{id_article}
 

Les tribulations désopilantes de Ségolène en Chine.

Après ses bourdes au Moyen-Orient, Ségolène s’offre un voyage de rattrapage, histoire de démontrer qu’elle a appris sa leçon et, surtout, avec pour objectif de commencer à construire son image internationale. La rendre présentable à ce niveau-là ne sera pas une sinécure.

Quand on sent que le fauteuil Élyséen risque d’accueillir notre insigne postérieur (on devrait dire "indigne" postérieur, ce serait plus juste puisqu’elle semble indigne de cette fonction), on se fabrique la réputation qui va avec. Mais ce n’est pas parce qu’on met l’idiot du village dans la meilleure promotion de Polytechnique qu’il en devient plus futé, et ceux qui s’attendent à ce que Ségolène revienne de Chine en ayant inventé le fil à couper le beurre en seront pour leurs frais.

En 2004, elle avait boycotté le discours du Président chinois Hu Jintao qui n’a pas l’air de lui en vouloir, puisqu’elle a été invitée par le parti communiste chinois à faire une visite de quatre jours. On se demande d’ailleurs ce que les chinetoques ont à gagner à inviter l’épouvantail plébiscité par le PS. Les voies de la politique sont impénétrables même pour ceux qui les décident, alors, pensez, pour le commun des mortels !

Les occasions de déraper ne manqueront pas : Le délicat sujet des délocalisations, les droits de l’homme, le Tibet, Taiwan, les problèmes d’environnement. On se demande comment Madame La Gaffe va s’en tirer. C’est vrai qu’elle a une recette infaillible, selon sa formule débitée d’un air donneur de leçon et pompeux d’une voix acerbe et mielleuse « Il faut dire les choses telles qu’on a à les dire, sans en rabattre, mais sans en rajouter ». En d’autres termes, trop peu c’est trop peu, mais trop ce serait trop, la juste dose, quoi ! C’est vrai qu’elle ose oser, la candidate, car si peu armée pour le jeu politique à haut niveau, elle n’hésite pas à se jeter à l’eau. Signe de courage, ou signe d’inconscience ? À vous de dire...

En visite sur la grande muraille, samedi, elle croit faire un bon mot et s’exclame : "celui qui va sur la muraille conquiert la bravitude". C’est que ça fait bien d’utiliser des mots compliqués. La "bravitude" ne semble pas être dans le dictionnaire. Sans doute que la candidate a fait une association d’idée avec la gratitude d’avoir été propulsée par la presse en dépit de sa nullité patente et sa béatitude d’être sur son petit nuage. À moins qu’elle ait voulu, par là, nous rappeler qu’elle ne sait que débiter des platitudes. Vous voyez déjà l’effet que Ségolène peut avoir au niveau de la représentativité de la langue française auprès des francophones. Quelqu’un qui n’hésite pas à utiliser "bravitude" qu’on rencontre souvent sur les blogs de demeurés nous fera subir ses ... turpitudes.

Son concubin crie haut et fort qu’il a "vendu Ségolène aux Français". Rendons lui ce mérite, c’est lui qui, après avoir pris conscience que c’était scié pour lui, a mis en avant sa conjointe. François, c’est un peu Goebbels. Les méthodes pour séduire le petit peuple et gagner des voix, c’est lui qui doit les inventer. Pour exemple, la video "amateur" de Madame Royal pour Noël avait pour scène une petite pièce meublée sommairement, avec un sapin triste sur lequel pendouillaient des décorations, éclairé d’une lampe blafarde. Un décor en fait savamment étudié pour plaire à certaines classes sociales. C’est ce genre d’artifice rusé qui écoeure. Mais c’est Madame Mise en Scène qui se présente aux élections et pour le couple Royal la fin doit justifier les moyens.

En tout cas, les Français n’ont qu’à s’habituer. Chaque fois qu’elle sera en contact avec des interlocuteurs étrangers, ils se poseront la question : Mais quelle connerie va-t-elle encore bien pouvoir faire ? Dans ces conditions ne vaudrait-il pas mieux ne pas l’élire, tout simplement, ce qui nous éviterait d’avoir à rougir du locataire de l’Élysée ? Un quinquennat à compter les bourdes, c’est long. Pour ainsi dire, cinq ans aurait dit Pierre Dac, guère plus, guère moins.

Le prince consort, François Royal-Hollande, veut forcer la Chine à dévaluer sa monnaie. Ségolène pourra leur en toucher deux mots, histoire de les faire marrer. On voit ça d’ici leurs tronches, quand elle va leur déballer l’idée géniale de son apprenti économiste de concubin ! Avec un couple pareil aux manettes de l’État français, nos partenaires vont se payer de belles tranches de rire et la France, qui n’en n’est plus à une honte près, va faire triste figure sur la scène internationale.

Mais ne soyons pas mauvaises langues et voyons comment Madame Royal va tirer son épingle du jeu. Après tout, le ridicule ne tue pas sinon ce serait l’hécatombe parmi la gent politique et pas un ne survivrait.

Ashoka.


 
 
 
Forum lié à cet article

26 commentaires
  • > Les tribulations désopilantes de Ségolène en Chine. 7 janvier 2007 01:59, par Laurence Kalafatides

    Tant va la cruche à l’eau... On verra combien de temps celle-ci tiendra. Quoi qu’il en soit nous avons d’ors et déjà de quoi écrire le grand bétisier de la campagne présidentielle 2007.
    Marie Ségolène est un pur produit marketing. Tout repose sur l’emballage. Elle s’est fait refaire le sourire par chirurgie esthétique et réaligner les dents. Puis a étudié les poses des femmes les plus célèbres - genre Lady Di - qu’elle singe de manière assez maladroite. Enfin elle a pompé sa garde robe sur celle de Jacky Kennedy.
    Dommage qu’elle n’ai pas trouvé le temps de s’instruire auprès de grandes intellectuelles qui pourtant ne manquent pas. Mais depuis W Bush nous savons qu’il n’est pas nécessaire de posséder une cervelle pour accéder aux plus hautes fonctions de l’Etat. Imaginer cette femme à la tête du pays durant 5 ans est une perspective assez accablante. Concentrons nous sur les législatives car c’est là que se situent pour nous les véritables enjeux.

    L.K.

  • "Chinetoques" est un terme raciste au meme titre que nègre. Il y a beaucop de haine , de mépris et d’hypocrisie dans ce billet.

  • > Les tribulations désopilantes de Ségolène en Chine. 7 janvier 2007 11:29, par p7pierre

    Libre opinion : Bravo à Mme Ségolène Royale, que j’apprécie aussi, qui a le courage d’être elle-même et de poursuivre sa route vers la présidentielle dans le respect des autres candidats et des journalistes. Même si les programmes seront différents, il faut respecter tous les candidats, Sarkozy, Bayrou, ect et être hônnete. C’est la base d’une société plus forte, consensuelle et tolérante. Merci.

  • Libertitude, égalitude, fraternitude 7 janvier 2007 15:41, par Big Popa

    Une chose avec laquelle, je crois, nous sommes dorénavant tous d’accord avec la mère Royal, c’est qu’il existe un véritable problème d’éducation, et à tous niveau, dans notre pays.

    Voir en ligne : http://www.skandal.fr

  • > Les tribulations désopilantes de Ségolène en Chine. 7 janvier 2007 18:27, par Erick Roux de Bezieux - wwwrouxdebezieux.org

    Du haut de la muraille de Chine, celle qui se voit déjà présidente invente à tout va. Après l’acadabrantesque chiraquien, nous avons eu droit hier à la... bravitude !
    Telle une immortelle du quai Conti, royale dans une doudoune blanche, Ségolène nous a livré une grande pensée, tirée d’un proverbe local : "Comme le disent les chinois, qui n’est pas venu sur la grande muraille n’est pas un brave. Qui va sur la grande muraille conquiert la bravitude." Sic ! Même mon (mauvais) correcteur orthographique en rougit d’émotion…
    Un néologisme que la poitevine a expliqué le soir même à l’Ambassade de France par sa volonté de féminiser le mot brave, par trop masculin. Effectivement, si un homme est brave, dans le sens guerrier du terme, une femme est aussi… brave. Toujours dans l’acception guerrière. Et à monter sur la grande muraille, elle acquiert, me semble-t-il, la bravoure. Et là, mon correcteur reste de marbre !
    On savait les quelques lacunes Madame Royal en matière de diplomatie et de relations internationales, on découvre depuis la Chine qu’elle en a aussi en langue française. Mais les Français vont sûrement en rire. Ils sont si braves…

    Voir en ligne : http://www.rouxdebezieux.org

  • C’est politiquement qu’il faut répondre. Même si ce billet assène quelques vérités comme la fabrication par les médias et agence de com de la candidate et sa sophistication à la Lady Die et J. Kennedy. Ce qu’il faut dire ici c’est que la bourgeoisie a choisi, il y a deux candidats adoubés par le capital et DONC ses médias, Ségolène sarkozy et Nicolas Royal comme il y a des républicrates et des démoblicains aux USA, la différence est dans la nuance et le MEDEF n’a rien à craindre, le CAC 40 non plus. C’est pourquoi nous n’avons vu qu’eux sur les unes des magazines et aux journaux télévisés et que ce temps de campagne ne leur sera pas décompté.
    La question est de savoir qui aujourd’hui PROPOSE un programme politique entamant les pouvoirs du Kapital sans en rester dans la dénonciation stérile ?
    Ivan

  • Thomas, n’agitez pas aussi légèrement le terme de raciste, celà enlève sa signification et sa force à ce mot important qu’il convient d’utiliser à bon escient et pas comme vous le faites.
    Quand à l’hypocrisie, vous avez tout faux ! Si vous voyez de l’hypocrisie dans mon article et que vous ne voyez pas l’hypocrisie dans chacun des faits et gestes de Royal, vous avez de la xxxxx dans les yeux.
    Ashoka

  • Merci Laurence pour votre réponse. J’ai beaucoup aimé votre dernier article sur Royal.
    Tout à fait d’accord que les législatives sont maintenant le véritable enjeu pour mettre un peu de raison dans cette folie.
    Ashoka

  • ...quand j’ai vu et lu chinetoques, j’ai arrêté de lire...
    Louise

  • Big Popa,
    Vous dites que Royal a raison de dire qu’il y a un véritable problème d’éducation en France ? Tu parles ! L’éducation politique, tout simplement, et éduquer les gens à décoder un comportement aussi factice et bourré de poudre aux yeux de Madame J’enfume à tout va.
    Ashoka

  • Allons allons, Louise ! Vous vous offusquez pour "chinetoques" ? Pourqoui pas rosbifs, chpountz, ruskofs, amerloques ?
    Et puis vous avez tort, vous auriez appris des choses sur votre idole, Ségolène.
    Enfin ! Peut-être à une prochaine fois. Je termine un article sur les opérations de chirurgie esthétique qui ont donné cet air souriant à votre icône. Lisez-le et écrivez moi vos impressions. Ok ?
    Ashoka

  • Merci Erick pour votre contribution. Vous écrivez fort bien et vous êtes d’une grande lucidité.
    Ashoka.

  • Ivan, oui il faut répondre politiquement, mais écrire des aricles pour dénoncer afin que certains ouvrent les yeux fait aussi partie de la lutte démocratique et citoyenne.
    Ashoka.

  • p7Pierre,
    J’avoue que votre candeur m’empêche de vous répondre, il y aurait trop de boulot ! Merci quand même pour votre contribution.
    Ashoka

  • Votre texte est " malheureusement " totalement exact.
    - Elle devrait faire, à titre individuel du " delta plane "
    mais pas de la géo politique.
    - Le problème car il y en a un : c’est que ceux qui sont passés par ces filières de " formation- déformation " où
    elle est passée ont des chances, comme elle, de planer
    et ,voyant les choses de haut, de ne rien savoir sur ce
    qui, à la base, se passe en bas.
    - Elle ne serait qu’un rateau de croupier qui profite de
    l’insatisfaction générale de nous tous en sachant utiliser
    l’effet de publicité des " mass media "

  • > Les tribulations désopilantes de Ségolène en Chine. 8 janvier 2007 00:47, par vieilledame

    moi qui ne comprend rien à l’économie, j’aurais aimé vous entendre dire quelles seraient les conséquences d’une dévaluation de la monnaie chinoise : est-ce que leur production couterait encore moins cher à l’exportation ou le contraire ? est-ce que cela diminuerait le pouvoir d’achat des chinois ? Mais non, vous êtes un spécialiste s’adressant à des spécialistes...inutile de s’attarder sur ce genre de détail...mieux vaut rapporter des histoires de "bravitude" coupées de leur contexte de plaisanterie ! Je ne suis pas Ségolèniste, mais vous me donneriez envie de le devenir ! Reprochez lui d’être mal coiffée, et vous aurez atteint votre summum de critique politique !

  • > Les tribulations désopilantes de Ségolène en Chine. 8 janvier 2007 07:12, par Alexandre

    Cher monsieur votre discours - comme d’habitude est fort juste. La cuisinette politique nationale et internationale est décidement et très certainement pour le reste des temps une cuisine de bistro et encore j’aime trop les bistros pour les associés.
    D’arriver à nous faire croire qu’une Sigolene peut redresser ce que d’autres ont tordus pendant des années et des années, c’est vraiment français.
    Je suppose que toute cette cuisine politique savament dosée est faite pour faire passer une bonne fois pour toute Le Pen. Après tout c’est aussi bien son tour à lui de passer président et de toute façon n’ayant jamais la majorité nécéssaire pour faire passer des loies lepeniste, que risque la France d’avoir ce monsieur à l’Elysée, rien absolument rien.
    Chirac ricanera, les socialistes et leur ami facteur and co organiseront dans le pays un chao via les syndicats de ces chers travailleurs et travailleuses français...
    Une pagaille dans la vallée a observer du sommet d’une montagne. Pagaille dont le mérite reviendra à Sigolene, Chirac et l’autre, comment s’appelle t-il déjà, ah oui le machin électrique français !
    Alexandre

  • Vielledame,
    Ah bon ! Ségolène est mal coiffée ? Merci de l’info.
    Ashoka

  • Alexandre,
    Merci pour votre contribution. C’est vrai que tout cela est très français et qu’au contraire de redresser la situation Royal ajoutera des problèmes.
    Ashoka

  • > Les tribulations désopilantes de Ségolène en Chine. 8 janvier 2007 23:08, par papa tango

    Bonjour JP.

    J’ai essayé de naviguer sur le site de Ségolène.

    Désolé (pour elle), c’est un vrai merdier.

    A côté, oulala est un jardin à la francaise.

    Un peu trop prévisible, parfois, comme vos points de vue.

    Bof..

    Prenons cela comme un signe de constance.

    Une motivation pour dire qu’on est ici bien mieux qu’ en face.

    On attend de vous une belle contradiction avouée, interne ou externe, pour être certains de votre existence, et ne pas être dépités d’avoir par naiveté apprécié la prose d’une simple virtualité.

    J’ai déjà mon idée.

  • Dommage, message et réponse ne se suivent pas sur le fil de discussion.
    J’entends bien que dénoncer l’image joue un rôle, mais ce faisant, c’est rester dans la logique de la dite image, ce qui importe c’est de soutenir la seule candidate, qui sans être la panacée universelle est LA SEULE qui propose des transformations immédiates susceptibles d’entraîner une situation de rupture avec la situation catastrophique dans laquelle sont plongés les travailleurs de ce pays. Je ne fais pas partie des plus démunis, je suis Enseignant Chercheur, dans l’Enseignement supérieur, je suis Professeur en fin de carrière et je vis moins bien aujourd’hui où je suis seul avec mon épouse qu’il y a 20 ans avec 3 enfants, les conditions de travail sont accablantes, et l’avenir de notre recherche et enseignement supérieur est dramatique si la situation perdure. Lors des assises de la recherche Scientifique, SLR a demandé aux candidats déclarés et potentiels de venir présenter leurs programmes, une seule possible-candidate a été capable de présenter une "vision", tous les autres se sont placés d’un point de vue de gestion du système. C’est ça qui est à mes yeux important. Qui aujourd’hui propose une politique de rupture avec le système autrement qu’en simple protestation, qui fait des propositions concrêtes ? Je ne donne pas de nom, exprés, je voudrais qu’en toute démarche "scientifique" les uns et les autres aillent voir qui propose quoi et qui FAIT quoi (sur le logement par exemple, un seul groupe a l’Assemblée Nationale a déposé 4 propositions de loi proposant le droit au logement opposable et la réquisition durant la mandature). Faire de la politique au sens noble du terme c’est ça, que Ségolène fasse une faute de français, qu’elle ait deux ou trois amants, qu’elle soit lesbienne, qu’elle se fasse faire de la chirurgie esthétique, ça n’a aucune importance, ça ne regarde qu’elle, ça ne m’intéresse pas. Ce qui m’intéresse c’est de savoir dans quel monde vont vivre mes enfants et petits enfants.

  • > Les tribulations désopilantes de Ségolène en Chine. 9 janvier 2007 20:09, par le robert

    Pauvre Holland lui se rend à tule et sego en chine ...

    Autrement j’ai trouvé dans le dico :

    Chinetoque = personne qui présente les caractéristiques que l’on attribue aux Chinois (injure raciste)

    terme donc à éviter

  • Bonsoir papa Tango,
    J’ai l’impression qu’on se connaît ?
    Ashoka

  • Merci beaucoup, Alexandre, pour avoir si bien répondu aux préoccupations légitimes de Ivan. Je me préparais à le faire mais je pense que votre réponse est parfaite. C’est vraiment un forum qui fonctionne comme tous les forums devraient fonctionner.
    Je comprend qu’Ivan veuille y croire. La probabilité que SR soit à la hauteur de ses promesses est probablement faible.
    Ashoka

  • Le Robert,
    Les surnoms basés sur des pays, comme Polacks, Japs, et ... Chinetoques ne sont pas racistes puisque les Cjinois ni les Polnais ni les Japonais ne constituent une race. Par contre Bics, Arbis, Nègres sont bien évidemment raciste car non reliés à un pays.
    Ashoka

  • Je crains qu’il y ait maldonne, je ne pensais pas à Ségolène Sarkozy mais à Marie-Georges Buffet. A ma connaissance, c’est la seule dont le profil réponde à ce que j’ai écris, ce n’est pas le cas de Ségolène. Le seul groupe à l’assemblée qui ait déposé 4 propositions de loi sur le droit au logement est le groupe PCF. MGB est la seule qui propose la réquisition (prévue par la loi mais jamais appliquée...) et ainsi de suite. Qui trouve-t-on à la sortie des entreprises ? MGB ou les militants cocos.
    Le fait que vous ayez cru que mon précédent billet concernait SR en dit long sur l’imprégnation propagandiste.
    Ivan

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes