Pas de prières, foutre Dieu !

Le Dieu unique des juifs, des chrétiens et des musulmans, a ceci de commun d’être Tout-Puissant, de tout savoir, tout connaître, et que rien ne se passe qui échappe à sa volonté. Par conséquent, lorsqu’une vague monstrueuse naît de la mer et emporte dans la mort des centaines de milliers de gens, hommes, femmes, enfants, on serait en droit, s’il existait, de lui en faire porter la responsabilité. Sans compter le malheur qui va frapper les survivants, souvent ruinés, endeuillés ou meurtris. Ce Dieu -là est un prodige de méchanceté, et on ne devrait jamais tourner le regard vers lui pour l’implorer de quoi que ce soit, sinon pour le maudire. D’ailleurs, c’est ce même Dieu qui sert de garant aux tyrans de toutes sortes pour justifier l’unicité de leur autocratie. Le sinistre Franco ne se disait-il pas « Caudillo de Espana por la gracia de Dios » ? Les pires dictateurs ne sont-ils pas des défenseurs de la foi, voire directement des chefs religieux ?

Or après cet immense malheur, qui a suscité chez les humains une non moins immense vague de solidarité, ne voilà-t-il pas que le Pape, chef unique d’une Eglise à prétention universelle se réclamant de ce Dieu inique, dans son homélie du 2 janvier, a prié pour « les populations frappées par le tragique cataclysme en Asie » et imploré son Dieu de « protéger l’humanité de toutes sortes de ces fléaux »( Le Monde, 4 janvier 2005). Plus putassier, tu meurs. Ce guignol qui se dit Vicaire de la divinité pourrait avoir la pudeur de se taire.

Les religions polythéistes ont au moins le mérite d’expliquer ce genre de phénomène par les conflits entre divers dieux, dont aucun n’est simpliste au point de rassembler sur lui tous les attributs du bien. Alors il faut calmer la colère du méchant dieu par des offrandes, comme on calme le courroux de l’Etat par les impôts. Ces religions ont l’avantage de la franchise : le pouvoir est aux mains des salopards et il faut les craindre. Quitte à les maudire, ou à les haïr.

Evidemment, les explications scientifiques répandues dans la presse ont attribué la vague meurtrière à un tremblement de terre, dont ni les hommes ni aucune puissance connue ne peuvent être tenus pour responsables. On peut seulement accuser les pouvoirs publics, dans l’état actuel des connaissances, de ne pas avoir prévu de systèmes d’alerte, ni d’avoir construit des abris en cas de raz-de-marée. La responsabilité n’est plus à la source de la vague, mais à son effet. On le sait, il n’y a pas de zone à risque sur la planète, mais des installations de populations sous la menace d’une catastrophe. Si la terre bouge et que les maisons ne sont pas parasismiques, la responsabilité des massacres en incombe aux promoteurs, architectes et pouvoirs publics. Ceux-là mêmes qui, très souvent, sont les alliés des prêtres du Dieu Tout-Puissant.

Le prodigieux élan de sympathie et de solidarité qui a soulevé la population planétaire à l’occasion de cet immense malheur, au delà des mesquins intérêts des professionnels de la charité, montre que, s’il est un être suprême à l’image de ce que les êtres humains ont de meilleur (bonté, courage, amour, etc.) ou de pire (méchanceté, lâcheté, haine, etc.), il n’est pas à chercher dans les causes des phénomènes naturels, ni dans la création du monde (qui n’en peut mais), mais dans ce que les hommes sont en train d’inventer comme manière d’être ensemble. L’unité de l’homme sera-t-elle à l’image du Dieu unique : méchante, vindicative, guerrière, incarnée par les croisés, les inquisiteurs, les poseurs de bombes et autres terroristes de la pensée ? Ou bien sera-t-elle faite de coopération, de solidarité, de compassion, d’amour, en vue de vivre dans le plaisir et la beauté d’un monde en harmonie ? A nous de choisir, pas aux chefs politiques ou religieux. En tous cas, les prêcheurs de morale au service du Dieu vengeur devraient s’effondrer de honte devant des événements semblables. Au lieu de quoi, on peut parier qu’ils vont redoubler de discours agressifs, en attribuant les causes de ce malheur à de prétendues mauvaises actions que la justice divine aurait punies. L’imbécillité des fanatiques monomaniaques se nourrit de ce qu’ils ne comprennent pas.

A l’heure où nombre de criminels internationaux agissent au nom de quelque Dieu unique venu armer leur bras, il est temps pour l’humanité de choisir son destin hors des textes sacrés. Et de faire que ses paradis ne deviennent pas des enfers, par imprévoyance, par négligence, ou par besoin de conquête. Les hommes n’ont besoin ni de prêtres, ni de maîtres, pour prendre en main leur destinée. Leur souffrance a besoin de la compassion d’autrui, pas des bénédictions d’une entité mythique servant de justification à l’autorité.

NOUS SOMMES LE MONDE QUE NOUS VOULONS.

Paul Castella

(Reproduction possible)


 
 
 
Forum lié à cet article

8 commentaires
  • > Pas de prières, foutre Dieu ! 6 janvier 2005 00:30, par Le Kaziste

    Cher Paul Castella

    Bien que croyant (musulman), je comprends au dela de votre colère une sincère bonté envers l’humanité, et une réelle envie de contribuer à l’avancement de celle-ci. Je ne vous taxerais ni de "chien d’infidèle" ni de tout autre insulte rabaissant les personnes désireuses d’un progrès certain pour l’humanité, comme vous. Je ne pourrais par contre que condamner ceux qui par pure méchanceté et par pur apat du "gain charismatique" et d’un discours dit libertaire, profèrent des insultes à l’égard de ceux qui ont fait le choix de croire. Et j’incite tous les croyants à engager une relation sincère envers les athée épris de justice qui n’ont l’ombre d’une tentation de discrimination envers les croyants, comme nous ne devons avoir l’ombre d’une discrimination envers les athées. Car il n’y a que comme cela que l’on peut vivre en parfait harmonie avec les croyances de chacun.

    Même si votre ton est volontier grossier, je ne vous en tiendrais bien sûr pas rigueur, car je pense qu’il est la conséquence d’un choix bien réfléchi de votre part, qui voudrait sans doute tendre à la provocation ou à choquer, ou a énergiser quelque peu votre discours. Il serais néanmoins meilleur si vous adoptiez un discours courtois, dans l’intérêt de tous, pour qu’un véritable dialogue s’installe, sans violence, ni mépris, un dialogue réfléchis. Cela serais tout à votre honneur.

    Pour en venir à votre argument, selon lequel les despotes et les terroristes seraient des représentants du Dieu qu’ils revendiquent, je tiens à émettre quelques réserves. Ceux qui veulent s’approprier des bénévoles du meurtre ou conduire des gens à travailler pour eux s’en prennent à ceux que leurs futurs esclaves ont de plus cher. Cela peut-être la religion. mais cela peut aussi être les sentiments politiques. Les extremistes communistes n’engagèrent-ils pas des troupes entières dans le massacre de villages vietnamien considérés comme non rallié à leur cause ? Attention, il ne s’agit pas là de remettre en cause la légitimité du noble combat du Viet-Minh pour l’indépendance et la défense de son peuple. Je prends cet exemple seulement pour vous dire que le problème de la fanatisation n’est pas tant la religion, mais bien le coeur des gens, leur foi en une politique ou en une divinité, en une tradition ou en un mode de vie, ou je ne sais quoi encore.

    Prenons l’exemple maintenant de Ben Laden(Monsieur-je-tombe-comme-une-fleur
    - en-plein-milieu-des-elections-
    américaines, bizarre...)
    Ce salaud n’est rien d’autre que le VRP multicarte d’une multinationale de la mort. Je pousse ma métaphore jusqu’au bout. Al Qaeda n’est que la section marketing,publicitaire,invitant des actionnaires à fournir en hommes/femmes et en biens divers une multitude de filliales. Elle engrenge bien sûr des bénéfices. Et je dis bien des bénéfices, car elle vends quelque chose. Elle vend de l’éxutoire si je puis dire. A tous ceux qui s’engage à ses côtés, du simple orphelin dont la famille a été décimé par l’embargoen Irak, jusqu’au notable afghan cultivant un islam des apparences en quête de reconaissance tribale, elle vends la satisfaction vil de vengeance ou une distinction aux effets lucratifs. Elle utilise une partie de ses capitaux pour accomplir ses ventes, et garde les bénéfices pour les blanchir dans les casinos de la Côte d’Azur, ou le réinvesti dans le trafic de drogue. Comme toute entreprise, Al Qaeda affiche une vitrine officiel, déclarant agir au nom des musulmans du monde, dans une vaine tentative de faire d’eux une écrasante majorité de clients, mais elle conclut aussi des pactes avec les entreprises concurantes, plus fréquentables celles-ci, les USA par exemple, mais aussi les dictatures arabes. Beaucoup des actions coordonnées par les branches d’Al Qaeda ne pourrait se faire sans l’aval des USA ou des gouvernements saoudiens ou de l’ex-dictateur Saddam Hussein, bien que ceux-ci luttent officiellement contre Al Qaeda. Mais quand on a un intérêt commun, l’argent, on fait fi des pseudo-valeurs que l’on prétend défendre.

    Mais où est donc passé la religion dans tout cela ? Et la politique ? Et bien elles sont passées derrière l’argent et le pouvoir. Voilà les vrais maux qu’il faut combattre, issus de l’instinct primaire de certains hommes d’assouvir un besoin matériel et de puissance, les crimes horribles comme seules solutions possibles. Les guerres, la résignation des hommes àu gain, leurs différends, ne résultent que de cet instinct animal de possession et de puissance. Et la religion et la politique, comme toute autres choses cheres au peuple, sont exploitées, les salauds sachant que le peuple doit obligatoirement participer à leur crimes, pour garantir des résultats meilleurs.

    Quant à ceux qui se contentent de prier dans des momenrs aussi dramatiques que la catastrophe sud-asiatiques, ils ont, cher Paul, notre mépris commun. Prier ne leur coûte pas grand chose, si toutefois ils le font.
    Car, pour moi (je ne ferais l’erreur de vouloir parler au nom de quelqu’un d’autre, ce que, vous et moi nous reprochons aux tyrans) Dieu nous a mis sur Terre pour nous tester, et non pour nous punir, il nous a aider, uen fois, en nous révélant les saintes écritures, et quant au mektoub, nos actes écrivent notre destin de par la volonté de Dieu, voilà ce qu’il signifie. cela veut dire que Dieu définit notre destiné en foncion de nos actes bon ou mauvais. Cette catastrophe, qui s’inscrit dans la cruelle logique naturelle, n’est pas une punition. Qui sait ? Ce mouvement de plaque soudain, bien que terriblement meurtrier, nous a peut-être sauvé d’une catastrophe encore bien pire ?

    Cher Paul, je suis assuré que vous avez lu avec attention ma réponse, et que vous y apporterez la votre, en toute courtoisie. Je serais heureux de débattre avec vous, mais sachez que du haut de mes 19 ans, je n’aurais peut-être pas le vécu et le savoir accumulé nécessaire pour débattre pleinement avec vous, mais cela sera pour moi un, tout de même un grand plaisir.

    Je concluerais par ces versets du Coran, qui donnent tort à tous ceux qui utilisent notre foi pour nous entretuer et par la même servir leurs intérêts :

    « O humanité ! Nous vous avons créés d’un seul couple, d’un homme et d’une femme, Nous vous avons répartis en nations et tribus afin que vous vous connaissiez les uns les autres (et ne vous vous méprisez pas). En vérité, le plus digne devant Dieu est celui d’entre vous qui est le plus droit. »

    T.C., Sourate 49, (Les Appartements Privés), Verset 13.

    « O vous qui croyez ! Demeurez fermement fidèles à Dieu dans les témoignages que vous porterez en faveur des bonnes actions et ne permettez pas que la haine des autres vous dirige vers le mal et vous détourne de la justice. Soyez justes : la justice est proche de la piété ; et craignez Dieu. Car Dieu voit tout ce que vous faites. »

    T.C., Sourate 5, (La Table), Verset 8.

    « Nous ne t’avons envoyé que par grâce pour toutes les créatures. »

    T.C., Sourate 21, (Les Prophètes), Verset 107.

    Voilà, un message de tolérance, de paix et de reflexion que je souhaite voir suivi par tous, croyants ou non, de quelqu’origine ethnique, sociale, de quelqu’origine tout court.

    Assalam Aleykoum

    PS : Pardonnez le manque de rigueur dans les exemples donnés, mais même si j’écris ceci avec une réelle passion pour le débat, il est tard... ;o)

  • > Pas de prières, foutre Dieu ! 6 janvier 2005 09:59, par Aigle Royal

    Visiblement vous en avez après Dieu !

    Vous feriez mieux de regardez un peu plus loin et d’approfondir votre raisonnement...
    Juste quelques pistes pour vous aidez : du point de vue de Dieu, la mort n’est pas une tragédie, ni même un problème. Ceux qui sont morts sont auprès de lui, bien plus heureux qu’ils ne l’ont été sur Terre. Ceux qui sont vivants le sont car ils ont encore des choses à apprendre dans cette vie. Et pour ce qui est des conséquences du tremblement de terre, l’élan de solidarité est la manifestation que bien des coeurs se sont ouverts à la compassion et à la communion avec leur prochain et il n’y a rien de plus important pour Dieu.

    Mais puisque vous ne croyez en Dieu et que votre coeur lui est fermé, je vais vous fournir une autre piste : il y avait moyen de sauver des vies avec un système d’alerte efficace, mais il n’a jamais été créé par faute d’argent et de volonté politique. Une telle catastrophe n’aurait jamais pu se produire dans le Pacifique parce que là, tout le monde est prêt et préparé depuis longtemps. Ici, c’est du côté des hommes qu’il faut rechercher les responsabilités et non du côté de Dieu.

    Maintenant, vous pouvez restez dans votre aveuglement ou commencer à ouvrir les yeux. Après tout, vous avez comme nous tous votre libre arbitre ce qui vous rend, vous et vous seuls, responsables de vos actes.

  • > Pas de prières, foutre Dieu ! 6 janvier 2005 17:34, par Mehr Licht.

    Salut Paul,

    Ceux qui ne sont pas d’accord avec cet article, sont soit des fanatiques religieux ou des gens qui n’ont rien compris.

    Merci Paul de nous avoir fait partager ton intelligente conception de la "VRAI" solidarité humaine.

    Cordialement,

    Mehr Licht

  • > Pas de prières, foutre Dieu ! 6 janvier 2005 18:13, par Mehr Licht.

    RE bonjour,

    Ce qui me fout le feu au cul par exemple ! C’est quand j’entends Colin Powell s’écrier qu’il n’a jamais vu autant de destruction... Eh bien qu’il retourne à Bagdad, en Palestine ou son tsunami américano-sioniste a foutu la merde. Qu’il aille se promener au Darfour, au Libéria, au Ruanda,au Congo etc... ou l’amérique n’a jamais apporté une aide quelconque. Enfin qu’il aille se recueillir sur toutes les tombes que son pays a su combler et nous verrons si les victimes des hommes ne sont pas supérieures à celle de la terre.

    Quand on voit Bush redorer son Blason sur le dos des victimes du tsunami, cela m’écoeure royalement. Maudite hypocrisie quand tu nous tiens.

    Mehr Licht

  • > Pas de prières, foutre Dieu ! 7 janvier 2005 00:09, par Charbel H. Khoury

    Mon cher Le Kaziste,

    J’apprécie votre souffle humaniste et votre volonté de débattre que je mets au crédit de vos 19 ans.

    Mais l’expérience m’a appris qu’on ne peut pas débattre de tout avec n’importe qui. Ce n’est pas une accusation, ni une insulte, c’est le constat d’un chrétien arabe de plus du double de votre age.

    Exemple : quand on veut débattre on doit accepter le changement d’avis et par conséquent de croyance.

    Question : Est-il permis dans l’Islam de changer de croyance ? Jusqu’à maintenant, le 7 janvier 2005, aucune instance islamique du globe ne l’accepte. Vous, Le Kaziste, acceptez-vous le liberté de conscience ? Rappelez-vous le "pacte de laïcité" que J-P Chevènement a proposé à la communauté musulmane de France et qu’elle a refusé d’accepter à cause de cette clause dite "liberté de conscience"...

    Que veut dire débattre alors ???

    Me citer les versets choisis du Coran ??

    Je vous assure que je les connais. Mais que faire des versets que vous ne citez pas ?

    Exemple : "Tuez les idolâtres partout où vous les trouverez, faites-les prisonniers, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade ; mais s’ils se convertissent...laissez-les tranquilles..." Le Repentir, Sourate N°5.

    Et ce sont ces versets qui posent problème et qui forment l’arsenal terroriste permanent. Tant que vous, jeunes de 19 ans, vous ne vous révoltez pas contre ces "paroles divines" le champs du débat reste très limité... N’est-ce pas ???

    Des révolutions, on en attend. Et on en a manqué beaucoup.

    Alors, réveillez-vous

  • > Pas de prières, foutre Dieu ! 7 janvier 2005 10:13, par Le Kaziste

    Mon cher Charbel,

    Oui, j’ai 19 ans et je me sens épris d’un souffle humaniste qui j’espère deviendra pour moi aussi naturelle que la respiration.

    Oui, je suis pour la liberté de conscience, pour le droit à réfléchir au delà de ses origines, au nom d’un principe que peut-être je décrirais mal, mais qui je pense, sera compris de tous : on ne peut juger quelqu’un que sur la base de ce qu’il a choisi d’être. Je n’emploie bien sûr pas le mot "juger" au sens juridique du terme, mais en tant que synonyme d’"apprécier".

    Veuillez croire en ma compassion la plus sincère envers vous, envers tous les arabes chrétiens, qui ont le courage de croire en ce qu’ils considèrent juste, et c’est là la chose la plus respectable. Les arabes musulmans qui crachent sur leurs frères chrétiens ne sont que des lâches, qui font parti de ceux qui cultive l’islam des apparences, c’est à dire de ceux qui se servent de l’islam comme facteur d’ascencion sociale, à l’heure où nos gouvernements arabes cultivent la haine, pour nous diviser et mieux régner, en compagnie de leurs amis d’intérêt américains et israéliens. Ceux là méritent ceux qu’il y a de pire. Le prophète ne dit-il pas : "Ceux qui s’en prennent à un juif ou un chrétien me verront en adversaire le Jour du Jugement" ?

    Quant aux gouvernements, sont-ils représentatifs de leurs peuples ?, aucun n’étant démocratique.

    Pour ce qui est du débat religieux, j’aimerais sincèrement, si vous me le permettez, débattre avec vous en privé, non pas pour vous affirmer mes positions, mais pour approfondir mon savoir, et par la même trouver ma voie militante. Ce serait pour moi une grande chance, et je sais que vous me tendrez la main.

    Je suis d’accord avec vous, on ne peut malheureusement pas débattre de tout avec tout le monde, mais ne me mettez pas du nombre de ceux-ci, je souhaite réellement débattre avec vous.

    C’était du reste mon premier texte, mais vraiment le premier que j’écrivis avec une envie sincère de débat, et je vous remercie de m’avoir répondu aussi courtoisement.

    Je ne puis m’attarder, l’université m’appelle, et j’irais "chercher le savoir jusqu’en Chine".

    Voici mon adresse e-mail : zack_lunatic@hotmail.com

    Bien à vous

  • > Pas de prières, foutre Dieu ! 8 janvier 2005 00:58, par Charbel H. Khoury

    Mon cher Le Kaziste,

    Je vous salue au nom de l’humanisme que vous cherchez à atteindre. Et que surtout vous ne soyez pas obligé d’aller jusqu’en Chine pour trouver le savoir que vous cherchez. Il est ici, à portée de main, bien installé et en libre service en Europe, et abondamment distribué dans les universités françaises. Je vous souhaite le même plaisir que j’ai ressenti lorsque j’en ai dégusté, j’ai trouvé qu’il était bien millésimé et n’attend que les douceurs du palais.

    J’apprécie sincèrement votre fougue et votre sincérité et vous encourage à continuer de les exprimer. Mais pourquoi alors voulez-vous que le débat soit privé, entre vous et moi ? de mail à mail ? Que craignez-vous pour exprimer vos idées (religieuses ou pas) publiquement ? nous sommes tous des anonymes et vous m’invitez à restreindre davantage cet anonymat pour devenir une sorte de « confidences » et qu’on appelle ceci un débat ? Non, je refuse de jouer à ce qui ressemble davantage à un bavardage qu’à un débat. En privé, on discute de sujets privés, mais les sujets publics se discutent en public et au grand jour. C’est dans l’intérêt de tous et surtout de la vérité et de l’avenir de nos sociétés.

    Vous ne trouvez pas désolant qu’un débat sur Dieu soit permis en français et totalement interdit en arabe. Est-ce que la langue française (ou anglaise…) permet aux idées de s’étaler plus librement que la langue arabe ? Ou que les termes dits en français ne trouvent pas d’équivalents en arabe… Ou alors les sociétés arabes sont sclérosées et ne permettent que les vérités divines ?

    Il faut que ce débat s’ouvre et qu’il s ‘anime et qu’il mène à la révolution que les sociétés européennes ont connue.

    Je compte sur vous….

    Cordialement,

  • > Pas de prières, foutre Dieu ! 8 janvier 2005 18:06, par Le Kaziste

    Mon cher Charbel,

    Je vous rassure, je n’abandonnerais jamais ma fougue ni ma Raison. Oui, le savoir est bien dispensé en Europe, mais il est important d’avoir plusieurs sources de savoir. C’est ce que je voulais dire par l’expression "aller chercher le savoir jusqu’en Chine". Ainsi, oulala.net est l’une des Chines du savoir. D’autre part, cette expression est pour moi aussi l’illustration de la détermination : affronter les distances intellectuelles représentées par la distance géographique de la Chine, communément citée pour évoquer le bout du monde. Je ne m’explique pas sur cette expression pour vous, car, bien sûr, je sais que vous l’avez comprise. Je l’explique pour tous les lecteurs et lectrices de ce forum.

    Je ne voulais pas discuter avec vous en privé par peur du débat public, non. Nous sommes, comme vous l’avez dit, tous anonymes ici, et cela est une force. Cela serait donc ridicule de ma part d’avoir peur que l’on insulte l’honneur de mon pseudonyme. ;o)
    Si je vous l’ai proposé, c’est pour un aspect technique, respecter le sujet de ce forum, et ne pas dériver vers d’autres sujets, ce qui le polluerai. Ainsi je voulais vous parler pour élargir l’horizon de nos débats.
    Cependant je dois reconnaître que l’impression que je vous ai donnée m’est due : en effet je viens de me rendre compte que je vous ai précisé le débat sur des questions "religieuses". Veuillez m’en excuser, vous, ainsi que tous les lecteurs et lectrices de ce forum.

    Aussi, je vous reconnais bien sûr le droit de ne pas vouloir me parler en privé, car votre raison est bonne, et quand bien même ne fut-elle pas bonne, cela reste votre droit le plus légitime.

    Je souhaite vous rencontrer sur d’autres forums, ainsi que tous les visiteurs et visiteuses de ce site, pour débattre et confronter de nos idées sur toute une playade de sujets, du conflit israélo-palestinien au plan marketing des grandes entreprises aidant les victimes du Tsunami, en passant par la renaissance de l’art populaire de nos banlieues. Mais aussi pour nous informer les un(e)s les autres et contribuer au progrès de la reflexion de chacun et chacunes

    Vous pouvez compter sur moi.

    La Paix soit sur chacun et chacune de vous.

    Cordialement, à bientôt.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes