Israël et les crimes de son armée protégés

Bruno Guigue l’honnête homme, sanctionné

M. Bruno Guigue, sous-préfet de Saintes, a été récemment limogé pour avoir diffusé, sur le site Oumma.com, un article intitulé « Quand le lobby pro-israélien se déchaîne contre l’ONU ». M. Guigue a, par ailleurs, publié plusieurs livres sur le conflit israélo-arabe et la situation au Proche-Orient(*) et ses opinions à ce sujet étaient connues.

Pourquoi donc l’a-t-on limogé maintenant ? Pourquoi n’a-t-on retenu que deux seules phrases, extraites du long article qui s’en prenait essentiellement à une tribune publiée dans Le Monde sous le titre « L’ONU contre les droits de l’homme » ; tribune signée notamment par Pascal Bruckner, Alain Finkielkraut, Claude Lanzmann, Elie Wiesel, Pierre-André Taguieff, Frédéric Encel ?

C’est la question pertinente qui est posée dans un article qui mérite, à notre avis, une lecture exhaustive [1].

L’auteur de cet article, Nidal, trouve une première explication à la question posée, dans le fait qu’« Israël lance sa campagne contre Durban 2 » [2].

- Il relève, en effet, que « le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU organise en 2009 une seconde conférence mondiale contre le racisme à Durban, après celle de 2001, dénoncée par Israël et les États-Unis comme un « cirque » antisémite et anti-israélien ».

- Il observe que, depuis février 2008, « les milieux sionistes se passionnent pour la préparation de cette conférence (alors que le sujet ne passionne tout de même pas les foules) : il faut délégitimer la conférence de manière préventive ».

- Il remarque que tel apparaît bien le but de la tribune publiée dans Le Monde sous le titre « L’ONU contre les droits de l’homme », et qui dénonce le « Conseil des droits de l’homme », organisateur de la conférence de Durban (tribune contre laquelle a réagi M. Guigue dans l’article qui lui est reproché).

- Il trouve une seconde explication dans une volonté de « mise au pas de l’exécutif » de la part d’un nouveau gouvernement pro-israélien qui « aura le sentiment de se heurter à une administration moins... convaincue », et dans le fait que « l’orientation « pro-arabe » de l’administration française est au cœur des préoccupations des agitateurs pro-israéliens ».

- Il relève enfin, exemples à l’appui, que le « devoir de réserve » invoqué pour limoger M. Guigue ne s’applique, à sens unique, que lorsque l’on s’en prend à Israël, et pas quand on s’en prend aux musulmans.

Il nous paraît que l’auteur de cet article a bien vu les enjeux de l’affaire et la stratégie mise en œuvre.

Le lancement et la manipulation de débats (qui vont dans le sens de la politique belliciste néoconservatrice des Etats-Unis et de leur nouveau petit caniche sarkozyien - contre Durban, contre le Soudan au sujet du Darfour, contre la Chine par Tibétains instrumentalisés et interposés, contre Chavez, contre le Hamas, contre le Hezbollah, l’Iran, la Syrie, etc) contre les cibles du lobby pro-israélien français a commencé il y a fort longtemps. Mais elle est devenue très efficace depuis que les prétendus « nouveaux philosophes » (qui n’ont jamais rien apporté à la philosophie) sont dans les coulisses de la présidence Sarkozy.

Quant au fait que l’UJPF (Union Juive Française pour la Paix) ait apporté son soutien [3] à Bruno Guigue, on ne peut que s’en féliciter. Mais cela ne permet pas d’oublier que des responsables de cette association se sont employés, ces dernières années, à lancer des appels à la « vigilance », à isoler et ostraciser nombre de gens en les accusant à tort et à travers d’« antisémitisme » parce qu’ils critiquaient la politique d’Israël d’une manière qui ne leur convenait pas (pour des raisons idéologiques ?), et à alimenter des campagnes mensongères.

On pourra vraiment croire que l’UJFP ne pratique pas, selon ses propres convenances, une défense à la tête du client, lorsqu’elle prendra la défense de tous ceux qui, à cause de leur critique d’Israël, se sont vus traînés dans la boue. Nous pensons par exemple à Dieudonné, que le président de l’UJFP Pierre Stambul a contribué à salir [4], alors qu’il était déjà la cible du CRIF et d’avocats qui le traînaient d’un tribunal à l’autre. Le jour où cette association présentera ses excuses à tous ceux que ses dirigeants ont insultés nous pourrons la croire sincère dans ses positions.


Notes

[1] « Commentaires sur l’affaire du sous-préfet limogé »

[2] À la Conférence Mondiale contre le Racisme, organisée à Durban en septembre 2001 sous la houlette du haut commissaire des Droits de l’Homme à l’ONU, Israël a été désigné comme Etat raciste.

[3] Soutien assorti toutefois d’une étrange réserve lorsque l’UJFP nuance le propos de Bruno Guigue en disant qu’Israël « n’est sans doute pas le seul » pays dont les snippers tirent sur des petites filles à la sortie des écoles. Les responsables de l’UJFP peuvent-ils citer un pays où, depuis 1987, des bataillons de soldats en jeeps et chars entrent, jour après jour, parfois plusieurs fois par jour, dans les camps de réfugiés de Jenin et de Balata comme nous l’avons vu nous-mêmes, exciter les enfants, les provoquer jusqu’à ce que ces enfants, fous de rage lancent des pierres, et en tirer ainsi prétexte pour les viser, les blesser, les mutiler, les tuer ?

J’ai été personnellement témoin des crimes de l’armée israélienne sur les enfants, voir par exemple :

- « Les enfants de Market Street », 22 mars 2004.

- « BALATA ou la mort à petit feu », 12 décembre 2003

- « Tsahal : une armée qui mène la guerre contre des enfants », 3 décembre 2003

[4] M. Stambul est intervenu auprès de sites pour faire enlever un entretien de Dieudonné qu’il accusait d’antisémitisme, par exemple. « Je suis assez ahuri de trouver cet "entretien" de Sylvia Cattori et de Dieudonné (...) Si ce genre d’article continue de passer sur « Marseille solidaire » je demanderai à être désinscrit »

- Voir : « Palestine : l’ampleur de la tragédie exige un soutien sans faille », 30 janvier 2005


 
P.S.

*) Parmi ces ouvrages : « Aux origines du conflit israélo-arabe », et « Proche-Orient : la guerre des mots », Editions l’Harmattan

Pour l’article qui lui a valu d’être limogé, voir :
- >http://oumma.com/Quand-le-lobby-pro...]

 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires
  • > Bruno Guigue l’honnête homme, sanctionné 30 mars 2008 17:13, par Jacques RICHAUD

    Voir aussi : « Répression : Paris plus sioniste que Tel Aviv ? »
    http://www.oulala.net/Portail/artic...

    Et aussi : Dans Politis cette semaine : (La chronique de Bernard Langlois)

    "
    LE SOUS-PREFET PUNI.
    J’avais rencontré Bruno Guigue, le sous-préfet de Saintes limogé (voir p.x), l’an dernier, lors du salon des droits de l’homme qui se tient chaque année dans la charmante ville saintongeaise. En présence des associations diverses, et notamment de celles qui soutiennent le combat des palestiniens, le sous-préfet Guigue avait prononcé quelques mots bien sentis sur la situation au Proche-Orient.
    Invité à m’exprimer à mon tour, j’avais commencé en disant : « Eh bien ! Vous avez ici un sous-préfet qui décoiffe ! » Nous avions ensuite discuté de manière fort sympathique avec ce haut fonctionnaire atypique, lecteur attentif de Politis (rien que ça …), bon connaisseur des questions internationales, en particulier proche orientales, auxquelles il a consacré depuis dix ans, outre de nombreux articles, plusieurs essais, publiés sous son nom sans provoquer de remontrances de sa hiérarchie (2). Dès lors, en plus des classiques débats : « Peut-on critiquer Israël ? » (on sait qu’en France la réponse est : « non »), ou : « Du devoir de réserve des fonctionnaires », la question semble bien être : « Pourquoi maintenant ? » On trouve la réponse, ou des éléments de réponse, sous la plume d’un autre blogueur (3), spécialiste aussi des questions du Proche-Orient, dont je vous livre ici un résumé succint : « Le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU organise en 2009 une seconde conférence mondiale contre le racisme à Durban, après celle de 2001, dénoncée par Israël et les États-Unis comme un « cirque » antisémite et anti-israélien. Au mois de février 2008, les milieux sionistes se passionnent pour la préparation de cette conférence : il faut délégitimer la conférence de manière préventive. » C’est de cette entreprise de délégitimisation, parmi d’autres, que participait la tribune du Monde du 27 février, intitulée : « L’ONU contre les droits de l’homme », et signée des habituels agents d’influence israéliens, les Bruckner, Finkielkraut , Lanzmann, Taguieff et autre Elie Wiesel. Et l’article de Guigue sur Oumma est une longue réfutation de cette tribune propagandiste, réfutation argumentée, sévère et parfois brutale, comme l’était la tribune elle-même.
    Pour vous faire une idée de ce dossier qui n’a pas fini de faire du bruit, reportez-vous donc aux textes (4). Une fois encore, la censure d’Etat s’exerce contre un homme seul, sur la pression d’un lobby pro-israélien solidement incrusté au cœur du système politico-médiatique français.

    Il n’y a là rien qui puisse nous surprendre, si ça ne cesse de nous indigner.
    B.L.

  • > Bruno Guigue l’honnête homme, sanctionné 31 mars 2008 02:30, par Le rouget de l’ïle

    Qu’est-ce qu’un préfet ?

    "Le préfet est le "dépositaire de l’autorité de l’État dans le département". Il demeure responsable de l’ordre public : il détient des pouvoirs de police qui font de lui une "autorité de police administrative". Il est le représentant direct du Premier ministre et de chaque ministre dans le département. Il met en oeuvre les politiques gouvernementales"

    Idem pour un sous préfet, il est relation directe avec le Chef de l’Etat. Et à ce titre doit faire preuve d’un devoir de réserve qui l’empêche d’exprimer publiquement et directement ses propres opinions ou celles d’un parti.

    J’approuve ce que M. B. Guigue à écrit. Mais en le faisant, il a transgresser sa fonction. Et surtout, il a mit courageusement en évidence une situation qui ne peut plus durer : Cette monoculture sioniste qui gangrène la plupart des médias de masse.

    Alors, comme j’aimerai que les institutions fonctionnent mieux dans ce pays(et il y a du plein-emploi dans ce secteur), je ne peux que regretter que M. Guigue n’ait pas été plus réservé. (un simple nom de plume même s’il gomme son grade).

    Un représentant de la famille Julliard (les éditions), également dans la fonction publique, au même poste ne s’est pas montré beaucoup plus discret et délicat dans certain dossiers où il dû négocier après qu’un bulldozer eut "déplacer" les grilles de la ss préfecture qu’il dirigeait et menaçait de s’attaquer aux portes du "palais" suivit par une foule peu compréhensive et respectueuse.

    Et que dire des écrits "révolutionnaires" du colonel De Gaulle entre deux guerre ?

    Mais j’aimerai continuer de lire ce qu’il pense et qui me parait des plus pertinent.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes