Casse toi, pauvre con !

Sarkozy a su conquérir le pouvoir mais il ne sait guère en faire bon usage. Il ne se passe pas une semaine sans qu’il ne défraie l’actualité avec une facétie loufoque qui détériore un peu plus sa popularité et polue son image, tant auprès des Français que de la communauté internationale. À force de se comporter comme un gamin capricieux il finit par lasser, perçu comme un homme sans substance bouffi d’orgueil, une outre vide et gonflée d’air et de vent.

Les occasions ne manquent pas où on l’a vu lâcher des annonces tonitruantes et prononcer des promesses à l’emporte-pièces. On l’a vu aussi se fâcher avec des pêcheurs et, plus récemment, il a insulté un homme âgé qui refusait de lui serrer la main. Ce Français comme nous, qui a le droit comme nous de ne pas apprécier le locataire de l’Élysée, s’est vu gratifier d’un « casse-toi pauvre con » par Sarkozy. La vidéo de cet incident désagréable a été vue par plus d’un million de Français, et laisse un arrière-goût amer à quiconque a une certaine idée de la France, de la démocratie, et du respect dû autant à un ainé qu’à un électeur et un citoyen.

Qu’aurait fait un Président de la République digne de ce nom en pareil cas ? Il aurait pu ignorer la remarque, sans montrer son dédain. C’est ce qu’aurait pu faire François Mitterrand, avec la classe qu’on lui connaissait. De Gaulle aurait probablement agi de la même manière. Un vrai chef d’État aurait pu aussi s’adresser à celui qui l’interpellait de la sorte en lui disant « puisque c’est votre souhait Monsieur, je ne vous serrerai pas la main, mais pouvez vous me dire pourquoi vous me refusez ce plaisir ». On peut imaginer des dizaines de réponses de ce type, faites avec classe et respect, qui désamorceraient avec dignité un incident désagréable. Un vrai chef, capable de garder son sang-froid et d’assumer avec dignité sa fonction, aurait su réagir avec tact et à propos. Sarkozy, lui, agit comme un loubard aggressif, répond au tutoiement par un tutoiement, et renchérit. Pourquoi utiliser « casse toi », et surtout pourquoi proférer une insulte comme « pauvre con » ? Il y a fort à parier que celui qui a refusé de serrer la main de Sarkozy aurait eu des ennuis s’il avait insulté le chef de l’État avec un « pauvre con ».

J’ai trop de respect pour la fonction présidentielle pour oser dire à Sarkozy ce qu’il n’a pas hésité à lancer méchamment à un Français dans la foule. Mais les Français pourraient un jour dire à ce succédané de président « casse toi pauvre con » par urnes interposées. Et à force d’agir comme il le fait Sarkozy s’achemine vers cette inéluctable fin de règne qui n’a jamais commencé ailleurs que dans sa fertile imagination.

Ashoka


 
 
 
Forum lié à cet article

10 commentaires
  • > Casse toi, pauvre con ! 25 février 2008 07:57, par mimi

    je pense qu’il à parlé comme un bouffon

  • > Casse toi, pauvre con ! 25 février 2008 12:16, par Delsha

    Je ne sais pas quelles excuses vont encore pouvoir trouver son camp et ses supporters pour "justifier" les propos et l’attitude du président, car il n’y en a aucune, il n’y en a plus.
    Sa politique est la plus dangereuse et la plus négative que notre pays connait et aura connu depuis plus de 60ans et les retombées ne font que commencer.
    Par ailleurs, lorsque l’on se targue de vouloir faire ressortir les "valeurs", le "respect" en France, on se doit en tant que président, en tant que père et en tant homme responsable de montrer l’exemple, et c’est tout le contraire.
    J’ai honte pour l’image qu’il donne à la France, j’ai honte pour l’image qu’il donne de la France et j’ai honte pour lui, tout simplement.
    Je me demandais ce qu’il entendait par "rupture", depuis 9 mois, je constate.
    Non satisfait de mener une politique irresponsable, celle-là même pratiquée par son "ami" Bush et largement critiquée outre-Atlantique, c’est tout le symbole de la présidence même qu’il est en train de mettre en "branle"

  • > Casse toi, pauvre con ! 25 février 2008 15:25, par anonyme

    Ben mon vieux ! Elle est belle la France d’aujourd’hui. c’est comme la racaille. Ca me fait penser à Le Pen, il a les mêmes réactions, il s’en était pris à une députée socialiste de façon indigne et violente il ya une dizaine d’années. C’est impardonnable d’avoir un président comme lui, ceux qui ont voté pour lui devraient avoir honte.
    Encore 4 ans !

  • > Casse toi, pauvre con ! 25 février 2008 22:07, par cassetoialors

    Un blog a été créé spécialement pour mettre en ligne tous les commentaires à propos de cette affaire : http://cassetoialorspauvrecon.blogs...

    Voir en ligne : Donnez votre avis sur les propos de Nicolas Sarkozy

  • > Casse toi, pauvre con ! 25 février 2008 22:25, par papa tango

    La comparaison est juste, et vous en souvenir est de bon ton..

    Il ne s’agissait pas d’une députée ps, mais d’un simple maire.

    Qui allait être bientôt élue députée, à la faveur de cette triangulaire qui vit la double déconfiture le la fille le pen et de Bédier futur sous-ministre ..qui avait bien donné dans la galanterie locale.

    C’était il y a 11 ans.

    Depuis Bédier a repris son siège, il est meme président du CG du 78..

    La ’pauvrette’ comme a a dit le canard à l’époque vient d’achever son dernier mandat de maire de ma commune..

    Je viens de voir devant ma porte les candidats FN s’engueuler copieusement, meme pas foutus d’organiser un tractage sans se foutre sur la gueule entre eux.

    L’age certainement..comme le chef.

    Aux cantonales, ( Mantes la Jolie, juste a coté ), il serait cocasse de voir un candidat, libraire unanimement respecté, prendre le siège de Bédier, et virer de ce fait le président du département.

    Quelques images de la politique, un peu manichéennes, mais c’est comme ca.

    oulala, c’est un peu "touche-moi-pas.com"..

    Pour le reste, Ashoka a conclu justement, comme souvent, pas toujours..

  • > Casse toi, pauvre con ! 26 février 2008 01:51

    cet article est le parfait reflet de ma pensée. Malheureusement il représente un société à la dérive.
    Le respect se perd meme dans les plus hautes instances. Avec cette insulte on a touché le fond. Sur mon blog j’avais , aprè sles présidentielles écris un poème ironique sur Sarkosy. Comment inculquer des notions de politesse aux enfants quand le représenatnnt de la France profère des insultes. Après la culture " poeple " la culture " beauf " Nous sommes la risée du monde, quelle honte

    Voir en ligne : http://brunobonetunblogfr.unblog.fr/

  • > Casse toi, pauvre con ! 28 février 2008 01:35, par Aurélien

    Refuser de serrer la main au président de la république est un acte compréhensible, bien que discutable. Tutoyer un président de la république est tres mal venu, cela marque un manque de respect envers une personne à qui on le doit, que l’on soit d’accord ou pas avec ses idées. La réponse "casse toi" à cet égard est encore pire... comment peut on oser répondre ça a un homme agé, même manquant de respect ? n’importe quel homme éduqué se serait bien gardé d’une telle reflexion. La suite n’est que plus pitoyable et Mr le Président se rabaisse au niveau le plus bas. Il perd simplement toute crédibilité quand aux "valeurs" qu’il prétend défendre. Comment peut on respecter un homme, quelle que soit sa fonction, après un tel manque de civisme ?

    Malheuresement, le président ne se dénote que par ses faceties répetées et apparait de plus en plus comme un gamin manquant d’éducation, affichant ostensiblement sa richesse et semblant narguer le peuple. La communication et la representation de la france est la fonction primordiale d’un président. En cela, Mme Royal a également prouvé ses lacunes (sa visite au Québec en a été la plus belle preuve). Ou sont donc passé les Hommes capable de representer dignement la France ? Le chef de l’Etat est il l’allégorie de la décadance française et de la perte d’éducation progressive ? L’avenir semble plutot sombre pour ce pays qui encore il y a peu, etait une référence en matière d’éducation, et ce depuis fort longtemps.

    Je suis juste attristé de constater ce qui est pressenti depuis longtemps.
    Le débat et les arguments suscités par cet incident ternissent encore l’image de la France, nous somme desormais la risée au meme titre que les USA... a quand chez nous aussi, des calendriers de compte à rebours de la fin de son mandat ?

  • > Casse toi, pauvre con ! 28 février 2008 16:42, par Dan

    On aura peut-être un jour la possibilité de lui rendre la pareille, à condition que d’ici là les urnes auront gardés leur caractère démocratique, si vous voyez ce que je veux dire ... de nos jours on est en droit de se poser la question. De toute façon de gré ou de force il devra s’en aller ...

  • > Casse toi, pauvre con ! 28 février 2008 19:52, par Jean-Charles DUBOC

    Comment expliquer les débordements et les incohérences de Nicolas Sarkozy ?...

    Dès le premier jour de son septennat, Nicolas Sarkozy s’est distingué en partant à bord du Falcon de son ami Bolloré pour une VIRÉE entre copains à MALTE.

    Un voyage indécent, et inquiétant, car j’ai réalisé immédiatement qu’il MANQUAIT à notre nouveau Président de la République une DIMENSION HUMAINE, plus précisément celle de l’EMPATHIE, qui est la capacité à imaginer ce que ressent l’autre. En effet, par ce voyage, Nicolas Sarkozy a montré qu’il était incapable de réaliser qu’il avait été élu par des Français aux revenus modestes, incapables de se payer une telle « folie », et qu’il ne serait pas compris.

    Je passe sur les affaires de coeur, la médiatisation de sa vie privée, dont la superficialité n’a d’égal que le clinquant, et qui ont apporté à notre nouveau président le surnom de « PRÉSIDENT BLING-BLING ».

    Jusqu’où Nicolas Sarkozy va-t-il aller dans ses décisions plus ou moins aberrantes, incompréhensibles ?

    Mercredi 13 février 2008, au soir, lors du dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), le président de la République a annoncé que tous les enfants de CM2 se verront confier à partir de la rentrée 2008 la mémoire de l’un des 11.000 enfants français victimes de la Shoah.

    C’est Simone Veil qui a apporté le jugement le plus humain, le plus compréhensif, sur cette initiative. Elle s’est confiée sur le site de l’Express : « Mon sang s’est glacé. C’est inimaginable, insoutenable, dramatique et, surtout, injuste. On ne peut pas infliger ça à des petits de dix ans, on ne peut pas demander à un enfant de s’identifier à un enfant mort. Cette mémoire est beaucoup trop lourde à porter. »

    Effectivement, cette proposition est incompréhensible. Comment un Président de la République a-t-il pu la faire, et surtout sans aucune concertation avec des psychiatres, des psychologues, des enseignants ?

    Et je me pose cette question : « A quelle occasion le sang d’un être humain, que la vie a aussi cruellement éprouvé dans son adolescence que Simone Veil, et qui sait ce qu’est la Shoah, peut-il se glacer ? »

    La réponse est celle-ci : Le SANG D’UNE PERSONNE « SE GLACE » lorsqu’elle se trouve face à une véritable MONSTRUOSITÉ, face à quelque chose d’INHUMAIN, qui l’horrifie totalement. Et le sang de Simone Veil s’est glacé lorsqu’elle a compris ce que signifiait cette proposition pour des enfants de dix ans.

    Mais il s’est aussi vraisemblablement glacé pour une deuxième raison.

    En effet, comment Nicolas Sarkozy a-t-il pu UTILISER LA MÉMOIRE D’ENFANTS MARTYRS pour monter une opération de manipulation du public dans son propre intérêt ? Car cette proposition de Nicolas Sarkozy n’est rien d’autre qu’une HORRIBLE MANIPULATION AFFECTIVE.

    Et là, je suis inquiet pour mon pays dont le dirigeant le plus élevé prouve ainsi son MANQUE D’HUMANITÉ. Cette proposition de Nicolas Sarkozy, me consterne, m’atterre, m’horrifie.

    Mais, de plus, si cette « idée » s’était concrétisée et que vous auriez voulu recevoir un écolier qui aurait pris en charge la mémoire d’un enfant Juif, déporté et assassiné par les nazis, vous auriez dû aussi en inviter près de 70 car il y a 800 000 élèves en CM2…

    La proposition de Nicolas Sarkozy n’est pas seulement inhumaine, elle est aussi PARFAITEMENT STUPIDE. Ainsi au manque d’humanité de Nicolas Sarkozy s’ajoute un TRÈS FAIBLE NIVEAU INTELLECTUEL, que même les enfants de CM2 auraient remarqué…

    Mais ce n’est pas tout.

    L’épisode du « CASSE TOI PAUVRE CON », au Salon de l’Agriculture, le 23 février 2008, en réponse à un simple badaud qui refusait de lui serrer la main, pour ne pas être sali, révèle que notre président est absolument INCAPABLE DE MAÎTRISER SON IMPULSIVITÉ.

    Depuis cette surprenante « saillie » il a été INCAPABLE DE REGRETTER CETTE INSULTE envers un citoyen…

    Tout ceci, le manque d’empathie, le manque d’humanité, le manque d’intelligence, l’impulsivité et l’absence de regret, sont quelques-uns des traits les plus caractéristiques de la SOCIOPATHIE. Mais il y en a d’autres, et Nicolas Sarkozy va-t-il progressivement nous révéler d’autres traits de son caractère, de sa personnalité ?

    En attendant, nous devons-nous poser cette question : « POUVONS-NOUS CONFIER LE FEU NUCLÉAIRE à quelqu’un qui est, peut-être, un SOCIOPATHE ? »

    Jean-Charles Duboc

    Voir en ligne : Simone Veil « Mon sang s’est glacé »

  • > Casse toi, pauvre con ! 3 mars 2008 10:08, par S. Portejoie

    Sarkozy sociopathe, énervé du citron, pas maître de ses nerfs, n’étant pas à la hauteur de sa fonction présidentielle. Je veux bien tout ça. Mais avec tout ça, on en oublierait presque, la casse des services publics, la casse de la sécurité sociale, la casse de l’enseignement, la casse des hôpitaux, le record des profits, l’augmentation en moyenne de 40 % des patrons français d’entreprises cotées au CAC 40 (voir La Tribune, du lundi 11 février 2008), le pouvoir d’achat, les soldats français en Afghanistan (alignement sur les Etats-Unis), le soutient à Israël contre les palestiniens, le vote sur le traité de Lisbonne, l’alignement sur l’Union Européenne pour imposer les OGM en France et j’en oublie… Bref, on en oublierait Sarkozy, le défenseur intransigeant du capitalisme.

    S’agissant de la fonction présidentielle qui serait écornée par le personnage, ne devrait donc pas se poser plutôt la question de la cessation de cette fonction tant elle est constitue un déficit de démocratie. La constitution de la 5ème république donnant au président un pouvoir de type bonapartiste.

    Enfin, Sarkozy avec son style, ne reste t-il pas dans sa logique qui est celle de ratisser large. Un jour, il nous parle de Guy Môquet, ou de Jean Jaurès pour faire plaisir à une fraction de la société, un autre jour, il nous parle de « pauvre con » pour faire plaisir à une autre fraction (du coté de Le Pen). Et ça marche. Des commentateurs, plutôt classés à gauche, défendent un président « tête de turc ».

    Amicalement,

    Serge Portejoie

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes