{id_article}
 
Les dessous de l’éoline

Centrales éoliennes en Bretagne

Pour réduire les gaz à effets de serre conformément aux Accords de Kyoto, la France s’engage dans une course aux énergies renouvelables qui peut, dans le cas de l’éolien, porter atteinte à la santé des personnes. Outre les perspectives favorables à une authentique écogestion, de formidables gisements éoliens font aujourd’hui l’affaire d’opérateurs qui n’ont que faire de l’autoconsommation.

La façade Nord-Ouest de la France verra bientôt se dresser 2000 aérogénérateurs regroupés en Centrales Eoliennes, parfois nommées, pour adoucir l’effet sémantique, fermes éoliennes.
Des aérogénérateurs d’une hauteur variant de 40 à 140 mètres commencent à sortir de terre, produisant sur les populations locales, dans un premier temps favorables à ce type d’énergie douce, des réactions de colère en vagues.

Ce vent de fronde résulte de la désinformation dans lesquelles elles ont été tenues au moment de la présentation de projets éoliens vendus comme "esthétiquement masqués dans le paysage" et surtout insonores.
Les habitants riverains de Centrales Eoliennes basées en Bretagne (et, par exemple, celles de Plougras, Dinéault, Plouyé...)se plaignent, en effet, d’intolérables nuisances sonores résultant du fonctionnenment des aérogénérateurs.
Il faut savoir qu’une éolienne ne saurait être muettte. Il en émane du bruit mécanique (dû à l’accélérateur de vitesse) et du bruit aérodynamique (celui des pales fendant l’air).
Or, le boucan estimé à 55db par les acousticiens au pied d’un aérogénérateur peut atteindre 103db, soit une production de bruit supérieure à celle d’une salle de concert.
De quoi se plaignent les populations locales situées, parfois, à des distances supérieures à 1,5 km du site implanté ?
Les riverains ne peuvent tout d’abord dormir la nuit ( ils entendent des sifflements aigus, des bruits qui s’apparentent tantôt à celui d’une machine à laver, tantôt à celui d’alarmes de voiture). Ils souffrent, par conséquent, d’insomnies, mais également de céphalées et d’acouphènes.
Certains d’entre eux sont en dépression ou tiennent des discours suicidaires.

C’est sans la moindre concertation des populations que se sont implantées des Centrales Eoliennes avant juillet 2003, date à laquelle est devenue obligatoire l’Enquête d’utilité publique.
Depuis lors, les populations n’apprennent l’existence d’une implantation prévisionnelle qu’à l’instant où le dossier de l’opérateur est ficelé et si correctement ficelé que les élus sont convaincus d’accepter pareils projets tant ils paraissent propres, magnifiques esthétiquement, et parfaitement insonores.
Mais qui se cache derrière ces opérateurs à fort alibi écologique ? Ceux-là même qui vendent le nucléaire et les énergies fossiles. A savoir Alstom, Shell, TotalFinaElf. Les promoteurs du nucléaire légèrement en panne de marché se reconvertissent ainsi ( retrouvant une virginité ) dans une industrie au rendement juteux favorisée par la Loi Cochet.
Industrie juteuse, en effet, car il s’agit du meilleur investissement du moment : il rapporte 20% de profit après impôt.
La Bretagne s’inquiète du manque total de transparence qui entoure ces projets aux capitaux mystérieux. Car d’où vient l’argent qui permet le financement de ces Centrales Eoliennes qui engage des milliards d’euros ? La question, si fondamentale qu’elle est, reste aujourd’hui sans réponse.
Pourquoi cette course folle à l’implantation sans protection pour les riverains ? Il faut savoir qu’à l’heure actuelle un opérateur a toute possibilité d’ériger un aérogénérateur à moins de 400 mètres d’une habitation.
Pourquoi laisse-t-on le citoyen français dans l’illusion qu’il participe d’une bonne action (voire d’une oeuvre humanitaire) en lui vantant l’éolien comme une alternative au nucléaire ?
Chacun sait que le marché nucléaire ne sera pas stoppé par la prolifération d’un Eolien qui ne représentera que 0,1% de la consommation d’électricité en 2005.
L’objectif, nous dit-on, est d’atteindre 21% d’électricité produite par des énergies alternatives à l’horizon 2010. Mais que ne développe-t-on le solaire ou le géothermique ! Il est vrai que ces énergies disponibles actuellement procèdent de l’autoconsommation et n’apportent aucune rente aux consortiums de l’atome et du pétrole.
Dans le Finistère, 70 à 80 sites éoliens sont à l’étude, sans informations auprès des personnes, sans la moindre communication de masse. La charte éolienne du Finistère (document officiel) laisse cependant apparître les risques que fait courir l’éolien :
- impact sur la flore, la faune, l’avifaune
- nuisances visuelles
- nuisances sonores
- effets stroboscopiques
- perturbations des ondes radio et TV.
Sans compter avec les risques naturels, météorologiques (tempêtes), mécaniques (en Allemagne des aérogénérateurs se sont enflammés

Une nouvelle configuration du paysage français se dessine actuellement dans l’ignorance des populations. Les humains concernés par ce nouveau traitement de l’électricité à usage industriel ne sont pas informés des risques sanitaires. Ils méconnaissent totalement l’enjeu financier du nouveau marché. Chacun croit coopérer à une excellente action en acquiesçant à une production d’énergie plus que douteuse. Laquelle ne diminuera pas la facture d’électricité des Français,laquelle ne fera pas disparaître les centrales nucléaires ni ne refermera pas le trou de la couche d’ozone.
Les populations riveraines des sites implantés se disent dupées. On ment à ceux qui apprennent que des implantations potentielles se préparent dans leurs communes. On leur dit, par exemple, que la technologie allemande est sans faille, que les machines françaises sont originellement défectueuses.

Cependant des sites basés en France sont pourvus en matériel allemand ou danois déclassé. Et les populations du Sud de la France sur lesquelles l’expérimentation est déjà à l’oeuvre connaît exactement l’impact de cette désinformation.
De nombreuses communes craignent le pire dans le Finistère : à Plouvien, à Plouigneau, à Ploudalmézeau, à Lanmeur, à Guimaëc, à Plougonven... Partout où des porteurs de projets mercenaires battent la campagne pour vendre l’éolien (en jouant de cette fumeuse dialectique :"Si vous êtes méfiants à l’égard de l’éolien, c’est que vous êtes pour le nucléaire" !), en allant frapper aux portes d’exploitants agricoles qui ne voient pas d’un oeil mauvais la rente que pourrait leur apporter un plant d’aérogénérateur à 3000 euros l’année et cela pendant 20 ou 30 ans. Ces promoteurs onctueux, au visage amical qui tant ressemble au Père Noël cache bien évidemment cette vérité gênante : une fois implantés ces aérogénérateurs (dits insonores) les empêcheront de vivre.

L’ampleur des nuisances résultant de l’éolien est telle en Grande-Bretagne que dans un récent sondage publié dans "Country Magazine", sondage rapporté dans le numéro 688 de "Courrier International", les Britanniques positionnent l’éolien au premier plan de leurs préoccupations loin devant le nucléaire.
En France, aujourd’hui, les Verts affirment que 95% des Français sont favorables à l’éolien. Ils ne peuvent, il est vrai, que soutenir la Loi Cochet. Pourquoi participent-ils, sans ciller, d’une désinformation de grande ampleur ? Avec ce couac étonnant, tout de même : Jean-Paul Delaitte, porte-parole des Verts pour l’Aveyron, compagnon de route de José Bové, dénonce au sein de l’association "Bon Vent" les nombreuses nuisances qu’impliquent l’industrie éolienne.


 
 
 
Forum lié à cet article

6 commentaires
  • > Centrales éoliennes en Bretagne 22 février 2004 19:03, par Karl-Groucho

    Oui, imposture !
    & deux fois imposture !

    En effet, l’éolien, comme l’ensemble des énergies naturelles ou « renouvelables » (?), ne peut s’entendre (est-ce le cas de le dire ?!) que totalement décentralisé, dilué, et c’est sa force<= ce qui ne saurait plaire aux marchands et aux privatiseurs (sic !) de biens collectifs, natiurels et inaliènables !

    Solaire, éolien, puits canadien pour tous, hors de toute « centrale » !

  • > Centrales éoliennes en Bretagne 26 février 2004 11:46, par denis

    L’imposture éolienne n’est hélas pas perçue de tous. Y compris dans la Presse que l’on supposerait attentive aux sirènes du renouvelable. Ainsi dans Libération de lundi, deux pages consacrées aux énergies nouvelles dénoncent, au passage, les Préfets des Côtes d’Armor et du Finistère qui rejetteraient, selon le quotidien, parfois, sans raison, les demandes de permis de construire.
    Certes, vu de loin, l’éolien semble une énergie sans danger aucun. Est-on allé sur place, à Plougras, à Dinéault, vérifier l’impact des aérogénérateurs sur la santé des personnes ?
    On ne peut célébrer, sans avoir sérieusement enquêté, les avantages de l’éolien industriel sans connaître la nocivité des centrales mises en place.
    L’éolien de petite taille (une dizaine de mètres) pour l’autoconsommation, OK. Aujourd’hui l’objectif ciblé des opérateurs est de faire fonction des aérogénérateurs de plus de 100 mètres développant 2,5Mkwh, soit la puissance annoncée des aérogénérateurs offshore.
    Il y a vraiment péril en la demeure pour les riverains des centrales éoliennes.

  • > Centrales éoliennes en Bretagne 27 avril 2004 09:27, par Erick de la Run

    Bonjour,
    J’affiche une sensibilité certaine sur le plan environnemental et j’ai eu l’occasion de voir et d’entendre des éoliennes.
    Je n’ai jamais lu autant de conneries ; cet article est de la pure désinformation ; il serait bon de siter vos sources ou les études qui viendraient étayer vos dires...qui ne sont en fait que le reflet de votre opinion aigrie.
    Devons nous rester les bras croisés, alors qu’aujourd’hui la technologie des energies renouvelable est mature ?
    Il y a eu le charbon , le pétrole, et aujourd’hui les ENR.
    Arretons de nous regarder le nombril, et assumons nos gachis et nos pollution, nous pouvons commencer à changer (en tout cas à limiter) notre impact (bien réel) sur l’environnement ! Ces 50 dernières années, de part son activité industrielle, l’homme à bouleversé l’environnement plus que ne l’on fait les 100000 dernieres années...a méditer !
    Certains égoïstes en sont encore à mégoter avec des arguments farfelus, mais que proposent ils ? rien ! ils ne seront souvent plus là dans 30 ans pour voir les résultats d’un manque de recul et d’intelligence !
    Je dis oui aux éoliennes, oui aux EnR en général !
    Erick de la Réunion.

    • > Centrales éoliennes en Bretagne 30 avril 2004 18:21, par denis

      Nul ne peut nier raisonnablement le risque encouru par l’implantation d’aérogénérateurs. Une éolienne s’est récemment abattue à Dunkerque. Quant à l’impact sonore sur la santé des populations riveraines, allez donc demander aux habitants de Plougras (22) !
      La désinformation est de faire croire que l’éolien industriel est sans défaut. Il n’y a guère que les écolos les plus intégristes (et sans doute ceux-ci ne vivent pas auprès d’un site implanté) ou les promoteurs et opérateurs de projets éoliens qui affirmeront, sans vergogne, que l’éolien est insonore et que les infrasons sont un mythe.
      Tout le monde sait aujourd’hui que le Capital est capable de toutes les récupérations (l’écologie est un excellent marché pour les chercheurs d’or)pour se vendre.
      Je défends pour ma part le petit éolien d’autoconsommation (qui privera bien sûr de profit les alliés du MEDEF)ou l’éolien industriel offshore.
      Il n’y a vraiment aucune bonne raison pour défendre le montage de sites éoliens qui seraient érigés à 400 mètres d’habitations. Pourquoi sacrifier des populations ? Est-cela l’environnementalisme et le respect de la vie ?
      Il faut être totalement dupe ou résolument intégriste pour promouvoir une production d’énergie intermittente, aléatoire et gigantesque (un aérogénérateur de 2,5MW atteint 125 mètres en bout de pales). Ou bien faut-il être soi-même impliqué dans l’un des marchés les plus juteux du moment.
      Des informations extrêmenent précises concernant l’éolien peuvent être consultées sur http://www.eolienne.net

  • > Centrales éoliennes en Bretagne 30 avril 2004 18:32, par denis

    Il est vrai que la France a pris un retard important relativement à l’information concernant les énergies renouvelables. L’éolien industriel est destiné à enrichir les marchands, que l’on ne s’y trompe pas.
    La France a pris beaucoup de retard pour développer le marché éolien. Les Britanniques, les Allemands, les Danois, les Hollandais ont pris plusieurs longueurs d’avance.
    Or dans l’ensemble de ces régions le désaccord gronde aujourd’hui.
    Les Hollandais ont décidé de développer des programmes offshore. Les Danois (et parmi eux de fervents écologistes) luttent contre les saccages commis au nom de ce type d’énergie renouvelable. En Allemagne, l’unanimité ne règne plus sur ce thème.
    Il faut donc consulter ces faits avant de commencer à faire n’importe quoi en France.

  • > Centrales éoliennes en Bretagne 7 octobre 2004 12:36, par Maël

    La déferlante éolienne en Bretagne est en cours. L’objectif affiché est de mettre en service 1000 aéroénérateurs d’ici 2010 - autrement dit 1000 mâts seront prochainement dressés défigurant considérablement l’une des plus belles régions d’Europe.
    Actuellement des schémas éoliens sont proposés en lecture dans quelques mairies du Finistère. Ces cartes sont pour la plupart ABSOLUMENT ILLISIBLES.
    Les sites projetés ne peuvent être clairement situés. Il est donc impossible de savoir VRAIMENT où seront élevés les prochains mâts.

    Attention au mensonge !
    Certaines municipalités du Finistère proposent un voyage gratuit pour aller voir les éoliennes de Plouyé. Celles-ci sont de petites tailles. Elles n’excèdent pas 50 mètres de hauteur. Or les éoliennes qui seront désormais implantées seront d’une hauteur supérieure à 100 mètres.

    Les habitants de Plougras (Côtes d’Armor) le savent bien. Pour les convaincre de l’innocuité du site qu’on allait créer près de chez eux, on les a emmenés sur un site en fonction.
    A l’arrivée, le parc éolien bâti auprès de chez eux était composé d’aérogénérateurs différents de ceux qu’ils avaient vu.

    Le même coup est en train de se produire. On propose de voir des machines dans un contexte environnemental qui ne correspondra pas à la réalité des nouveaux parcs.

    Enfin, il convient de savoir que les règles de proximité par rapport aux habitations sont les suivantes.
    Une éolienne peut être élevée à 300 mètres d’une maison d’habitation et à 150 mètres d’une exploitation agricole.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes