{id_article}
 

Made in Normandie

Soixante ans après, les vétérans américains sont de retour pour humer le sable, un peu frisquet, des plages normandes et s’enquérir du devenir de centaines filles qui ont été allègrement violées par la soldatesque états-unienne rescapée de la boucherie.

Ce pèlerinage ultime nous a valu quelques images fortes sur notre petite lucarne vespérale, et l’on se dit que les vétérans d’outre Atlantique ont vraiment de la chance ! C’eût été l’an dernier que le retour sur le lieu de l’exploit se produisît, en pleine canicule, tudieu, il eût fallu en rafraîchir plus d’un, où pire, réquisitionner les entrepôts frigorifiques ! Et expliquer que ce dernier dommage collatéral n’était pas un acte de vengeance lié à un manque de reconnaissance certain.

Chacun sait, et les historiens le confirment, qu’en ce qui concerne le débarquement du 6 juin 44, ce n’était pas une idée américaine mais une idée de Churchill avec participation britannique, canadienne, australienne et celle du front de l’Est.
C’est parce que l’URS avait vaincu Hitler que les USA se précipitèrent en Europe pour sauver leurs intérêts. [1]

Chacun sait, aussi que la guerre n’a pas été gagnée Normandie, mais à Stalingrad. 90% de l’armée Hitlérienne fut décimée à l’Est et pour un soldat états-unien tué il y en eu 53 soviétiques.
Il ne faut pas, dans cette affaire, sous-estimer non plus la participation de la Résistance intérieure qui avait, tout de même, bien œuvré dans l’ombre et fait subir de lourdes pertes à l’ennemi.

Personne ne vous contera dans les journaux télévisés qu’une grande partie du patronat US était pro-Hitler dans les années 30 et 40.
Personne ne dévoilera que Du Pont, Union Carbide, Westinghouse, General Electric, Goodrich, Singer, Kodak, ITT, JP Morgan, Ford, Esso, les ancètres de Debleiou... ont collaboré avec Hitler et pas seulement au début de la guerre. [2]

Pour connaître, l’opinion qu’avaient de la France et des Français les états-uniens de l’époque, je vous renvoie à « Nos amis les Français , guide pratique à l’usage des GI’s en France 1944-1945 », publié chez Le Cherche Midi. Un ouvrage qui avait été à l’époque commandé à des spécialistes par les responsables de l’armée américaine qui s’inquiétaient de voir se multiplier les incidents entre leurs troupes et la population (viols, vols, etc.), nous rapporte Fluctuat. On y trouve quelques succulentes descriptions de nos parents ou grand parents.
Les Français sont sales, ils sont habillés de guenilles, ils ont l’air miteux, ils sont flemmards, ils bavassent, ils sont cyniques et méprisants, leurs femmes sont faciles, ça sent l’ail et la sueur dans leur métro, ils ont collaboré.
Ca démarrait fort et il ne semble pas que la vision que donnent « les spécialistes » de l’administration US des pays qu’elle « visite » ait beaucoup évolué depuis.

Puisqu’il est dit que les Ricains ont libéré la France et que le martèlement médiatique du moment a tendance à l’imprimer définitivement dans la tête de ceux qui en douteraient encore, il devient urgent de rappeler, que la réécriture de l’histoire, telle que nous servent tous les dédias confondus, est quelque peu éloignée de la réalité historique des faits.
Silence dans les rangs ! On est prié de ne pas gâcher la fête à Chirac et Bush réconciliés pour un moment. Il est urgent de redorer l’image franco-américaine à l’approche des européennes pour bien montrer aux rares électeurs qui se déplaceront le 13 juin que le capitalisme, c’est, avant tout la liberté, que l’UMP c’est le gaullisme donc la libération, et que par conséquent, le bulletin à choisir est dûment désigné.

On pourrait, aussi, rappeler pour mémoire, que les bombardements US et Anglais à 10 000 mètres d’altitude n’avaient pas la précision chirurgicale que l’on aurait souhaitée, tuant par le fait bon nombre d’innocents endormis et occasionnant des dégâts (collatéraux) assez considérables, notamment aux abords des gares, triages et voies de chemin de fer !

Mais Sardou nous l’avait susurré dans les oreilles en son temps « si les Ricains n’étaient pas là, on serait tous... ». A mon humble avis, s’ils n’avaient pas été là les choses se seraient terminées de la même manière... un peu plus tard car le régime nazi avait du plomb dans le casque à pointe. Par contre, le partage du Monde à Yalta ne serait pas fait, sans doute, à l’avantage des USA, ce qui explique, en partie le D-Day. Venir finir le boulot pour mieux se partager le gâteau, OK, mais il faut savoir rester modestes les p’tits gars !

Dobleiou va pouvoir venir pavaner à côté d’une belle brochette de chefs d’états, dont le nôtre. Tous seront frappé, le temps d’un week-end, d’une amnésie soudaine et de bon aloi. Il est à souhaiter que Junior ait la délicatesse de laver le sang qu’il a sur les mains avant de la tendre à ceux qui n’auront pas le courage de la lui refuser, et ils seront nombreux.
Chacun oubliera pour un temps, suffisamment long croyez-le bien pour laisser passer les échéances électorales européennes, ce qui se passe en Irak, en Afghanistan, en Palestine... (Vous voulez la liste complète ?).

Un regain de patriotisme cathodique va voir le jour. Les plus accros ont fait le déplacement en camping-car.
L’armée, la police et la gendarmerie sont déjà mobilisées. Paris est quadrillé - occupé ricaneront certains. « Le Mémorial de Caen » va se faire un publicité internationale. Les plages ont été nettoyées. Pas un boulette ni une galette de pétrole. Tout est « clean » comme ils disent là-bas. Le retour sur investissement est donc garanti. Les produits dérivés sont sur les étals.

Et puisque nous sommes appelés à devenir le « bronze-cul » de cette Europe qui se construit dans l’indifférence la plus totale par une technocratie au service de la mondialisation galopante, lançons quelques messages codés, à la manière du Général, en direction de ceux qui ont gardé leur faculté d’écoute et d’analyse :
« Oulala, ici Oulala... Le fils de son père est en campagne.... Les veaux sont dans le bocage... Les Caraïbes semblent masquer le Goulag... Le grand-père du cow-boy a financé Hitler... Le voleur de poules est toujours à l’Elysée... La gauche et la droite se rapprochent... Les socialistes n’effaceront pas l’ardoise.... »

Au fait, quand est ce que la France dans sa grande reconnaissance va rendre hommage aux Africains qui se sont fait trouer la peau pour libérer le pays ?
Les Sénégalais, les Marocains, Algériens, Tunisiens, qui se souvient ? Les Brigades Internationales, do you remember ? Et les autres, les anonymes, les porteurs de valises, les cocus de l’histoire ?
Toujours rien ?

Rassurons-nous, le Baron Sellière à mis la main sur Editis qui est un acteur majeur de l’édition éducative. Les marchands de cannons ont bien mis la main sur les médias sans que la presse ne s’en émeuve...

Demain sera un grand jour pour l’histoire de France racontée à nos chères têtes métissées. Quant à l’histoire du Monde...


Notes
 
 
 
Forum lié à cet article

5 commentaires
  • > Made in Normandie 7 juin 2004 09:35, par Zapata

    Dieu merci, les Russes ont gagné la guerre a Stalingrad.
    Si la bataille entre Staline et Hitler avait eu lieu à Paris, je pense qu’on parlerait aujourd’hui le Russe et que les Basques subiraient le même sort que les Tchétchènes !

    Alors, oui, merci aux américains pour cette fois !

    • > Quand un révisionnisme en cache un autre 8 juin 2004 15:12, par Delfe

      Minimiser l’importance de la contre-offensive puis de l’avancée soviétique à l’Est, qui était de mise durant la guerre froide, apparaît aujourd’hui que la Russie a rejoint le club des pays libéraux comme un curieux déni de l’Histoire.
      Néanmoins, si on rappelle ailleurs à juste titre la complicité économique, et pour certains idéologique, des grands patrons étasuniens avec le régime hitlérien, on doit aussi se souvenir que jusqu’en 41 le pacte Ribbentrop-Molotov de non-agression liait Hitler et Staline puis qu’ensuite la puissance industrielle américaine fournira des milliers de tonnes de matériels aux Soviétiques tandis que les bombardements anglo-américains sur les principaux centres industriels (et urbains) d’Allemagne faciliteront l’avancée de l’Armée rouge.
      Laisser entendre comme dans une brève lue ici que les Américains se seraient contentés de voler au secours de la victoire une fois celle-ci quasi acquise par les soviets fait peu de cas de la réalité historique : sans la tenaille d’un double front est et ouest, les nazis auraient, au mieux, signé une paix séparée avec Staline, au pire, repris l’avantage en Russie (d’ailleurs, jusqu’à la fin, la diplomatie nazie, appuyée par le lobby pro hitlérien de Washington, espéra une alliance américano-allemande afin d’écraser les communistes) ; dans tous les cas, il semble improbable que les soviétiques eussent pu seuls les battre et arriver plus loin que Prague ou Varsovie, ce qu’ils firent du reste.
      De même, lorsqu’on évoque les dizaines de milliers de viols imputés aux militaires américains, il serait bon, faute de se montrer aussi peu objectif que ceux dont on dénonce une lecture partiale de l’Histoire, de rappeler que les soldats soviétiques en commirent des centaines de milliers de leur côté (ce qui bien évidemment n’excuse rien pour personne), sauf à considérer que c’étaient pour la plupart des Allemandes et donc qu’elles l’avaient bien mérité.
      Bref, on peut dénoncer calculs sordides et turpitudes des Américains sans chercher de l’autre côté une vertu qui n’existait pas davantage (et qui, jusqu’à preuve du contraire, n’existe nulle part où l’état de guerre remplace la morale civile).
      Encore une fois, halte aux raisonnements binaires (cf.absence de raison), à l’anti-américanisme (-communisme, -islamisme, -judaïsme, rayez les mentions de votre choix) primaire !

      • Certes, mais : lire la suite.

        Il ne faut pas mettre le mot révisionnisme à toutes les sauces et savoir l’utiliser à bon escient.
        Il y a plusieurs façons d’écrire l’histoire - cette fin de semaine dernière l’a fortement démontré. Le pouvoir à la sienne et c’est Sellière qui, demain, va la commercialiser et aider à l’imprimer dans la tête de nos petits enfants par l’entremise de l’Education Nationale.
        C’est CNN, TF1 et consorts qui aujourd’hui imposent leur vision de la vérité en « révisant » quotidiennement, heure après heure, la réalité effective du monde. Nous n’avons que rarement entendu accuser Bouygues, Dassault et les autres de révisionnisme permanent.

        La guerre n’est jamais propre et Staline ne fait pas partie de ceux que nous glorifions. Mais voir pavaner des assassins en puissance comme Bush, Poutine, Blair sur le sol de France et leur tisser des couronnes de lauriers alors qu’ils devraient être face à leurs juges, devant le TPI ou toute autre instance internationale, fait partie des spectacles qui nous font dire que le révisionnisme n’est pas là ou on le dénonce le plus.

        Les événements ne sont jamais ce qu’ils sont, ils sont ce que l’on dit qu’ils étaient.

        Lestrade

  • > viols commis par les GI 7 juin 2004 20:49, par Leila

    Sur les 17 000 viols commis par les GI américains en Europe en 1944 et 1945 lire l’article du monde :

    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-367488,0.html

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes