Le Festival de La Chaise-Dieu - Rentrée 2007

A l’occasion du 40ème anniversaire de ce festival devenu un incontournable rendez-vous, Vincent Besançon dresse l’inventaire des 47 concerts de l’édition 2006 à travers ce magnifique carnet de voyage musical mis en image par la grâce de son pinceau.

La Chaise-Dieu est bien plus qu’une adresse devenue célèbre, c’est avant tout un état d’esprit qui est ici mis en avant pour servir la grande musique : un décor majestueux (une abbatial gothique) cerné par l’âpre beauté des hauts plateaux. Dans ce village épargné par le temps, chargé d’histoires, on s’imprègne du silence et l’on savoure la musique à sa juste vérité. On se noie les pupilles dans des paysages qui jouent les contrastes entre rigueur et douceur.

Car La Chaise-Dieu est en tout premier lieu une émotion, un site grandiose et une programmation exceptionnelle. Tous les ans, après le 15 août, les plus grands noms de la grande musique se donnent rendez-vous pour célébrer leur passion.
Architecte, Vincent Besançon est aussi un enfant du pays, et il a su se faire accepter par l’équipe organisatrice pour pouvoir se faufiler et aller au plus près pour dessiner les concerts du Festival. Ainsi, il a pu croquer les musiciens aux gestes sûres et rapides, les chanteurs et les chefs d’orchestre toujours en mouvements expressifs ... Tous ces instants sont ici rendus avec une rare beauté dans des aquarelles portées par le sublime, ou des dessins au fusain imprimant un relief totalement envoûtant pour le regard. Les instants vécus restent alors sur la page blanche comme autant de témoins d’un moment de paradis.

A mille mètres d’altitude le village se découvre tout à coup, cette Chaise-Dieu qui vient de casa Dei, "la maison de Dieu". Ce fût le monastère le plus riche d’Auvergne. Son architecture gothique du XIVème siècle, magnifiquement conservée, est très rare pour la région ; c’est une architecture de citadelle en partie fortifiée.
Autre particularité, presque unique au monde, c’est la présence d’éléments de décor intérieur d’époque et du jubé, séparant l’espace réservé aux moines de celui des paroissiens ; ainsi les tapisseries uniques du XVIème siècle, tissées aux fils d’or, tracent dans le chœur de l’abbatiale une histoire sainte exceptionnelle.

Parallèlement aux dessins et à l’histoire narrée par Vincent Besançon, présentés dans une autre police, les textes musicaux de Jean-Michel Mathé, le directeur du Festival nous renseignent sur l’aspect purement musical de cette manifestation qui vit le jour en 1966, naissance modeste par un unique concert du célèbre pianiste hongrois Georgy Czifra. Les orgues de l’abbatiale sont alors dans un piteux état, et le pianiste offre son cachet pour la future restauration de l’instrument.
Puis, en 1976, Guy Ramona reprend les rênes et donne une nouvelle impulsion à la manifestation qui prend alors le nom qu’on lui connaît aujourd’hui. Le répertoire s’ouvre de plus en plus à la musique sacrée, en totale adéquation avec le cadre qui l’accueille, tout en programmant également de la musique ancienne et baroque donnée sur des instruments d’époque.

C’est cette perpétuelle recherche de l’authenticité des interprétations et l’envie affichée de remonter des œuvres oubliées, confiées aux plus grands spécialistes mondiaux, qui a donné cette alchimie unique au monde qui permet de programmer des pièces très anciennes et des classiques.
Enfin, dans les années 1990, le Festival innove derechef en donnant des concerts "spatialisés" en utilisant la tribune de l’orgue, le jubé, etc. bénéficiant de l’extraordinaire acoustique de l’abbatiale qui lui permet d’accueillir de grands effectifs musicaux. Ainsi furent produits dans la foulée des opéras d’églises ou encore des oratorios avec des mises en scène spectaculaires.
Et pour conserver cette mémoire unique, une production discographique a été mise en place.

Ne manquait plus que l’image, voici donc désormais possible de vivre (ou revivre) d’extraordinaires concerts grâce à ce magnifique album ...

Vincent Besançon & Jean-Michel Mathé, Le Festival de La Chaise-Dieu / Carnet de voyage musical, Editions du Rouergue, août 2007, 128 p. - 22,00 €


 
 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires
  • > Le Festival de La Chaise-Dieu - Rentrée 2007 16 septembre 2007 16:32, par eliane anglaret

    Ce festival est très bien, cependant les prix des places ne sont vraiment pas à la portée des bourses modestes. C’est regrettable !

  • > Le Festival de La Chaise-Dieu - Rentrée 2007 18 septembre 2007 19:33, par JM

    le festival n’a pas beaucoup de subventions par rapport à d’autres festivals. la qualité de la programmation et le nombre des artistes accueillis explique le prix de certaines places. je trouve plus cher une place de concert rock, pop ou R&B dans une seule de plusieurs milliers de places , sonorisé, qu’une place dans un lieu magique avec plus de 50 artistes de niveau international sur scène...