{id_article}
 

L’engrenage de la haine

par Pascal Boniface

A peine le trouble provoqué par les propos de Benoît XVI sur l’Islam semble dissipé qu’une nouvelle polémique éclate avec force en France. Un professeur de philosophie, Robert Redeker, a été menacé de mort pour une tribune sur l’Islam publiée dans Le Figaro. Immédiatement, le débat sur la liberté ou non de critiquer l’Islam a été relancé. Les commentaires sur l’obscurantisme de cette religion, les dangers qu’elle peut faire peser sur les libertés publiques, voire même sur sa compatibilité avec les principes de la République française vont bon train.

Nul ne doit être menacé pour ses opinions. Nous devons donc être solidaires de Robert Redeker en tant que personne menacée pour ses écrits. Cette solidarité s’arrête là. Elle ne peut se transformer en solidarité avec les propos de ce dernier, particulièrement scandaleux. Lorsqu’il écrit « Jésus est un maître d’amour, Mahomet un maître de haine » que « l’Occident comprend l’ouverture à autrui alors que l’Islam tient l’ouverture d’esprit et les valeurs démocratiques pour des marques de décadence » lorsqu’il dit encore que « haine et violence habitent le livre dans lequel tout musulman est éduqué, le Coran », il va bien au-delà de la critique des religions ou du blasphème toléré en France. Il passe au registre du racisme pur et simple. Il se fait le propagateur conscient du choc des civilisations.

Robert Redeker est favorable au choc des civilisations. Ceux qui l’ont menacé le sont également. Ses idées sont nauséabondes, mais c’est bien sur le domaine des idées qu’il faut les combattre. Ses propos auraient pu même avoir une suite sur le plan juridique, car il contredit très nettement les lois françaises sur l’interdiction de propager la haine raciale.

Mais tout est fait pour que le débat soit piégé. Les menaces ont transformé Robert Redeker de coupable en victime. Plus personne ne parle du caractère raciste de ses propos, mais des menaces qu’il a subies. Or, les deux sont condamnables. Les injures racistes n’exonèrent pas les menaces, mais ces dernières ne doivent pas légitimer les propos racistes. Peu importe que toutes les autorités musulmanes aient condamné ces menaces - qui ont du être le fait d’une poignée d’individus, certains médias et certains responsables politiques ont tôt fait de créer un amalgame. On voit bien la mauvaise exploitation qui est faite de cette affaire, qui permet une fois de plus de stigmatiser non pas des musulmans qui ont dérapé, mais tous les musulmans en bloc.

La seule façon de sortir par le haut de ce débat piégé est d’appliquer les mêmes règles dans toutes les circonstances. La première est la réaffirmation solennelle de l’interdiction des violences ou des menaces de violence, Elles ne peuvent pas avoir place dans une société démocratique moderne. Ceux qui s’y livrent doivent être sanctionnés.

Seconde règle, cette affaire en dit long sur la dégradation du climat intellectuel en France. Il devient de plus en plus difficile de traiter du conflit du Proche-Orient, des relations monde occidental/monde musulman, sans se faire traiter d’antisémite ou d’islamophobe.

Il est pourtant facile de distinguer la critique légitime d’un gouvernement ou de telle ou telle personnalité appartenant à une communauté qui relève de la critique politique et du débat d’idées et le jugement sur une communauté prise dans sa globalité qui relève du racisme pur et simple.

Troisième règle. De deux choses l’une, soit l’on admet le droit de tout dire, y compris des injures raciales au nom de la liberté, en estimant que tout ce qui est excessif ne compte pas. Soit l’on considère que le climat est tellement lourd et explosif qu’il faut apporter certaines limites à la liberté d’_expression. En tous les cas, on ne peut pas plaider pour la première thèse dans certains cas et pour la seconde dans d’autres. Il faut avoir une ligne de conduite qui ne varie pas.

Pascal Boniface / Témoignage Chrétien / 5 octobre 2006


 
P.S.

proposé par Leila

 
 
Forum lié à cet article

5 commentaires
  • > L’engrenage de la haine 14 octobre 2006 11:22, par Byblos

    L’article de M. Boniface est un modèle de Raison et d’honnêteté intellectuelle.

    Il y a lieu, certainement, de poursuivre Redeker pour incitation à la haine raciale. Une telle poursuite serait déjà engagée pour bien moins que cela si quelqu’un avait osé s’en prendre à certains tabous du Judaïsme, par exemple.

    Dans le pays qui a proclamé l’Égalité comme un principe fondateur sacré, il existe des lois, en vigueur ou en débat, qui discriminent les opinions dignes d’être exprimées librement, de celles dont l’expression est interdite sous peine de sanctions judiciaires, sans compter les autres sanctions politiques, médiatiques, économiques, sociales, professionnelles, et j’en passe. M. Boniface en sait quelque chose, je crois.

    N’est-ce pas quelque chose qui ressemble à de l’hypocrisie ?

    Il y aurait lieu aussi que M. Sarkozy, si prompt à réagir dans certaines circonstances, se grouille pour ordonner une enquête exhaustive sur les menaces proférées à l’endroit de Redeker. Sont-elles fondées, pour commencer ? Qui en sont les auteurs ? S’agit-il d’actes isolés ou d’une organisation ? Qui serait derrière elle ?

    Et de sévir dans tous les cas, et sans discrimination contre tous les responsables, quels qu’ils soient.

    Il règne comme une vague impression que des provocations sont proférées régulièrement, que des réactions violentes en quelque sorte commanditées, surviennent ensuite tout à fait à propos pour enfoncer encore plus dans les crânes que, décidément, l’Islam et les Musulmans avec lui, sont des fauteurs de trouble et de violence.

    On a comme un frisson de peur en pensant que tout cela ressemble étrangement au climat des années 30.

    Et promet d’être infiniment plus meurtrier.

  • > L’engrenage de la haine 14 octobre 2006 17:36, par Patrick

    Je ne vois pas en quoi critiquer (même de façon virulente) une religion, est un acte raciste. Il me semble que M.Redecker ne s’en prend pas aux arabes, ni même aux musulmans, mais à l’islam en tant que philosophie. On ne peut nier que le Coran comprend des sourates pour le moins belliqueuses, faut-il alors fermer les yeux devant ces écritures ?
    Si quelqu’un produit un jour une attaque en règle contre la religion chrétienne, en dénonçant violemment tous les crimes commis en son nom (et ils furent nombreux !), direz-vous de la même façon qu’il s’agit d’un acte raciste ? Arrêtons les amalgames, les raccourcis faciles qui finalement font le jeu de Le Pen, de Villiers et compagnie.
    Nous sommes dans une république laïque, dans laquelle la liberté d’expression est essentielle, et je dirai même souveraine. Nous n’avons pas à nous faire dicter le droit par une religion quelle qu’elle soit, surtout lorsque des intégristes exercent des menaces intolérables contre la liberté, que ce soit en France, dans les pays arabes ou ailleurs. Je pense que les religions ont assez fait de mal comme cela pour qu’elles puissent être exonérées de toute critique. Toutes les guerres actuelles peuvent d’ailleurs être considérées comme des guerres de religion, ce n’est pas le triste M. Bush qui dira le contraire, lui qui fourre "Dieu" dans tous ses discours comme pour faire croire que tout le mal qu’il fait, finalement c’est bien car c’est Dieu qui le lui a dicté.
    Ce côté presque omniprésent du religieux dans la politique nationale et internationale me paraît bien plus grave qu’une attaque contre les écrits coraniques.

  • > L’engrenage de la haine 14 octobre 2006 23:29, par Zaky Azzaro

    Je sais qu’il n’est pas très apprécié que des liens soit balancés en guise de réponse, mais à quoi bon paraphraser ce qui est a été dit une première fois avec brio.

    C’est pourquoi j’invite Patrick, ainsi que toutes celles et ceux qui pensent que le texte de Mr Redeker ne relève que de la simple critique rationelle de la religion, à lire ce texte de Pierre Tévanian :

    Injures et menaces : Pas en notre nom !
    Suite et fin des réflexions sur l’affaire Redeker

    Merci.

  • > L’engrenage de la haine 15 octobre 2006 04:10, par klic

    Il est temps de dénoncer cette opération de propagande qui à mon avis est beaucoup plus grave que les propos de ce personnage qui ne rêve que d’une chose. Se faire accepter dans le club des sionistes. La machine est en marche et les manipulations continueront. Y’aura t-il un seul journaliste digne de ce nom pour enquêté sur la véracité de ces menaces ? Sur quoi repose cette preuve ? Un mail, un coup de fil ? Personne ne semble douter du moment que ça concerne les musulmans. On a le droit de critiquer l’islam, mais on n’a pas le droit de fabriquer de toutes pièce des mensonges pour stigmatiser une partie de la population à des fins obscures. Hélas la barbouzerie est devenue un sport international et tout le monde s’y met en espérant réussir son 11 septembre. Pendant ce temps les génocides peuvent continuer tranquillement en Palestine et en irak.

  • > L’engrenage de la haine 15 octobre 2006 13:46, par patrick

    Je me demande si nous parlons la même langue ou si nous avons les mêmes valeurs... en tant qu’athée, démocrate et libre penseur, je n’ai pas la prétention d’avoir raison. Ce que je pense sincèrement, c’est que l’obscurantisme, l’intégrisme font beaucoup plus de tort aux musulmans que certaines critiques acerbes ou autres caricatures, que vous le vouliez ou non. Ma conviction, c’est qu’on a le droit le plus strict de critiquer des écritures prétendument "sacrées", qui ne sont finalement que le fait de l’imagination humaine. Les actes ou propos racistes me scandalisent, mais ici ce n’est pas de cela qu’il s’agit. La question est : "peut on encore critiquer les religions ?". Pour moi, la réponse doit être "oui". Si vous considérez que non, alors je suis en total désaccord avec vous. Si certains musulmans ont pu se sentir choquer par les propos de M. Redeker, comme certains chrétiens le sont par telle affiche de cinéma mettant en scène le Christ ou telle manifestation de type "gay pride", il faut qu’ils se disent que nous sommes (encore) ici dans une république laïque, dans laquelle la liberté d’expression est toujours de mise. Et oui, je pense que les religions, qui ont en outre produit beaucoup d’interdits ou de rites que j’ai du mal à comprendre, ont fait hélas aussi couler beaucoup de sang (alors qu’elles sont normalement censées emmener l’homme à prendre conscience de son humilité et à respecter autrui..). Encore une fois, ce n’est pas insulter les musulmans, les juifs ou les chrétiens que de critiquer ces livres et de dire ou d’écrire tout ce que l’on peut en penser.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes