{id_article}
 

Réformer l’islam ... ou mourir

"Le Coran ne parle pas, ce sont les hommes qui parlent à travers lui", a dit ‘Ali, le gendre du Prophète. Détail majeur dans l’interprétation et la compréhension de l’islam. Postulat indispensable pour briser les chaînes qui maintiennent la religion musulmane dans un carcan trop étroit car figée à une époque donnée. Non, la religion musulmane ne découle pas entièrement et immédiatement du seul Coran, qui serait la parole de Dieu nue, absolue et éternelle. Car cela, comme nous le constatons tous les jours, bloque les processus d’évolution des sociétés musulmanes et islamiques.

Paralysées par une extrême prudence, elles se cachent derrière une inaptitude à présenter aux yeux de monde une approche à la fois fidèle à l’islam et en phase avec le progrès et la modernité. Tous les pays musulmans sont en retard, tant sur le plan culturel que dans les domaines des sciences et des connaissances, sans parler de la technique et de la création. Tout leur mode de vie est concentré jusqu’à l’obsession sur le respect de la tradition. Bloquées, les pieds dans le ciment du dogme, les sociétés contemporaines musulmanes regardent passer le train du futur sans pouvoir monter dedans. Il est grand temps que cela cesse. Mais pour briser le tabou il faut du courage. Certains l’ont payé de leur vie (Mahmoud Mohammed Taha fut pendu en 1985 par la junte militaire soudanaise pour apostasie). C’est donc un grand coup de chapeau que l’on doit tirer à Abdelmajid Charfi, cet éminent professeur à l’université des lettres de Tunis, historien et sociologue musulman, qui ose penser l’islam de l’intérieur avec le regard neuf d’un homme du XXème siècle (il est né en 1942). Ainsi, Charfi n’a de cesse de tenter de démontrer que les sciences sont une chance pour la religion, et non son ennemie.
Et il développe son propos en arabe, à dessein, car en s’adressant en premier lieu aux lecteurs unilingues qui, souvent, vivent repliés sur la culture du passé sans avoir la moindre idée des avantages qu’ils pourraient retirer des champs de connaissance modernes et même des problèmes et questions connexes qu’ils soulèvent. Pourquoi écrire en anglais ou en français (même si ce vecteur a plus de chance d’atteindre la communauté scientifique internationale) alors que la langue arabe se prête tout aussi bien à l’exercice de la pensée ?

Soyons clairs : seules les élites des sociétés musulmanes ont le libre choix, celui d’aller étudier en Occident ou de rester au pays, les 98% restant de la population sont maintenues sous le boisseau de la religion dictatoriale et continuent à osciller entre hostilité et fascination pour "l’autre monde". L’éducation est alors souvent concentrée sur les études religieuses ; et les filles en sont généralement exclues. Les rares qui tentent de s’extraire de la sphère islamique sont muets car il leur est impossible de s’exprimer librement du fait de l’influence conjuguée d’un pouvoir tyrannique, de la pression sociale, de la peur et de la suspicion qui suscite une parole neuve ...
Mais les sociétés musulmanes sont hétérogènes et la modernisation parvient parfois à y creuser un fin sillon par lequel s’acheminent quelques idées nouvelles comme, par exemple, le statut de la femme et le droit à l’enseignement. Mais c’est bien peu, c’est aussi très lent à se mettre en place. Trop lent.
Abdelmajid Charfi fait ici le pari audacieux de l’avenir en comptant sur la jeunesse pour faire sauter le verrou. Internet et la satellite ont apporté une autre vision du monde. Ainsi, les musulmans de la nouvelle génération souhaitent une réflexion islamique qui tiennent compte des quatre grandes révolutions majeures que l’humanité a connues :
1/ Copernic : la terre n’est pas le centre de l’univers ;
2/ Darwin : la théorie de l’évolution démontre que l’homme a perdu le rang à part qu’il croyait occuper au sein du règne animal ;
3/ Freud : l’homme n’agit pas selon sa seule volonté consciente mais il est soumis à l’influence de son inconscient, avec le refoulement et les pulsions que cela induit ;
4/ le destin n’est plus : la biotechnologie et la génétique ont pris le pouvoir sur le contrôle de la vie.

A tout cela s’ajoute tout naturellement les médias, on l’a dit, mais aussi la prospérité matérielle, une société sociale plus humaine, des valeurs nouvelles. Il convient donc impérativement de suivre les préceptes de Mahmoud Mohamed Taha qui, dans le livre qui lui a coûté la vie, Le second message de l’islam, affirmait que le message de Muhammad était destiné à toute l’humanité durant la période mecquoise, mais restreint aux contemporains du Prophète dans la période médinoise. En conséquence il est d’avis de supprimer les prescriptions contenues dans le message restreint car elles étaient appropriées aux conditions de vie du début duVIIème siècle, mais elles ne le sont plus à celles de la seconde moitié du XXème siècle ! Il faut donc revenir au message universel qui demeure valable, bien que le contexte ait changé.

Et comme ici aussi, tout comme chez les juifs et les chrétiens, tout n’est que pouvoir ; l’idée même d’un retour aux véritables valeurs d’une religion pour aider les hommes à vivre mieux est aussitôt traitée d’apostasie et l’on tue celui qui a osé bafouer les règles. Honte à tous ces intégristes grabataires ou infantiles, honte à tous ceux qui maintiennent le peuple musulman dans l’ignorance crasse pour pouvoir les manipuler et les exploiter !
Vive l’islam des Lumières, gloire à ses défenseurs, à commencer par Abdelmajid Charfi !


 
P.S.

Abdelmajid Charfi
L’islam entre le message et l’histoire
traduit de l’arabe par André Ferré
Collection "L’islam des Lumières", Albin Michel, 2004
230 p. - 18,50 euros

 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires
  • > Réformer l’islam ... ou mourir 13 octobre 2004 14:42, par Marc

    Bonjour,

    Vous écrivez que ce qui a pu révolutionner l’humanité sont entre autres :

    " Darwin : la théorie de l’évolution démontre que l’homme a perdu le rang à part qu’il croyait occuper au sein du règne animal "

    en tant que scientifique, laissé moi vous dire que cette "théorie" est à jeter à la poubelle. La théorie que je qualierais de "bestiale", n’a aucun fondement scientifique... et je vous invite à faire vos propres recherches sur le sujet et vous verrez qu’à la lumière des nouvelles connaissances dont on dispose aujourd’hui "la théorie bestiale" vole en mille éclats ... par exemple le simple fait que l’on est retrouvé à ce jour aucune "forme intermédiaire", et ceci aprés 150 ans de de fouilles archéologiques, alors que Darwin lui même disait que leur nombresdevaient être innombrable, et espérait qu’on découvrirait dans l’avenir, et que si ce n’était pas le cas sa théorie volerait en éclats ...
    Sans compter aujourd’hui sur tous les autres secteurs de la science , qui nous montre indéniablement que la "théorie bestiale" est à mettre aux oubliettes ...

    Pourquoi ne pas substituer à la pace "d’une pseudo théorie" qui n’a ni queue ni tête, la découverte révolutionnaire de l’ADN (dont l’information pourrait remplir une encyclopédie d’un million de pages !!)
    Rappelons à ce titre, que francis Francis Crick, qui a longtemps cru à la théorie de l’évolution des molécules, a fini par reconnaître, à la suite de la découverte de l’ADN, qu’une molécule si complexe ne peut pas être formée de manière aléatoire et spontanée à la suite d’un processus d’évolution :

    "Un homme intègre, armé de tout le savoir qui nous est acquis à ce jour, est contraint d’avouer à ce stade, en quelque sorte, que l’origine de la vie paraît être un miracle."
    (source : Francis Crick, Life Itself : It’s Origin and Nature, New York, Simon & Schuster, 1981, p. 88.)

    Je ne veux pas ici vous apporter les preuves irréfutables parce que scientifiques, d’autres l’ont fait meiux que moi, et je vous invite vivement pour les gens "intègre, armé de tout le savoir qui nous est acquis à ce jour", à vous documenter.

    Je vous invite à voir le lien suivant et vous trouverez toutes les informations nécessaires pour comprendre combien "théorie bestiale" a été, et restera la supercherie du siècle.
    http://www.harunyahya.com/fr/evolution10.php
    Je tiens à préciser à l’auteur, que Darwin n’a jamais rien "démontré", comme vous le sous-entendez ...il a eu une imagination trop débordante et c’est tout ...

    PS : Jean Pierre Grassé qui fut longtemps détenteur de la chair de l’évolution à la Sorbonne, c’est réveillé un jour en se disant qu’il a perdu trente ans de sa vie à courir aprés des illusions...trente ans pour rien, c’est dur, et c’est pourquoi, il dénonce cette supercherie qu’est cette théorie

  • > Réformer l’islam ... ou mourir 17 octobre 2004 15:55, par proder

    Tout ce que Marc essaie de démontrer est que c’est la Science qui apporte des explications suffisantes sur l’origine de l’Homme. Elle a le mérite de pouvoir se mettre en doute, contrairement aux zélateurs de la création divine avec leurs théories aussi fumeuses que le mythe Adam et Eve.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes