{id_article}
 

Insurrection : se Lever contre !

J’en appelle à l’insurrection des consciences et des peuples !

Levons-nous pour refuser ce texte inique, habillé de bonnes intentions, vagues et généreuses dans ses deux premières parties, qui assène dans sa troisième partie, cette idée de liberté d’entreprise, sans régulations étatiques, sans contrôle politique.

Dans un marché unique, baigné de concurrence libre et soi-disant non faussée, il s’agira pour l’oligarchie industrielle, financière et politique, d’étouffer et d’asservir un nombre toujours grandissant de citoyens sous le joug du chômage, de l’exclusion et du harcèlement moral. Il s’agira, au nom de « cette concurrence libre et non faussée », et en l’appliquant à absolument tous les secteurs de la société humaine (à l’exclusion, certes, de la police, de l’administration centrale et de la justice), d’étendre toujours plus loin l’asservissement subtil et insidieux de la précarisation. Il s’agira de légaliser des pratiques économiques ultra-libérales et de leur donner force de loi. Il s’agira de faire du « non-droit », de la dérèglementation, de la loi du plus fort, la référence absolue et constitutionnelle, qui alignera dès maintenant vingt-cinq états, pour l’instant encore souverains (mais pour combien de temps ?), dans le carcan indestructible de l’unanimité, et cela pour une durée illimitée.

Il s’agira, pour les partisans du oui dans cette campagne, de défendre un texte qui s’apprête à organiser la dissolution de l’Etat, de tous les Etats, dans la jungle brutale et inhumaine du marché omniprésent. Il s’agira, pour l’écrasante majorité des partis politiques déjà asservis à cette idéologie ultra-libérale, de promouvoir un texte et des institutions européennes qui nous apparaissent complètement anti-démocratiques, avec un Parlement élu au suffrage universel sans pouvoir faire de lois et une Commission Européenne nommée et omnipotente, intouchable et non révocable par le peuple. Il s’agira, pour les partisans de l’ultralibéralisme et du règne de l’argent-roi, de mentir encore et encore, en nous faisant croire à la justesse et à l’équité des règles de ce jeu de casse sociale. Il s’agira de soutenir, le plus tranquillement du monde, que le petit refrain lancinant : « un marché unique avec une concurrence libre et non faussée », est la meilleure politique possible pour un monde heureux et épanoui. Il s’agira de cacher et de nier que cette concurrence est au contraire complètement faussée, puisqu’il n’y a pas d’harmonisation fiscale ni sociale. Que cette concurrence sera non seulement libre mais en plus outrancièrement faussée, puisqu’on pourra pratiquer, dans ce vaste supermarché que sera devenue l’Europe des vingt-cinq, le sacro-saint « dumping social » cher aux multinationales, qui assiègent la planète entière avec leur système féodal (et à propos de système féodal, on peut voir comme une sorte de détail qui tue (sic) avec la tentative de ce gouvernement français d’instaurer une journée de « corvée » pour financer la solidarité entre les générations... Féodal, féodal, je vous dis.).

Pour toutes ces raisons, et pour les autres innombrables qu’il vous sera aisé de trouver en vous penchant quelques instants sur ce texte, ou en prêtant une oreille attentive à ce qui se dit sur la toile, j’en appelle à une insurrection des consciences et des peuples, pour qu’en ce jour du 29 mai 2005, la victoire éclatante du NON ( !!!) devienne une date historique, qui aura vu briller de nouveau le génie d’un peuple, celui qui a fait une Révolution en 1789, en mettant à bas les privilèges d’une poignée d’oligarques méprisants et inconscients.

Ce sera notre victoire à tous, ce sera notre honneur, celui de la France défendant la démocratie, au nom de tous les peuples d’Europe.


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes