TIBET : les dirigeants occidentaux défendent-ils vraiment les droits de l’homme ?

Par Jean-Luc Mêlenchon, sénateur (PS).

Toute critique du gouvernement chi­nois a-t-elle pour préalable l’adhésion au projet théocratique du dalaï-lama ?C’est à cette impasse que conduit l’opération d’agitation et de condi­tionnement médiatiques lancée par les parti­sans du boycott des jeux Olympiques de Pékin. L’histoire ne nous aura donc rien appris. Sou­venons-nous du boycott par les États-Unis des jeux Olympiques de Moscou en 1980, au nom de l’entrée de l’Armée rouge en Afghanistan, venue soutenir le gouvernement communiste de Babrak Karmal. Pour condamner cette ac­tion militaire et par anticommunisrne, tous les moyens étaient bons. Raison pour laquelle les Américains ont ainsi armé et financé tous ceux qui affrontaient le gouvernement communiste et les Soviétiques, taliban puis al Qaeda en tête. Avec les menaces de boycott des Jeux de Pékin, on entre dans le même enchaînement ab­surde. Il y aurait une solidarité obligatoire et inconditionnelle avec la fraction indépendan­tiste et religieuse des Tibétains. On admet, sans y réfléchir davantage, d’amputer la Chine du quart de son territoire. On doit approuver le régime moyenâgeux des moines tibétains et de leur roi en exil, le 14e dalaï-lama. On reconnaît à celui-ci l’extravagante qualité de dieu vivant et le pouvoir politique absolu sur le peuple tibétain. On assume sa prétention grotesque à choisir avec son haut clergé la personne dans laquelle il affirme se réincarner ? À toutes ces sottises s’ajouterait la négation de l’histoire qui lie le Tibet à la Chine depuis le XIVe siècle ! On devrait oublier que la revendication indépendantiste a été suscitée au XXe siècle par les puissances occidentales en pleine période impérialiste, Royaume-Uni puis États-Unis, pour dépecer la Chine. Il faudrait ignorer que ce que l’on appelle la « répression chinoise de 1959 » a été une réponse à l’insurrection des moines tibétains contre l’abolition du servage et des droits et codes féodaux. Codes en vertu desquels le prix de différentes catégories d’êtres humains était hiérarchisé et donnaient aux maîtres des monastères droit de vie et de mort sur leurs serfs. Il faudrait s’indigner de la ré­pression policière des manifestations à Lhassa, mais oublier qu’elles ont commencé par un pogrom contre les commerçants chinois. Oublier sans un mot de compassion qu’ils ont été tués à coups de bâton et brûlés dans leurs magasins avec leurs familles par ceux qui se réclament du dalaï-lama. Il faudrait accepter de parler de « génocide » pour désigner une popu­lation tibétaine qui a plus que doublé depuis les années cinquante ! Il fau­drait s’incliner de­vant la prétendue identité religieuse des Tibétains au moment où ces populations entrent dans un processus de déconfessionnalisation que partagent toutes les sociétés en développement II faudrait fer­mer les yeux sur le drôle de visage de la société conforme aux « traditions » et à 1’ « identité tibétaine » que défend le clergé tibétain : condamnation de l’avortement et de l’homosexualité, jugée contre na­ture par le dalaï-lama lui-même, refus des ma­riages mixtes Tibétains-Chinois, considérés comme impurs, recrutement dès leur plus jeune âge d’enfants par les monastères... Sans parler de la récente campagne contre le che­min de fer entre Pékin et Lhassa, avec des ar­guments qui rappellent le XIXe siècle et la condamnation du chemin de fer par le pape Grégoire XVI, qui y voyait un moyen diabolique de diffuser des idées nouvelles et de bou­leverser la tradition religieuse. Comment peut-on se réclamer des droits universels de l’homme et commencer par la négation au Tibet de la séparation du religieux et du politique ?

La campagne actuelle pour le boycott des jeux Olympiques est donc une manipulation et un traquenard dans lequel les droits des Tibétains ou des Chinois ne sont qu’un prétexte. S’il s’agissait vraiment de faire pression sur le gouvernement chinois, pourquoi avoir autorisé la Chine à déposer sa candidature et n’avoir rien dit quand elle a été désignée pour organiser les JO ? Pourquoi les dirigeants oc­cidentaux continuent-ils à signer des milliards de contrats avec la Chine ? Serait-elle fréquentable pour acheter des centrales nucléaires ou des bons du Trésor américains mais pas pour organiser les JO ? Pourquoi choisir le terrain des revendications ethniques plutôt que celui dès revendications sociales, sinon parce que ces dernières poseraient aussi un problème aux puissances occidentales ? Toute cette hypocrisie entraîne les États-Unis et l’Europe dans une escalade agressive contre la Chine en tant que nation. C’est un raidissement du sentiment national de tous les Chinois qui va s’exprimer. C’est d’ailleurs sur cette radicalisation que tablent les stra­tèges de cette campagne mondiale. La pré­sence de Robert Ménard à sa tête est à elle seule la signature des inspirateurs néoconservateurs américains de cette opération. Au total, les apprentis sorciers auront une fois de plus enfumé le monde.

Article publié dans l’Humanité du 12 avril 2008


 
 
 
Forum lié à cet article

4 commentaires
  • A lire l’article de Monsieur Mêlanchon, j’y vois peu de considérations spirituelles. Dommage car c’est ce qu’essaye de renvoyer le Dalai Lama au reste du monde depuis 50 ans !!! Certes, le Tibet en tant que culture et nation était en retard sur bien des points, mais je ne pense pas qu’il méritait d’être envahi par la Chine de Mao et subir toute la haine communiste à l’égard des bouddhistes tibétains, plus de 90 000 morts (massacres, tortures, viols, enlèvements d’enfants…) !!!! Il serait bien de rappeler que le Dalai Lama en exil à en premier lieu constitué un gouvernement démocratique. Aujourd’hui, un des problèmes majeur est que le gouvernement chinois veut contrôler la succession du Dalai Lama mais aussi toutes les réincarnations, n’est-ce pas révoltant que des dictateurs communistes veuillent s’arroger ce droit !!! Evidemment pour contrôler les tibétains. Les tueries continuent toujours aujourd’hui, les réfugiés affluent toujours en Inde et au Népal.
    Concernant les jeux olympiques, très bien « pas de boycott » mais alors quoi faire pour faire réagir le gouvernement chinois. Et combien faut-il de morts tibétains, mais aussi chinois pour agir ? je voudrais juste rappeler qu’il y a dans les jeux olympiques, d’abord des enjeux politiques, pour le gouvernement chinois et pour les autres. Il est donc normal que l’opinion publique réagisse sur des considérations politiques.
    Enfin pour Monsieur Mélanchon, il est toujours plus facile de ne rien faire, oser c’est prendre des risques, pour que les choses bouges. Il y a des politiciens qui se battent pour faire avancer nos sociétés et il y en a d’autres, une grande majorité, qui se battent pour que rien ne bouge. N’oublions pas que la Chine est d’abord une DICTATURE !

    F.Sanson

  • VIVE LE TIBET CHINOIS ! 13 avril 2008 18:30, par Raphaël Zacharie de Izarra

    Aux dernières -et justes, impartiales- nouvelles, le Tibet a été sauvé de la féodalité, de la régression, voire de la sauvagerie par la Chine en 1949.

    Le Tibet, province de la Chine, fait partie de ce vaste pays depuis le XIVème siècle tout comme la Vendée faisait partie de la France à la Révolution en dépit de sa fidélité au roi ou comme la Corse est entrée dans le giron civilisateur de la France depuis plusieurs générations. Les aléas de l’Histoire ont fait entrer le Tibet dans le ventre de la Chine, c’est ainsi, on ne refait pas l’Histoire et faire son procès rétrospectif ne fait guère avancer les choses. Contester la légitimité de la Chine à administrer le Tibet revient à contester la légitimité de la France à administrer l’Alsace-Lorraine...

    Cela revient surtout à reculer, à tergiverser à l’infini sur des événements politiques et historiques que nul ne maîtrise.

    Sans la Chine le Tibet serait un pays de crèves-la-faim livré à l’anarchie, à une dictature pire que celle de Pékin ou, dans le meilleur des cas à lui-même, avec tout ce que cela implique de conséquences en termes d’isolement culturel, économique, politique. La Chine exerce son influence bénéfique sur le Tibet comme l’empire romain exerça la sienne sur les Gaules.

    Certes il est injuste que la Chine interdise la liberté d’expression et de culte des tibétains et qu’elle les emprisonne.

    La question du Tibet doit se porter exclusivement sur les exactions commises par le gouvernement chinois sur les tibétains et non sur son indépendance dont l’idée même est un non-sens, une aberration, une absurdité. Le DalaÏ-Lama lui-même ne souhaite pas l’indépendance du Tibet, seulement qu’on laisse les gens exercer librement leur culte. Le peuple tibétain est dans sa grande majorité reconnaissant envers la Chine de ne pas l’avoir abandonné en 1949.

    Les agitateurs qui manifestent pour l’indépendance sont extra minoritaires au Tibet, ils sont surtout relayés par des imbéciles occidentaux manipulés par les médias prompts à réagir sans réfléchir, ou plutôt qui ont une propension détestable à réfléchir à la place des gens concernés : le peuple tibétain.

    Tout ce tintamarre empêche de se faire une opinion juste des choses et surtout empêche d’entendre la majorité silencieuse du Tibet, c’est à dire les millions de gens satisfaits de leur sort, heureux que la province du Tibet soit rattachée à la Chine.

    Il est certain que la Chine est une dictature odieuse qui exerce son pouvoir ubuesque sur un milliard et demi d’hommes. Les manifestations à l’occasion de l’ouverture des Jeux Olympiques contre le régime chinois ne sont pas une mauvaise chose, à condition de manifester contre les crimes commis par le régime chinois contre la population tibétaine et non pour demander l’indépendance du Tibet...

    Ignares et marionnettes qui exigent l’indépendance du Tibet, tous manipulés, sont inefficaces. Leurs agitations sont non seulement stériles mais ridicules.

    Alors que le Dalaï-Lama (ainsi que la grande majorité des tibétains) ne demande ni l’indépendance (il reconnaît les bienfaits du rattachement du Tibet à la Chine) ni ne souhaite le boy-cott de l’ouverture des Jeux Olympiques, des hystériques dans le monde entier continuent de brailler pour l’indépendance du Tibet !

    Tous se ridiculisent à exiger l’indépendance de la province du Tibet... Ignares, imbéciles, fous furieux droit-de-l’hommistes et autres marionnettes ne doivent pas faire la loi !

    Les exigences des tibétains ne portent pas sur l’indépendance du Tibet mais sur le respect des droits de l’homme, ce qui n’est pas la même chose. Les manifestants visent complètement à côté de la vraie cible. Ils devraient se taire au lieu de répandre des hérésies.

    Maintenant que moi je sais cela, je ne veux plus bêler avec le reste du troupeau.

    Vive le Tibet chinois, vive la vraie réflexion et cessons de braire au rythme des baguettes médiatiques !

    Raphaël Zacharie de Izarra
    raphael.de-izarra@wanadoo.fr

    Voir en ligne : Vérités féroces, éclat de l’esprit

  • juste une chose mr Melanchon : le droit des peuples à disposer d’eux mêmes, nous avons été une puissance coloniale et nous ne devons pas en ètre fier, alors que nous prétendions apporter civilisation et culture aux peuples colonisés, certaines de nos anciennes colonies nous reprochent encore aujord ’hui , pourquoi laisser se reproduire ailleurs ce que l’on reproche à l’occident , la Chine est de nos jours une puissance coloniale en occupant de facto un pays libre comme le Tibet ou avec la politique économique qu’elle mène en Afrique....

  • Je suis un chinois vivant en France depuis 10 ans. Je connais un peu la situation en Chine et j’y retourne chaque année. Je trouve assez injuste de traitiez le régime chinois de plus grande dictature du monde. En effet, depuis 30 ans, rendez-vous compte des transformations qu’ont connues la Chine ?
    J’avoue, il est vrai, que le régime à parti unique n’est pas le plus merveilleux du monde et que la Chine a encore beaucoup à apprendre sur le terrain des droits de l’homme mais veuillez savoir une chose, les dirigeants que connaissent la Chine aujourd’hui sont pour ainsi dire, les plus "soft" depuis 1949. En effet, Wen JiaBao, le premier ministre actuel fut l’un des plus fervents opposant au massacre de Tian An Men. De plus, en connaissant un peu la situation économique et sociale chinoise, je peux vous dire que de nouvelles réformes sur les lois du travail comme sur celles du logement sont en cours ou ont déjà été appliquées.
    Quand au Tibet, la question n’est pas aussi simple que ce que les occidentaux en général pensent. Ainsi pour avoir vécu en Chine, je peux vous dire que les Tibétains ne sont pas aussi mal traités que ce que les médias et gouvernements occidentaux veulent bien le dire. En effet, même pendant la période des ratios alimentaires sous Mao, les minorités, tibétains y compris bénéficiaient d’un supplément par rapport aux Han (l’ethnie chinoise) et des privilèges conservées jusqu’à aujourd’hui (plus d’un enfant, moins de taxes…) . Je puis vous le dire ainsi car ma mère a elle-même vécue cette période. Quand aux occidentaux parlant de préserver la culture et tradition tibétaine, je ne peux qu’être méfiant à leur égard et je les soupçonne de vouloir simplement de jolies photos exotiques à accrocher sur leurs frigos. Peut on accuser les chinois comme les tibétains de s’enrichir et de tenter d’approcher le « american dream » tant prôné par les occidentaux ?
    La Chine n’est pas parfaite, mais elle évolue. « La claque destinée à la Chine » comme l’annonçait récemment Libération ne sera bénéfique à personne et surtout pas aux chinois comme aux tibétains.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes