Désinformation médiatique à propos du vénézuéla

Le Conseil National Electoral condamne les violences qui se sont produites dans ses locaux.

Alors que les médias français poursuivent leur entreprise de désinformation en annonçant d’importantes manifestations contre Chavez liées à la réforme de la constitution, sur place, la réalité est toute autre.
L’article publié par Vive Vénézuela suivi du commentaire de Thierry Deronne rétablissent la vérité.

La présidente de cette instance nationale, Tibisay Lucena a lu un communiqué dans lequel elle dénonce ces faits injustifiables étrangers à toute pratique démocratique du système électoral

ABN le 2 novembre 2007
Traduction Michel Veysset

Caracas

La présidente du Conseil National Electoral (C.N.E), Tibisay Lucerna, a catégoriquement condamné les violences qui se sont déroulées, jeudi dernier, au siège de cet organisme électoral.

Elles ont été le fait d’une délégation d’étudiants oppositionnels alors qu’ils déposaient un document critiquant la réforme constitutionnelle.

Dans le communiqué rendu public, Tibisay Lucena a expliqué que, lors d’une réunion avec des responsables du CNE : « Une partie des étudiants a tenté de s’enchaîner aux escaliers du siège du Pouvoir Electoral mettant en cause l’esprit cordial et pacifique qui avait jusque là présidé lors de cette rencontre »

La Présidente à qualifié ces faits « d’injustifiables et sans rapport avec la pratique démocratique du système électoral ».

De la même manière elle a dénoncé le traitement médiatique de ces faits.

De son point de vue, ces actes « échauffent les esprits en dénaturant ce qui s’est réellement passé ».

« La tentative de prendre d’assaut le siège du Pouvoir Electoral est inacceptable et constitue une violation grave des lois vénézuéliennes » a-t-elle affirmé. Tibisay Lucena, en qualité de Présidente du CNE à déploré les événements et a annoncé qu’elle demandera l’ouverture d’une enquête pour déterminer les responsabilités « que tout un chacun doit assumer en pareilles circonstances ».

Il est clair que le Pouvoir Electoral n’acceptera « aucune forme de pression mettant en cause le processus électoral qui conduit au référendum sur la réforme constitutionnelle ».

Elle a conclut en précisant : « Le Conseil National Electoral accomplira fidèlement ses obligations constitutionnelles qui sont de garantir le libre exercice du droit de vote pour l’ensemble du peuple vénézuélien »

Traduction Michel Veysset


Le commentaire de Thierry Deronne, vice Président de ViVe, interrogé par René Balme pour Oulala

Cher René : non, evidemment, il n’y a pas eu de "féroce repression" ni de "population en colere". C’est la même technique que depuis six ans : de petits groupes de la bourgeoisie cherchent a provoquer les forces de l’ordre pour les cameras de CNN, dans l’indifférence de la majorité de la population. A Paris, le cadre de la TV montre la "violence", et le tour est joué, car le spectateur français ne peut extrapoler le contre-champ qui lui est refusé en fonction de huit ans de désinformation sur la "dictature chaviste". Le hors-champ réel, s’íl n’était escamoté sciemment par AP, Reuters, etc.. montrerait, autour de ces quelques dizaines d’exaltés, que les gens continuent a vaquer tranquillement a leurs occupations... indifférents et fatigués qu’ils sont de ces mises en scènes-éclairs destinées durant quelques minutes a alimenter les médias occidentaux. Lorsque se produisent les vraies manifestations comme celles qui aura lieu dimanche, massives et majoritaires, en faveur de la constitution, il n’en est pas question dans les mêmes médias. Parfois on les mentionne mais en retirant des zéros comme S. Kaufmann du Monde pour qui 600.000 personnes sont une "petite foule".

Pour les détails sur ce qui se passe vraiment dans ce genre de manif tu as www.aporrea.org, même si c’est un site un peu trop radical politiquement.

Sur le contenu de la constitution, comme nous l’avions dit en juillet, ce sera le leit-motiv des médias pendant plusieurs mois : "Chavez réélu a vie". De nombreuses analyses en France sont disponibles sur les sites du cercle bolivarien de Paris par exemple, sur le fait que le Venezuela se met au niveau démocratique de la plupart des pays d’Europe ou les populations ont le droit d’élire et de réélire qui ils veulent a la tête de l’État (France y compris) autant de fois qu’elles le veulent. Mais surtout pour expliquer que là n’est pas le but de cette reforme qui est de faire, grâce à des milliers de conseils communaux un des piliers de l’État ou de réduire la journée de travail a 6 heures, etc..

Thierry Deronne
Vive-Président de viVe
Chaîne de télévision nationale participative


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes