{id_article}
 

Asie : l’Etat n’est donc pas (plus) l’expression de l’intérêt général

70 milliards de dollars US pour 150 000 morts en Irak...
200 fois moins pour les 150 000 morts de l’océan indien...

Emotion populaire, consensus médiatique et politique... devant les drames humains de l’océan indien, comme dans beaucoup d’autres situations à différentes échelles (sidaction, telethon..), la nécessité d’une réponse collective face aux besoins humains vitaux est perçu massivement... Les millions de personnes qui veulent faire quelquechose ressentent cette exigence de ne pas laisser l’autre seul... Nous sommes une société humaine dont les intérêts vitaux sont communs. Pour l’immense majorité des êtres humains, face aux difficultés, la mise en commun est légitime, naturelle... humaine !

Mais ces millions de gens qui veulent agir considèrent implicitement que ce n’est pas le rôle des états ! Tout au moins, dans les faits, ce sont les initiatives individuelles, associatives qui sont sur le devant de la scène. L’état qui se présente comme l’expression des intérêts collectifs, qui est l’instrument de la loi, elle même expression de la volonté générale... cet état n’est pas le meilleur outil pour organiser cette mise en commun, cette solidarité...

L’expression de la volonté générale de solidarité ne peut s’exprimer que dans l’acte personnel, individuel, au besoin par le biais d’associations, d’ONG... et de plus en plus souvent par le biais d’entreprises privées... De grandes entreprises américaines "abondent" ainsi les dons de leurs employés... Et les mots ne sont pas innocents... les médias donnent les chiffres.. les dons "privés" deviennent rapidement supérieur aux dons "publics"

Ainsi, la solidarité, la mise en commun face aux drames n’est plus une affaire publique, une question que les hommes et les femmes organisent ensemble dans la cité, et donc plus une question de politique au sens noble. De tout bord politicien, on se congratule devant les médias pour apporter son obole, on se précipite devant les victimes, et France Inter peut décerner la ’"palme" de la solidarité... Douste Blazy après sa nuit en hopital psychiatrique peut foncer sur les plages dévastées... Bush père, fils et cousin Clinton paradent en appelant les multinationales à agir...

Et l’on nous assomme de chiffres sans références... 100 000 Euros versés par telle entreprise, 100 millions par tel état... 350 Millions de dollars par les USA... un immense effort mondial pour apporter une aide de... 2, 3, 4 ? milliards de dollars..

Et pendant ce temps....
- les USA ont dépensés à eux seuls 70 Milliards de dollars pour mener une guerre en Irak dont l’estimation du nombre de morts est voisine des victimes de l’océan indien.. (oui 17 fois plus que l’aide totale annoncée !)
- la seule société Microsoft a annoncé il y a quelques mois qu’elle versera plus de 40 Milliards de dollar de dividences à ses actionnaires... (10 fois plus !)
- et personne ou si rarement, ne s’interroge sur les causes réelles de ce drame, au delà des tremblements de terre... Qui parlent des balises de détection des tsunamis ? des protections que s’organisent les bases militaires américaines et autres dans la région... des raisons qui font que ce sont massivement les pauvres paysans ou pêcheurs qui sont les principales victimes (certes avec des touristes...)

Je ne sais comment réagir devant ces médias qui organisent, justifient, accompagnent ce formidable détournement de vérité, ce mensonge politique planétaire... mais je voudrais entendre une colère noire monter contre cette gigantesque propagande honteuse, cette opération médiatique planétaire qui transforme des dirigeants militaristes en héros de la défense des plus pauvres, qui leur construit des légendes qui n’ont pas d’autre but que d’asseoir le pouvoir qu’ils ont déja...qui nous masque la vérité cruelle de la réalité de ces gouvernements, de leur nature...

Car il est une leçon politique de toute première importance... L’état qui se défausse ainsi des besoins humains vitaux, mais organise avec la plus grande vigueur ses moyens policiers et militaires, se révèle pour ce qu’il est : l’outil de la domination économique, militaire, idéologique de quelques uns... loin des intérêts communs, publics....Si les millions de personnes solidaires prenaient conscience de la nécessité, au delà d’un acte isolé, de construire enfin la "république" de la mise en commun des hommes et des femmes pour répondre à leurs besoins individuels et sociaux...

Ce serait le renouveau du communisme....

pam


 
 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
  • Merci pour cette prise de conscience dure mais nécessaire. Effectivemt, s’il est beau que nos concitoyens s’émeuvent et participent à l’aide aux victimes du tsunami, il est inaceptable de voir tout cela récupéré par les grandes entreprises ou tout autre capitaliste en mal de publicité et de voir l’état, encore une fois, dépouillé de ses pouvoirs. Méfiez-vous, bientôt même l’éducation sera à vendre.

    Cependant, j’aimerai ajouter ceci. Il est clair que les 150.000 victimes du tsunami ont créé une émotion particulière et provoqué une réaction populaire saine. Ceci dit, chaque jour, chaque mois, chaque année, des milliers de personnes meurent sur cette terre pour des raisons de malnutrition, de maladie, à cause du SIDA, de stress, d’assassinat et pour des tas d’autres raison dont on connaît un rémède. Et, sous prétexte que ce sont des cas isolés rapartis dans le monde entier, on ne se sent pas investi du même désir de leur venir en aide. Il ne faut pas chercher très loin pour voir de pauvres SDF français mourir d’hypothermie.

    Alors, sauver des gens ne se limite à leur venir en aide à leur dernière extrémité ; sauver des gens, c’est avant tout que chacun puisse mener une vie digne où les besoins primaires sont assouvis. Et ce n’est pas une mission impossible, des statistiques montrent que la production humaine permet déjà subvenir au besoin de tous.

    Ceci étant, cela signifie également qu’il faut distribuer les richesses de manière plus équitable. Et cela, certains ne sont pas près de l’accepter. Et pour effacer leurs remords, il y a heureusement les catastrophes naturelles bien orchestrées médiatiquement où ils revêtent de chevalier pour aller sauver la veuve et l’orphelin.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes