{id_article}
 

Affaire Clearstream

(1991) l’affaire des fréGATE$ devient (2006) l’affaire Clearstream qui va devenir Le KUWAIT GATE

Le Trivial Bank : Extrait du nouveau livre BASA CODE - Le$ Dessou$ Politique$ de la Guerre du Golfe (Christian Basano)
« Le marché financier occulte et criminel est tellement important et si particulièrement rentable que les banques n’y résistent pas » (Joël Bucher, ancien Directeur Société Générale Taiwan).

La banque des banques « Clearstream » représente la domination du monde par un petit groupe d’initiés dont l’objectif est la mise en place du Nouvel Ordre Mondial qui a été déclaré le 11 septembre 1990 par BUSH (père) : « Une nouvelle ère libérée de la terreur... dans laquelle toutes les nations pourront vivre en harmonie... où les forts respecteront le droit des faibles. »
11 ans après, jour pour jour, le 11 septembre 2001, BUSH (fils) tient un discours militariste sur « l’axe du mal » et la « guerre préventive ».

Alors d’après vous qui a organisé les attentats du 11 septembre 2001 ?

Le Général Singlaub, ancien Chef d’Etat Major des Forces américaines en Corée du Sud, membre de la CIA, expert en guerres non conventionnelle a notamment déclaré : « Nous devons bien comprendre que la guerre actuelle va s’étendre, et que beaucoup de nations et de peuples vont être impliqués »

« Nous aurons un gouvernement mondial, que cela plaise ou non. La seule question est de savoir s’il sera créé par conquête ou par consentement » (Paul Warburg - déclaration du 17 Février 1950 devant les sénateurs américains).

« Dès que possible, nous devons arriver à élaborer un gouvernement mondial et une religion mondiale dirigés par un leader mondial » (Robert Muller - ancien assistant au secrétaire général de l’ONU).La Guerre du Golfe avait bien été prévue dès l’année 1973 par les conseillers occultes du Président des Etats-Unis. « L’invasion du Koweït est un de ces moments qui marquent l’entrée dans une nouvelle ère » (James Baker, secrétaire d’Etat de Bush)

« C’est l’occasion de procéder à un Nouvel Ordre Mondial International » (Jacques Delors, ¨Président de la C.E.E)

« Nous assistons sans doute à l’émergence d’un Nouvel Ordre Mondial... » (Brent Scowcroft, collaborateur de Bush)

Le gouvernement mondial ne représente aucun pays. Ceux qui le composent sont derrière tous les pays. Ceux sont eux qui font élire les dictateurs et les présidents. Ceux sont eux qui décident des conflits, des épidémies, ... Ceux sont eux qui contrôlent les banques, les médias, la politique, l’armée, l’éducation et l’information sur l’ensemble de la Terre.

« Divers groupes oeuvrent dans l’ombre depuis des siècles. S’ils s’enveloppent d’un tel secret, c’est que leurs motivations ne sont pas claires. » (Albert Pike)

« Notre monde est menacé par une crise dont l’ampleur semble échapper à ceux qui ont le pouvoir de prendre de grandes décisions pour le bien ou pour le mal. La puissance déchaînée de l’homme a tout changé, sauf nos modes de pensées, et nous glissons vers une catastrophe sans précédent. Une nouvelle façon de penser est essentielle si l’humanité veut vivre. Détourner cette menace est le problème le plus urgent de notre temps. » (Albert Einstein - 1946)

« Les Gouvernants Invisibles ne sont pas un mythe et le destin de l’humanité tout entière est manipulé par des meneurs de jeu occultes. » (Guy Tarade - 2002 )

« Nous arrivons vers l’émergence d’une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin, c’est de LA CRISE MAJEURE et le peuple acceptera le nouvel ordre mondial » (David Rockefeller, membre du CFR)

Dirigés par la Chase Manhattan Bank, le vaisseau amiral de l’empire Rockefeller, la plupart des centres financiers américains maintiennent ce qu’ils appellent des « aménagements bancaires » pour des clients particuliers disposant d’au moins 1 million de dollars en liquide à mettre à l’ombre.

« Des banquiers privés satisfont la volonté de clients qui ne veulent pas seulement mettre leur argent à la banque mais surtout le cacher », comme dit Axel Immern, conseiller privé en investissements.

Il est fréquent qu’à New York le banquier privé satisfasse cette nécessité en montant une « Compagnie d’Investissement Privé » (CIP) pour son client dans une région tranquille comme les Iles Caïmans où la gestion secrète de l’argent est protégée par la loi.

Une CIP n’est qu’une façade, une simple coquille offshore. Son propriétaire enregistré est une autre société du même genre basée au Panama ou en Suisse. Le banquier privé de New York contrôle les deux façades. Le nom du possesseur réel de l’argent est désormais complètement protégé de contrôleurs zélés, de collecteurs d’impôts ou d’enquêteurs criminels.

Les banques appellent de tels montages des « comptes fiduciaires ». Le nom du déposant n’apparaît même pas dans les propres comptes de la banque privée, où il est simplement listé sous un code tels que CC (client confidentiel) 2211. La banque s’arrange pour que l’argent apporté soit lavé dans ses propres comptes offshore. Ceci s’opère grâce à ce que l’on appelle des « transferts concentrés » dans lesquels l’argent du client est mêlé aux propres fonds de la banque. Cela rend pratiquement impossible la traque de tels comptes. Clearstream permet de réaliser toutes ces opérations.

On peut raisonnablement penser que c’est la technique dite « BANQUE ECRAN » qui a été utilisée par certaines banques pour gérer ces fonds en US $ en provenance du Koweït pour le compte d’institutions financières OFFSHORE à la demande de hauts responsables du Gouvernement koweïtien. Procédé par lequel, un investisseur, par souci de discrétion, fait réaliser pour son compte, mais par une banque et au nom de celle-ci, une opération financière. Ce système qui suppose un secret bancaire de grande importance, implique, si l’opération est importante, le risque qu’elle ne soit pas retrouvée dans les bilans de la banque si ceux-ci sont publiés. C’est grâce à Clearstream que les banques peuvent réaliser en toute impunité leurs opérations douteuses. C’est la raison pour laquelle Monsieur Guy BARBONI, Directeur Adjoint de l’Agence de l’United Bank of Swisszerland (UBS) - 8 rue du Rhône, qui a reçu Joseph FERRAYE, Christian BASANO et Marc Etienne BURDET, le 31 janvier 2005 a déclaré, concernant le compte N° 231215 :

« Ce compte n’existe pas "en la forme" sur les écrans d’ordinateurs de l’agence »...

Ce qui ne veut donc en aucun cas dire que le compte N° 231215 n’existe pas de fait... En d’autres termes, ce compte existe bel et bien comme compte secret niveau II ADER ou compte dit de « Transactions »

En fait, l’OCDE dans une évaluation non publiée estime que les banques privées de Wall Street cachent ainsi la somme ahurissante de 21,5 trillions* de dollars dans ces dépôts détournés et « désodorisés ».

Grâce à Clearstream, la France s’est spécialisée dans l’utilisation des passeports de personnes pour ouvrir des comptes bancaires en qualité d’Ayant Droit Economique Réel (ADER). Le cas le plus célèbre est celui de Christine Deviers Joncour qui s’est elle-même qualifiée de « Putain de la République ».

Le cas de Monsieur Martin M. (des procédures judiciaires étant actuellement en cours, le nom reste volontairement caché) est original. Martin M. a été embauché en 1992 comme apporteur d’affaire par la société Rochefort Finances (filiale de la Caisse Centrale de Réassurance, directement dépendante de Bercy). A l’époque des faits, Pierre Bérégovoy (retrouvé « suicidé » le 1er mai 1993) était Ministre des Finances. De 1992 à 1994, Martin M. démarche donc pour le compte de la société Rochefort Finances. Il va découvrir, après une visite de la COB (commission des Opérations de Bourse) à Monaco, des faits plus que troublants :

- des opérations d’aller - retour effectuées dans la même journée permettant de perdre des sommes très importantes dans les livres de la SICAV ; la différence était virée par Rochefort Finances sur des comptes à Numéro au nom de Bernadotte et Hamilton dont le nom de Martin M. ressortait comme ADER à la Spartkasse de Linz en Autriche. Le passeport utilisé était bien celui de Martin M. mais avec la photo d’une
autre personne.

- Ces comptes ont permis de financer des ventes d’armes :
à l’Afrique du Sud mais livrées à la Serbie qui était sous embargo militaire au Rwanda au moment du génocide.

Pour faire entrave à la Justice, ce dossier est classé « Secret Défense » ! Dans sa campagne présidentielle 2002, Jacques Chirac parle pourtant d’ « impunité zéro ».

La société S B Holding (S B H), est une société anonyme de droit Suisse créée le 1er mai 1991 et dotée d’un important fond de placement en juin 1995, dont le siège social est au 56 rue du Stand, 1204 Genève. Des bureaux commerciaux et logements pour les cadres dirigeants sont également installés au 6 rue Jean Gougeon, 75008 Paris. Ses Administrateurs sont Jacques TORRENT, Paul BEGUIN et Philippe AYME-JOUVE. Ses banques de référence sont la SBS (Société des Banques Suisses) et la SBA (Société des Banques Arabes). La société SB Holding conseille et assiste la société ELF (...)

Monsieur Philippe Ayme-Jouve adresse le 20 août 1999 un premier rapport d’activité sur les comptes de Monsieur Christian Basano :

- Je vous fais parvenir mes premières informations et mes commentaires, car malgré beaucoup de réticences de la part de mes informateurs, il se dégage une ligne qui semble être très positive, tant au niveau des informations obtenues que de leurs contenus financiers.

- Il va sans dire qu’il est très difficile de parvenir à avoir des renseignements clairs, nets et précis.

- D’autre part, il s’agit de renseignements ultra-confidentiels où les personnes nieraient toute implication dans le cas où leurs noms ou celui de leurs établissements seraient cités sans que des documents officiels soient présentés.

- Que divers organismes bancaires ont travaillé directement avec le nom de monsieur Basano pour la réception et le transfert des fonds ?

- Que des organismes financiers ou bancaires ont simplement servi de relais dans l’utilisation du nom de monsieur Basano pour l’ouverture de comptes mais que souvent ces comptes n’ont servi que pour une seule transaction, et qu’ils restent à ce jour, malgré tout ouverts.

- La plupart de ces comptes sont organisés à plusieurs tiroirs, avec un compte principal qui réceptionne le virement, mais qui exécute immédiatement la répartition qui se fait automatiquement sur des comptes secondaires sous le même N° avec des lettres ou des chiffres b,c,d, de ce fait la transaction semble être moins importante

Le système permet d’offrir à des clients la possibilité de ne jamais apparaître lors de transactions financières internationales. Ces clients peuvent être des banques, des hommes de paille à la tête de sociétés off-shore, etc...

André Lussi, ancien Président de Cedel (Clearstream) parle de la mémoire de l’argent : tout est tracé, tout est enregistré, on sait exactement tout ce qui se trame. On peut donc, si on s’en donne les moyens, reconstituer le voyage (souvent long et compliqué) des virements électroniques de Paris à Luxembourg, de Jersey à aux îles Caymans, de Genève à Toronto, etc...

Ernest Backes a notamment déclaré : « On ne peut pas effacer une opération de Clearstream » ; il a donc la réponse du BASA CODE (Dans ses micro fiches).

Si le DA VINCI CODE dévoile le mensonge du « Divin », le BASA CODE va dévoiler le mensonge du Nouvel Ordre Mondial où des loges secrètes entremettent capital, politique, économie, religions et groupes ethniques !


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Fils de nouvelles RSS

Le Verbe divin et la Rédemption humaine. [tiré de Intellection le 16 décembre 2018]

18 Désanm nou douvan Tribinal Bastè 2zèd laprémidi [tiré de UGTG le 16 décembre 2018]

Pa mannyé Sendikalis ! 18 désanm nou douvan Tribinal Bastè [tiré de UGTG le 16 décembre 2018]

Réprésyon kont sendikalis awa...Nou péké péyé ! [tiré de UGTG le 16 décembre 2018]

Nou pé ké pran’y ! Sendikalis pa kriminèl ! [tiré de UGTG le 16 décembre 2018]

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 240

Thèmes