Le Courrier International pris la main dans le sac !

Chávez et la Kalachnilkov du plébiscite.

Hugo Chávez emportant avec un pourcentage croissant toutes les élections au Venezuela depuis 1998 dans un climat médiatique hostile, chacun avait prévu l’issue positive du référendum du 2 décembre 2007.
Patatras ! il le perd, ne conteste pas le résultat (serré), félicite aussitôt l’opposition, l’invite à jouer désormais le jeu de la démocratie qui peut lui profiter.
Imprimé trop tôt, Courrier International donne, sur sa couverture, le ton de ce qui allait être, si Chávez avait gagné, le bourrage de crâne musclé et planétaire contre le nouveau dictateur brandissant une Kalachnikov fournie par la Russie de Poutine (en arrière plan sur le croquis, car moins dangereux pour l’humanité).
En page intérieure, sous le titre musclé « Des coups d’Etat en forme de plébiscites », Philippe Thureau-Dangin (retenons le nom de ce visionnaire objectif, ce sagace observateur) écrit notamment :

« L’occasion était trop belle. Que deux dirigeants, Poutine et Chávez, peu connus pour leur goût de la démocratie, choisissent un 2 décembre pour organiser des scrutins en forme de plébiscites, cela relève bien de l’ironie de l’Histoire ».

Puis, vient l’amalgame, tiré par les cheveux, avec le coup d’Etat du 2 décembre 1851, qui porta au pouvoir Napoléon III. Après quoi, l’expert donne une petite leçon :

« Quant aux élites vénézuéliennes, elles n’ont guère pris au sérieux jusqu’à tout récemment ce militaire métis au verbe haut... ». Chávez étant « métis », il eut fallu ajouter, pour bien nous informer, l’origine des « élites » (blanches et verbe bas ?). Poursuivons :
« Chacun à sa manière, ils musellent la presse, en exilant (Napoléon III), en s’emparant des groupes de médias (Poutine) ou en ne renouvelant pas la concession accordée à une puissante chaîne d’opposition (Chávez)... » Il eut fallu dire : la concession « hertzienne », pour que le lecteur sache bien que RCTV existe toujours.

Pour finir, le prophète éclairé nous explique comment Chávez a réussi son « golpe » du 2 décembre 2007 : « Et comme nous sommes au XXIe siècle, on ne fait plus de coups d’Etat baïonnette au canon ; on se contente de les faire avaliser, tout à fait légalement, par des peuples subjugués ».

C’était notre rubrique : « Pourquoi tu n’achètes plus de journaux ? »

Pas assez « subjugué » par les éditorialistes ?

Maxime Vivas.


 
P.S.

Et au cas où cet édito "historique" disparaitrait, vous pouvez le télécharger ci-dessous.

 
Portfolio

Courrier International N°891
 
Forum lié à cet article