Silence complice

Gaza : « Sortir le drapeau blanc ne suffira pas »

Pourquoi, durant ces longs mois où l’on voit la population de Gaza s’enfoncer dans l’horreur, et ses malades et blessés mourir dans leur sang, faute de médicaments, personne ne se mobilise-t-il vraiment de manière à sauver ce qui peut encore l’être ? Pourquoi nos pays n’appellent-ils pas à la raison le premier responsable de cette catastrophe humanitaire sans précédent : l’Etat d’Israël ?

Gaza est injustement et illégalement emprisonnée par Israël, soumise aux tirs meurtriers de ses missiles et réduite à la faim.

Dans quelle prison a-t-on jamais vu les geôliers couper l’eau, couper l’électricité, priver les prisonniers de nourriture, interdire à ceux qui souffrent de blessures et de graves maladies, d’aller se faire soigner hors de la prison ?

Nous sommes nombreux à être saisis de vertige face à tant d’indifférence et de cruauté. Et indignés de constater que nos gouvernements européens n’ont aucune compassion à l’égard de ce peuple emprisonné, alors qu’il est dans l’incapacité de se défendre.

Israël assassine chaque jour des Palestiniens - résistants et simples habitants y compris femmes et enfants - avec une extraordinaire sauvagerie.

Nos autorités sont parfaitement informées par leurs représentants diplomatiques des exactions commises par l’armée israélienne et de la gravité de la situation ! Pourquoi demeurent-elles silencieuses alors que de nombreuses personnalités se sont exprimées pour alerter l’opinion ? Ont-elles peur d’Israël ?

Plus le temps passe, plus la santé de la population, enfermée dans ce ghetto qu’est devenu Gaza, est menacée et, surtout, la vie de ses enfants -qui constituent la moitié de la population- soumis à la malnutrition prolongée, risque d’être compromise de façon irréversible.

L’étranglement économique de Gaza a été décidé par les Etats-Unis et l’Union européenne, sous la pression d’Israël, et avec l’assentiment de ces Palestiniens corrompus que les alliés d’Israël qualifient de « modérés » : Mahmoud Abbas et Salam Fayyad. Alors qu’ils sont les collaborateurs indignes de l’occupant qui opprime si cruellement leur peuple.

« Modérés » ou « collaborateurs » ?

Nos chroniqueurs les appellent complaisamment « modérés » parce qu’ils travaillent la main dans la main avec Israël pour liquider, non seulement les cadres du mouvement Hamas, mais également tout Palestinien ordinaire qui refuse d’abandonner les principes et les droits de son peuple.

Nous sommes là face à une catastrophe humanitaire organisée ; une catastrophe décidée dans les plus hautes instances.

La « communauté internationale », à laquelle chacun de nous appartient, doit répondre de « crime d’indifférence » face à l’abandon de ce peuple menacé par les crimes de guerre incessants de l’armée israélienne.

Cette catastrophe est rendue possible et peut perdurer grâce à la complicité des médias qui ne nous montrent pas l’étendue de l’oppression israélienne à Gaza ; et, sur ce plan, la chaîne de télévision publique de la Suisse romande, mon pays, apparaît encore plus complice de ces punitions collectives abominables, que d’autres.

La situation est gravissime. Cela ne date pas d’aujourd’hui. Mais la vie des gens, déjà terrible, a été rendue encore plus terrible dès septembre 2007, quand Israël a fermé toutes les entrées et sorties de Gaza, interdisant les rares camions qui, jusqu’alors, pouvaient encore transporter un peu de farine, de riz, et quelques médicaments.

Pourquoi n’entendons-nous jamais les « French Doctors » et nos élus protester, obliger Israël à desserrer l’étau qui étrangle et affame 1, 5 millions de personnes ?

Chaque jour qui passe aggrave une situation déjà catastrophique. Voici ce que nous disait déjà, en novembre 2007, une mère palestinienne.

Je ne sais pas ou on va ! Les Israéliens nous affament, empêchent les produits de nos paysans de sortir. Nous sommes enfermés. Tout est très cher. La majorité des gens est sans travail et souffre du manque d’argent. C’est le malheur. Il n’y a plus rien ; certains produits ont disparu des rayons. Et maintenant les Israéliens font entrer leurs fruits, légumes, produits laitiers qu’ils nous vendent à des prix exorbitants.

- Et les pays arabes, ai-je demandé, ils n’arrivent pas à vous aider ?

Les pays arabes collaborent avec Abou Mazen (Mahmoud Abbas) et Israël. Mazen ne nous donne rien. Il ne donne qu’à ceux qui sont membres de son parti. Il encourage Israël à nous maintenir enfermés pour nous affamer. Il attend que nous soyons mis à genoux. Les Israéliens ont annoncé qu’ils préparent une grande opération militaire contre Gaza. Le pire viendra dans les jours prochains.

- Quand vous entendez M.Bush et M.Sarkozy mobiliser la communauté internationale au sujet du Darfour que ressentez-vous ?

J’éprouve une immense douleur, surtout en pensant aux enfants et aux malades qui meurent ici faute de soins suffisants. Quand j’ai entendu Moussa, (le chef de la Ligue arabe ndt) dire qu’il va envoyer 250 000 dollars pour aider le Darfour, j’ai pleuré. Nous qui sommes ses frères et sœurs, et alors que la situation ici est vraiment affreuse, pourquoi nous ignore-t-il ? Ici, rien ne rentre, rien ne sort. Les pauvres ne peuvent pas se nourrir normalement. Tout est à plus du triple du prix normal et rares sont les gens qui ont un salaire. L’UNWRA distribue des coupons tous les deux mois. La portion du mois dernier n’a pas été distribuée.

- Le mouvement Hamas ne vous aide-t-il pas ?

Ils n’ont rien. Je pense que, même si les autorités du Hamas se disaient vaincues, même si elles sortaient le drapeau blanc et suppliaient le monde de nous aider, même là, rien ne changerait : Israël ne cessera jamais de nous martyriser.

Sortir le drapeau blanc ne suffira pas. Les Israéliens vont encore et encore continuer d’exiger de nous autre chose. Les gens du gouvernement Hamas sont privés de toute aide. Ils ne peuvent rien faire, eux aussi sont victimes de notre emprisonnement.

Même l’aide financière versée par l’Iran en 2006 pour des raisons humanitaires [1] et par d’autres pays, pour soulager nos souffrances, a été séquestrée par l’Egypte à la demande d’Israël. Israël nous maintient suspendus à une corde !

- Il suffirait que les grandes puissances exigent d’Israël de relâcher la corde sur laquelle il tire pour que Gaza puisse respirer. Il suffirait de couper cette corde !


Notes

[1] L’Iran a versé en avril 2006 50 millions de dollars, suite à la décision américano-européenne de suspendre toute aide aux autorités démocratiquement élues du Hamas


 
 
 
Forum lié à cet article

3 commentaires
  • On peut proposer la réponse suivante à la question de Silvia Cattori sur la lâcheté de la "communauté internationale"

    La situation perdure parce que non seulement les pro-palestiniens n’ont pas tous les mêmes objectifs (quand ils sont exigeants mais réalistes), mais parce que nous nous battons mal

    Le plus courageux et admirable des actes de soutien, c’est sans doute d’aller servir de bouclier humain lors d’une cueillette d’olives.

    Mais, ça change quoi sur le plan international ? Même si le bouclier humain était tué par un "colon" qui n’est pas de fait un colon, mais un occupant civil expansionniste, en quoi ça dérangerait Olmert ?

    Commençons par expliquer à de nombreux vecteurs d’opinions et de décisions l’illégitimité de la résolution 181, alors qu’avec une relative bonne foi souvent, faute d’informations contradictoires, ils estiment qu’Israël est l’agressé qui se défend _ ?

    Etablissons une liste de criminels (non pas de guerre, puisque ce n’est pas une guerre) d’occupation sionistes, publions la et déposons là à La Haye

    Lançons sous l’animation d’un comité international une pétition internationale pour l’’exclusion de l’état d’Israël de l’ONU puisqu’il n’a jamais respecté ni la Charte, ni ses engagements, ni les résolutions que le dérange.

    Alors que croît le nombre de citoyens israéliens juifs qui désapprouvent la politique sioniste, ce qu’il nous faut aussi souligner.

    Alors que croît, un peu comme pour Irak les GI’s et autre Marines ,le nombre de jeunes soldats sionistes qui quittent le pays pour essayer de se refaire une santé psychique"

    Communiquons mieux pour que le drame palestinien cesse au plus vite

  • > Gaza : « Sortir le drapeau blanc ne suffira pas » 20 janvier 2008 21:36, par Rachid ZANI

    Non seulement nos autorités ont peur mais en plus elles ont les pieds et mains liées
    tant elles se sont fourvoyées avec les dirigeants sioniste et leur vassal étasunien.
    Les sionistes sont des criminelles et en ce sens devront répondre de crime contre l’humanité devant un tribunal international lorsque les chimères se dissiperont et que le monde sorte de sa torpeur enfin.
    O Peuple juif, la solution est en toi,
    toi seul peut stopper ces horreurs,
    dis leur : NON !!!
    dis leur : ASSEZ !!!
    La vie n’a t-elle donc plus de valeur qu’il faille tuer sans répit ?
    DIEU ne nous a t-il pas enseigné que point tuer il ne faut ?
    la vie sur terre vaut t-elle la peine de risquer son âme à souffrir du courroux de DIEU pour l’éternité ?

  • > Gaza : « Sortir le drapeau blanc ne suffira pas » 25 janvier 2008 11:14, par Syriana

    En lisant cet article, je me dis que c’est encore un article de plus sur la situation catastrophique des Palestiniens. Pourtant, j’admire le travail de Sylvia Cattori et de ces personnes d’une honnêteté rare grâce auxquelles nous pouvons nous tenir informés sur la situation réelle en Palestine. Un article de plus, mais aucune réaction de la part de nos dirigeants. Aucune réaction forte de l’opinion publique d’ailleurs. Il faudrait pratiquement un "coup d’état" révolutionnaire pour renverser, en France, la main-mise des mouvements sionistes qui travaillent avec acharnement au développement de l’Etat Spoliateur-Sanguinaire et à l’étouffement oppressif des voix dissidentes françaises. Honte à Israël, honte à ceux qui se taisent, honte aux complices, à bas les sionistes, confédération de lâches !

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes