{id_article}
 

Si la justice existe, vous m’en mettrez une livre. Ne l’emballez pas, c’est pour consommer tout de suite !

Il advint donc, ce jour, ou José Bové fut condamné à trois mois de prison ferme. Il advint donc, puisque la cour de cassation a rejeté ce qu’elle accorde avec enthousiasme aux gestionnaires de fait et autres détourneurs de fonds et de démocratie.

Cela nous interroge, pour peu que l’on ait envie de le faire sur la disproportion entre le geste ou l’acte et la sanction. Comme il existe une échelle des valeurs, un peu pour tout et surtout n’importe quoi, il conviendra de mettre au point un étalon pour mesurer l’écart entre la faute et la réparation. (Etalonner la connerie est inutile, ne perdons pas de temps dans ce domaine.)

Si une telle échelle existait l’on pourrait s’amuser à loisir à des comparaisons qui, de mon point de vue, ne seraient pas à l’avantage de ceux que l’on croit.

Si pour avoir démonté, assez proprement, du reste un Mac Do dans la bonne ville de Millau, la sanction encourue est de 3 mois de prison ferme, de combien devrait être la sanction infligée à Total Fina pour avoir démonté tout un quartier de Toulouse à l’explosif et envoyé à l’hôpital une bonne partie de ses habitants ?

Combien de siècles de prison pour Total Fina (encore lui) pour avoir souillé les plages bretonnes et envoyé vers l’au-delà des milliers d’oiseaux et de poissons qui ne demandaient qu’une chose : qu’on leur foute la paix ?

Combien peut encourir le PDG du Groupe BSN, ou celui de Brant, pour avoir, pensé et préparé, donc prémédité le licenciement de centaines d’ouvriers au seul prétexte d’être agréable à ses actionnaires ?

Quelle devrait être la sanction infligée, en France, à ceux qui se sont rendus coupables d’aide et de soutien à la politique de folie destructrice Etats-Unienne, qui a fait pas mal de victimes inocentes, tout de même ?

La liste étant infinie, je laisse le soin à chacun de la compléter ou de de bâtir ses propres hypothèses et à la justice de mon pays (de plus en plus asservi aux lobbies internationaux) d’en tirer les conclusions.

Il est donc des crimes qui sont des actes de bravoure et des actes de bravoures qui deviennent des crimes au pays des Droits de l’Homme.

Dont acte.


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes