{id_article}
 

Le « démocrate » YUSHENKO et ses amis

Il a été facile de faire connaissance avec les soutiens officiels qui ont proclamé à la face du monde et des caméras de télévision le candidat de leur choix élu sur la simple foi de sondages qu’ils avaient commandité et au mépris des institutions ukrainiennes : Colin POWELL, le secrétaire général de l’OTAN, Vaclav HAVEL, WALESA ont été les figures les plus médiatisées.

Mais leur apparition sur les tréteaux médiatiques avait été réglée par les metteurs en scène qui depuis des mois rédigeaient le scénario du film et rassemblait de quoi payer les acteurs et les centaines de milliers de figurants.
Citons en quelques uns qui ont été identifiés par l’Ukrainian Center for Political and Economic Research (UCPER) :
-  REVIVAL soutenu par la « Fondation pour la Société Ouverte » du milliardaire US, George SOROS et qui compte parmi ses dirigeants : Henri KISSINGER et quelques autres au passé aussi chargé
-  FREEDOM HOUSE ( Maison de la liberté) une association dirigée par James WOLSEY ancien directeur de la CIA et qui compte parmi ses administrateurs Samuel HUNTINGTON, le fameux théoricien du choc des civilisations et Diana VILLIERS-NEGROPONTE, l’épouse de l’ambassadeur des Etats-Unis à Bagdad. La FREEDOM HOUSE dispose de bureaux à Kiev, mais aussi dans tous les pays visés par la domination US : Bulgarie, Azerbaïdjan, Georgie, Ouzbékistan, Kazakhstan,
-  POLAND AMERICA UKRAINE COOPERATION INITIATIVE (PAUCI) est une émanation de la précédente créée pour les besoins de la pénétration des intérêts US dans la région et dont le titre indique à lui seul les chemins suivis par l’interventionnisme US en Europe. A son Conseil d’administration figurent les ambassadeurs US en Ukraine en Pologne et en Moldavie et le délégué de l’USAID (une sorte d’agence de développement de l’administration US) en Ukraine
-  NATIONAL ENDOWMENT FOR DEMOCRACY qui est le faux nez politique de la CIA animé, entre autres, par le théoricien de la « Fin de l’Histoire », Francis FUKUYAMA qui annonçait après la dissolution de l’URSS l’entrée de l’humanité dans un âge infini de capitalisme libéral dont l’humanité en question a pu depuis goûter depuis tous les bienfaits : guerres, chômage de masse, corruption des classes dirigeantes ...

Du côté ukrainien les principaux soutiens de YUSHENKO sont :
-  un autre ancien premier ministre ukrainien en 96/97, PAavel LAZARENKO, qui bien qu’il soit aujourd’hui en prison aux Etats-Unis (où il résidait pour échapper aux poursuites) pour détournement de fonds (114 millions de dollars) a mis beaucoup d’argent à l’abri dans des paradis fiscaux comme la plupart des « oligarques », ces technocrates de l’ex-ère soviétique qui se sont appropriés les biens collectifs
-  la « princesse » comme elle est appelée en Ukraine, à savoir Mme Yulia TIMOSHENKO qui est à la tête des foules rassemblées dans le centre de Kiev et exhorte ses supporters à envahir les bâtiments officiels. Avant de se lancer dans la politique et d’occuper le poste de vice-premier ministre, elle présidait aux destinées d’une grande entreprise de distribution d’énergie (United Energy Systems of Ukraine) lorsque LAZARENKO était premier ministre. Soupçonnée, elle aussi, de détournement de fonds elle fut mise en prison mais relâchée ensuite après s’être déclarée « prisonnier politique » et avoir ameuté l’opinion.

Tout ce beau monde a assez d’argent pour assurer la mise en place de tentes, de cantines roulantes et de tout le matériel nécessaire - y compris la fourniture de repas - à la tenue des rassemblements quotidiens de plusieurs centaines de milliers de personnes à Kiev qui durent depuis une semaine.

Avec pareil parrainage, les antécédents politiques de YUSHENKO ne peuvent surprendre. S’Il bénéficie aujourd’hui d’un appui total à Washington, c’est qu’il a fait ses preuves.

En qualité de Président de la Banque Centrale il va, à partir de 1993, faire subir à son pays une sévère purge à la sauce FMI. Qu’on en juge. Le FMI exige l’abandon du contrôle des changes qui a lieu en Octobre 94. La monnaie nationale s’effondre et dés le lendemain le prix du pain est multiplié par 3, celui de l’électricité par 6, celui des transports publics par 9. Sitôt après, le FMI impose l’achat de blé US subventionné dans un pays qui possède les meilleures terres à blé du monde avec celles du Middle West étasunien et le dollar devient la monnaie de référence.

L’ensemble de ces mesures fait baisser le PIB de 60 % en 4 ans, appauvrit considérablement la population - d’après l’office statistique ukrainien le niveau réel des salaires a baissé de 75 % entre 1991 et 1998 - à l’exception de ceux qui, comme LAZARENKO, YUSHENKO et TIMOSHENKO sont aux commandes et brassent des dollars.

C’est le FMI, encore lui, qui l’imposera comme premier ministre en 1999 en échange d’un nouveau prêt de 300 millions de dollars.

Mais manifestement et malgré les appels à la grève générale et à la désobéissance civile le pays ne bascule pas. Quand les manipulations politiques, financières et médiatiques ne suffisent pas, le recours aux armes n’est pas loin.

Ainsi le 25 Novembre, le général MARCHUK ancien ministre de la Défense, démis de ses fonctions en Septembre 2004 a-t-il appelé l’armée à se révolter et à prendre parti pour YUSHENKO. Il a mis en demeure la Russie de ne pas intervenir dans le conflit ukrainien, de ne pas profiter de sa présence militaire en Crimée (la marine russe a un contrat de 20 ans pour l’utilisation du port de Sébastopol). Il se faisait ainsi l’écho des demandes pressantes de Donald RUMSFELD (qu’il avait reçu en Août 2004 à Yalta en Crimée) de ne pas respecter cet accord international.

Le 29 Novembre, le nouveau ministre de la Défense, le général KUZMUK lui a répondu. Dans un communiqué en forme d’adresse solennelle à la nation, il a confirmé que des manifestants et des députés favorables à YUSHENKO s’étaient présentés dans les casernes pour appeler les soldats à l’insoumission et a mis en garde la population contre toute tentative d’engager l’armée dans le conflit politique en cours.

Cet avertissement confirme que le camp YUSHENKO et ses soutiens extérieurs n’excluent pas l’hypothèse d’une guerre civile. La Yougoslavie n’aurait alors été qu’un modèle réduit des horreurs en préparation sur les bords de la Mer Noire.


 
 
 
Forum lié à cet article

3 commentaires
  • > Le « démocrate » YUSHENKO et ses amis 1er décembre 2004 22:04, par Mehr Licht.

    Comaguer, vous m’enlevez les mots de la "Bush". Ne pas oublier non plus que les États-Unis envoient plus de 200 millions de dollars à la droite ukrainiène chaque année. l’Ukraine étant le troisième pays, après Israël et l’Égypte à recevoir ces pots-de-vin. Ce qui explique l’influence des USA dans les politiques de ces pays. L’hégémonie, cela se paye CASH ! les États-Unis en sont conscients.

    Cordialement,

    Mehr Licht

  • > Le « démocrate » YUSHENKO et ses amis 2 décembre 2004 09:27, par Ahnad

    Simple question : et Poutine dans tout cela ? La zone d’influence de l’ex-URSS se rétrécit chaque jour un peu plus.Il finira bien par réagir mais quand et surtout comment ? A votre avis ?

  • vous oubliez un des mouvements les plus importants(si pas le + important),cad, "PORA"...

    Et pour celui là, il semblerai que c du coté de Sorros.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes