{id_article}
 

Insécurité, enfant du système

Par Pablo Z

L’insécurité n’est pas tombé du ciel. Elle est une conséquence de ce système. Pour la faire disparaitre, il faut changer les rouages du systemes qui laisse entrer en son sein la perversité du libéralisme et de la xénophobie

Les positions de l’extrême droite (FN,MNR) et de la droite nationaliste (RPF,MPF) sur le thème de l’insécurité sont les preuves mêmes d’un malaise stratégiquement médiatisé : Il est facile de flatter pour mieux régner. Le Pen, Mégret, Pasqua, DeVilliers, tous récupèrent les maux de la rue uniquement pour récolter les voix de ceux qui ne comprennent pas ces flambées de violence, réelles, mais qui ne sont pas tombées du ciel : Elles sont la conséquence des décisions historiques d’institutions irresponsables, de la violence symbolique ancrée dans les rouages du système, de l’oppression générée par l’économie capitaliste (chômage, exclusion, précarité) relayée par les médias qui trouvent aussi leur intérêt (celui de vendre, sans aucune critique, l’info comme une simple marchandise) dans le thème de l’insécurité. Mais elles sont aussi la conséquence de l’agression permanente généralisée des affiches xénophobes qui harcèlent tous les citoyens dans nos quartiers. Déchirons les ! Et il y a ces insultes devenues monnaie courante contre les gens d’origine immigrée, qui sont une constante humiliation. La violence née de sa forme légitime qu’incarnent les institutions, surtout lorsque ces institutions organisent la misère du monde (FMI,OMC...). Et puis la violence née, il ne faut pas l’oublier, du haut de la société. Elle s’enfourne ensuite dans le bas, pour remonter au point de départ. Voilà pourquoi ce sont les représentants des institutions qui sont les premiers visés. Et tous les politiciens ont bien compris qu’il leur fallait eux aussi vendre leur image comme le font les médias. Ces gens là ne veulent que le pouvoir, pas notre bien être. Ils n’analysent rien de ce phénomène pourtant complexe ; les gestes qu’on attribuent à des “sauvageons” représentent pourtant quelque chose : une révolution individuelle contre l’agression d’un Tout indéterminable, c’est à dire les rouages du système économique et social capitaliste qui favorisent l’expression des partis d‘extrême droite, premiers responsables de la violence et de l’insécurité.
Certes, l’insécurité existe. Mais il faut recentrer le débat et admettre que le statut quo des partis politiques ou l’idéologie populiste de la “tolérance 0” des partis d’extrême droite sont deux mauvaises réponses qui ne répondent en rien au problème de l’insécurité. Car personne aujourd’hui ne veut réfléchir : c’est pourtant nécessaire !
La surenchère en matière de sécurité ne ferait qu’augmenter la violence. Car c’est elle qui la crée depuis toujours. Jamais on obtient la paix par la répression.
Nous, Ras l’ front Jeunes Marseille, répondons NON à ces lapalissades vomissantes de l’extrême droite et des politiciens corrompus, au sujet de l’insécurité , car il est prouvé que ces réponses sécuritaires sont elles mêmes porteuses de violence et de haine.
Dans ce système, la violence ne saurait cesser. Elle est le germe du fascisme, de la xénophobie, du nationalisme, du conservatisme, du libéralisme.
Pour éradiquer l’insécurité, nous appelons à lutter contre toutes ces oppressions quotidiennes générées par l’extrême droite, les médias, et les politiciens populistes. Il faut répondre par des actions, des réflexions, et des prises de positions militantes. Et ce, parce que demain c’est nous, et que demain ne sera pas si nous n’agissons pas tous ensemble contre l’extrême droite.

Pablo Z


 
P.S.
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes