{id_article}
 

Contre le sexe. Pour l’érotisme.

La nouvelle norme sociale impose son code sexuel. Il ne s’agit plus alors d’ouvrir les jeunes corps au contact des autres. À la chaleur affective des étreintes. Mais de les tenir à distance. De les isoler. Car c’est désormais dans un îlot existentiel que les êtres sont requis de croître. De se structurer.

Publié pour la première fois chez Robert Laffont en 1974, cet essai n’est pas has been, bien au contraire ! Car la libération sexuelle n’est plus. La liberté des mœurs a fait long feu ! Soyons honnêtes : de nos jours ce n’est plus lâcher la bride à l’enfance qui nous importe. Mais d’asseoir et de renforcer notre autorité. Terminée le libre cours aux impulsions sexuelles juvéniles ou infantiles. Au désir de jouir s’est imposé celui d’obtenir une formation. Plutôt qu’être performant il faut être compétitif !

Voici donc un pavé dans la mare ! La mouche dans le lait. Voici un discours à contre-courant. Un vent de liberté. Une manière de dire stop ! Un encouragement aux impulsions et une manière d’évoquer leur absence de danger. D’arrêter de stigmatiser les viols collectifs (extrêmement rares en vérité et mis en exergue pour des vues électoralistes). Mais plutôt d’offrir l’illusion d’un Eden érotique élargi à l’enfance. "Naguère doté d’une sexualité polymorphe et perverse, le rejeton encore immature est déclaré tout simplement asexué et innocent. Si l’on décèle en lui quelque signe d’affection sexuelle, elle ne peut venir que du dehors, de l’acte criminel de celui qui a en charge sa protection." Cela devient insupportable ! Invivable ! Entre le sida et le harcèlement, les êtres humains se détournent de l’érotisme, de l’amour pour un save sex. Capote et cyber-sexualité s’imposant dans un acte physique dénué de sens. D’affect. De plaisir ...

On étouffe dans ce monde régit par l’interdiction. Cette nouvelle révolution radicale. Cet impératif pédagogique qui interdit l’enfant de corps, jusque dans son image. Ce dispositif impérieux, comme disait Michel Foucault, exige une distance. Impose la fin de tout geste. De tout effleurement. Notre conduite autour de l’enfant s’est orientée vers une action classifiée. Sous couvert de protection nous avons mis l’enfant à l’écart du monde de la jouissance et de l’amour. Terminée la caresse d’encouragement du maître à l’élève. Finie la main dans les cheveux des enfants qui passent en courant devant la maîtresse. Interdit de faire sauter sur les genoux un enfant qui n’est pas le sien dans la cour de l’école.

Alors oui, il convient de (re)lire Émile perverti car nous avons oublié nos premières amours. Enfants de l’après mai 68 nous ne devons pas perdre les idéaux de nos parents. Nous ne devons pas livrer nos âmes au Progrès. Pour défendre la vie, il faut savoir se taire. Et ainsi arrêter cette inflation de codes et de normes dans la langue. Car on peut se demander si l’enfant n’a pas perdu, face à la mise au grand jour d’une sexualité la plupart du temps informulée, l’exquis supplice de son déploiement dans le silence de son cœur et de son corps. A l’écraser sous des injonctions à briser ce silence nous lui offrons un marché de dupes : échanger son bonheur contre les satisfactions éphémères de la parole.

Oui, cette libération est bien le corollaire de cette société marchande qui vénère le libéralisme. Un abus de mots pour dénigrer les passions. Et perdre le désir. Ce sexe roi-là - Michel Foucault, encore ... - tue l’érotisme et l’amour. Ainsi, pour tenter de recouvrer l’appétence de nos émois, c’est bien à l’école qu’il faut agir. "Si la secte des instituteurs et des pédagogues veut faire une belle fin et racheter un tant soit peu le ridicule dans laquelle elle sombre, c’est à cette tâche - en se faisant attentive aux attractions passionnées des enfants, et en les aidant à satisfaire l’immensité de leurs désirs, en dehors des familles et contre elles - qu’elle doit exclusivement se vouer."

PS -
René Scherer, Émile perverti, Éditions Désordres / Laurence Viallet, octobre 2006, 188 p. - 18,50 €


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes