"Face à moi"

Par Thierry RENARD

Ceux qui n’aiment pas ma poésie, n’aiment pas la poésie. Non, je ne me crois pas supérieur à un autre dans ce domaine si particulier. En matière de création poétique, il n’existe aucune compétition répertoriée. Il ne s’agit pas là d’une discipline sportive. Je demeure convaincu que tout élan poétique, s’il est authentique, est porteur de promesses et d’illusions - même lyriques. L’espérance de chaque poète mérite, en premier lieu, d’être récompensée.
Un poète, pour moi, ce n’est pas une bête à part, un monstre d’orgueil, un nombril déclaré. C’est seulement quelqu’un qui voue sa vie à la chose poétique, entièrement, totalement. C’est un engagement de chaque jour et de chaque heure du jour.
Le métier de poète est bien plus qu’un métier mais qui permet rarement à celui qui l’a choisi de gagner sa vie avec. Il y a comme un décalage, depuis longtemps établi, entre les poètes et l’époque où ils sont. N’être ni en avance ni en retard sur l’horaire. Etre, tout bonnement, "décalé". Pour ma part, je me réjouis de me trouver souvent dans cette situation. Tantôt j’ai une heure d’avance et tantôt j’ai un siècle de retard. Mais, comme chaque être humain sur la terre, j’appartiens à mon temps et à ceux qui en< partagent les avantages et les désagréments.
Je reste à la fois motivé et décalé, et je veux me croire utile à la société, en ma qualité de poète - puisque c’est un terme que je revendique - et en tant que citoyen actif et attentif. Je suis des vôtres, tout simplement. Ni meilleur ni pire. C’est avec vous que je passe dans la vie et dans ses rues très peuplées.
D’autres, bien avant moi, ont témoigné que tout cela avait un sens, même faible, même incertain. Et c’est le sens qu’on poursuit. La poésie ne prouve rien, elle invente et elle témoigne. Elle rend plus humain, mais nous n’en savons rien. Au fond, nous ne savons presque rien. Mais nous continuons la route. Nous ne reculons devant aucun obstacle. Nous marchons à pas lents ou à pas pressés. Nous avançons à tâtons. Mais nous y allons, nous avançons. Les remarques ou définitions que je viens ici d’exposer me renvoient à ce portrait de moi, cette photographie de Michel Durigneux, prise dans le cadre de ma résidence à Rochefort-sur-Loire. Qui suis-je, et qui sommes-nous ? Je lis sur mes lèvres, dans mes yeux, sur mon visage. Mais je lis aussi dans les livres. Tout cela me rappelle le très fameux film de Tony Gatlif " Gadjo dilo ". On y apprend la vie, donc l’amour et le désarroi. On y apprend tout ce qui n’a pas encore été dit ou écrit. La vie toujours se balance au bout d’une corde ou bien marche sur le fil du rasoir. La vie est passante et périlleuse. Mais elle demeure belle et souveraine.

Soudain je regarde mon portrait, et je souris.
J’ai voulu faire de toute mon existence un chant.
Y suis-je seulement parvenu ?
Désormais nous sommes deux.
L’un en l’autre.
L’un contre l’autre.

Et ma voix vous ouvre la VOIE...

Le 23 - 04 - 2001,
à Rochefort-sur-Loire
Thierry Renard
 


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes