{id_article}
 

Avoir une carte de presse rend forcément intelligent et, surtout, infaillible. Pour combien de temps ?

Le livre de Meyssan "l’effroyable imposture" s’est vendu à 100 000 exemplaires en une semaine. Une claque dans la une que digère mal la fine fleur du journalisme.

C’est ce qu’il ressort de l’article du Monde signé Gaïdz Minassian dans son édition électronique du 29 mars 2002.

Après avoir passé en revue la presse Nationale et interrogé les correspondants (officiels) aux USA, le Monde, qui a pris le parti de ne pas tirer à boulets rouges sur Meyssan à l’inverse de son confrère Libération [1], insiste sur le manque de professionnalisme, l’absence d’investigation, le manque de rigueur, [2]la propagation de la « rumeur », etc.
En un mot, à part les médias officiels et les journalistes encartés, personne n’a le droit et encore moins le devoir de remettre en cause le bien fondé de l’information officielle.
Notre seul devoir est de boire (gober) les dépêches des Agences de Presse et les infos de TF1, CNN et les autres.

Pré carré et arguments à l’emporte pièce

Si vous vous hasardez à contester la version officielle (qui n’est pas plus étayée que l’hypothèse Meyssan) de l’attentat contre le Pentagone, vous vous exposez à ce que l’on vous traite de négationniste et de révisionniste [3]. Les mots lancés par la presse officielle ne sont pas choisis au hasard, au contraire, ils ont une connotation très explicite pour le lecteur de base.

La différence est que, pour ce qui concerne l’affaire du Pentagone, il y a deux thèses qui s’affrontent et que chacune d’elles n’a pas plus d’argument pour convaincre l’autre. Par contre, il y a d’un côté le rouleau compresseur médiatique de la pensée unique aux mains de la finance, de la publicité et des actionnaires boursicoteurs et de l’autre un certain nombre d’individus qui a décidé d’en découdre avec cette pensée unique, cette mondialisation avérée de la désinformation, cette colonisation de l’esprit. Ces derniers (les individus) disposent de très peu de moyens financiers puisqu’en général bénévoles et regroupés sous forme associative, mais les liens qu’ils ont tissés sur la toile de par le monde leur permetent, et c’est une grande première, de disposer de solides éléments et de porter un rude coup à la presse traditionnelle empêtrée plus que jamais dans ses contradictions déontologiques.

La liberté est cotée en bourse

Choisir entre le fric et la liberté a été le grand dilemme de plusieurs grands quotidiens ou périodiques. Le Monde, qui a récemment fait le choix de la Bourse, se voit contraint d’en découdre avec ce qu’il appelle « la rumeur » en se ralliant et en cautionnant la quasi totalité de la presse officielle qui a décidé de faire barrage à l’hypothèse de Meyssan. Faire barrage ne signifie en aucun cas pour le quotidien du soir, ni pour les autres, apporter quelques preuves que ce soit.

Libération, qui a été d’une virulence et d’une agressivité inouïe à l’encontre de Meyssan et du Réseau Voltaire, depuis le début, n’a pas, lui non plus, apporté le commencement d’un début de preuve. Le nouvel Observateur, quant à lui, conteste la thèse de Meyssan mais n’apporte pas d’élément supplémentaire. Idem pour les chaînes de télévision qui ont osé aborder le sujet longtemps resté tabou. Par contre, tout le monde, du côté des médias de la pensée unique se refile une photo de l’aile du Pentagone en flamme avec un morceau de ferraille tordu censé représenter un reste de l’avion. A part ce document, rien.

Mais la tactique est, de mon point de vue, on ne peut plus claire : il s’agit de jeter le discrédit par tous les moyens sur les empêcheurs de "penser" en rond et plus généralement sur tous ceux qui ont l’outrecuidance de contester les versions officielles des événements. Il y va de la crédibilité et de la survie, peut-être, d’une certaine presse assujettie, d’une part, aux grands donneurs d’ordres publicitaires et, d’autre part, à leurs actionnaires.

Si la presse conventionnelle rate l’assassinat médiatique de Meyssan, elle pourrait ne pas s’en relever ou le payer très cher. Tous les coups sont donc permis. Avis aux amateurs !

Les activistes du net

Le net s’organise et des outils participatifs tels que « Indymedia », « Amnistia », « Réseau Voltaire », « Solidarité-Palestine », « Le Couac », « Le Marabout », « Le Journal », etc., sont là pour donner à lire une autre parole et rapporter des faits que la presse traditionnelle passe sous silence... et lui faire de l’ombre.

Le silence des politiques

Connaissez-vous un responsable politique qui se mouille en ces temps de campagne électorale et de « sondagite » aiguë ? Rares sont ceux qui se risqueront à prendre position et encore moins à contester la version officielle des faits, témoin ce communiqué, dont voici un extrait, trouvé sur le site Résistance verte (le 1er avril 2002) où Alain Lipietz est particulièrement influent semble-t’il : « Aujourd’hui, face à l’ampleur médiatique de la polémique et compte tenu de l’appréciation personnelle de notre ami Alain Lipietz sur ce dossier, nous avons convenu de retirer les pages correspondantes afin de les reprendre dans leur totalité, de les réactualiser et de prendre garde à ne laisser aucune ambiguïté quant à notre démarche. En particulier, la possibilité qu’il soit fait un lien entre notre approche et le négationnisme nous a profondément choqués, bouleversés même, et blessés au plus haut point (notamment au vu de l’engagement politique de toute une vie et de l’histoire familiale des animateurs du site).En second lieu, tout en respectant et en nous nourrissant des idées et réflexions d’Alain Lipietz au sujet de l’écologie politique, nous avons décidé d’un commun accord de retirer son nom de l’en-tête de Résistance Verte afin qu’il n’y ait plus d’identification possible entre notre responsabilité et la sienne sur notre site. »
Ben voyons, papa, plutot que de relever le défi, certains préfèrent courber l’échine.
Voilà ce qui s’appelle « aller dans le sens du vent » ! Le courage politique des Verts suscite vraiment l’admiration… de Lipietz et de lui seul. Alain quand il pète les plombs, ça vaut vraiment son pesant de ... tournesols !

Affligeant, mais il faut bien conclure… en citant l’article du Monde

"C’est très grave, conclut Edwy Plenel, de laisser planer l’idée que le réel n’est qu’une fiction, c’est le début du totalitarisme. Il s’agit là d’une logique révisionniste, proche de la logique négationniste. Nous sommes face à une démarche intellectuelle dangereuse, car elle sous-entend que l’événement n’a pas eu lieu. Or un avion s’est écrasé sur le Pentagone, faisant de nombreux morts." De manière moins tranchée, Ulysse Gosset dénonce le danger que font courir tous ces discours conspiratoires : "Si leurs auteurs peuvent apporter la preuve de ce qu’ils disent, qu’ils le fassent, mais s’ils n’en ont pas la preuve, qu’ils ne publient rien, car le danger c’est que personne ne croie plus en rien. La crédibilité des médias, la fonction du journalisme, sont en danger."

On ne peut que conseiller à Plenel et à Gosset de se taire, eux qui, de toute évidence n’ont pas de preuve a apporter et qui ne connaissent du réel, en la matière, que les communiqués de presse de l’administration Bush, puisque « Les Etats-Unis vivent aujourd’hui dans une atmosphère de guerre et le secret a été élevé au rang de politique d’Etat, avec ce que cela implique d’arrestations qui semblent arbitraires. » comme le dit si bien Gaïdz Minassian dans son article.

Gilles Lestrade


Notes

[1Libération pousse son pro-américanisme jusqu’à adopter définitivement les règles de la typographie anglosaxonne

[2Il est des quotidiens que nous ne citerons pas et dont la rigueur consiste à recopier patiemment les dépêches de l’AFP en brodant autour ! Ceux-là ne subissent pas les foudres de leurs confrères.

[3Il va falloir renvoyer pas mal de journalistes revoir les bases de la sémantique ! Remettre en cause ce qui n’est pas avéré, si cela porte un nom, ce n’est sûrement pas celui de révisionnisme et encore moins de négationnisme. Un peu de retenue dans les rédactions que diable !


 
P.S.
 
 
Forum lié à cet article

3 commentaires
  • Lipietz vs Meyssan 3 avril 2002 00:31, par Arlette Contre-Attaque

    Il serait plus juste de répondre au texte de Lipietz, car RV est plutôt courageuse dans cette affaire...D’ailleurs, vous allez un peu vite, je crois savoir que le dossier est fermé (très provisoirement) ;-) Affaire à suivre, donc...

    Mais lisez plutôt ceci :

    Voir en ligne : L’affaire Meyssan et la destruction de la raison

  • "En un mot, à part les médias officiels et les journalistes encartés, personne n’a le droit et encore moins le devoir de remettre en cause le bien fondé de l’information officielle."
    Ben oui, d’autant que je sache, les journalistes du "Monde" et de "Libé" et tant d’autres ont-ils réalisé des enquêtes sur les dossiers pertinents sur le nuage de Tchernobyl qui s’est arrêté... à nos frontières.
    Ont-ils remis en cause les conclusions "officielles" sur ce dossier comme sur celui de la "vache dite folle", du sang contaminé avant que la vérité officielle vienne contredire la précédente...
    Oui, le citoyen peut très bien et va, dans l’avenir, être un diffuseur d’informations.
    En fait, ils ne font que défendre leur pré-carré. Mais, le pli est pris, et votre site, comme d’autres cités, le démontre à merveille.

    • > > Avoir une carte de presse rend forcément intelli 18 octobre 2002 23:44, par francism

      si l’internet pouvait aider à eclairer les infos desinformés des journalistes tellement modestes !!!!entut cas moi je surfe et je ch l’info ..la plusobjective si possible

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes