{id_article}
 
La multiplication des pains (dans la gueule !)

Côté américain, Dieu entre en scène !

John Ashcroft, tête visible du mouvement fondamentaliste chrétien aux
USA et procureur général du pays appelle à une guerre sainte anti-terroriste de défense de la civilisation. Ses nombreux détracteurs estiment que, plus
qu’un homme de foi impartial, il est un "chef religieux". Fidèle pentecôtiste , il préside tous les matins les prières au Département de la Justice.

Jim Cason et David Brooks : correspondants à Washington.

Washington, 23 février - Le procureur général John Ashcroft a lancé cette
semaine un appel à une guerre sainte de défense de la "civilisation"
contre le terrorisme, dans un discours au cours duquel il a également
demandé à toutes les "personnes de foi" de soutenir cet effort.
"Cette guerre ne ressemble à aucune autre que nous ayons menée" a
déclaré Ashcroft dans un discours devant une assemblée de dirigeants et
présentateurs de médias chrétiens à Nashville, Tennessee.
Dans son exposé, émaillé de citations bibliques et de références à
l’Eden, Ashcroft a opposé "les manières de Dieu aux manières des
terroristes". Le procureur général qui, en tant que fidèle chrétien
pentecôtiste, préside une session de prières chaque matin au Département
de la Justice qu’il dirige, a également invité les autres pratiquants
religieux à rejoindre cette guerre. "Peuples civilisés, musulmans,
chrétiens et juifs, vous savez tous que la source de la liberté et de la
dignité humaine est le créateur. Hommes civilisés de toutes croyances
religieuses, vous êtes appelés à défendre sa création". Il a ajouté que
"nous sommes une nation appelée à défendre la liberté, une liberté qui
ne nous est donnée par aucun gouvernement, aucun papier, mais accordée
par Dieu".

L’audience a accueilli ces paroles par une immense ovation, mais
quelques personnes critiques ont interpellé Ashcroft sur sa capacité à
tenir le rôle de procureur impartial du pays, représentant de l’ensemble du
peuple, et pas seulement de ceux qui partagent sa vision du créateur.

"C’est bien qu’il soit un homme de foi, mais le procureur général, qui
représente l’ensemble du peuple, semble plus se considérer comme un chef
religieux" a déclaré James Zogby, président de l’Institut
Arabe-Américain, au Washington Post.

La politique de la chaire.

Le gouvernement du président Georges W. Bush a été sévèrement critiqué
en raison de son manque de sensibilité envers le respect des différents
courants religieux, et également par les défenseurs de la séparation de
l’église et de l’Etat.

Mais ceci ne paraît pas déranger le gouvernement. Le président Bush en
personne a déclaré vendredi dernier en Chine, devant des étudiants, que
les
Etats-Unis "sont une nation guidée par la foi" et "une nation qui a
l’âme d’une église".

Lors de sa campagne présidentielle, le candidat républicain avait
déclaré que la Bible était son livre préféré. Pas une semaine ne passe
sans que Bush ou un membre de son cabinet ne fasse référence à ses
préférences religieuses, reprenant la réthorique apparue après le 11
septembre évoquant "les bons et les méchants", les "malfaiteurs" contre
les "défenseurs du bien".

Mais Ashcroft est peut-être la figure la plus "religieuse" de ce
gouvernement, et le favori du mouvement fondamentaliste chrétien.Un de
ses admirateurs, chroniqueur conservateur, citait récemment Ashcroft
expliquant que "l’Islam est une religion dans laquelle Dieu t’oblige à
envoyer ton fils mourir pour lui. Le christianisme est une foi où Dieu
envoie son fils mourir pour toi".
La journaliste progressiste Kathy Pollitt répond dans The Nation que
cette formule renferme sa propre contradiction : "sans aller s’emmêler
dans la théologie, si le Dieu chrétien a envoyé son propre fils à la
mort, cela ne fait-il pas de lui, selon la définition de Ashcroft, un
musulman ?".
Mais, au delà de l’humour, ces paroles du procureur ont provoqué
l’indignation de plusieurs dirigeants nord-américains, dont Zogby, qui
rappellent que Bush avait parlé, dans les premiers jours de guerre, d’
"une croisade", ce qu’il a répété la semaine dernière au Japon.

Ashcroft n’a pas démenti ces paroles, bien que l’un de ses porte-parole
explique que "cela ne reflète pas exactement" ce que pense le procureur
général.
Cependant, ce genre de déclarations illustrent bien ce que pensent les
leaders de la droite ultra chrétienne dans ce pays, un mouvement qui
continue à exercer une grande influence sur le procureur et Bush
lui-même.

Pat Robertson, l’ex leader de la Coalition Chrétienne et l’une des
principales figures de ce mouvement, expliquait cette semaine que
l’Islam "n’est pas une religion pacifiste...le Coran dit très clairement
que si quelqu’un est un infidèle, il doit être tué".

(Dieu est amour et Jésus change le beurre en vaseline nous rappelle H.-F. Théfaine, à juste titre. NDLR)


 
P.S.
 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires
  • > Côté américain, Dieu entre en scène ! 24 avril 2002 15:24, par Bertrand K.

    Bonjour et bravo pour cet article !!
    Le dernier paragraphe sur l’Islam criminelle est un argument hélas classique. Mais gardons en mémoire que le Coran se base sur l’ancien testament qui fourmille de ce genre de violences :
    Par exemple :
    JOSUE Chapitre 1-18 :
    "Que celui qui contredira aux paroles qui sortirons de votre bouche et qui n’obéira pas à tout ce que vous lui ordonnerez soit puni de mort"
    Josué étant le successeur de Moïse à la tête des tribus d’Israël, ce genre de texte devrait donc concerner tout croyant attaché aux religions du livre (juifs, chrétiens, protestants etc..)
    Alors gardons la tête froide et les yeux ouverts !!
    Bertrand K.

  • > Côté américain, Dieu entre en scène ! 15 décembre 2002 00:11, par TANDRE

    je suis moi même chrétien et cet article m’inquiéte pour l’image fausse que risque d’avoir un non-chrétien du Christianisme. Pour moi il ne fait pas de doute que le seul Dieu (si je fais aussi un amalgame) qu’on les américains c’est le dollar, c’est pour cela qu’il le représente sur leur billet vert. La bible dit que l’on ne peut servir 2 maitres, Dieu et l’argent car ou il haira l’un ou aimera l’autre. Pour ce qui est de la guerre Jésus qui est mort pour nos péchés, nos fautes, a dit à ces disciples qui voulait le défendre avec l’épée :"Laissez, arrêtez". Il n’a pas besoin de nous pour ce défendre...L’Amour de Dieu surpasse toutes intéligences

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes