{id_article}
 

Ségolène Royal, la « madone des sondages ».

Les politiciens sont agacés par le phénomène « Ségolène Royal ». Et pas seulement ses ennemis politiques, mais aussi ses « amis » du parti socialiste. Il y a de quoi !

D’abord, il y a les sondages qui la donnent gagnante. Mais les sondages ne sont que des sondages, en particulier lorsqu’ils sont réalisés très loin des élections. On connaît les retournements spectaculaires de situation entre les sondages et la réalité des votes le jour du scrutin.

Il y a aussi la presse, y compris la presse internationale, en extase devant « la madone de la politique française ». Tout est bon pour l’encenser. Par exemple elle était, lors de son débat télévisé du 7 Novembre « opposée à deux hommes en costume sombre, elle toute de blanc vêtue ».

Et puis il y a le fait surprenant de sa côte de popularité qui résiste à tout : Ses idées parfois foireuses et critiquables, les approximations que ses thèses comportent, ses gaffes, bourdes, et erreurs. On lui pardonne tout à Ségolène Royal. Elle a beau donner l’impression que tout son truc c’est du vent, ça marche ! À croire que même ceux qui ne sont pas dupes lui accordent leur soutien au nom d’une image qui leur plaît, ou d’un ras-le-bol du style habituel des politiciens. Et comme elle a l’air tellement différente, on lui donne une large surcôte dont elle profite sans complexes. On a beau savoir que c’est une énarque et que les chiens ne font pas des chats, son image et la façon dont elle paraît en superficie plaît à une bonne une partie du bon peuple, et elle profite d’une presse qui la porte en avant, allez savoir pourquoi.

Cette baraka extraordinaire fait que ses adversaires, amis et ennemis, ne savent pas comment faire pour faire face à ce phénomène hors normes, hors-concours, hors style. Ils doivent penser que ce n’est pas juste, et que le bénéfice du doute dont elle jouit et l’engouement immodéré qu’elle suscite sont immérités. Elle apparaît comme une candidate hors système, mais c’est faux. Elle a fait toute sa carrière dans le système, Madame la Présidente du Poitou-Charentes.

Quelque part, ça devrait nous plaire qu’elle irrite à ce point ses confrères. Mais le phénomène Ségolène Royal est inquiétant. En ces temps critiques, le fait que les Français semblent vouloir élire une candidate sur sa seule image et sur un ensemble de slogans bidons (j’ai dit « semblent » car on verra le jour du scrutin) prouve bien la détresse et le désarroi d’un électorat immature politiquement. Ce qui devrait en sortir, si elle s’assied dans le fauteuil présidentiel, sera au niveau de ce que vaut cette candidate, certes servie par de forts à priori, mais peu douée de substance.

Mais tout n’est pas joué, loin de là. Assistera-t-on en France à une réédition du 21 Avril 2002 ?Ce vieux renard de Le Pen, qui n’a pas encore l’air de se faire rattraper par son âge, pourrait jouer les trouble-fête et changer la donne, y compris en se retrouvant au second tour. Pour sa part, Sarkozy a tout à gagner de la candidature de Ségolène Royal. Le phénomème qui commence à prendre de l’ampleur de "tout sauf Ségolène Royal" le protège, car autrement ce serait "tout sauf Sarkozy". Sarko s’en félicite et, même si je ne suis pas un partisan de l’actuel ministre de l’intérieur, lui ou ses conseillers ont bien cerné, je pense, la véritable personnalité de Ségolène Royal. Sarko déclare à qui veut l’entendre " Je pense qu’elle montrera sa vraie nature, qui est quelqu’un d’irascible, dur et, quand ça ne va pas, qui se crispe". Pour une fois, d’accord avec Sarko. En décalage presque total avec la base socialiste et une bonne partie des valeurs de ce parti, rejetée par beaucoup de chefs socialistes, elle aura du mal à obtenir une majorité des suffrages. En définitive on peut penser que, tout comme Le Pen avait servi Chirac en Avril 2002, Ségolène Royal va apporter le titre de Président de la République, sur un plateau, à Nicholas Sarkozy. Mais sont-ils bêtes et bornés, aveuglés par leur égo, ces politiciens qui sont incapables de stratégie et d’anticiper les échecs dûs à leurs défauts chroniques ! À voir comment Ségolène Royal collectionne les bourdes et s’affirme à contre courant de son parti et des intérêts socialistes, on peut imaginer que son manque de lucidité la ferait se comporter comme un éléphant dans un jeu de quilles, tant sur le plan intérieur qu’à l’international, dans l’hypothèse où elle serait élue.

Les citoyens responsables et aguerris en politique, qui ne fondent pas leur opinion sur l’aspect d’une candidate et ne s’extasient pas devant une série de phrases faciles destinées à plaire au peuple, ressentent probablement une forte frustration en voyant les candidats qui se présentent à cette élection présidentielle. Il y a inadéquation choquante entre les enjeux auxquels la France doit faire face, et la légèreté des candidats qui briguent la fonction présidentielle. Les électeurs feraient bien de retrouver leurs esprits et de comprendre que ces élections-là sont vraiment importantes pour leur avenir et celui de la France.

Les présidentielles et la campagne qui les précéderont promettent d’être une foire de la médiocrité, où les borgnes reprocheront aux aveugles, et ou les prétendants se pousseront du coude et feront toutes les crocs enjambes possibles et imaginables. Les planches seront copieusement savonnées, mais s’il y a un gagnant il y aura des millions de perdants. C’est facile de deviner qui va perdre, mais c’est encore difficile de deviner qui va gagner de la brochette de médiocres qu’on nous propose, au nombre desquels une ’madone des sondages"...

Passe encore si Madame Royal était la "Madone de l’égalité des chances", la "Madone de la justice sociale", la "Madone des défavorisés". Cette madone-là, on pourrait voter pour elle. Celle-ci, de madone, elle rejoindra après les présidentielles les rangs des politiciens déchus, soit qu’elle perde au second tour devant Sarkozy, soit qu’elle se fasse éliminer au premier tour au profit de Le Pen, et la France aura le choix entre Sarko et Le Pen. Si ça arrive, je n’irai pas voter au second tour. Na !

Ashoka.


 
 
 
Forum lié à cet article

4 commentaires
  • > Ségolène Royal, la « madone des sondages ». 16 novembre 2006 08:45, par RTBT139

    Allez Savoir pourquoi ?
    Par une sorte de pari pascalien :
    L’horreur :
    supposons comme l’écrit Maxime Vivas qu’un ancien Premier ministre, ancien ministre des finances, ancien président de l’Assemblée Nationale, aspire à présider le pays.
    http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=20183
    http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=18743
    ou
    http://www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=2836
    http://www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=2662
    La sincérité de Fabius et DSK ?
    un passage l’entretien du 20 avril 2004 de Pascale Fourier avec Gérard Filoche « récupéré » depuis par Fabius

    http://dsedh.free.fr/transcriptions/filoche77.htm
    « Pascale Fourier : … Mais vous m’étonnez un peu parce que, quand même moi, quand j’entends des Strauss-Kahn ou des Fabius ou si je vois un Hollande se balader à Porto Alegre, cela me fait marrer bassement !! Donc, pour nous, à l’extérieur, le Parti Socialiste, on ne peut pas dire qu’il soit anti-libéral ni non plus anti-mondialisation…. Donc je m’interroge !
    Gérard Filoche : Vous avez raison, vous avez raison ! < …> Le débat n’est pas tranché ! Laurent Fabius ou Dominique Strauss-Kahn ne sont pas encore des candidats ! Qu’ils veuillent l’être, c’est leur affaire ! En se rasant ou sans se raser, ils ont l’air plus que d’y penser, mais je ne suis pas sûr que le Parti aujourd’hui soit mûr pour avoir des anciens énarques, inspecteurs des finances ou avocats d’affaires comme candidats. Je crois que les candidats, la base du Parti, et puis le pays, la gauche de façon plus générale, veulent justement que ça change, c’est-à-dire qu’on ne se retrouve pas avec une gauche ancienne qui n’est pas allée jusqu’au bout de ses promesses ! »
    Ne pas se retrouver avec une gauche ancienne de Fabius et DSK est toute une problématique où Ségolène paraît « la mieux disante » pour sortir du fonctionnement catastrophique d’une république de Camarades phalliques à raisonnements de futurs retraités d’un sénat qu’il conviendrait de supprimer d’urgence.

    Alors il reste la conclusion du plaidoyer relatif en sa faveur de Ségolène Royal (pas zaz enarchiste) publié sur http://ocsena.ouvaton.org/article.php3?id_article=417 le 8 décembre 2005 et repris sur bellaciao

    Si Ségolène vous paraît mégalo et imbuvable, les mecs dirigeants du PS le sont autant et plus, donc y a pas de raison de ne pas la prendre elle. ..
    d’autant que"Ségolène a d’excellentes chances de réussite et on ne voit personne d’autre capable de réformer la France d’une façon aussi crispante et marrante. ( et c’est vrai qu’elle fait parfois fort) .Nous estimons que c’est in fine la raison essentielle de voter pour elle.
    D’autant qu’elle a les maths de son côté ; si elle perd les hommes qui sont massivement machistes, elle gagne les femmes qui ne le sont pas, et s’offre en sus les types atypiques et progressistes :
    Calculez comme vous voulez ça devrait faire au finish plus de 50% gagnant !"

  • > Ségolène Royal, la « madone des sondages ». 16 novembre 2006 13:57, par RTBT139

    C’est bien dit ... mais pour quelle conclusion ?

    Je reprends mon commentaire mis sur Bellaciao POURQUOI LES PARTIS SOCIALISTES ONT-ILS FAILLI ?de Raoul Marc JENNAR

    Celle que du passé de Fabius et de DSK ( renonciation au socialisme pour une adhésion au libéralisme ...et pour plus voir les entretiens de Pascale Fourier sur des Sous et des hommes) il faudrait faire table rase ( comme seule référence marxiste restante ) ?

    UN PEU SIMPLE !

    Ségolène ? alors ça peut-être mais..... mais c’est bien sür qu’il reste la conclusion du plaidoyer relatif en sa faveur de Ségolène Royal (pas zaz) publié sur
    http://ocsena.ouvaton.org/article.php3?id_article=417
    le 8 décembre 2005 et repris sur bellaciao

    Si Ségolène vous paraît mégalo et imbuvable, les mecs dirigeants du PS le sont autant et plus, donc y a pas de raison de ne pas la prendre elle. ..
    rtbt139

  • > Ségolène Royal, la « madone des sondages ». 20 novembre 2006 00:42, par revizor

    Le phénomène Royal est médiatique ,certes.Mais quand on sait qui détient, qui contrôle et qui finance les médias on ne s’étonne plus de rien.
    En fait il s’agit bien d’une opération politique.
    La bourgeoisie française, l’Union Européenne ont besoin d’un personnel politique à leurs bottes.
    Il faut bien constater que les Chirac, Raffarin et autres Villepin ont des difficultés pour faire passer leur politique( voir référendum 2005, CPE)
    et donc ils pensent avec raison qu’un pouvoir de "gauche" sera plus à même de liquider nos acquis démocratiques et sociaux car il sera plus difficile encore de s’y opposer grâce aux illusions que cela créera.
    Et il ne faudra pas non plus compter sur les syndicats financés par l’UE et au service du PS et du PCF-PGE pour engager la lutte.

  • > Ségolène Royal, la « madone des sondages ». 24 novembre 2006 05:58, par josefina

    Demandez qui elle est à la famille de Gérard HANSE, que sa rigidité et son intelligence bornée font d’elle la SÉGOUTREAU.
    Accusé de pédophilie, ce prof innocent s’est suicidé et a laissé une lettre... C’était en 1997. Farouchement anti-sarko et extrême gauche, je choisirais Sarko contre cette femme

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes