Ultime regard

Ainsi je suis né dans un monde qui va disparaître. Je n’y croyais pas mais tout est bien éphémère. Les paillettes dorées de ma civilisation vont être recouvertes d’un grand manteau de neige ou de sable, peut-être bien même des deux à la fois. Je n’aurai connu ni la grande Guerre ni la mort sous les drapeaux, je n’ai pas eu faim ni froid, j’ai grandi et grossi aussi bien qu’il était possible de le faire sur cette planète, à mon époque. Je ne suis ni riche ni pauvre, ni connu ni délaissé, et je vis dans la charnière d’un temps où il fait encore bon vivre, mais pas pour longtemps. Car ce que l’on me promet c’est tout simplement la fin de mon monde, juste l’Apocalypse. Tout ce que je connais de ces terres sur lesquelles mes ancêtres ont tracé leur chemin ne sera bientôt plus, on parle d’au maximum dans deux décennies. Et je me croyais éternel.

Dans cette surabondance de façade rien ne pouvait m’être enlevé, d’ailleurs tous mes biens sont précieusement enfermés dans mon intérieur, quelle dérision. Que rien ne pouvait atteindre à part un tsunami, il viendra, une tempête à tout casser, elle arrive, le vide des rayons alimentaires, je le verrai. Et j’ai fait des enfants qui seront aux premières loges, tristes témoins des millions de morts qui vont s’amonceller aux quatre coins de la planète, peut-être bien même disparus eux-mêmes dans le dernier déluge. Par les cieux, par les eaux, par la terre, par le feu, tout y est, Terre me promet mille supplices que Stephen King n’aurait jamais osé projeter sur nos écrans omnipotents. Voilà, c’est fini.

C’est pas pour tout de suite bien sûr, j’ai peut-être même le temps de me racheter, et puis le ciel est encore bleu et les oiseaux continuent à chanter, mais c’est pour dans pas longtemps, d’ailleurs j’suis déjà condamné. J’ai beau me dire que de toute façon faut bien mourir de quelque chose, j’aurais vraiment préféré du fond de mon coeur que ce soit dans la nuit étoilée d’une terre pacifiée et toute verte.

Me viennent quelques larmes... J’ai comme l’impression d’être assis au bord du monde et de lui dire au-revoir.

Ma dernière danse s’approche, monde je t’aimais.


 
 
 
Forum lié à cet article

6 commentaires
  • > Ultime regard 12 janvier 2007 11:25, par Al Zeituni

    Et si le regard n’était "ultime" qu’en vous-même ?

    AZ

    Voir en ligne : Caverne

  • > Ultime regard 13 janvier 2007 15:07, par Christian Pélier

    C’est exactement le genre de propos qui n’avance à rien, n’amène rien et se veulent grandiloquents alors que rien n’est dit. Mais je vous remercie de vous être exprimé.
    Ceci dit quand on regarde le monde, quand on suit bien ce qu’il se passe, vraiment, concerné par la douleur qui règne et tout ce qu’on pourrait faire, avec l’envie que ça change, sans se boucher les oreilles ou les yeux, ou la bouche, on ne peut que constater le déclin de notre civilisation et sa fin prochaîne. Elle est programmée. Les savants nous l’annoncent, et les trois-quarts de l’humanité périront. Regarder la mort en face n’a rien de dramatique, elle viendra pour tout un chacun y compris vous.
    J’ai des convictions qui n’ont rien à faire ici et que je n’ai volontairement pas mentionné. Je dis adieu à ce que j’aimais, comme le pèlerin sur le Chemin quitte ses frères au petit matin. Je tourne la page, conscient que la prochaine sera écrite en lettres d’or, dans un nouvel âge qui arrive aussi sûr que deux et deux font quatre, car un jour nos successeurs comprendront la leçon de nos errances.
    En attendant, je ne donnerai jamais de leçon ni n’exhorterai les autres à me suivre dans une philosophie qui n’appartient qu’à moi. Nous sommes donc, je le présume, d’accord sur le fond car toute chose a son sens. Sauf qu’il y a un temps et un espace pour tout. Celui-là n’est pas fait pour ce genre de discours éthéré qui ne change pas grand chose aux évènements à venir dans un moyen terme. Nous devons agir, pas discuter, ou pérorer. Merci.

  • > Ultime regard 14 janvier 2007 17:55, par yvan

    Moi aussi, les larmes me viennent mais pas pour les mêmes raisons. Les miennes me viennent parce que cette destruction orchestrée cherche la défaite de l’Amour. C’est l’ennemi des hommes, il veut nous détruire et nous y préparer à l’aide de ses experts... Et il réussira ! parce que personne ne croit en son existence...

  • > Ultime regard 14 janvier 2007 22:25, par lo

    des hommes de toute couleur se léveront aux quatre coins du monde et reverdiront la terre...

    la fin d’un monde, certainement... la fin du monde, je n’y crois pas... quoique...

    tant qu’il y a de la vie... on peut rester assis... ou se lever...
    à chacun selon sa vision...

    changer soi-même pour changer le monde...

    Voir en ligne : système solaire animé

  • > Ultime regard 15 janvier 2007 05:56, par Christian Pélier

    Je vous remercie chaleureusement de votre participation.

    "Orchestrée" ? "l’ennemi des hommes veut nous détruire" ? "personne ne croit en son existence" ? Je présume que vous évoquez le diable ou quelque chose dans ce goût-là, une puissance ennemie et suprahumaine (certains parlent de reptiles) qui veut notre perte ?... L’homme n’a pas besoin du diable, il se suffit à lui-même.

    Au sujet d’une puissance occulte (et humaine) qui nous précipiterait vers notre fin, de nombreux spécialistes évoquent en effet sur la base de nombreuses preuves factuelles, un gouvernement mondial totalitaire qui détient tous les pouvoirs. Vous n’êtes donc pas le seul à croire en son existence. Et c’est toujours agréable de ne pas être isolé, n’est-ce pas ?

  • > Ultime regard 15 janvier 2007 06:03, par Christian Pélier

    Merci ! C’est bien de la fin d’un monde (cf mon précédent article) dont je parle, pas de la fin du monde. Notre terre, elle, continuera à tourner dans l’immensité des cieux, à inverser ses poles comme elle sait si bien le faire, à changer ses décors pour accueillir un nouvel âge rieur, aussi sûr que deux et deux font quatre. Que sont en effet nos 12 000 ans de civilisation au regard de l’univers ? Du temps nous en aurons à travers nos héritiers pour réussir la grande expérience de la Vie. Et nous réussirons.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes