{id_article}
 

MANQUE D’AIR

A ce compte, d’ici quelques dizaines d’années, nous allons tous crever la bouche ouverte. Tels des poissons dans un aquarium à force de chier et de pisser dans une eau qu’on ne changerait pas. Sous peu, l’espèce humaine, et toutes les autres qui ont eu le malheur d’évoluer avec, dirigée par une clique d’épiciers et de comptables mégalos, va s’étouffer dans les gaz de ses pets industrialisés.

La pire des inventions de l’homme est assurément le moteur à explosion, notamment diesel. Grâce à ce cœur de fer, les voitures se sont libérées des chevaux qui les tiraient depuis des siècles et l’on s’est mis à en construire par millions, pour le plus grand bénéfice des industriels, des marchands de carburants, des bétonneurs de paysages et des compagnies d’assurance. Grâce à l’automobile, se déplacer est devenu la principale activité des êtres humains en dehors du travail.

Auto - boulot - dodo : nouvelle devise de la servitude démocratisée. Le plus triste est que, rendu propriétaire du tas de ferraille qui lui vole son temps libre, l’esclave des temps modernes prend son boulet mécanique pour un outil d’émancipation. Il en est fier. Prisonnier de ses centaines de kilos de tôles et d’articulations métalliques, il se prend pour un petit roi dans son carrosse. L’arnaque a réussi : désormais les esclaves se pensent d’autant plus libres qu’ils sont plus asservis.

Le pire est que le cœur de fer qui fait respirer cet engin de mort qu’est l’automobile mange l’air nécessaire à la vie, en le remplaçant par des gaz toxiques. La vraie rumeur qui monte de l’enfer est celle des moteurs. On l’entend facilement dans les cités sans âmes qui bordent les voies express.

Non seulement les véhicules motorisés servent aux esclaves de l’économie à se transporter eux-mêmes vers leurs lieux de souffrance et de labeur, mais d’autres engins, plus gros, plus polluants, font traverser l’espace humain à toutes sortes de marchandises, en fonction de l’appétit pour le gain d’une poignée de gros épiciers, épaulés dans leurs entreprises de mort par des politiciens aussi stupides que véreux. Partout sur la planète, des millions de camions servent d’entrepôts roulants aux modernes spéculateurs, circulant ici et là au gré des fluctuations de la demande sur les marchés. Leurs gaz, évidemment, s’ajoutent à ceux des automobiles. Atteints par la pollution, les cheveux tombent et l’on fabrique de nouveaux shampoings qu’on transporte en camion qui, en augmentant le taux de toxicité de l’air, garantissent le progrès de la destruction de l’atmosphère. Il en va de même pour la plupart des produits qui se promènent dans les bahuts sur roues.

Au propre comme au figuré, on roule les humains dans les poussières des routes et ils sont prêts, ainsi accommodés, à devenir de la chair à marchés (de l’emploi, financier, de gros, de détail). Des voix faussement confidentes et des musiques trompeuses diffusent dans les boîtes à propagande installées partout, dans les véhicules, les maisons, les supermarchés, des discours célébrant le bonheur promis par la multiplication des autos, des camions, des autoroutes et de tout ce qui va avec.

Naturellement, les gaz s’accumulent, puisqu’il n’y a pas de bouchon de vidange, et forment un couvercle au dessus des régions surpeuplées d’autos et de camions. La température s’élève, ainsi que le taux de concentration en ozone toxique produit par l’action du soleil sur les particules notamment émises par les diesels. Chaque nouvel été, le risque de canicule augmente. Alors les faibles meurent. Les forts s’affaiblissent. Les riches se paient des climatiseurs qui augmentent d’autant les causes du phénomène en émettant de la chaleur et en élevant la consommation d’énergie. Chacun rentre un peu plus chez soi, dans une implosion d’égoïsmes de plus en plus pathologiques. Seuls les hôpitaux et les supermarchés réfrigérés restent de sinistres lieux de fausse socialité.

A ce compte, assurément, l’humanité n’a guère d’avenir. Il ne reste qu’à inventer des ordinateurs super- sophistiqués, capables de conduire, réparer, voire à construire des automobiles et des camions, en prévision du temps où il n’y aura plus d’humains vivants pour le faire.

Peut-être alors viendront des E.T., étonnés par cette planète morte au climat inhospitalier, habitée par des êtres laids constitués de ferraille et de plastique.

Paul Castella

(Rediffusion possible)


 
P.S.

Je suggère quelques propositions d’urgence en attendant de guérir les causes profondes du mal qui atteint l’humanité :

1. Interdiction totale de la circulation automobile privée dans les villes.

2. Obligation à tout véhicule à moteur d’afficher un message rappelant les dangers pour la santé publique de l’utilisation de carburants fossiles.

3. Créations de voies pour bus et taxis sur les voies express, ainsi que de parkings gratuits, reliés à des navettes pénétrant les villes, aux bretelles d’accès de ces voies.

4. Développement de calèches hippomobiles, de voitures à ânes, de trottinettes, de vélos, de petits véhicules électriques.

5. Lancement d’un vaste programme international de recherche scientifique pour inventer de nouveaux moyens non polluants de déplacement.

6. Interdiction de la publicité pour les véhicules à moteur et les carburants polluants.

7. Traduction devant un tribunal international des criminels contre la santé de la planète qui favorisent le trafic du pétrole et les guerres que celui provoque.

 
 
Forum lié à cet article

4 commentaires
  • > MANQUE D’AIR 28 juillet 2006 23:08, par Cristobal

    À moins, à moins, qu’une fois les champs de pétrole asséchés et récurés, on (je veux dire les lobbys industriels et financiers) se voit contraint et forcé de mettre en oeuvre les moteurs à eau, les moteurs Pantone, les moteurs à hydrogène, et tutti quanti......

    Les solutions techniques existent déjà, et depuis pas mal de temps encore.

    Pour les ET (= extraterrestres), il y en a qui disent qu’ils sont déjà là, et depuis très très longtemps encore..... :)

    Mais, qui croire ?

  • > MANQUE D’AIR 30 juillet 2006 22:06, par Le terrible

    Faut faire attention à ce qu’on écrit. Moteur à eau, c’est une escroquerie, à moins de briser (mais alors comment ?) la molécule d’eau, le pouvoir calorifique (donc énergétique) de l’eau est 0, c’est peu ! Le moteur à eau N’EXISTE PAS ailleurs que dans la presse qui manque de sujet l’été. La physique a ses lois qui peuvent ne pas plaire, mais c’est ainsi. Pour l’hydrogène, c’est bien, mais on ne le trouve pas natif, il faut le produire, avec de l’énergie (beaucoup !) ; ce peut être un produit dérivé des centrales nucléaires, mais bon, le nucléaire, même s’il est évident qu’on ne peut s’en passer, il vaut mieux en faire le moins possible. La question, qui est abordée dans le texte de l’article, c’est bien d’une autre organisation de la société qu’il est question, non basée sur le profit à court terme de quelques-uns, mais sur le profit à long terme de toute l’humanité. C’est ça que certains appellent "dépassement du capitalisme". De toute façon, et ça l’article le pointe bien à sa façon, c’est ça ou on crève. Fidel l’a dit, lui aussi à sa façon, c’est le communisme ou la mort ! Venceremos.

  • > MANQUE D’AIR 31 juillet 2006 09:46

    merci cher paul de nous donner autres chose à lire que ce sempiternel conflit proche oriental.

    je suis très génée de penser cela, mais c’est la réalité !

    Une "petite" vague de rien du tout, en quelques secondes, et voila plusieurs dizaines de milliers de victimes.

    Au proche orient, en 20 jours de conflits et de bombardements à tout va, et voici « que » 600 victimes ! cherchez l’erreur !
    oublié le tsunami, oubliées les centaines de millers de victimes, oubliés les promesses !

    je suis outrée ! tout ce tapage pour rien !

    or, le conflit entre israel et le liban par hezbollah interposé ne concerne que 5 à 10 millions de personnes, alors que le sujet que vous raportez concerne des milliars de personnes.
    si personne ne fait rien, nous sommes tous condamnés.

    merci de nous alerter et de nous donner des conseils.

    bien a vous.

    HH

  • > MANQUE D’AIR 31 juillet 2006 19:55, par Nico#2 V22 TEAM Nicolas STAMB

    Bel article, merci Paul.

    On aurait pu l’intituler "Chronique du désastre annoncé"

    Ca ne nous empêchera pas d’aller dans le mur, mais c’est toujours apaisant de lire cela.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes