{id_article}
 

Le meurtre d’Arafat

Par Uri Avnery
21 septembre 2002

Pendant que j’écris, Yasser Arafat est encore vivant. Mais sa vie ne
tient qu’à un fil.

Quand je lui ai rendu visite la dernière fois dans ses locaux de la
Mouqata’a bombardés, je l’ai averti que Sharon était déterminé à le
tuer.

Quiconque connaît Sharon sait qu’il ne renonce jamais. Quand il
n’atteint pas son but la première fois, il essaie encore, encore et
encore. Jamais, jamais il n’abandonne.

Déjà dans Beyrouth assiégé, au paroxysme de la guerre du Liban,
Sharon a essayé de mettre la main sur lui. Des dizaines d’agents, la
plupart membres des Phalanges, ratissaient les quartiers ouest pour
l’attraper. Il leur a échappé, comme il a échappé à des dizaines de
tentatives d’assassinat avant et après, par Abou Nidal (qui était, au
moins pour une part, un mercenaire du Mossad) et d’autres.

Aujourd’hui, Sharon croit qu’il peut atteindre son but. Il n’a besoin
que de l’approbation de Bush. Pas nécessairement une confirmation
formelle. Une allusion subtile suffira. Un demi-mot. Un clin d’¦il.

Il sera facile d’appliquer la décision. Un incident peut servir
d’occasion : des soldats entrent dans le bureau pour capturer des
personnes « recherchées », quelqu’un ouvre le feu, Arafat sera tué
« par accident ». Arafat peut sortir son pistolet, les soldats
n’auront « pas d’autre alternative » que de répondre en tirant. Un
obus peut atteindre son bureau « par erreur », Arafat sera enterré
sous les décombres. Après tout, dans une guerre, des accidents
arrivent. Un tas d’accidents.

Sharon n’a jamais voulu « déporter » Arafat à Gaza ou ailleurs en ce
monde. Il veut l’envoyer dans l’autre monde. Maintenant c’est
possible.

Donc, il faut parler brutalement et sans équivoque :

Moralement, le meurtre d’Arafat, le chef historique et le président
élu du peuple palestinien, est condamnable. Comme le meurtre de Rabin.

Juridiquement, le meurtre d’Arafat est un crime de guerre.

Politiquement, on dira à propos du meurtre d’Arafat ce qu’a dit un
homme d’État français à propos d’un autre assassinat politique :
« C’est pire qu’un crime, c’est une faute ! »

Arafat est l’homme qui a décidé, il y a 28 ans, de s’engager sur la
voie d’un accord avec Israël, pour réaliser de cette façon les
aspirations nationales du peuple palestinien. A l’époque, c’était une
décision incroyablement audacieuse, et il a fallu beaucoup de temps
avant que Rabin et Peres puissent même rêver d’Oslo. Je le sais,
parce que j’ai été un témoin oculaire des débuts du processus.

Depuis lors, Arafat n’a pas changé d’un iota la décision qu’il a
prise à ce moment-là : rechercher la conciliation avec Israël dans le
cadre d’une paix qui comprendra un État palestinien indépendant, le
retour à la frontière d’avant 1967 avec des ajustements mutuellement
acceptés, Jérusalem capitale des deux États, retrait des colons,
dispositions appropriées sur la sécurité, une solution mutuellement
acceptée du problème des réfugiés.

Sur cette base, la paix est possible dès à présent. Immédiatement.
Mais Sharon la refuse de toutes ses forces. Il veut un Grand Israël,
l’extension des colonies, et, éventuellement, l’élimination de la
présence palestinienne à l’ouest du Jourdain.

L’assertion d’Ehud Barak selon laquelle Arafat a rejeté son plan de
paix est un mensonge flagrant qui a été la cause d’un désastre
historique. Les « offres généreuses » de Barak étaient loin d’être
une solution raisonnable.

Maintenant, comme avant, Arafat est la seule personne capable de
signer un accord de paix et de convaincre son peuple de l’accepter et
de l’appliquer. Aucun autre dirigeant palestinien en mesure de
réaliser cela n’apparaît à l’horizon. La direction du peuple
palestinien ne passera pas dans les mains des « modérés », qui
apparaîtront comme des collaborateurs et des complices du meurtre,
mais dans les mains des extrémistes, des fanatiques assoiffés de
revanche.

Le meurtre d’Arafat est le meurtre de toutes les chances de paix.

C’est un crime contre le peuple israélien. Il nous condamnera à faire
la guerre pendant des décennies, peut-être pour des générations,
peut-être pour toujours. Le déclin moral, social et économique dont
nous faisons l’expérience actuellement partout en Israël enfoncera
Israël vers de nouvelles profondeurs et poussera beaucoup de gens à
l’émigration.

Arafat mort deviendra un héros de légende pour son peuple et un
nouveau Che Guevara pour le monde. Ses erreurs seront oubliées. Pour
des générations de Palestiniens, il deviendra un modèle. Des
centaines de millions d’Arabes et de musulmans, du Maroc à
l’Indonésie, compareront leurs propres dirigeants à Arafat mort, et
la comparaison sera fatale.

Aux yeux de ces centaines de millions, Israël et les Juifs
deviendront synonyme de trahison, meurtre et mensonge. Le poison de
l’antisémitisme refleurira comme jamais. Nous en avons déjà un petit
avant-goût.

Si ce désastre se produit, le gouvernement en portera la
responsabilité. Aucun ministre n’en sera exonéré. Ni Ben Eliezer, ni
Peres, ni aucun de leurs collègues. Ni les officiers de l’armée qui
ont coopéré avec la direction politique et l’ont même influencée. Ni
les membres de la Knesset, qu’ils appartiennent à la coalition ou à
l’opposition, qui se sont tus au cours des derniers mois. Ni les
correspondants et les commentateurs des médias, qui se sont
transformés en porte-parole du gouvernement et de l’armée. Ni les
universitaires et autres intellectuels, qui ont vu et sont restés
silencieux. Tous porteront la responsabilité.

C’est la dernière minute pour se lever et crier : NON !


 
P.S.

L’article original.
Dessin : Kahil

Traduit de l’anglais - RM/SW

 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires
  • > Le meurtre d’Arafat 12 janvier 2003 18:22, par Zvy

    Eh bien que vos yeux sont aveugles !!!
    Comment pouvez écrire de telles choses sur Sharon et Arafat ?
    Vos infos sont tronqués et celui qui parle à la légère sur l’histoire de la palestine sera touché un jour ou l’autre...
    La palestine n’est pas un pays et ne l’a jamais été revoyez votre histoire !
    Les palestiniens sont soit Arabes ou Juifs
    Il n’y a jamais eu de peuple "palestinien" !!!
    Vous mélangez tout et ne servez pas à la vraie histoire ca s’appelle du "revisionisme" !!!
    Je suis bien français et honteux de l’attitude de la position officielle française qui cache l’horreur qui est fait là bas maintenant que ces terrictoires sont depuis des années aux mains d’arabes palestiniens que y arrive t il ???
    - Les gens (Chétiens) sont torturés
    - Pilliés Raquetés
    Ils fuient et ici en Europe pas un mot !!! quelle honte !!!!
    Je fini par croire que la raison n’est plus de votre parti
    Adieux la vérité la droiture la démocratie si vous croyez à un état palestinien qui va habiter avec son voisin Israël Ils ne pensent à qu’une chose :
    les mettre à la mer !!! Mais ca n’arrivra pas ils ont perdus toutes les guerres contre lui et ils ne vainqront pas !!!! et même le jugement arrive sur vous bientôt !!!

    Je n’ai aucun plaisir à lire vos articles...
    Zvy
    France

    • > > Le meurtre d’Arafat 8 mai 2003 21:34, par francois

      personne ne t a demandé de les lire ni de donner ton avis qui est totalement imature.
      la palestine a toujours existé jusqu a l etablissement d israel et la nakba (que tu ne dois surement pas connaitre)et sharon est un boucher de guerre, personne n a oublié dar el salam, sabra et chatila ou encore recemment jenine.
      israel controle 80 pour cent du territoire des richesses en eau en terres alors qu a l origine la palestine devait etre partagee en deux

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes