{id_article}
 
Star Academy nous abrutit

" Star Academy ", une illusion ’réaliste’

Par Gilles Martin

Ras le bol de la télé réalité ! Dans quelle piège des émissions comme Star Academy poussent notre génération ?

La télé réalité est plus que jamais d’actualité ! TF1 qui bavait devant le succès de " Loft Story " a lancé depuis des semaines sa " Star Academy ". Seize candidats, au départ, sont entrés dans cette " école " pour devenir des stars. Alors, avec l’aide de " pros " et sous l’œil de multiples caméras qui les filment 24h sur 24h, ils apprennent docilement à devenir des stars du show-bizz et ceci sous l’œil de millions de téléspectateurs assoiffés de sensations et de rêve bon marché. Car le tout est saupoudré de direct quotidien avec une grand messe le samedi soir où un apprenti sorcier est impitoyablement éjecté par les choix de ses condisciples, de ses professeurs et du public. La télévision n’a jamais été aussi proche de l’arène romaine et des gladiateurs. Tel est le lot de la télé réalité. Or, permettez-moi de me pencher sur le terme de " réalité ", ou de me poser cette question : la " Star Academy " est-elle le reflet du monde réel ?
L’histoire de l’art fut souvent traversée par deux concepts : le réalisme et le naturalisme. En peinture, le naturaliste se contente de reproduire "tel quel" le paysage ou le portrait qu’il dessine. Le réaliste, lui, transpose et transfigure les phénomènes du réel à travers le prisme de sa conception du monde [1]. Il est donc légitime de s’interroger sur ces " Reality show ". N’est-ce pas plutôt le dernier avatar d’un naturalisme plat et ennuyant à mourir où toute poésie est absente ? Et bien, non.
Le "réalisme" a toujours servi à mobiliser les peuples pour un projet de société. Au haut moyen âge, l’art roman était un réalisme au service de l’expansion du christianisme. Ensuite, la réalité splendide de l’œuvre d’un Michel-Ange servait à annoncer la " Renaissance. " Plus tard, le réalisme socialiste éveillait le peuple à la promesse d’un monde meilleur.
Aujourd’hui, les fresques de Michel-Ange ou l’œuvre du muraliste Siqueiros ont leur pendant contemporain, un nouvel art " réaliste " : " La télévision version TF1 ".
En effet, une émission comme " Star Academy " est un arsenic idéologique redoutable. Il est le meilleur agent du réalisme néolibéral.
D’abord, on éduque des millions de téléspectateurs à l’idée que le meilleur gagne et que celui qui apprend moins bien la chorégraphie ou qui chante faux doit être impitoyablement éliminé. Bref, la loi de la jungle, la loi du plus fort ! On imagine ce que cette idéologie prépare à faire accepter dans le monde du travail.
De plus " Star Academy " enchaîne, par le biais des sentiments et de l’émotion, ces mêmes spectateurs à un projet purement commercial : la fabrication d’un CD et l’organisation d’une tournée de concerts. Bref, de la publicité à l’état brut et non stop. D’ailleurs, TF1 ne s’y trompe pas, le jingle qui annonce les pubs est la musique de l’émission.
Enfin, on vend du rêve facile qui tente de faire croire que le conte de fée est possible pour tous et que nous pourrions, nous aussi, peut-être, devenir une star. Et si cela ne devait pas être le cas, ce serait uniquement de notre propre faute. A force de nous faire rêver à l’impossible, on finit par accepter son destin : TF1 inocule le fatalisme à une échelle massive.
Je me souviens d’une expérience marquante : en vacances, j’avais regardé " Qui veut gagner des millions ". J’étais dans une pièce à regarder une boite lumineuse alors que m’entouraient l’océan, les Antilles et un peuple que je ne connaissais pas. Ce n’est pas celui qu’on regarde à la télé qui est enfermé mais bien celui qui la regarde.
" Star Academy " dévoile la détresse d’une génération à qui on livre des rêves bien maigres. Combien de temps cette illusion ’réaliste’ durera. Car quand elle mourra, les tenants du pouvoir pourront trembler. N’acceptons plus ces fantasmes de pacotilles et partons à l’assaut du ciel, reprendre possession de nos rêves véritables.

Gilles Martin


Notes

[1A ce sujet, voir le l’entretien publié avec le peintre Somville aux Editions Aden.


 
P.S.

Le numéro complet d’Aden est en ligne
Illustration : "Mémoire" (c)René BALME

 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires
  • réalité d’illusionniste 14 janvier 2002 22:50, par Walk

    Très belle demonstration. J’y vois aussi une dimension sado-maso : Il faut souffrir pour réussir (dont ceux qui ont réussi ont forcément souffert...).

    J’ai été atterré depuis les débuts du Loft de constater cette évolution terrible. Récemment j’ai pensé que le filon allait produire tellement de pseudo-stars populistes qu’elles vont peut-être finir par s’anihiler l’une l’autre. De plus elles traineront derrière elles une odeur de souffre, car leur personnalité et même leur âme n’a plus de secret pour personne, et les bandes ressortiront régulièrement pour le meilleur et pour le pire.

    Il est possible qu’alors une star de la real ne soit plus vue que comme un adepte arriviste de striptease ou d’exhibitionnisme mental, et moins apprécié par les foules.

    Je me demande si à terme ces nombreux exemples-alibis d’une trompeuse réussite du peuple ne seront pas les premiers ennemis de la real tv.

    Il y a peut-être un espoir dans l’excès des real-affairistes : La nausée qu’elle pourrait finir par donner au peuple pour l’instant fasciné. Car on finira bien par prendre conscience du sens du mot "contrat" et de la fonction de "salarié populo-mediatique".

  • > " Star Academy ", une illusion ’réaliste’ 12 décembre 2002 13:35, par les.coquines.de.saint.tropez

    ma copine et moi ne sommes completement pas d’accord avec vous car nous pensons que star academy est tres motivant et tres amusant et que ca nous occupe et qu’il y a au moins quelque chose à regarder à la television.
    Nous vous avons dit notre facon de penser et nous en sommes tres contentes.
    Je pense que vous n’avez pas à juger les personnes comme vous le faites.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes