article paru dans le nouvel obs, je crois).

    Dans l’islam il est dit que l’homme est supérieur à la femme. Il faut comprendre cette affirmation dans le contexte historique et au risque de choquer certains esprits, j’admets (je ne le défends pas) cette assertion. A une époque où seul l’homme apportait un revenu à la maison, l’homme était le lien avec l’extérieur tandis que la femme était chargée de l’éducation des enfants (dites-vous bien que les femmes musulmanes éduquent leurs garçons comme leurs mères ont éduqué leurs frères, de même pour les filles, elles sont éduquées comme l’ont été leurs mères), il est "normal" "acceptable" de noter une sorte de supériorité de l’homme qui devait nourrir la famille sur la femme qui garantissait l’honneur (être issu d’une bonne famille est essentiel) du nom donné par le père. J’ajoute que dans l’islam, la femme ne perçoit certes qu’une demi-part de l’héritage de son père (ce qui choque bcp, ceux qui osent portaient un regard d’homme du XXeme siècle sur un texte écrit au bas moyen âge (de l’ère chrétienne)) néanmoins cette part, ainsi que les revenus qu’elle pourrait recevoir, lui appartiennent à elle seule. L’homme a de nombreuses responsabilités en islam. Dans la pratique c bien diffèrent. Et une religion, certes, c avant tout de la pratique mais celle-ci est souvent imprégnée des habitudes culturelles qui varient selon les pays et les epoques (excision en afrique noire, sharia en iran...l’egypte de Farid el atrache et Oum Koulsoum et l’Egypte actuelle, deux entités opposées).

    La tendance actuelle en France est à l’antireligieux, j’avoue y avoir songé, cependant, je crois que les religions ont surtout servi les désirs expansionnistes de nombreux états. Leurs installations ont certes fait de nombreux dégats non négligeables mais n’oublions pas que toutes transmettent des messages de paix et de progres, toutes incitent l’homme à rechercher en lui l’humain, l’esprit qu’il est.
    Peut etre que je reve.

    • > Derrière la bête ... une femme 29 février 2004 12:28, par leila

      Chère Akys,

      Je te remercie de l’attention que tu as portée à mes textes.

      J’essaie de comprendre et d’analyser cette campagne politico-médiatique contre les français d’origine maghrébine. Certaines personnes, qui, hier « soutenaient » les beurs sont devenus des marchands de haine, pourquoi ?

      Ce double-jeu fait-il partie d’une stratégie ? Cette frange de la population française n’était-elle qu’un cheval de bataille qu’on a utilisé pour atteindre un certain but et qu’une fois l’objectif atteint on essaie de les précipiter dans le vide ?

      Nos ennemis essaient de nous dépeindre comme des personnes barbares et violentes et essayent de nous montrer que les autres citoyens français sont racistes et nous rejettent ; au fait ils divisent pour mieux régner ; mais ne tombons pas dans ce piège.

      La plupart des auteurs du site oulala.net sont de simples citoyens qui ont en marre de la désinformation et de la pensée unique, pourquoi ne nous rejoins-tu pas ?

      Amicalement

      Leila

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes