{id_article}
 
HALTE AUX IMPLANTS ELECTRONIQUES !

La micro-puce RFID ou le contrôle absolu du cheptel humain

Le texte qui suit est extrait d’une brochure que j’avais réalisé début novembre 2004 en vue d’une diffusion sur Lyon dans le cadre du groupe Kye ho qui est resté dans l’oeuf pour cause de lâchage massif des personnes qui s’étaient dites motivées.

De retour dans ma solitude d’être libéré, j’ai renoncé à la diffuser tout de suite. Je vous la livre ici.

Dans l’exposé qui suit, nous nous sommes efforcés de présenter les faits tels que nous les comprenons, en toute sincérité. Les puces RFID implantables représentent une grande menace pour nos libertés, mais personne ne semble averti du danger.

Puisque les mass média boudent pour l’instant le sujet, ou se bornent à l’éclairer sous un jour idyllique sans aborder les points sensibles (il en va ainsi pour la plupart des sujets importants), il nous a semblé de notre devoir de vous informer sur les dessous de cette affaire...
Cette brochure n’a pas d’autre raison d’être que d’éveiller votre curiosité et vous pousser à aller voir par vous-même. Voici pour commencer quelques sources à consulter, parmi tant d’autres :

Presse écrite

- Ils ont l’électronique dans la peau (sup. au journal Le Monde des 25 et 26 janvier 2004)
- Les puces espionnes arrivent (L’Express du 31/05/04)
- Une puce sous la peau (Libération du 3/07/04)
- La puce-espion (La dernière heure du 16/10/04)

Sites internet

- Applied Digital Solution :
- Trovan (son concurent européen)

Sites des collectifs contre la puce
(pétition en ligne)
- Le CRAP : http://www.stop-puce.be
- Jameh : jameh.snoozland.com/

La disparition du « papier argent »

L’idée n’est pas neuve, ça fait au moins une quarantaine d’années que les banquiers y songent : créer un système de paiement standardisé unique, pour la Terre entière.

En 1975, le premier vice-président de la FED déclarait :

"Il faut absolument développer un nouveau système électronique d’échange sous peine de voir le système bancaire des Etats-Unis s’étouffer sous une avalanche de chèques".

Dans cette optique fut créé la SWIFT (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunications) en 1973, qui réunissait à ses début 239 banques dans 15 pays (Actuellement sur le site de la SWIFT, on annonce 7600 membres dans 200 pays).

Le système fonctionne grâce à un réseau d’ordinateurs géants centralisé à Bruxelles, occupant trois étages de l’immeuble de l’ancienne CEE. On le connaît en général par son surnom : « The Beast ». La capacité de cette gigantesque machine était préalablement établie pour 2 milliards de personnes en 1989. Aujourd’hui le réseau s’est considérablement étendu et il est difficile de dire combien de données il peut traiter à la seconde...

Théoriquement, toutes les transactions sont, à un moment ou un autre, enregistrées sur des supers disques durs et conservées des jours, des mois, des années...qui sait ?

L’idéal pour nos amis les banquiers serait donc que tout passe par l’informatique et que disparaissent les chèques et l’argent liquide.

Pourquoi ?

• Réduction des frais ;
• Contrôle accru sur les transactions ;
• Plus de faux-monnayeurs ;
• Plus de chèques en blancs.
Reste le piratage des cartes de crédit...

La technologie RFID succède aux codes barre

Les puces-électroniques RFID (Radio Frequency
Identification Device) représentent un marché de plusieurs milliards de dollars. De nombreuses compagnies entrent en concurrence ; parmi elles on citera Destron Idi, Texas Instrument, Avid, IBM, Intel, Sun Microsystem, parmi tant d’autres...

Fabien Havard, consultant chez IBM, explique que la puce RFID « permet l’identification des objets en associant un numéro à chacun d’eux. Mais là où le code barre avec ses treize chiffres, est limité à 10 000 milliards de numéros différents, le circuit électronique RFID, avec ses 96 bits, stocke un chiffre choisit parmi 80 milliards de milliards de milliards de possibilités ». De plus, contrairement aux codes barres, les puces RFID s’affranchissent des questions de distance.

Les prouesses des puces RFID sont telles que le N°1 du secteur de la distribution, le titan Wall-Mart, a demandé à tous ses fournisseurs de s’en équiper d’ici 2006. Aussitôt, d’autres géants de la distribution, Metro en Allemagne et Tesco en Grande-Bretagne, ont fait des requêtes similaires auprès de leurs propres fournisseurs. Du coup, la firme Carrefour s’y met aussi.

Les puces RFID émettent leur numéro par signal radio continu ou lorsqu’un lecteur le sollicite, ce qui permet d’avoir une vision instantanée des stocks. Mieux approvisionnés, les magasins gagneront en rentabilité. Wall-Mart en espère 2,5 milliards de dollars d’économies, tout juste 1% de son chiffre d’affaires !

Mais l’enthousiasme des patrons de la grande distribution n’est pas partagé par tout le monde...

Philippe Lemoine, commissaire de la CNIL (Commission National de l’Informatique et des Libertés), s’inquiète :
« Chacun de nous possède de 1 000 à 10 000 objets qui l’entourent. Le nuage d’informations qu’ils composent permet de définir un profil de leur propriétaire et de tout savoir de lui : son niveau de vie, ses origines, ses habitudes de consommation, s’il vit seul ou en couple, etc. »

Ce n’est pas de la science-fiction, comme nous le confirme Jean-Yves Pronier, responsable du développement de la chaîne logistique et RFID chez Sun Microsystem : « Et puis, chaque objet pourra être effectivement suivi à la trace ».

Cela éveille un certain nombre d’interrogations, comme la question que pose Katherine Albrecht, directrice du groupe Caspian (Consumers Against Supermarket Privacy Invasion and Numbering) :
« Voulons-nous d’un monde où chacun pourra être pisté, fiché via les objets qu’il achète ou porte sur lui ? »

Qu’en pensez-vous ?
De toute façon, ils ne vous ont pas demandé votre avis !

Big Brother is watching you

Depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les mondialistes de l’ONU et les financiers de l’Ordre Mondial expriment leur volonté de faire de la planète un gigantesque « village ». A la fin des années 80, le rêve des adeptes de la mondialisation libérale de voir les endroits les plus reculés du globe reliés à une infrastructure mondiale prend corps à travers un projet qui prévoit le lancement de 840 satellites. Ce projet fut proposé par Bill Gates, PDG de Microsoft, et par Graig Mc. Caw, le roi du téléphone mobile (tous les portables ont déjà une puce intégrée qui permet de suivre à la trace leur propriétaire, d’où une publicité effrénée pour leur diffusion).

En 1991, d’après le magazine Forbes du mois d’octobre de la même année, il y avait déjà 24 « havstar » satellites pouvant repérer n’importe quoi de l’ordre d’un centimètre dans un rayon d’un kilomètre...
Ca laisse songeur, non ?

L’arrivée des implants électroniques

En 1987, la firme Destron Fearing commercialise la puce-électronique implantable pour animaux, qui n’est ni plus ni moins qu’une puce RFID. Le concept séduit et se répand partout dans l’industrie animale.

En 1991, Hughes Aircraft Corporation acquiert les droits pour la puce RFID implantable et, via sa branche spécialisée en droit d’accès, Hughes Identification Devices, crée une puce modifiée implantable chez l’être humain.

Cette puce-électronique a finalement été acheté en 1997 par Raytheon Microelectronics espana SA (une filiale de Raytheon - armement -) où les puces sont fabriquées. C’est cette firme qui fournit aujourd’hui Destron Fearing, qui entre temps a fusionné avec Applied Digital Solutions (ADS), laquelle a lancé la fameuse « verichip ».

L’objet mesure 2,1 mm de diamètre pour 12 mm de longueur. Sous anesthésie locale, on l’implante à l’aide d’une grosse seringue dans le bras. Rapide et sans douleur...

Les arguments de vente présentés par ADS pour son produit sont sans équivoques. La « verichip » trouvera des applications dans :

• La sécurité sur le réseau internet et dans toute transaction impliquant des échanges électroniques ;
• La recherche et le sauvetage d’individus incluant les enfants perdus ou pris en otages ;
• Le monitoring médical de patients à risques ;
• La surveillance, le pistage et le suivi de militaires, de diplomates ou de toute autre membre important d’un gouvernement ;
• Le pistage, la surveillance et la vérification de l’authenticité de biens de haute valeur ;
• Le contrôle de l’accès à certaines zones pour le personnel autorisé (usines, laboratoires, banques...).

Remarquez les mots employés : sécurité, recherche, surveillance, pistage, vérification, contrôle... Le terme échange électronique définit aussi les actuelles transactions par carte bancaire. On sent venir la « Verichip » inviolable, infalsifiable, solution contre le piratage des cartes de crédit. Facile.

Le professeur Kevin Warwick, du Département Cybernétique de l’université de Reading (Grande-Bretagne), a déclaré le 10 octobre 1999 lors d’une émission sur la chaîne Arté (intitulée Souriez, vous êtes filmés) que « bientôt les cartes bancaires seront remplacées par un implant électronique dans le corps ».

A la conférence de l’ID World 2003, qui s’est tenue à l’hôtel Hilton de l’aéroport Charles de Gaulles les 20 et 21 novembre, Scott R. Silverman, le président d’Applied Digital Solutions, a été invité pour parler de l’application possible de son produit comme moyen de transaction du futur.

ADS a déjà ses clients, et ses contrats. Elle trouve des acheteurs partout : en Amérique du Sud, aux Etats-Unis, en Nouvelle-Zélande, en Australie... Au cours des quatre années à venir, rien que pour les pays sud-américains, 135 000 chips et 7650 scanners seront livrés ! C’est le Metro Risk Management Group (dont le siège est à Miami), qui fournit le marché dans tous ces pays.

Dans un communiqué de presse du 10 novembre 2003, ADS a déclaré que sa filière Verichip Corporation a reçu un contrat d’achat de plus de 400 chips implantables et de 34 scanners. L’acheteuse est l’entreprise RussGPS, avec un droit de vente exclusif pour la Suisse et la Russie. Elle s’engage à un achat d’au moins 51 000 chips et 2 600 scanners sur les cinq prochaines années, pour pouvoir garder son droit d’exclusivité.

Le Baja Beach Club, une boite privée de Barcelone, implante désormais ses clients. Même chose à Rotterdam... Dans un hôpital de Rome, on teste déjà le système sur les patients. La Food and Drug Administration, aux Etats-Unis, vient d’approuver le 13 octobre l’implantation des patients dans les hôpitaux...

Ce n’est pas une blague ! Sous prétexte de nous protéger d’une menace terroriste mondiale, des vilains preneurs d’otages et pédophiles, des méchants contrebandiers, des erreurs médicales, et je ne sais quoi encore, on s’apprête à nous imposer la micro-puce « pour notre bien ». Quel humanisme !

Mais les dangers sont bien réels : pour la santé (si la puce se brise), pour la vie privée et ... le contrôle mental des masses !

Et croyez-le ou non : l’étau se resserre.


 
P.S.

A voir : Under The Skin

 
 
Forum lié à cet article

9 commentaires
  • > La micro-puce RFID ou le contrôle absolu du cheptel humain 24 mars 2005 19:41, par Nicolas STAMB [Nico#2]

    Merci d’avoir poursuivi ta tâche ^^

    Good job... J’y crois dur comme fer depuis longtemps, mais il ne faut pas espérer associer beaucoup de monde pour publier des infos sur celà.

    Perso, moi je bosse seul... c’est plus sur.

    c’est très inquiétant tout cela, mais c’est prévisible... Sur la fourmilière monde, les maîtres veulent avoir une vue d’ensemble...

    Ca promet :-/

  • La puce RFID implantee dans la main ou le front de tout individu sera "la marque de la bete" qui permettra a Satan d’envoyer l’Humanite toute entiere vers la perdition.

  • il faut diffuser a tous les niveaux , tous les niveaux ces infos sur la puces
    faire passer , informer , pour arreter cette abomination !!!!

    Voir en ligne : diffuser

  • Je ne voudrai pas être négatif, mais "informer les gens" est un vœux pieux. Quand j’en parle, j’ai des réactions de déni. "C’est au Etats-Unis", "Ca a aussi des avantages", "Les gens n’accepterons jamais, en tout cas pas moi !", "Comment gerer de telles masses de données, c’est impossible". Après ces réactions, il reparle d’autre chose. Temps total de l’intérêt à la chose, entre 3 et... 5 minutes. J’ai envoyé une grosse dizaine de mails avec les adresses des sites expliquant les tenants et aboutissants de la puce RFID. Ces dangers, son implantation rapide dans le monde. Je n’ai pas eu une seule réaction. Pas une ! J’ai pourtant des amis d’un bon niveaux détudes. Ils sont tous plus abrutis par le boulot, leur dettes et la télé les uns que les autres (je suis méchant, là). Ils faut quand même continuer le combat. Je ne baisse pas les bras si facilement. Néanmoins, j’ai conscience de l’ampleur de la tâche. Je suis très pessimiste pour l’avenir. Je devrai dire... pour le présent !

  • Super bon boulot Rising Sun ! Continue ...
    Seuls nous ne pouvons pas grand chose : ensemble nous pouvons dire : NON !

    Avez vous vu cette video ?
    http://www.prisonplanet.com/articles/february2005/250205undertheskin.htm

    Voulons nous nous retrouver sur le même pied qu’une boite de conserves de tomates !?

    Trinity.

  • Bravo pour ce travail,
    d’ores et déja, en France, a commencé l’équipement des bibliothèques avec ce type de marérièl. Big Brother is watching you, il peut connaitre les ouvrages que nous empruntons.Le trajet suivi et le lieu de résidence.

  • en effet, depuis quelques temps je me penche sur la question de notre liberté, jusqu’où s’étant elle ? et enfin, par qui elle est réellement conditionnée et dans quel but ?.. je n’ai pas encore la réponse à tout, cela va prendre du temps voire impossible a réaliser mais, une chose est sûre, si on nous l’impose par la consommation, il faudra vivement manifester en masse et de manière significative pour dire "NON" à ce système ou à un autre vendu sous couvert de défense nationale afin d’atteindre notre vie privée, car si nous nous éveillons pas, si nous réagissons comme nous le faisons depuis longtemps, nous seront tous "marqués" comme du bétail, et qui nous assure que nous entrerons pas dans une aire totalitaire au service de gros bonnets qui nous imposeront jusqu’à notre liberté de penser ?! soyons vigilant, le pouvoir est l’argent mais l’union fait la force, puisse notre société devenir fraternelle pour nous éviter le pire un jour prochain !

  • C’est sur que ça fout les jetons, enfin si on a lu 1984 de Orwell.
    Et ça commence fort :
    Le ’’bon’ projet de sécu sociale d’Obama implique que : La puce RFID obligatoire pour tous les américains en 2013
    Vitesse Grand V
    Y a -t’il des pétitions dans Avaaz ! Comme contre ACTA : Signez !!!
    Va falloir se mobiliser grave !
    Mais pas flipper ! On trouvera la parade. Déjà il y a des RFID Zappeurs qui peuvent les détruire !!!
    Bye
    FerDex

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes