Kosovo : Les États-Unis et l’Union européenne appuient un processus politique en lien avec le crime organisé

par Michel Chossudovsky

Nos orientations sont claires. L’édification de l’État du Kosovo, de son développement économique, la prise de mesures économiques et de bien-être social ainsi que des mesures rigoureuses contre la corruption, le crime organisé et les comportements négatifs. Ainsi, nous pourrons accroître la sécurité et l’intégration du Kosovo à l’intérieur des structures de l’Union européenne.

(Hashim Thaci est président du Parti démocratique du Kosovo (PDK), Premier Ministre du Gouvernement provisoire du Kosovo, ancien leader de l’Armée de Libération du Kosovo et criminel reconnu)

Le PDK, dirigé par Hashim Thaci, ancien Chef de l’Armée de Libération du Kosovo, a pris le contrôle de plusieurs municipalités après la guerre. Le Parti entretient des liens étroits avec le crime organisé dans la province (The Observer, le 29 octobre 2000).

Mr Thaci dont le surnom est « Le Serpent » durant cette période vécue dans l’ALK, est un commandant rebelle âgé de 32 ans, bien vêtu et doté de faibles facultés oratoires ; il est en lien avec le crime organisé et est déterminé à préserver les relations entre le Parti et les États-Unis (Le Scotsman, le 20 octobre 2000).

Je reconnais un terroriste et je vois que l’un ou l’autre de ces hommes sont des terroristes (L’envoyé spécial américain et ambassadeur Gelbard).

Hashim Thaci a fondé le « Groupe Drenica », une organisation clandestine que l’on considère avoir contrôlé entre 10 et 15% des activités criminelles du Kosovo (armes de contrebande, vols de voitures, de carburants et de cigarettes et activités liées à la prostitution). L’Encyclopédie libre Wikipedia.

Les États-Unis et l’Union européenne donnent leur appui au gouvernement du Kosovo dirigé par un criminel reconnu, le Premier Ministre Hashim Thaci.

Le poste de Premier ministre a été créé dans le cadre des institutions pour la mise en place d’un gouvernement autonome (IPGA) établi par l’administration intérimaire de la Mission des Nations Unies au Kosovo (UNMIK).

Sous le mandat des Nations Unies, les objectifs d’un gouvernement provisoire étaient de « disposer d’un gouvernement démocratique autonome » en attendant une décision concernant le statut politique du Kosovo.

Ce que cela signifie c’est que les Nations Unies ont non seulement établi les bases pour un gouvernement kosovar « indépendant » en violation avec le droit international, mais elles ont mis en place un gouvernement du Kosovo formé par des membres d’une organisation criminelle. Tous ces présidents qui se sont succédés, Ramush Haradinaj, Agim Ceku et Hashim Thaci, sont des criminels de guerre.

La Parti démocratique du Kosovo, dirigé par l’ancien commandant de L’Armée de libération du Kosovo, Hashim Thaci, est essentiellement le produit de l’ancienne armée de libération du Kosovo.

Les États-Unis et l’OTAN ont supporté l’Armée de Libération du Kosovo à partir du milieu des années 1990. Dans les années précédant le bombardement de la Yougoslavie en 1999, l’ALK fut appuyée ouvertement par l’Administration Clinton.

Le leader Hashim Thaci fut un protégé de Madeleine Albright. Il fut choisi par Albright pour jouer un rôle clé, au nom de Washington, aux négociations de Rambouillet en 1998.

Les liens de l’ALK avec le crime organisé ont été documentés par Interpol et le Congrès américain. Dans un article publié en mai 1999, le Washington Times, décrit l’ALK et ses liens avec l’Administration Clinton de la manière suivante :

Quelques membres de l’Armée de libération du Kosovo (sous la direction du Président actuel du Kosovo, le Premier Ministre Hashim Thaci), dont les efforts de guerre ont été financés par la vente d’héroïne, furent entraînés dans des camps terroristes gérés par le fugitif international Ossama ben Laden - qui était recherché pour les attentats à la bombe perpétrés en 1998 sur deux ambassades américaines en Afrique ayant tué 224 personnes, y compris 12 Étatsuniens.

Appuyés par l’administration Clinton au cours de la campagne de bombardement de 41 jours par l’OTAN afin d’amener le Président yougoslave Slobodan Milosevic à la table des négociations, les membres de l’ALK furent entraînés en secret dans des camps en Afghanistan, en Bosnie-Herzégovine et ailleurs, selon les rapports de renseignements récemment rendus publics.

Ces rapports démontrent également que l’ALK a enrôlé des terroristes islamistes - des membres des Mujahideen en tant que soldats dans les conflits contre la Serbie et plusieurs d’entre eux se sont déjà infiltrés au Kosovo pour se joindre aux combats.

Le document des rapports de renseignements établit un « lien entre Ben Laden, le fugitif saoudien millionnaire et l’ALK - y compris une aire commune d’entraînement à Tropoje, Albanie. Il décrit ce lieu comme étant un centre pour les terroristes islamistes. Les rapports indiquaient que l’organisation de Ben Laden, connue sous le nom de Al-Qaeda, a à la fois entraîné et supporté financièrement l’ALK (Le Washington Times, le 4 mai 1999, voir l’article au complet plus bas).

Le rapport du Christian Science Monitor, le 14 août 2000, décrit ainsi le réseau criminel contrôlé par Thaci :

« La police des Nations Unies soupçonne qu’une bonne part de la violence et de l’intimidation est venue des anciens membres de l’ALK et, surtout, de ceux qui sont les alliés de Hashim Thaci, l’ancien leader de l’ALK le Chef du Parti Démocratique du Kosovo, l’une des ramifications politiques de l’ALK ».

Lors d’un incident récent le magasin d’un activiste du LDK dans le village natal de Mr Thaci fut pulvérisé par une mitraillette automatique(après novembre 2007, il y a eu une deuxième attaque).

Le Parti de Thaci avait potentiellement beaucoup à perdre dans les élections pour les postes de magistrat à l’échelon municipal. Après le retrait des forces serbes au cours de l’année dernière, l’ALK occupa les Hôtels de ville et les institutions publiques à travers le Kosovo et établit son propre gouvernement provincial.

Bien que les Nations Unies aient peu à peu affirmé leur autorité et placé des représentants des autres formations politiques dans les gouvernements locaux, d’anciens membres de l’ALK liés aux parti de Thaci continuaient d’exercer, comme à Srbica, un contrôle virtuel complet.

« Ces individus ne vont pas céder le pouvoir aussi facilement », selon Dardan Cashi, un analyste politique du International Crisis Group, une organisation de recherche américaine installée à Pristina.

La police des Nations Unies soupçonne aussi que le crime organisé est impliqué dans certaines actes de violence. Elle affirme que les groupes criminels travaillant dans le racket, la contrebande et la prostitution entretenaient des liens étroits avec quelques membres du pouvoir. La perspective de perdre ces connections et les revenus qu’elles pourraient générer pouvait les rendre moins enclins à collaborer avec le LDK.

Les officiels indiquent que le problème est pire dans la région de Drenica au Kosovo, le foyer des opérations de l’ALK et le bastion du parti de Thaci. Srbica, là où Koci est le président local du LDK, est l’une des principales villes de la région de Drenica (on insiste ici sur ce point).

La Fondation du Patrimoine : Un support à l’ALK et au PDK, sans égards à leurs connections criminelles.

La Fondation du Patrimoine, dans un rapport rendu public en mai 1999, reconnaît que l’ALK est une organisation criminelle. Elle demande quand même à l’Administration Clinton d’appuyer l’ALK.

Est-ce que les États-Unis devaient consolider le potentiel militaire face au régime brutal de Milosevic, en dépit de ses racines et de ses liens apparents avec le crime organisé ?... L’ALK ne représente aucun groupe qui cherche à mettre un terme à la campagne brutale de Milosevic et cette armée est connue comme ayant commis elle-même des atrocités ; elle est la force de résistance la plus significative aux actes d’agression perpétrés au Kosovo par la Yougoslavie. De plus, l’ampleur et la portée de ses crimes ont été minimisées par une campagne systématique de terreur lancée par les militaires, les forces paramilitaires et la police yougoslaves à l’intérieur du Kosovo. Ce que Washington n’a pas cessé de faire depuis la guerre de 1999 (Rapport de la Fondation du Patrimoine, le 13 mai 1999).

En mettant à l’écart l’ALK, les États-Unis pourraient être privés des bénéfices tirésdes forces de la résistance. Celles-ci pourraient augmenter les pressions sur Milosevicafin qu’il négocie un règlement (Ibid).

La Fondation du Patrimoine appuie le Parti Démocratique du Kosovo (PDK) qui est formé par d’anciens membres de l’ALK.

Le PDK a maintenu ses liens avec le crime organisé. Cette position donne une bonne idée de l’attitude de la « communauté internationale » dans ses relations avec le Kosovo. Plus récemment, la Fondation du Patrimoine, qui joue un rôle d’arrière-scène dans la formulation de la politique étrangère américaine, a exercé des pressions pour l’« indépendance » du Kosovo.

La preuve est claire, le Premier ministre du Kosovo n’a jamais coupé ses liens avec le crime organisé.

Un criminel connu est protégé par les Nations Unies.Il fut arrêté à Budapest en juillet 2003 sous un mandat d’Interpol et il fut immédiatement relâché à la suite d’une demande formulée par la Mission des Nations Unies au Kosovo (UNMIK). Cela n’est pas un incident isolé. Il y a des preuves que la Mission des Nations Unies et sa force de police internationale ont protégé l’ancienne ALK, qui, dans le cadre des bombardements menés par l’OTAN en 1999, fut rebaptisée le Corps de Protection du Kosovo (CPK) avec un mandat formel des Nations Unies.

Selon le Ministre serbe de la Justice Vladan Batic, « la poursuite devant le tribunal des crimes de guerre de La Haye contient plus de 40 000 pages de preuves contre l’ancien leader de l’Armée de Libération du Kosovo, Hashim Thaci. » (cité par Raido B92, Belgrade, le 3 juillet 2003).

En avril 2000, la Secrétaire d’État Madeleine Albright « donne l’ordre à la Procureure en chef Carla Del Ponte de retirer de la liste des suspects de crimes de guerre Hashim Thaci » (Tanjug, le 6 mai 2000). Carla Del Ponte, par la suite, déclara qu’il n’y avait pas assez de preuves pour accuser Thaci de crimes de guerre.

On peut dire qu’en général la Mission des Nations Unies a agi comme un accessoire dans la protection d’une organisation criminelle.

En novembre 2003, des poursuites au criminel contre d’anciens commandants de l’ALK furent enclenchées à Belgrade. Ces poursuites incluaient Hashim Thaci, Agim Ceku et Ramush Haradinaj. Les noms de ces deux derniers apparaissent sur les listes d’Interpol.

Agim Ceku

Agim Ceku est connu pour avoir commis des crimes de guerre de grande ampleur dans la région de Krajina en Croatie au milieu des années 1990 tels que le massacre et le nettoyage ethnique de la population serbe. Il fut brigadier général dans l’Armée de Croatie et un acteur clé de l’Opération Storm, qui a conduit à l’expulsion de quelques centaines de milliers de Serbes de la région de Krajina en Croatie. En 1999, il fut nommé Commandant de l’ALK avec la bénédiction des États-Unis et de l’OTAN. Il fut ensuite désigné Commandant du Corps de Protection du Kosovo (KPC) commandité par les Nations Unies (sur la liste de paye) et devint Premier Ministre du Kosovo en 2006, étant remplacé ensuite par Hashim Traci, l’actuel Premier ministre du Kosovo et il a continué d’entretenir des liens avec le crime organisé. Selon l’Observer de Londres, le Corps de Protection du Kosovo, dirigé par Ceku, a été impliqué autant dans des actes de torture que dans la protection de la prostitution au Kosovo (Le 14 mars 2000, Atlanta Journal-Constitution).

Les médias occidentaux : Désinformation concernant la nature du gouvernement du Kososo

Le gouvernement du Kosovo est lié au crime organisé impliqué dans le trafic des stupéfiants et le trafic humain.

Le fait que les trois Premiers ministres du Kosovo, Ramush Haradinaj, Agim Ceku et Hashim Thaci soient des criminels de guerre n’a pas été reconnu dans les rapports de presse récents diffusés en marge de l’indépendance du Kosovo.

L’Union européenne et les États-Unis appuient ainsi la criminalisation des politiques du Kosovo..

_


 
P.S.

Article proposé par Laurence Kalafatides
Article original en anglais.

Sur la photo. De gauche à droite : Hashim Thaci, Bernard Kouchner, le Général Michael Jackson, Agim Ceku et le Général Westlay Clarke

 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
  • Bonsoir

    La proclamation d’indépendance du Kosovo pose beaucoup de problèmes.

    Le message ci dessus pose au moins deux questions de forme et la suite de la discussion dépend des réponses à ces deux questions de forme.

    La première question est relative à la date de rédaction de ce message, 2000, 2008 ou bien une date intermédiaire entre 2000 et 2008, ou bien une date antérieure à 2000.

    En effet, ce message porte des accusations graves en particulier contre Thaci et il faudrait une enquête policière ou bien une procédure judiciaire nationale ou bien internationale pour la vérification ou bien pour l’infirmation de ces accusations.

    Si ces accusations précises sont facilement consultables depuis 2000, on ne comprend pas les raisons pour lesquelles ces accusations ne provoquaient aucune enquête ni aucune plainte depuis huit ans.

    La deuxième question préalable est la suivante.

    Il y a donc un tribunal pénal international pour le jugement des crimes et des criminels des guerres de dévolution de l’ex Yougoslavie, en particulier des crimes et des criminels albanais de la guerre du Kosovo, en particulier par rapport à ces trois responsables ou anciens responsables de l’ UCK, Ceku, Thaci et Haradinaj. Sauf erreur, le TPI poursuivait donc Ceku et Haradinaj et il ne poursuivait pas Thaci et sauf erreur également Haradinaj était ou est encore en prison à La Haye.

    Le rédacteur du message le savait il ou bien le sait il et s’il le sait, nous ne connaissons pas les raisons pour lesquelles il n’en parle pas.

    Je vous propose au moins deux réponses virtuelles.

    La première hypothèse est une hypothèse relative à la date de rédaction du message. Si le message date de 2000, la réponse à la question est évidente.

    La deuxième hypothèse est beaucoup plus politique.

    En effet, la majorité des messages considère aujourd’hui le TPI comme un fait indiscutable et une réalité incontournable, comme la majorité des institutions internationales, on est d’accord ou bien on n’est pas d’accord, mais on ne conteste plus son existence.

    Nous n’étions pas toujours dans cette situation. Des militants, des organisations sinon des états contestaient la création et l’existence du TPI et le présentaient comme un tribunal impérialiste. C’était par exemple la première position de Milosevic, il refusait sa défense devant le TPI au nom de la contestation de son existence comme un véritable tribunal. Il changeait ensuite de position, et c’est le verdict de l’histoire, sa deuxième position était la bonne.

    De mon point de vue, il y a donc un préalable et une véritable alternative relative à la position du rédacteur du message, sa position est elle une position de contestation de l’existence du TPI comme un tribunal impérialiste ou bien est il pour la traduction de Thaci devant le TPI ? De la réponse à cette question dépend la suite de la discussion.

    Salutations militantes.

    Pour la réponse, mon blog personnel est le blog www.fischer02003.over-blog.com ou bien répondez moi directement à fischer02003@yahoo.fr

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes