{id_article}
 

Carnet de voyage au Liban

Frapper des agglomérations humaines innocentes constitue le plus grand crime que l’on puisse commettre, la plus grande lâcheté que l’on puisse afficher, le plus grand mépris pour l’humanité que l’on puisse étaler !

Pourtant, c’est le forfait qu’a commis Israël lors de son agression contre la population civile libanaise.

Cette pratique de voyous, ce terrorisme évident d’un Etat qui n’arrête pas de frapper puis de pleurer et de devancer les autres pour se plaindre alors qu’il est coupable constitue, outre la lâcheté, la plus grande barbarie du début du XXI ème siècle. Et, dans un monde où les « plus forts » se prétendent « démocrates » on ne manque pas de rester sceptiques sur leur pseudo-principe d’autant qu’il y a eu sans qu’ils ne s’émeuvent aucunement :
-  atteinte à la souveraineté d’un pays dont les frontières sont clairement reconnues par la communauté internationale,
-  crimes de guerre par l’utilisation d’armes non conventionnelles et de pratiques réprouvées,
-  crimes contre l’humanité en raison de l’atteinte d’une population ciblée
-  génocide en raison d’une tentative d’extermination d’un groupe humain du fait de sa religion.

Mais la plus grande trahison, la plus absurde veulerie ne résident-elles pas dans le silence assourdissant d’une Communauté internationale qui fait semblant de ne rien voir ?

Il est tellement facile de parler de ce que l’on n’a vu... et tellement plus « courageux » ... surtout lorsque l’on se trouve derrière un bureau, bien au chaud, bien repu, bien à l’abri, en totale sécurité... fanfaronnant tel un Lelouch, le député, dans son costume cravate, cheveux teints ou encore un Eric Zemmour dégoulinant de haine contre les Arabes et les Musulmans, sionisme obligeant, qui « savent ce qu’est le terrorisme » - ces spécialistes autoproclamés - mieux que les Algériens qui l’ont subi durement, eux, alors que tout le monde faisait semblant de l’ignorer à l’époque... tant qu’il ne touchait pas des Occidentaux !
C’est tellement simple que cela m’en donne la nausée.

Oui, il est encore plus aisé de vitupérer sur ce que l’on ne sait pas... pour n’y avoir pas assisté et de crâner grassement sachant pertinemment au fond de soi que l’on ne sera jamais confronté à la dure réalité du terrain !

C’est pourquoi... aujourd’hui après que j’ai apprécié la situation en temps réel, que j’ai vu et donc su ce qu’il se passait vraiment... je ne peux que rire lorsque j’entends certaines « bonnes consciences » et notamment notre Ministre de l’Intérieur, le "Nabotléon" hongrois, nous relater que l’Etat d’Israël « ne fait que se défendre ».
Nous savons tous pourtant que cela n’est pas lancé de manière inconsciente ou inconsidérée mais au contraire de façon bien calculée et ce, dans le seul but de justifier les crimes d’un Etat qui ne cesse d’en commettre impunément depuis près de soixante ans... car, après la Palestine, après Dir Yacine, après Sabra et Chatila, crimes il y a eu aussi au Liban, contre des Libanais, si l’on prend pour référence le Statut de Rome.

Crimes de guerre, d’abord !!!
Crimes contre l’humanité ensuite !!!
Et, enfin, tentatives de génocide !!!
J’en suis témoin !!!

Et, en écrivant contre l’Etat raciste mes diatribes « enflammées » comme dirait un politologue sioniste auquel j’avais proposé une confrontation écrite sur le problème du Moyen Orient et qu’il a toujours refusée... courageusement... j’étais encore très loin de la réalité car celle-ci dépasse véritablement la fiction.

Après ce que j’ai vu, entendu, palpé et senti et de ce dont je peux témoigner je me rends compte qu’il existe véritablement une désinformation pleine et intégrale de la part de nos journalistes hexagonaux mais jamais carrés...un traitement totalement partisan de la part de notre presse nationale, enjolivé merveilleusement par elle ! Un véritable terrorisme médiatique !

En effet, en lisant les journaux, en écoutant radios et télévision français l’impression première que nous avons de l’agression contre la Liban reste que l’aviation israélienne a pratiqué quelques « gentilles » petites frappes, bien localisées, parfaitement ciblées, sans autres dommages.
Il n’en est rien !

Voici la vérité, celle que j’ai vécue et vue.

Les personnes qui voudraient me contredire auront tout le loisir de le faire... j’en ai à leur service !!!

Mon voyage !

Ne pouvant me rendre directement, en raison du bombardement de son aéroport et de sa destruction, à Beyrouth afin d’apporter ma modeste contribution à l’aide fournie par la communauté internationale en direction de la population martyrisée, j’ai donc du mettre le cap sur la métropole syrienne, Damas !

Habillé pour la circonstance, en tenue d’opérationnel bariolée, afin de me fondre dans la nature en cas d’attaque par l’armée israélienne car on m’avait averti qu’elle ne faisait ni dans le détail ni dans le quartier, doté de mon sac à dos, d’une caméra et d’un téléphone satellite dans le seul but de permettre à mes proches de connaître ma position à tous moments je me retrouvais par conséquent sur la route reliant les deux capitales après avoir connu les sempiternelles tracasseries administratives propres aux aéroports et aux postes frontières au travers desquels je passais.

Chemin faisant, le spectacle qui se présentait à moi me paraissait particulièrement bouleversant sinon déchirant.
Destructions devant moi, derrière, sur ma droite, sur ma gauche.
Destructions encore !
Destructions toujours !

Je n’en finissais pas d’être surpris et tentais de comprendre pourquoi l’aviation israélienne avait détruit des véhicules de tourisme dans lesquels, pour peu qu’on prenne la peine de les visiter, on pouvait encore découvrir avec effarement jouets et poupées d’enfants.
Pourquoi ces assassins avaient-ils rasé des habitations isolées, écroulé des ponts, rayé de la carte des autoroutes mais aussi des usines de textiles et de traitement du lait ?
J’essayais de décrypter en tant qu’ancien conscrit pour avoir participé à une guerre en poste avancé dans une zone opérationnelle au Moyen Orient (1), la stratégie militaire employée par un Etat terriblement belliqueux mais n’y parvenais pas malgré tous mes efforts !

Il n’y avait aucune logique dans ce désastre provoqué volontairement sinon celle de la cruauté morbide et gratuite envers un peuple... totalement injustifiée mais aussi celle de la haine... pour la haine !

« Répondre » au Hezbollah, se « défendre », « essayer de délivrer des soldats prisonniers » de guerre sont, à l’évidence pour celui qui veut voir la vérité en face et possède une once de justice, des prétextes, de faux arguments ne pouvant aucunement justifier pareille lâcheté de la part de l’aviation israélienne !!!
Que l’on s’en prenne à des militaires... encore faudrait-il que la réponse soit proportionnée et à armes égales comme l’indiquent les Conventions internationales... serait de « bonne guerre », dirais-je... si tant est qu’il y en ait de bonnes !
Mais pourquoi le fait-on contre des civils innocents ?
En outre, du ciel !
Quelle lâcheté !!!
Quelle immonde lâcheté !
En ce qui me concerne je ne pourrais jamais avoir de magnanimité pour les pilotes et souhaiterais qu’ils soient tous déférés devant des tribunaux internationaux... car j’avais découvert par l’expérience qu’ils faisaient dans le ciel ce qu’ils n’auraient jamais le courage de faire sur la terre ferme... lorsque l’ennemi était en face bien en chair et en os !!!
Particulièrement l’aviation israélienne !
Je sais de quoi je parle pour avoir eu l’occasion de voir, de mes yeux vus, alors que nous opérions dans le Sinaï, sa fuite devant les chasseurs Mig 21 pilotés par des casse-cou algériens... de courageux guerriers, eux ! Bref !

Les questions qui me trottaient dans la tête tout le long de la route étaient multiples :
-  pourquoi Israël osait-elle attenter à la vie de la population civile sans que cela ne soulève une désapprobation internationale ?
-  pourquoi démolissait-elle les infrastructurels utiles aux habitants si ce n’était dans le seul but de terroriser et punir des innocents ?
-  n’existait-il pas de sa part une volonté manifeste, planifiée et organisée d’exterminer un groupe humain ?

Lorsque l’on voit un gigantesque pont ayant rendu son dernier soupir, lorsque l’on constate qu’il n’en reste plus qu’un amas de béton et de ferraille impressionnant, à couper le souffle... lorsque l’on se trouve sur une route crevassée, éventrée par des obus et que l’on grave dans son esprit les images des véhicules de civils les quatre roues en l’air au bord de la chaussée, parfois carbonisés ou encore d’autres emboutis dans un poteau, dans un amas de terre ou de pierres... je peux assurer celui qui me lit que le spectacle n’est rien de moins qu’effrayant car l’on ne peut que revivre, malgré soi, les dernières minutes qu’ont vécues les malheureux occupants, et plus particulièrement les enfants, sous le feu de l’aviation.

« Terrible » serait le mot qui conviendrait le mieux à cette situation.

Arrivé à Beyrouth, détruite au tiers, (je passerai sur les petites misères du quotidien comme l’absence d’électricité suite à la destruction de la centrale, la pénurie de carburant suite à l’anéantissement des containers de carburant etc.) avec mon ami Djamel, un Libanais que j’avais eu l’occasion de connaître à Damas je me rendis au plus tôt dans les quartiers bombardés.

Lorsque je parvins sur les lieux du drame et du crime je remarquai avec ahurissement et amertume que les destructions avaient eu lieu surtout dans la banlieue Sud de la capitale c’est-à-dire plus particulièrement dans les quartiers les plus pauvres et les plus déshérités.

Je constatai alors et pleinement l’horreur la plus totale... et je n’étais pas au bout de mes surprises !!!

A la pauvreté déjà lourde à supporter voilà que l’on rajoutait tristesse et mort sur des populations déshéritées !
Quelle injustice !

Tout en gravant dans mon esprit encore une fois les lambeaux de la ville, la larme à l’œil et l’alarme dans la tête car les avions continuaient leur danse macabre à basse altitude comme pour narguer les populations et cracher leur mépris, j’eus grand’peine à imaginer les souffrances de ceux qui habitèrent, il n’y avait pas si longtemps, dans les immeubles détruits.

Les constructions, ressemblant à d’imposants géants parce que vivantes hier paraissaient informes et morbides, parce qu’éventrées aujourd’hui, déchirées, violées et le plus souvent détruites ou rasées comme si elles avaient été fabriquées dans le carton-pâte.
J’eus encore plus de peine lorsque je vis, ça et là trônant sur les débris des habitations qui n’en avaient plus ni la forme ni la vie, ni l’élégance, un frigidaire, un climatiseur, une table... enfin tout ce qui rappelle qu’il y avait des humains sous les décombres se trouvant présentement à mes pieds.

Comment hommes, femmes et enfants ont-il réagi ?
En avaient-ils seulement eu le temps ?
Qu’ont-ils ressenti au moment précis où la masse de pierre, de fer et de feu s’abattait sur leurs têtes ?

J’osai à peine évoquer leur détresse... leur désespoir... leur souffrance... leur vision de la mort au moment où elle les ravissait !

Imaginons un instant une famille composée de personnes de différents sexes et âges habitant dans l’un des logements détruits.
Tous s’amusent, rient, même le nourrisson dans le berceau participe à la joie de tous par ses « aggrrrr » répétés !
On fête la percée de sa première dent !

Soudain, un sifflement assourdissant, pénétrant, effrayant fait trembler toute la maison.
Tout le monde est effaré par ce bruit aigu et sinistre et se bouche un instant les oreilles !
On ne sait pas très bien ce qu’il est ni d’où il vient !
Les enfants, par peur, se réfugient spontanément chez leurs parents.
Les balbutiements jadis gais du nourrisson se transforment soudain en pleurs incessants et inquiets comme s’ils annonçaient une catastrophe !
La mère effarée, instinctivement, court vers le lit de son bébé.
Elle a tout juste le temps de le prendre dans ses bras qu’une explosion précédée d’un affreux et macabre sifflement défonce la maison et fait s’écrouler tout l’immeuble.
Elle voit, en un éclair, son époux et ses enfants gisant, écrasés qui décapité qui démembré, qui en sang mais tous... morts... bien morts... parfaitement morts !!!
Les larmes perlent sur son visage angélique.
La mère, alors, sert fort son bébé contre sa poitrine car elle réalise soudain que c’est tout ce qui reste de sa famille.
Elle sait pertinemment que ce sera la dernière fois qu’elle le fera.
Soudain, le sol qui résistait un court instant se dérobe sous ses pieds en même temps que le ciel lui tombe sur la tête.
Elle est hagarde mais serre toujours très fort son enfant.
Brusquement, elle trébuche et choit dans le vide !
Les douze étages sous les tonnes de béton et de ferraille s’abattent sur elle.
Au sol, les os brisés, les membres fracassés, embrochée par les armatures saillant de dessous le béton elle a un dernier regard pour son enfant qui convulse... et dont le cerveau s’étale sur sa poitrine !
Puis elle s’éteint comme une flamme que l’on a soufflée brutalement, la bouche serrée par l’incompréhension, un rictus au coin des lèvres, un ultime sourire à cet être qu’elle rejoindra bientôt dans un autre monde où l’injustice, la tyrannie et la lâcheté n’ont pas cours.

C’est à peu de choses près ce qui a du advenir aux victimes lorsque l’on constate l’ampleur des dégâts et la destruction de centaines d’immeubles dont le moins haut est composé de douze étages, éventrés, effondrés, désarticulés, en bouillie.
Imaginons des habitations, à perte de vue, dans le même état !
Imaginons que sous chacune d’elles vivait une famille modeste !

Quel spectacle affreux et révoltant !!!

En plus de toute cette horreur, il y a une chose que je ne pourrai jamais oublier : l’odeur. Oui, la puanteur persistante des chairs qui se décomposaient sous les décombres !
Cela me poursuivra jusqu’à la mort !

Afin de justifier pareils crimes, pareils outrages faits à des civils innocents, Israël se retranche derrière le pouvoir et la capacité de poursuivre les combattants du Hezbollah en tous lieux !
Certes, elle peut le faire quoiqu’il faille aussi entendre et comprendre le droit de riposte, car enfin, le Hezbollah n’a-t-il pas le droit, lui, de répliquer alors qu’on attaque son pays, alors qu’on l’attaque ?
On croirait bien que non car la rhétorique sur le sujet de la pseudo défense d’Israël est bien menée en France par sa cinquième colonne... c’est pourquoi le Hezbollah est diabolisé alors qu’il ne fait que résister... pour l’honneur du Liban !
Toutefois comment ce pays, Israel, gouverné par des vandales, des criminels, d’anciens terroristes -et les preuves foisonnent dans ce sens- peut-il expliquer le bombardement en masse, la destruction des infrastructures et la tentative d’extermination d’une population dont le seul crime est celui d’être chiite ?

Israël en pratiquant de la sorte crée indubitablement une sinistre, inhumaine et insupportable équation qui signe son racisme évident, sa tentative d’extermination : puisque le Hezbollah est chiite, tous les Chiites sont du Hezbollah !
Et l’affaire est bouclée !

C’est ainsi que les quartiers de Sfir, Doha et Bir El Abd ont subi l’outrage de l’aviation israélienne.
Ils ont été détruits sans pitié, rasés, rayés de la carte, « nettoyés » comme se plaisent à dire les lâches !
Et il me suffisait d’arpenter la grande rue de Bir El Abd, d’y voir les ruines des deux côtés pour me convaincre de la folie humaine et plus encore de celle de l’Etat d’Israël et des psychopathes qui le dirigent !


 
P.S.

(1) L’auteur a participé à la guerre du Kippour en tant qu’officier dans une formation blindée opérant dans le Sinaï.

 
 
Forum lié à cet article

4 commentaires
  • > Carnet de voyage au Liban 2 octobre 2006 17:54, par hélène(la vraie)

    il n’y a pas de mots pour dépeindre notre dégout et notre révolte devant
    l’évidence !
    la cruauté l’inniquité de l’etat d’israél est vraiment exemplaire

    la partialité et les crimes de silence de nos médias sous influence, ou plutôt sous occupation étrangère israélienne sont un crève coeur pour ceux qui connaissent les crimes de cet état

    à quand le jugement de ces monstre pour crimes de guerre et contre l’humanité une bonne fois pour toutes ?

    nous ne pouvons pas laisser continuer ces crimes abominables !
    l’impunité dont jouit cet Etat pour ses crimes depuis plus de soixante ans DOIT CESSER
    c’est l’impunité qui fabrique les monstres
    celà doit cesser impérativement maintenant.
    que faire !

  • > Carnet de voyage au Liban 4 octobre 2006 00:47, par Abdelkader

    Les medias dominants se proclament contre pouvoir , une fois de plus au cours de cette guerre d’agression du gouvernement colonial et fascisant d’Israël, les officines intellectuelles et médiatiques
    Parisianiste ont usé de desinformation et manipulation, se faisant une fois de plus les porteurs de valises des courants de pensée dominants des oligarques au pouvoir en France.
    Les mythes fondateurs de l’etat d’exception(Israêl) n’opérent peu ou plus sur la conscience planétaire,les masses ne sont pas dupe , comment peut-on croire que le seul etat du moyen orient détenteur de l’arme atomique , sous le parrainage constant de l’oncle sam bénéficiant de plus de la duplicité des etats de l’union européenne se soit engagé dans une guerre pour sa survie .Cette vaste blague n’a que trop durée , l’etat d’Israêl ne représente en fait qu’une des faces visible de cette iceberg beaucoup plus pernicieux que l’on nomme mondialisation néo libérale.
    Cette stratégie visant à l’asservissement de l’humanité ( déréglementation des marchés financiers,
    désocialisation du salariat, guerres préventives visant au contrôle des ressources du monde) est un phénomène global. Les peuples sous domination coloniale directe (Palestiniens Irakiens) en sont les victimes les plus manifestes.
    Il s’agit aujourd’hui de lutter contre les orientations idéologiques (politiques ,économiques et intelectuelles) des classes dominantes de ce monde, qui tentent de nous imposer un projet de déshumanisation du monde dont nous ne voulons pas.
    Merci pour vos contributions d’une grande lucidité.
    Cordialement Abdelkader.

  • > Carnet de voyage au Liban 5 octobre 2006 12:08, par Le Chris

    Réponse à Hélène (la vraie)

    Qui fait la force d’Israel et son arrogance criminelle ?
    en premier lieu le lobby sioniste mondial en général et tout particulièrement aux USA. Eh bien James PETRAS dans un remarquable article publié sur ’’ mondialisation.ca ’’ nous donne la recette de combat de ce lobby malfaisant aux USA mais on peut facilement transposer les règles énoncées en Europe et en France. A lire PETRAS, on peut assurément être optimiste sur l’issue de l’engagement.

  • > Carnet de voyage au Liban 6 octobre 2006 11:05, par hélène (la vraie)

    la seule façon de faire stoper la malfaisance de ce lobby planétaire serait le jugement pour crimes de guerres des responsables israéliens .
    ceci doit être mis en place, et vite.

    l’appel de paris pour le liban, (petition,) peut être reprise par tous les sites et signé par tous les citoyens du monde, il est reprenable à partir du site :
    france-liban.org/index.p

    malheureusement ce site est semble-t-il en panne pour les prises en compte des signatures, depuis plusieur jours.

    il faudrait afficher cette petition sur un autre site qui prendait en compte (sans défaut) toutes les signatures avec mise à jour régulière
    qui peut le faire ?

    il y a également un site américain, qui donne à signer à tous une pétition dans le même but : faire juger les criminels de guerre israéliens pour les crimes commis en palestine et au liban, ce site fonctionne, c’est :
    new.petitiononline.com/un040806

    merci d’y réfléchir et peut-être d’y participer

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes