Chávez : "Transformer cette defaite materielle en une victoire morale"

Paul-Emile Dupret, Caracas Source : Collectif Vénézuéla 13A

"J`ai écouté la voix du peuple et je l`écouterai toujours" a dit le président Hugo Chavez, citant Bolivar. Ce lundi 3 décembre, a 1h15 du matin, le Président a décidé de ne pas attendre la fin du décompte des voix pour reconnaitre son échec au référendum sur la proposition de reforme de la Constitution. A près de 90% du dépouillement, le Conseil National Electoral avait annonce que le NON a la reforme l`emportait avec 50,7% des suffrages, tandis que le OUI avait obtenu 49,29 % soit un écart d`a peine 1,41%.

Le président a reconnu la victoire des partisans du NON et les a félicité pour celle-ci. Il s’est cependant dit heureux de n`avoir pas remporte une victoire avec une marge aussi minime. Il s`est dit serein et confiant dans l`avenir et a invite ses partisans a transformer cet échec matériel en une victoire morale, estimant qu`il s`agit la d`une claire démonstration que les chavistes respectent les règles démocratique sans tergiverser, et un desavoeu cinglant de ceux qui ont sans cesse affirme le contraire.

A propos du scrutin le Président a estime qu`il fallait en tirer des leçons : 7,3 millions de venezueliens ont vote pour lui lors de sa réélection fin 2006, tandis que 4,3 millions ont vote pour une projet socialiste avance, ce qui n`est pas négligeable vu la campagne internationale menée contre le projet. 3 millions de personnes qui avaient vote pour lui en 2006, se sont donc abstenus cette foir. Il faudra comprendre la cause de cette abstention et agir en conséquence.

En ce qui concerne l`opposition, elle avait récolté 4,1 millions de voix fin 2006, elle en récolte 4,5 millions aujourd’hui. Il estime constructif que l`opposition ait enfin reconnu au cours de la campagne la validité de la Constitution de 1999, et lui a demande de tirer un autre leçon importante de ce scrutin a savoir qu`il les possible de remporter des élections, qu`il s`agit de la voie a suivre, et qu`elle doit renoncer aux coups de forces, coups d`état et tentatives de déstabilisation.

"Nous sommes des hommes de longues batailles,la proposition de renforcement du socialisme continue" a déclaré le Président, en répétant la phrase qu`il avait prononce lors de l`échec de sa tentative de prise de pouvoir par les armes le 4 fevrier 1992 : "Nous n`y sommes pas parvenus, pour le moment"


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes