{id_article}
 
VG€ et le modèle américain

Appel à la création d’une Convention Européenne Alternative

Par ARTivisme.net

La Convention Européenne officielle, dirigée par Giscard d’Estaing, a comme objectif à peine voilé de reproduire la constitution américaine. La population européenne sera seulement consultée ...

Cette année 2002 commencent les travaux de la Convention Européenne, présidée par Valéry Giscard d’Estaing (VGE), et qui a pour but de jeter les bases d’une Constitution pour une Europe élargie à vingt-cinq membres à l’horizon de 2004.

Sur le site Web de la Convention on nous annonce que "pour élargir le débat et y associer l’ensemble des citoyens, un Forum est ouvert aux organisations représentant la société civile (partenaires sociaux, milieux économiques, organisations non gouvernementales, milieux académiques, etc.). Il s’agit d’un réseau structuré d’organisations qui seront régulièrement informées des travaux de la Convention. Leurs contributions seront versées au débat. Ces organisations pourront être auditionnées ou consultées sur des sujets particuliers selon des modalités à déterminer par le Présidium ".

Cette dernière phrase laisse cependant présager que la consultation aura surtout pour fonction de donner l’illusion d’une réelle collaboration avec la population, càd une collaboration dans la conception et la prise de décision. Preuve en est que, de par son nom de Convention, cette dernière fait directement référence à la Convention de Philadelphie de 1797, qui a établi la Constitution américaine...

Car voilà bien de quoi il s’agit en réalité.

On propose à la population de " participer " à l’établissement d’une Constitution qui est … déjà écrite. Avec l’équipe de Giscard, nous pouvons donc déjà oublier la démocratie directe, car elle ne fait même pas partie des options, puisque d’options, il n’y a pas.

Faut-il s’en étonner alors que la présidence de la Convention européenne a été confiée à un homme politique dont la corruption est un fait avéré. En effet, VGE avait vu la fin de son septennat entachée par la révélation du scandale des diamants de Bokassa.

La nomination de VGE (75 ans) à la présidence de la Convention relève de la médiocrité la plus politicienne : comme l’a précisé le journal Libération "c’est l’insistance de Jacques Chirac à caser son ancien et encombrant rival qui a valu sa "promotion" à Giscard " (Libération, "L’Europe entre dessein et caricatures", 19 décembre 2001).

Il n’a pas fallu attendre longtemps pour voir les premiers effets d’une nomination aussi scandaleuse : pour sa nouvelle fonction, VGE, déjà fortuné, a exigé un salaire de 20.000 euros par mois, net d’impôt, ainsi qu’une suite de luxe à Bruxelles ... (source : reuters, cité dans l’édition du 19 janvier 2002 du Standaard).

C’est dire que l’Union Européenne est sur de très mauvais rails, alors qu’il est un fait établi qu’elle souffre déjà de graves déficits démocratiques.

Une frange grandissante du mouvement anti/altermondialiste ne se fait plus aucune illusion sur la " capacité " de la démocratie représentative à échapper au cancer de la corruption. Il n’y aura de véritable évolution que si la population prend son sort en mains et réalise elle-même ses projets sans rien attendre de ses élus politiques (projets auxquels la classe politique est néanmoins invitée à participer … à condition de renonçer à toute tentative de récupération, au risque d’essuyer l’humiliation publique, à l’instar de Verhofstadt qui s’est fait jeté, et il ne l’avait pas volé, du Forum Social Mondial de Porto Alegre).

C’est pourquoi nous lançons le présent appel de constitution d’une Convention Européenne Alternative dont l’objectif est de proposer, également pour 2004, une Constitution, mais basée elle sur la démocratie directe, et l’Allocation Universelle (car pour pratiquer la démocratie directe il faut du temps libre).

Il ne s’agit donc pas de lancer un interminable débat d’idées sur la faisabilité d’une société humaine débarrassée d’intermédiaires politiques et de l’obligation de travailler, mais bien d’établir une Constitution et un plan de réalisation qui répondent aux contraintes et problèmes éventuels qui pourraient être liés à l’application de la démocratie directe et de l’Allocation Universelle.

Ce travail sera réalisé en toute transparence par toutes celles et ceux qui croient en ce projet. Cela est techniquement possible grâce à des outils de travail collaboratif en réseau, comme ceux proposés par le projet www.upcase.be.

Ne ratons pas l’occasion de créer un autre monde, plus juste, plus pacifique et plus fun. Elle risque de ne pas se représenter avant très longtemps.


 
P.S.

Merci à ARTivisme.net

 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires
  • L’idée de constituer une Convention Européenne Alternative est séduisante et je dirais même plus, vitale pour enfin lancer un réel débat democratique autour de ce sujet qui nous concèrne tous : je veux parler de l’avenir de l’Europe.

    Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser se faire l’Union Politique Européenne comme nous avons laissé se faire l’Union Monétaire.
    L’Euro est arrivé dans nos poches sans que nous nous en rendions compte. Cette véritable révolution economique est passée comme une lettre à la poste grâce aussi à une population narcotisée à coup de slogans, de messages publicitaires...et de menaces !
    Souvenez-vous quelle a été l’attitude de l’ "Europe democratique" face au résultat du vote referendaire irlandais sur l’adhésion à l’Euro.
    En gros, le Conseil des chefs d’Etat et de gouvernement a ouvertement critiqué le choix que les citoyens irlandais ont democratiquement fait quant à la non adhésion de leur pays à l’Union Monétaire Européenne. Pire, le même Conseil a invité le Premier Ministre irlandais à convaincre le plus rapidement possible sa population de l’erreur qu’elle a commise.

    Je ne contèste pas le choix de créer une monnaie unique européenne. Je contèste la méthode qui a été utilisée pour l’imposer, plus que pour la faire accepter democratiquement.
    Tant qu’il s’agit de la taille, de la couleur et de la valeur des billets et pièces qu’on utilise, cette méthode autoritaire passe encore.
    Mais en ce qui concèrne l’Union Politique, tout choix qui sera fait aura bien d’autres implications pour nos vies, celles de nos enfants et des futures générations.
    La quéstion "Quelle Europe demain ?" est bien trop grave pour la laisser aux mains de quelques dizaines de politiciens, de politologues, de managers, de burocrates et de lobbystes. Non pas par manque de compétences de leur part ou par carence de pouvoir (le système représentatif fonctionne malheureusement ainsi). Mais parce-que l’Union Politique ne peut réellement exister durablement sans une Union Culturelle sous-jacente florissante, créative, riche de la diversité dont est le fruit et consciente de la direction entreprise ; une Union Culturelle consciente des valeurs qui en font son fondement ; une Union Culturelle où chaque citoyen européen est conscient de et adhère à la vision d’un futur positif que l’Europe incarne (ou devrait incarner).

    Cette Union Culturelle n’existe pas. Pas encore.
    Elle ne peut être imposée comme une monnaie par exemple, car elle est impalpable et en mutation continue. C’est avant tout un processus. Un état d’ésprit collectif qui ne peut être ni contrôlé, ni imposé. Il ne peut être que cultivé, telle une plante rare. Avec des soins constants et avec Amour.

    La Convention Européenne Alternative pourrait représenter la graine à partir de laquelle jailliront peut-être un jour des fleurs extraordinaires.
    Il ne tient qu’à nous.
    Elle représente une occasion unique pour commencer à créer de fait une culture civile/civique/citoyenne (appelez-là comme vous voulez) commune en Europe.
    Elle pourrait entre autre venir renforcer le processus de naissance du Forum Social Européen, qui est un autre exemple concrèt de "création culturelle".

    Aux plus d’individus, d’organisations et de mouvements sociaux adhèreront à ce projet, aux plus il y a de chance de lancer un réel débat à niveau continental sur la democratie participative et sur le futur de la democratie représentative.

    Nous avons là une occasion révée pour demontrer qu’une autre Europe est possible ; qu’une autre Europe est peut-être nécessaire...
    N’ayons pas peur de la cueillir. Ce que nous pouvons en tirer est immense et pourra peut-être marquer le début d’une nouvelle Renaissance culturelle pour l’Europe, cette vieille dame qui en a tant besoin.

    Pour conclure, tout ceci me porte à mettre en evidence un point.
    A mon sens, il ne faut pas s’ériger en opposition à la Convention officielle ni se lancer en d’arides attaques personnelles contre l’un ou l’autre de ses membres. Nous n’avons pas de temps à perdre pour ça. Nous n’avons aucun intérèt à le faire. La Convention n’a qu’une durée limitée et limités sont en réalité ses pouvoirs (qui ne sont que propositifs, pas décisionnels) Nous devons nous focaliser sur la partie créative de nôtre tâche. Nous devons recommencer à rever. Nous devons recommencer à faire rever le maximum de personnes à travers l’Europe.
    Nous devons nous unir pour faire emerger un projet d’Europe Commune qui reflète le plus possible ces rêves. Qui soit donc à dimension humaine.
    Qui soit porteur d’éspoir, surtout pour les exclus, les plus démunis et pour toutes celles et ceux qui n’ont jamais eu l’occasion de pouvoir s’exprimer.

    La structure politique d’un pays (ou comme dans ce cas, d’un regroupements de pays) reflête sois-disant le degré d’evolution de la civilization dont elle est le produit. Chiche. Démontrons qu’il est possible de créer une nouvelle forme de civilization en Europe (et donc de créer une nouvelle structure politique pour celle-ci....on ne fait pas d’habits neufs avec du vieux tissu) basée sur des principes d’Amour, de partage, de cooperation et de compréhension réciproque. Une civilization qui soit consciente du fait qu’elle fasse partie d’un Tout. Une civilization reconnectée à la Nature, à l’Univers, à la Vie. Une civilization qui soit porteuse d’éspoir pour toute la planète, surtout pour les pays du Sud. Pour qu’ils n’ayent plus à craindre de nous. Une Europe qui exalte les différences culturelles plutôt de les annéantir. Pour résumer : une Europe participative.

    Giorgio Bombassei

  • A part quelques exceptions, la plupart des ONG européennes du mouvement altermondialiste n’ont pas (encore ?) apporté leur contribution à la Convention européenne.

    On peut ainsi regretter que ni ATTAC, ni le Forum Social Européen n’ont encore remis leur contribution (au 12 mai 2002) à la Convention, ce qui serait pourtant bien utile, ne serait-ce que pour ne pas un jour se voir reprocher de ne pas avoir participé au processus démocratique lorsqu’il s’agissait de concevoir cette constitution européenne.

    Il est vrai que la collaboration des « élites » de la Convention (présidée par Giscard d’Estaing) avec la population européenne est dans les faits purement symbolique. C’est la raison pour laquelle ARTivisme.net a lancé en mars 2002 un appel à la création d’une Convention européenne alternative. Malheureusement cet appel n’a suscité que très peu de réactions, ce qui est particulièrement inquiétant.

    Il serait très dangereux de sous-estimer l’importance de cette Convention Européenne. Espérons que notre appel sera enfin entendu par ATTAC et le Forum Social Européen ...

    Liste (au 12 mai 2002) des organisations « participant » au « forum » de la Convention européenne :
    http://europa.eu.int/futurum/forum_convention/organlist_fr.htm#list

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes