Le Sarkoshow fatigue.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Sarkozy n’aura pas fait illusion très longtemps. Huit mois après son élection, il est à court de tout : De popularité dans les sondages, d’arguments convaincants, et de crédibilité. Il a beau s’épuiser à faire le paon en étalant sa vie privée et en montrant ostensiblement son goût du super luxe à des Français écoeurés, rien n’arrête sa dégringolade du piédestal sur lequel ne l’avaient hissé que des naïfs abusés.

Une partie de l’électorat pensait porter au pouvoir un candidat dont les idées et l’apparente énergie feraient bouger les choses et résoudre les problèmes auxquels la société française est confrontée. Aujourd’hui, les Français effarés découvrent un président mondain et qui brille plus dans les magazines people qu’un ouvrier habile à la tâche. Au lieu de s’employer assidûment à faire ce pourquoi il a été élu, il ne réussit qu’à fournir une prestation médiocre.

Sa propre majorité s’en rend compte et lui-même ne doit pas être dupe, à moins que son ego indécrottable ne lui permette la moindre once de lucidité. Les allocutions vides de substance se multiplient, ainsi que les incantations et les tentatives d’autojustification. Il en est réduit à nous promettre des lendemains meilleurs, et utilise toutes les ficelles pour nous leurrer. C’est qu’il n’est pas à court d’artifices, le maître de l’illusion, la ceinture noire de l’enfumage collectif, le magicien du verbe, le désolant guignol finalement qui s’agite beaucoup pour rien ou presque.

Déphasé, il n’hésite pas à avouer son impuissance, et il le fait même face à la presse quand il dit, exaspéré « Qu’attendez vous de moi, que je vide des caisses déjà vides ? » Non, mon petit monsieur, ce n’est pas ce que l’on attend d’un Président. On attend de la dignité, on attend quelqu’un qui soit humble et non préoccupé essentiellement par sa petite personne, on n’aime pas un mondain qui alimente les torchons people, on n’aime pas qu’un Président d’une République laïque réintroduise l’Église dans l’État et s’assoie sur les lois et la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. On n’aime pas être bernés par un beau parleur, un manipulateur fût-il habile quand il déstabilise l’opposition en attirant des défecteurs socialistes dans son gouvernement ou en les écartant par une nomination au FMI. On n’aime pas qu’un candidat menteur se hisse au pouvoir et devienne un président inutile et plus préoccupé de vivre intensément sa romance avec le pouvoir que de l’avenir du pays.

Les murs de l’Élysée n’étant pas étanches, on sait que tous ses collaborateurs n’ont aucun pouvoir. C’est sa majesté en personne qui régule tout, bien que rien ne trouve grâce à ses yeux impériaux. Il pique des colères très souvent et elles sont violentes. Son entourage reste inhibé. Bref, la machine Sarkozy se trouve être réduite à sa majesté, qui dégringole dans les sondages aussi bas que le pouvoir d’achat et les espoirs des Français. Il n’y a pas d’équipe, pas de plans, pas de cohésion. Il y a le souverain, Sarko-Soleil, rayonnant avec la nouvelle première dame de France, et qui va, après avoir lassé les Français, lasser son entourage. Attention aux trahisons mon petit père, c’est en agissant comme vous que Napoléon s’est retrouvé à Sainte Hélène.

Bon ! Tout cela est navrant. Il n’y a pas de pilote dans l’avion France, tout au plus un guignol qui s’époumone et s’agite en vain. Il faudrait pouvoir le destituer (je plaisante), ou qu’il démissionne (je délire) ou alors il faudra l’endurer jusqu’au bout et boire le calice jusqu’à la lie (là, malheureusement, j’ai raison). À plus, chers lecteurs, pour le prochain épisode de la saga sarkozienne. Le sarkoshow ne fait plus recette, mais c’est tout ce qui lui reste au président élu. Alors on va encore nous en servir pour le reste de son mandat. Dieu, que cela va être long, pénible, frustrant et douloureux !

Et la France dans tout ça ? Bof ! On a eu Chirac et on a bien résisté. On saura survivre à Sarkozy. Mais promettez d’élire un vrai Président la prochaine fois. Toutefois, on peut se demander si Les Français seront un jour capables de faire la bonne pioche ? C’est que, dans une démocratie, il y a toujours des rêveurs ou des naïfs, des imbéciles et des inconscients, toute une cohorte qui empêche le progrès et la justice. Des gens qui écoutent le chant des sirènes et qui se sont laissé séduire par un avocaillon habile qui se moque bien maintenant de tenir ne serait ce qu’une partie de ses promesses. Faut dire qu’elles n’engagent que ceux qui les croient. Parce que certains se sont laissé berner, c’est la collectivité qui en pâtit. Le schéma habituel, quoi ! Ou comme on disait à l’armée, les baisés comptez vous.

Ashoka


 
 
 
Forum lié à cet article

7 commentaires
  • > Le Sarkoshow fatigue. 20 janvier 2008 16:57, par louise

    ... mais le gros problème, pour pouvoir élire une personne digne d’être un(e) Président(e) de la République (avec un grand P et un grand R) ...c’est qu’il faudrait d’abord des candidat(e)s !

    Non ?

    Alors comment cela se fait-il qu’en France (avec un grand F) il n’y ait pas cet article ?

    Louise

  • > Le Sarkoshow fatigue. 20 janvier 2008 17:14, par revizor

    Je crois que les sondages, les cotes de popularité, ça varie, ça va, ca vient au grè des évènements, des petites phrases, des prestations médiatiques.
    J’ai l’impression que nous sommes toujours en campagne électorale présidentielle et cela est valable pour les 2 camps.
    D’un côté le Sarkoshow, de l’autre le cirque de Ségolène Royal. Sarkozy n’est fort que de l’inexistence polltique( et non pas médiatique)de l’opposition ou plutôt de la fausse opposition du Parti Socialiste.
    Quant aux formations à la gauche du PS( PCF, LCR,débris et rescapés de la gauche antilibérale) elles passent leur temps à discuter du sexe des anges.
    Le seul problème c’est la renaissance ou la reconstruction d’un véritable Parti Communiste indépendant et de lutte de classe.
    Tout le reste n’est que vaine littérature.
    Cordialement.

  • > Le Sarkoshow fatigue. 20 janvier 2008 21:52, par Rachid ZANI

    Pour revenir sur le post de louise, j’aimerai ajouter ceci :
    Pour qu’en France , il y ait un candidat digne et représentatif de sa grandeur , il faudrait commencer par accepter enfin la diversité qui s’y trouve.
    Ya pas qu’au foot , que ses enfants peuvent réussir !

  • > Le Sarkoshow fatigue. 20 janvier 2008 23:52, par leobert

    Il y a une solution : abolir l’élection du président au suffrage universel.
    C’est peut être Sarkozy qui l’imposera car je pense que cet homme représente un danger pour la république, et que cela finira mal "très mal", pour lui et les français.

  • > Le Sarkoshow fatigue. 21 janvier 2008 11:40, par klipfel

    Bonjour,
    d’accord sur les excès people de notre président ,mais cela étant, du boulot est fait ,que l’on soit d’accord ou non avec les mesures entreprises.
    Ancien fonctionnaire et petit chef d’entreprise,je peux témoigner du gaspillage de la fonction publique en général et je peux maintenant parler de la lourdeur des charges pour une petite société.
    Mais enfin , en France ,on n’en sortira jamais ;cela étant ,derrière un Besancenot poupin ,il y a peut-être un Pol-pot.

    Voir en ligne : Le Sarkoshow

  • > Le Sarkoshow fatigue. 25 janvier 2008 21:47, par vasionensis

    Oui, bien sûr.
    Mais, vous dirons de fins esprits, c’était ça ou Ségolène.
    Eh bien non : les candidats sont choisis, non pas par le peuple, depuis que ce pauvre général Boulanger a fait trembler le personnel en place, mais par les partis.
    Et que fait le bon peuple ? Eh bien il choisit l’histrion pour éviter la bécasse ou la bécasse pour éviter l’histrion.
    Et que dit-on au citoyen qui refuse cette palpitante alternative ? On lui dit : Vous faites la politique du pire ! On sait où ça mène !
    Je supplie qu’on m’éclaire sur le sens à coup sûr terrifiant de ces rituelles exclamations.
    Et bientôt se retrouvent face à face les cocus du vainqueur et les soupirants du vaincu. Mais ils auront eu du moins un point commun : par leur admirable participation à cette escroquerie bicéphale, ils lui auront renouvelé un certificat de légitimité.

    Que disent nos media, que répétons-nous à l’envi, quand le taux de participation à une lointaine élection - en Magnésie du Sud, pour ne vexer personne, merci feu Robert Beauvais - se signale par sa faiblesse ? Disons-nous que les Magnésien du Sud sont de mauvais citoyens ? Que nenni ; nous disons, n’est-ce pas ? que leur démocratie est en panne, confisquée par des appareils qui ... que ... Bref, nous louons les Magnésiens du Sud de ne pas être des nigauds.
    Bien. Qu’a-t-on dû penser, en Magnésie du Sud par exemple, du peuple le plus spirituel de la Terre et détenteur de surcroît des Tables originales où les Droits de l’Homme sont proclamés, de ce peuple donc, qui apporte avec une quasi-unanimité son suffrage à cette comédie ?

    Bloy a conclu un de ses ouvrages par : On demande des prêtres.
    Je conclurai par : On demande des ’bons sauvages’.
    Pour nous faire honte.

  • > Le Sarkoshow fatigue. 27 janvier 2008 18:33, par Garchitech

    Tout simplement parce qu’il y belle lurette que ce sont plus les politiques qui gouvernent mais les industriels et les financiers et qu’il vaut mieux s’arranger pour porter une marionnette au pouvoir, c’est toujours plus facile à manipuler qu’une personne qui pense.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes