{id_article}
 

La servilité de la presse professionnelle révélée par le Web indépendant

Dans le texte qui suit je cite le journal
flamand De Standaard (un des premiers quotidiens
belges en terme de tirage) à titre d’exemple.
On verra qu’en réalité les critiques
exprimées ci-dessous concernent l’ensemble de
la presse non indépendante, qu’elle soit
commerciale ou du service publique (
indépendante = ne générant
aucun revenus + reposant sur le principe
TARGET="_blank">Open Content
).

Dans l’édition du Standaard du jeudi 28 mars 2002, on trouve dans le bas de la page six un article de taille moyenne (14cm/18cm). Le rédacteur y relate le fait que, selon des documents du ministère US de l’énergie, la politique énergétique du gouvernement Bush (dénonciation du traité de Kyoto, etc) aurait été élaborée en concertation avec des entreprises du secteur de l’énergie (dont Enron), celles-là mêmes qui ont financé "l’élection" du président Bush. On y apprend également que cette politique sert plus les intérêts de ces mêmes entreprises que celui de la population. Enfin, le journaliste nous rappelle que plusieurs membres importants du gouvernement Bush sont d’anciens cadres de ces mêmes entreprises.

Selon ma connaissance de la langue française, les faits décrits ci-dessus, peuvent être qualifiés par un mot qui est le mot "corruption", lequel se traduit en néerlandais par le mot "omkopen".

Pourquoi à aucun endroit du texte et du titre de l’article le qualificatif de "corruption" n’est mentionné est pour moi un mystère.

Pourquoi la démonstration de la corruption quasi généralisée du gouvernement du pays le plus puissant du monde ne fait pas la première page de ce journal (et des autres) est pour moi un autre mystère.

Mais ce n’est pas tout. Dans la même édition du même journal (page 5), on trouve un article signé Gilbert Roox relatant la publication du livre de Thierry Meyssan (réseau Voltaire) dans lequel ce dernier met en doute la version officielle concernant l’attentat contre le Pentagone, et évoque la possibilité d’un coup d’état ourdi par un groupe d’officiers supérieurs et d’industriels de l’armement et du pétrole. Le rédacteur de l’article commence par comparer les propos de Meyssan à ceux de sectes occultes adeptes de Nostradamus (sic). Il tente ensuite de démonter les arguments de Meyssan par une série de contre-arguments que je propose d’analyser en détail. Ainsi ce journaliste nous explique qu’un Boeing qui s’écrase est une véritable bombe au kérosène et qu’après son explosion il n’en reste presque rien. Ah bon ?, le kérosène n’est-il pas inflammable et non explosif … ?. Le journaliste oublie manifestement cette photo tristement célèbre du cockpit du Boeing qui s’était écrasé sur le village de Lockerbie en creusant un cratère de plus de 10 mètres de profondeur. Le rédacteur continue en affirmant que www.hoaxbuster.com a démonté scientifiquement la thèse de Meyssan. Il suffit pourtant de lire les commentaires (dont certains très bien argumentés) publiés en-dessous du dossier de Hoaxbuster pour se rendre compte que la thèse de Meyssan pose certaines questions qui sont relevantes. Ces dernières reposent d’ailleurs sur des sources que le journaliste ne devrait pourtant pas ignorer, telles que BBC, CNN et autres (voir en bas du présent article). Pourquoi le journaliste du Standaard n’y a pas fait au moins allusion est pour moi un troisième mystère …

Note : Concernant Hoaxbuster, il est reconnu que ce dernier, qui pour le reste fait du bon boulot, a tendance à attribuer parfois trop rapidement le qualificatif de "hoax" à certains faits. On est en droit de penser que cette tendance est motivée par la volonté d’accroître le nombre de visites du site Hoaxbuster et par conséquent les revenus générés par les bannières publicitaires qui y sont affichées. En d’autres termes, Hoaxbuster n’est pas un média indépendant. Pourquoi le journaliste du Standaard ne souligne pas ce fait concernant Hoaxbuster alors qu’il ne manque pas de le faire concernant le réseau Voltaire est pour moi un autre mystère, un de plus.

L’auteur achève son travail de démolition en portant une attaque sur la personne de Thierry Meyssan, qui est décrit de façon à peine voilée comme un déséquilibré guidé par l’esprit de lucre. Il existe effectivement certaines zones d’ombre dans la thèse de Meyssan concernant "l’avion du Pentagone", comme le fait qu’il y aurait eu de nombreux témoins (quoique l’histoire révèle que les gvt US successifs n’ont jamais hésité à en fabriquer lorsque cela servait leurs intérêts), mais cela ne justifie pas la lapidation publique de Thierry Meyssan. Ce que fait le journaliste du Standaard relève plus de la diffamation et du procès d’intention que du journalisme. En agissant de la sorte, le rédacteur et son journal déshonorent le métier de journaliste non indépendant. Certains diront qu’ils le montrent sous son vrai jour …

Le fait que ces média en viennent à d’aussi minables pratiques est bien la preuve qu’ils ne croient pas eux-mêmes en la capacité de persuasion de leur propre argumentaire. Ca c’est vraiment la preuve qu’ils ont un compte à régler.

Mais à qui ? Thierry Meyssan ? Non, je ne vois pas pourquoi cette industrie dépenserait autant d’énergie et de temps (à moins, effectivement, qu’ils soient vicieux au point de susciter un débat dans le seul but d’accroître le chiffre d’affaire …) à seule fin de buter un type qui ne leur fait aucune concurrence. Meyssan aurait beaucoup d’ennemis ? Je l’ignore, mais je doute qu’il puisse en avoir dans presque tous les grands média français et étrangers.

Alors quelle est donc la raison de cette campagne menée depuis plusieurs semaines par les média non indépendants ?

Le Web.

Ils ont peur du Web, et plus particulièrement de la concurrence des Webzines indépendants. Bien sûr les media traditionnels (journaux, radios et TV) ont maintenant leur version Web, qui connaissent d’ailleurs un grand succès. Leur (très) gros problème, c’est que ces sites ne génèrent presque pas de revenus, que ce soit en publicités ou en consultations payantes d’article.

Pourquoi ?

Parce que la concurrence des Webzines indépendants est de très grande qualité. En fait on peut même se demander si on ne serait pas en train d’assister au déclin rapide de la presse non indépendante.

En effet, les Webzines indépendants jouissent d’énormes avantages comparatifs tels que :

  1. la gratuité : de nombreuses/eux webmasters de webzines indépendants sont chômeuses/eurs, et les rédactrices/eurs travaillent souvent à titre gratuit ;

  2. la proximité entre le fait et la relation du fait : les actrices/eurs (volontaires et involontaires) des faits ont la possibilité de les relater elles/eux-mêmes via les média indépendants ;

  3. la liberté d’analyse et d’expression qu’accorde l’indépendance financière par rapport à son activité de "journaliste" (à mon avis un terme dont l’usage va devenir de moins en moins fréquent ...) ;

  4. le fait de mentionner ses sources par liens hypertextes menant directement vers les sources en question, ce qui n’est pas le cas de la majorité de la presse non indépendante ;

  5. le fait de se soumettre à la critique du public en donnant à ce dernier la possibilité de publier ses commentaires en dessous de chaque article, ce qui n’est pas le cas de la majorité de la presse non indépendante.

La presse traditionnelle a manifestement utilisé les propos de Meyssan, qui fut très largement relayé par le Web indépendant, dans le but de discréditer ce dernier : en discréditant Meyssan on discrédite le vecteur qui est supposé être à l’origine de la popularité (décrite comme débile) de sa thèse. On peut en juger au nombre de fois auquel ces articles font référence au "Web qui véhicule le meilleur comme le pire". Oui, effectivement ! Vous avouerez que c’est quand même mieux que de ne véhiculer que le pire.

Ce qui est ahurissant dans cette histoire c’est l’ampleur du prétentieux paternalisme de la presse traditionnelle vis à vis de la population. Ce comportement méprisant est d’ailleurs ouvertement exprimé dans un récent article du journal Le Soir consacré à "l’affaire Meyssan", et dans lequel le journaliste n’hésite pas à déclarer : "L’autorité militaire a-t-elle cherché à cacher des événements, a-t-elle falsifié les faits ? C’est ce que les internautes se demandent. A nous, journalistes, de leur expliquer ce nouveau scénario rocambolesque".

Fuck you !

Ah oui, il y a encore ceci : saviez-vous que c’est désormais une pratique courante dans la presse professionnelle que les entreprises invitent généreusement des journalistes "Economie" ou "International" à venir assister à tel ou tel (gros) événement commercial, généralement situé dans un environnement luxueux et touristique. Rien d’anormal me direz-vous. Oui mais le problème c’est que ces entreprises paient les frais d’avion ainsi que les frais d’hôtel des journalistes qui, je le rappelle car cela à son importance, sont invitéEs ! Ce qui veux dire que si unE journaliste n’est plus invitéE, alors elle/il ou son employeur devra payer les frais si elle/il souhaite être présentE sur les lieux du "big event". Que l’on soit free-lance ou journal, la conséquence est la même : les coûts augmentent (beaucoup), ce qui a un impact (très) négatif sur les revenus nets. Or, ces listes d’invitation faisant également fonction de répertoire des journalistes "à suivre", le département "Marketing-Communication" pourrait être enclin à rayer de cette liste le nom de journalistes ou journaux qui auraient publié "trop" de critiques "injustes" concernant la société ou les produits/services qu’elle vend. Et l’on observe la même politique de corruption de la part d’organismes internationaux tels que le FMI, la Banque Mondiale ou l’Union Européenne. A moins évidemment que tout ceci soit de la paranoïa, et qu’en réalité les gentilles entreprises et organisations internationales fassent tout ça rien que pour faire plaisir aux gentilLEs journalistes …

Note : Et puisqu’on parle de "corruption dan le but de manipuler l’opinion publique", profitons-en pour nous poser enfin de sérieuses questions sur la crédibilité de ces fameux sondages d’opinion qui nous apprennent, par exemple, qu’une très large majorité de l’opinion américaine soutiendrait le président Bush. Alors qu’il est un fait maintenant établi que la célèbre société d’audit Andersen a trafiqué ses rapports d’audit afin de favoriser son client Enron (et que ces pratiques sont généralisées dans le business d’auditeurs d’entreprises), il est par conséquent hautement probable que les instituts de sondage réalisent eux aussi des sondages dont les "résultats" répondent aux souhaits d’organismes privés ou publiques disposés à payer ou faire "ce qu’il faut" pour que ces sondages influencent l’opinion publique dans un sens qui leur soit favorable. Réveillons-nous : c’est évidemment le cas puisque ces instituts ne sont contraints par aucune méthode crédible permettant de garantir que les faits décrits ci-dessus ne se produisent pas.

Les quelques journalistes professionnelLEs honnêtes qui subsistent ne doivent pas rigoler tous les jours. Bien sûr elles/ils ont peut-être des gosses à nourrir, une maison à payer. Mais bon, il y a quand même des moments ou trop c’est vraiment trop, non ? Quant aux autres journaleux, ceux dont la suffisance est directement proportionnelle à leur servilité, laissons-les sombrer, ils l’ont bien cherché. Oui, servilité, et même collaborationnisme, à l’instar du New York Times qui été pris en flagrant délit de manipulation de ses archives !

Quelques exemples de media indépendants : www.oulala.net , rezo.net , Indymedia. Personnellement, j’en apprends plus de la lecture de chaque article qui y est publié, et des débats contradictoires qui peuvent l’accompagner, que de dizaines d’articles sur le même thème provenant de la presse non indépendante.

Les média indépendants ne relatent certainement pas la réalité, mais ils s’en approchent sûrement plus que la presse "professionnelle". Car finalement, les media indépendants ne sont autres que ceux de la population, par elle et pour elle. Il y a-t-il un moyen d’être plus proche de la "réalité" ? Le réseau indépendant est peut-être l’expression et aussi l’outil le plus fondamental de la démocratie directe. L’un et l’autre sont des exemples éloquents de la désintermédiation qu’induit le réseau Internet : plus besoin d’intermédiaires pour traiter l’information, ni pour gérer la vie en société. Donnons-vite accès à Internet aux pays pauvres. Cela ne résoudra pas leurs problèmes quotidiens, mais devrait certainement aider à les résoudre plus démocratiquement, et donc plus efficacement.

Vive la révolte.

Arty

Illustration F. Vignale


 
P.S.

Sur la responsabilité du gvt. US dans les attentats du 11 sep.

Les liens inavoués entre le réseau Al Qaeda et les gvt. Clinton puis Bush : Global Research
Les familles Bush et Bin Laden sont liées par des relations d’affaires : Guardian
Bush a bloqué l’enquête du FBI sur Ben Laden dès son élection : Guardian , Irish Times , BBC
La CIA était en contact avec son agent Ben Laden en juillet 2001 : Guardian
Des cadres de la CIA ont "anticipé" en bourse les attentats du 11 sep. : Independent , Global Research
La CIA produit de ... l’Anthrax : CNN
Mises en doute de la version officielle : Ministre von Buelow , Chef armée de l’air russe , Animation
Analyse chronologique : Michael Ruppert
La véritable raison de la présence militaire US en Afghanistan : BBC , Guardian
L’US army et le big business : Karl Grossman
Accusations de responsabilité "indirecte" ("blow back") du gvt. US : Vidéo BBC
Accusations de responsabilité directe du gvt. US : The Vancouver Sun , Vidéo Mediafile
Bush et Cheney font pression sur le Sénat pour stopper l’enquête sur le 11 sep. : CNN
En 1962 des généraux US ont planifié des actes terroristes contre la population US : ABC , Nat.Sec.Arch. , asile.org

Petition to the Senate to
Investigate Oddities Involving 9/11 Terrorist Attacks

 
 
Forum lié à cet article

3 commentaires
  • remarque sur hoaxbuster 11 avril 2002 00:08, par arty

    hoaxbuster attribue à ce jour (11 avril) le statut "en cours d’analyse" à la thèse de Meyssan (voir au-dessus du dossier réalisé par hoaxbuster)

    mais pourquoi hoaxbuster attribue-t-il le type "rumeur" à la version "Meyssan", et pas à la version "officielle" ?

    là on a un vrai problème avec hoaxbuster ... de la matière pour de futurs concurrentEs ... ;p

    • > remarque sur hoaxbuster 13 avril 2002 10:41, par Michel Noirret

      d’autant plus qu’il s’agit d’un livre, étayé par des arguments, et renvoyant à des sources, il est donc parfaitement malhonnête d’en parler comme d’une rumeur.

  • > La servilité de la presse professionnelle révélée 17 juillet 2003 23:11, par BILLET VERT

    A Lockerbie, l’avion avait été désintégrè à haute altitude, le kérozène ( Bien moins inflammable que l’essence, le kérozène n’est rien d’autre que du pétrole lampant ) avait été pulvérisé et dispersé durant la chute des débris, donc peu de chance d’inflammation au sol.

    Au Pentagone, on peut toujours penser que l’avion à percuté de plein fouet l’édifice, mais comme l’explique Meyssan il est bien difficile d’expliquer l’absence de débris sur le terrrain devant l’édifice ...

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes