{id_article}
 

Françaises, Français... Je vous ai compris...

Vous êtes un peuple majoritaire, viscéralement râleur et frileux.

Alors je vous livre des caméras de surveillance à profusion et plus de 1800 « robocops » neufs et rutilants pour aller mater vos enfants qui hurlent leur désespoir dans les banlieues poubelles et que nous nommerons confortablement délinquants pour plus de commodité et de compréhension universelle.

Vous ne supportez pas la misère engrangée à vos portes, elle fait désordre et elle vous renvoie aux images du tiers-monde. La pauvreté est toujours plus compréhensive ailleurs. Surtout au soleil et à distance.

Vous ne supportez plus la vue de ce spectacle nihiliste engendré par les carences d’une société mercantile, alors je me déleste de vos quelques gênes éthiques et vous offre le couvre-feu prolongé à souhait. Capote efficace pour stopper la prolifération de germes insurrectionnels non contrôlés en vous assurant une tranquillité muséographique et grabataire.

Vous tremblez dans vos chaumières -balisées par les crédits ou les héritages- face à la haine ingrate de cette sous population anormalement à cran et fortement attirée par les allumettes. Je vous offre la violence légale et vous autorise la création de « milices citoyennes et républicaines » pour débusquer les fauves et nous les livrer. Vous êtes également un peuple féru de divertissements. Le jeu du chat et de la souris vous change de l’anxiolytique télévisuel et vous autorise de nouvelles amitiés viriles. Sans permis de chasse.

Vous ne supportez ni le mélange ethnique, ni la langue chantante et imagée accouchée. Ce nouveau dialecte perturbe vos oreilles précieuses. Après tout la fête de la musique est tolérée un jour par an et cette entorse est amplement suffisante.

Le travail demande du sérieux, de la rigueur et un langage châtié.

Françaises, Français lorsque vous ne resterez plus qu’entre gens de bonne compagnie, je m’évertuerai à vous titiller avec d’autres lois et interdits corsés pour que vous vous auto détruisiez car voyez-vous, l’ennui est ma hantise et mon fardeau.

Défricher me tétanise. Je préfère colorier le modèle des réputés puissants.

Je ne connais que le bâton pour faire avancer les ânes.

Françaises, Français le monde vous regarde. Soyez à la hauteur des dividendes attendus.

La France fait un chèque en blanc au tout sécuritaire. Par paresse et en apnée. Avec votre bénédiction. Merci. Vous avez d’ores et déjà voté pour moi.

Ne venez pas vous plaindre après...

source : e-torpedo.net


 
 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
  • J’ai honte... j’ai deux enfants et j’ai peur du monde que je vais leur laisser. Mais il faut des rebelles ou, en tout cas, que le souvenir subsiste que de nombreux hommes ont essayé de changer les choses, de vivre autrement de vivre ensemble au lieu de vivre les uns contre les autres.

    Jaurès est bien mort. Et l’histoire est un éternel recommencement, la soumission de l’armée, le pouvoir des grands qui étouffe le peuple car il ne faut qu’il se trompe. Après la canaille, ce sera son tour. L’ogre ne s’arrête pas, on ne peut traiter avec lui. Pour cela, il faudra des morts, nos enfants, et on sera trop vieux pour leur prêter main forte. Il nous restera la honte.

    Merci, Franca.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes