{id_article}
 

Intoxiqué !

Newton est mort, Einstein est mort, et moi je ne me sens pas très bien. OK, c’est une boutade mais, sérieusement, ça fait un bout de temps que je cherche à savoir pourquoi je me sens patraque. J’ai fait des tas d’analyses, j’ai vu des spécialistes qui m’ont coûté un max. Rien ! Selon eux je devrais me porter comme un charme. Ils n’ont absolument rien trouvé d’anormal. Moi je sais que ça ne va pas et j’ai enfin compris pourquoi : je suis intoxiqué !

Je ne bois pas d’alcool, je ne fume pas, je ne me drogue pas non plus et pourtant, je vous dis, je suis intoxiqué. Par les insecticides, les herbicides, les fongicides, les antibiotiques et les hormones de croissance qui restaient dans la viande que j’ai mangé, les produits chimiques, les médicaments, les métaux lourds, le mercure, les amalgames de plomb, les additifs comme les agents colorants, les préservatifs, les émulsifiants et les additifs qu’on met pour améliorer le goût des saloperies agro-alimentaires que je consomme. Par les émanations de certains produits de beauté, qui flottent dans l’appart’ quand ma femme se maquille. La poudre, les colorants pour les cheveux, les désodorisants et les parfums. Par la fumée des cigarettes des autres, les évacuations des gaz des usines et par les gaz d’échappement des bagnoles. Par les produits décapants que mon voisin utilise pour rénover sa maison, par l’aspartame, et les poussières nocives en suspension. L’air est irrespirable, mais j’ai rien d’autre à respirer, moi ! J’ose même pas imaginer l’état de mes poumons, de mes reins, de mes organes. Depuis que j’ai compris ça j’ai essayé d’aller ailleurs où il n’y a pas toutes ces merdes. Mais y’a pas d’ailleurs, c’est partout pareil. J’ai plus qu’à me résigner à continuer à être intoxiqué malgré moi et contre mon gré. Je me sens aussi intoxiqué par ces prétendues infos du journal télévisé, les articles des quotidiens de la presse, par les pseudo explications des scandales des politiciens. Les enfants autour de moi sont intoxiqués par les jeux vidéos. Ça n’a pas l’air de gêner les parents.

Que faire pour éviter ça ? Manger bio, faire des cures de désintoxication, trier ce que je mange, sélectionner ce que je lis, ce que j’écoute ? Vous allez croire que je suis parano, hein ! Mais vous-mêmes, vous ne sentez pas que vous êtes intoxiqués depuis des années. Non ? Parce que vous buvez chaque jour votre litre d’eau minérale qui coule des sources des montagnes, parce que vous faites du jogging dans les rues de Paris, et que vous n’écoutez que CNN. Ah ! C’est peut-être vous qui avez raison. Ne pas se poser de questions, rentrer dans le jeu de peur de passer pour un fâcheux, et ne rien changer à ses habitudes. D’autant plus que les journaux n’en ont pas parlé de toutes ces sources d’intoxication, ou alors si peu, pour ne pas effrayer les populaces.

Merde ! Ça devait être bien l’Amérique du temps des Amérindiens, avant que ces braves colons au-dessus de tout soupçon déciment ces sauvages et créent le pays le plus pollueur de la planète. Au moins on respirait de l’air pur et on bouffait naturel. Pareil dans le reste du monde. Mais tout ça est changé. Ça doit être ça le progrès ! En attendant, j’ai pas changé d’avis. Je suis soi-disant en parfaite santé, mais je vais mourir comme vous, intoxiqué.

Algarath

PS.
Si vous croyez que désinfecter l’atmosphère où vous vivez va vous aider, lisez-donc cet article paru dans Libé le lendemain où j’ai rédigé cet article.

"Ça pue plus mais ça tue"

Selon l’association de consommateurs UFC-Que Choisir, les désodorisants, bougies, encens et autres parfums d’intérieurs relâchent de nombreuses substances toxiques ou allergisantes.

Par AFP. lundi 22 novembre 2004 (Liberation.fr - 12:56)

Les désodorisants, bougies, encens et autres parfums d’intérieurs, loin d’assainir l’air comme ils le prétendent, relâchent de nombreuses substances toxiques ou allergisantes, a révèlé lundi l’association de consommateurs UFC-Que Choisir après avoir testé 35 produits. « Les résultats sont véritablement alarmants, on a envie de dire, “ respirer tue ” », commente le président de l’UFC-Que choisir Alain Bazot.

Sur 35 produits testés, 5 sont particulièrement nocifs pour la santé, et devraient selon l’association porter la mention « peut provoquer le cancer ». Il s’agit d’un cône bleu, IBA Sanaga épices marines, du diffuseur Air Wick Décosphère vanille et orchidée, du bâton d’encens bleu d’évasion de Monoprix, de la lampe Berger Orange Cannelle et des bâtons d’encens fleur de vanille Ushuaia. Leurs niveaux élevés en benzène et/ou formaldéhyde, deux produits chimiques cancérigènes pour l’homme, entre autres, devrait conduire selon l’UFC à leur interdiction des lieux publics et à leur étiquetage.

Aucun des 35 produits testés n’est inoffensif, souligne l’association. Les adeptes du naturel qui croient avoir fait le bon choix avec l’encens et les bougies « ont tout faux ». « Brûler de l’encens, c’est à peu près comme repirer au plus près d’un pot d’échappement », indique le magazine, qui publie les résultats complets de l’enquête dans son numéro de décembre. Les bougies, fabriquées avec de la paraffine, un dérivé du pétrole, diffusent pendant leur combustion styrène, naphtalène (cancérigènes possibles), formaldéhyde (cancérigène) et allergènes.

Le papier d’arménie, qui se vante d’être « le plus ancien assainissant naturel », charge l’air en formaldéhyde et benzène. In fine, l’association recommande au consommateur de bannir tous les produits, et de ventiler les pièces. S’il s’agit de dissiper une mauvaise odeur passagère (dans les toilettes), les vaporisateurs qui ont un effet temporaire, sont « les moins mauvais ». S’il s’agit d’une odeur de cuisine, mieux vaut tout simplement ouvrir la fenêtre.

Dans un autre article paru dans Le Monde du 22 Novembre, on lit ce qui suit :

Des échantillons de sang de 14 ministres européens de la santé et de l’environnement ont été analysés par le WWF International, dont les résultats ont été rendus publics le 19 octobre. Le ministre français, Serge Lepeltier, avait 37 substances chimiques dans le sang pour un total de 55 produits dépistés, dont certains sont censés être interdits depuis plus de vingt ans. Le ministre le plus contaminé avait 43 produits, celui s’en sortant le mieux 25, des PCB, des phtalates, des pesticides, des antibactériens, des retardateurs de flamme. Serge Lepeltier avait estimé qu’il ne fallait succomber "ni à la panique ni à la résignation". "Si les résultats de mes analyses ne démontrent pas de contamination particulière, ils démontrent que, comme tout le monde, mon organisme est contaminé par des produits chimiques toxiques."

Le Figaro du 23 Novembre, quant à lui, nous met en garde contre l’atmosphère viciée des églises. Quand je vous dis qu’il n’y a pas d’ailleurs...

Air vicié dans les églises [23 novembre 2004]
Des chercheurs de l’université de Maastricht (Pays-Bas) alertent l’opinion avant les fêtes de Noël (1). L’atmosphère des églises peut être aussi polluée par les cierges que certaines rues par le trafic automobile. Au cours d’une simulation grandeur nature d’une cérémonie religieuse, ils ont constaté avec stupeur que l’air de la basilique de Maastricht contenait vingt fois plus de particules PM10 que la limite autorisée par l’Union européenne. Ils ont également découvert des niveaux très élevés d’hydrocarbures aromatiques polycycliques carcinogènes et des types inconnus de radicaux libres dégagés par la combustion des bougies et des encens. Les atomes de radicaux libres contribuent au déclenchement et au développement de tumeurs cancéreuses.


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes