{id_article}
 

"Hey Joe !"

Après treize jours d’émoi légitime, de surenchère médiatique nationale sans précédent, la nouvelle est tombée : les assassins de Joe sont d’origine polonaise et non maghrébine. Et voilà que, bien tardivement, les autorités belges appèlent à ne « pas stigmatiser certains groupes de la population ».

Comble de ce procès d’intention tout en préjugés racistes : c’est le Parquet bruxellois lui-même qui avait dès le lendemain de la tragédie annonçait la prétendue origine nord-africaine des coupables ! Accusation qui fut relayée par l’ensemble des médias nationaux voir même internationaux. Ces médias qui sans le moindre respect pour les procédures légales diffusèrent portrait-robot et photos provenant de caméras de surveillances au risque, aujourd’hui vérifié, de compromettre le déroulement du futur procès. En effet la loi belge interdit toute publication d’images de suspects mineurs d’ages. D’hypocrites rectangles noirs fort tardifs masquent à présent ces mêmes portraits déjà sur-médiatisés.
Il est évident que ce détail qui n’en est pas un, n’enlève rien à l’horreur inacceptable d’un meurtre perpétré en heure d’affluence en pleine gare centrale de Bruxelles, ce dans le seul but de voler le lecteur mp3 d’un jeune de 17 ans !

Mais elle est par contre lourde de sens pour tous ceux qui, (ir)responsables judiciaires ou politiques, journalistes ou simples citoyens, hurlèrent au loup et se retrouvent maintenant face à leur conscience...en supposant qu’ils en soient dotés.

Justice et médias pris en flagrant délit de racisme...

Revenons sur les faits, le 12 avril Joe est assassiné. Le lendemain les autorités judiciaires commettent un délit qui dépasse, et de loin, le non-respect de la présomption d’innocence d’un individu en accusant à tort une communauté entière. Communauté déjà suffisamment stigmatisée -volontairement ou non le résultat est le même- par l’actualité.

Profitant d’une « fuite » providentielle la Dernière Heure publie, une fois de plus en toute illégalité, un portrait robot équivoque. Les autres médias, encouragés par les autorités judiciaires, emboîtent le pas en diffusant des images de mauvaise définition enregistrées par diverses caméras filmant les lieux du crime ou l’itinéraire de fuite des suspects. Tout en répétant à l’envi la prétendue origine maghrébine des coupables, insistant sur la colère des Belges...

Il est important de noter que ce ne sont pas ces images qui ont permis l’identification et l’arrestation d’un des coupables. Bien trop floue et de basse définition elles furent avant tout un véritable appel à toutes les projections, phantasmes et préjugés racistes. « Deux jeunes, des vêtements de sport, des cheveux sombre et une agression : des arabes, forcément ! »

Non, ce sont celles captées dans une station de métro par les caméras haute définition de la STIB* qui ont mené à l’un des suspects aujourd’hui en aveu, notez aussi que ces images ne seront pas diffusées, elles.

Reste à savoir combien de temps s’est écoulé entre le moment où les autorités ont réalisé leur erreur et celui où ils l’ont reconnu publiquement. L’ont-ils su avant ou après la marche silencieuse comptant 80.000 personnes dimanche dernier ?

Bouc émissairisme...

Difficile de ne pas faire un parallèle inquiétant entre cette affaire et celles qui ont, avec une régularité accusatrice, occupé les unes télévisées et autres. Comme la pseudo-attaque du train Nice-Lyon, la tentative d’étranglement d’un professeur ou encore de l’agression, montée de toutes pièces et par elle-même, d’une jeune femme enceinte. Toutes honteusement manipulées, amplifiées ou attribuées à tort à des jeunes d’origine maghrébine !
Apportant ainsi un complément local et de circonstance aux images quotidiennes de dangereux islamistes barbus, Massaoui, Ben Laden ou le Hamas, sensés menacer la confortable tranquillité de l’occident.

Les citoyens visés et les autres sont en droit d’exiger des excuses claires de la part des médias et des autorités judiciaires. Car si la confiance de certains dans l’appareil répressif en est renforcée, que dire de celle envers les médias officiels, déjà mise à mal par les différents mensonges avérés dont ils se sont récemment fait les relais.

Violence, consumérisme et antidotes.

Que la mort tragique de Joe, qui était anti-raciste, aie servit une telle manipulation est révélateur d’une crise profonde de la démocratie de marché. Une maladie qui ne se soignera ni à coup de sécurisation ni de surconsommation. Quand même un meurtre tourne à la page publicitaire citant I-pod ou Nike, il est bon de s’interroger.

Plutôt que de tenter de guérir l’irréparable par une justice répressive qui ne résout pas la violence, comme le démontre l’exemple des Etats-Unis où la tolérance zéro et la peine de mort n’ont jamais remédié aux tristes records de ce pays en la matière, bien au contraire.

Il est urgent de prévenir, agir concrètement au quotidien sur le terrain et non à l’écran, communiquer avec son voisin, éduquer ses enfants, proposer de véritables perspectives d’avenir et donc responsabiliser.

Il est temps que, tous ensemble, nous en rappelions l’importance aux liquidateurs de notre bien public et de notre unique planète : le dialogue et l’enseignement sont les seuls antidotes à la violence et aux préjugés.

Un citoyen bruxellois.

activista.be

*stib:société des transports inter-com.bruxellois .


 
 
 
Forum lié à cet article

3 commentaires
  • > "Hey Joe !" 27 avril 2006 09:58, par momo

    Les excuses du Parquet de Bruxelles à la communauté maghrébine

    mercredi 26 avril 2006, par Panapress

    Le Parquet de Bruxelles a présenté mercredi des excuses publiques à la communauté nord-africaine de Belgique après que celle-ci ait été accusée à tort dans le meurtre crapuleux, mercredi dernier, d’un adolescent belge de 1
    Selon un communiqué rendu public mercredi à Bruxelles, le Parquet laisse entendre que l’agresseur arrêté dans cette affaire est d’origine polonaise de même que son complice, qui a réussi à s’enfuir en Pologne.

    Des témoins avaient pourtant affirmé que les assassins étaient d’origine nord-africaine, autrement dit des Arabes, ce qui avait fait craindre le pire dans ce pays où vivent quelque 500.000 Marocains.

    Le meurtre de Joe a soulevé une vive émotion en Belgique parce qu’il a été tué en plein après-midi à la gare centrale de Bruxelles pour un simple baladeur numérique MP3 que ses agresseurs voulaient lui arracher.

    Près de 100.000 personnes ont manifesté dimanche dernier dans la capitale belge pour protester contre ce crime jugé particulièrement odieux.

    Le Parquet de Bruxelles a tenu à présenter ses excuses aux Nord-Africains parce que si le meurtre avait été commis par des membres de leur communauté, cela aurait soulevé une vague de racisme anti-arabe que les autorités auraient eu du mal à endiguer, estiment les observateurs.

    Les partis d’extrême Droite en auraient profité pour instrumentaliser l’affaire et attirer la colère de la population sur la communauté marocaine, souvent pointée du doigt comme responsable de la délinquance et de l’insécurité.

    Des élections municipales doivent avoir lieu cette année en Belgique, suivies de législatives en 2007. Créditée par les sondages de 27% des voix en Flandre, l’extrême Droite n’aurait pas manqué de profiter du climat de xénophobie qu’aurait créé cette affaire pour engranger des points.

  • > "Hey Joe !" 29 avril 2006 03:16, par antifasciste

    La stratégie machiavélique de ces pyromanes porte la même signature. Il est temps de ce mettre à l’évidence que les choses vont crechendo pour stigmatiser la communauté afro-magrebine. Les provocations se multiplient. Après la France de sarko, le Danemark, aujourd’hui la Belgique c’est quoi la prochaine trouvaille ? Les choses ne devraient pas continuer de cette manière, il va falloir arrêter ce fascisme rampant.

  • > "Hey Joe !" 2 mai 2006 01:46, par Byblos

    Le racisme anti-arabe, quand il est avéré et manifeste, s’efface par de plates excuses, le plus souvent tardives.

    Le racisme anti-musulman, quand il est avéré et manifeste, s’efface par de plates excuses, le plus souvent tardives.

    Le racisme anti-noir,quand il est avéré et manifeste, s’efface par de plates excuses, le plus souvent tardives.

    Le racisme anti-arabe, anti musulman ou anti-noir, quand il est rampant et quotidien, est normal, et tout ce qui pourrait y attirer l’attention est nécessairement malveillant.

    Quant au racisme anti-juif, il suffit qu’il soit seulement supposé, pour qu’il devienne insupportable, et qu’il entraîne pour qui en est accusé, des conséquences funestes.

    Demandez, seulement en France, à Dieudonné, Edgar Morin, Alain Ménargues, Alain Greish et quelques autres.