Le Pen, ou la décadence d’une certaine France.

Le ridicule ne tue pas, sinon il serait déjà mort et enterré. Le Pen, point de détail de l’histoire de la France et éternel trublion pataugeant dans la fange où il se régale, se complaît sans retenue à éructer ses saillies provocatrices, le visage tordu par la hargne qu’il y met et par la haine qui tapisse chaque millimètre carré de son être.

Toutes les occasions sont bonnes pour lui, un micro, une caméra, un podium et un auditoire de quelques disciples et il débite ses âneries, aussi méchantes que lui. On sent la noirceur du monde intérieur qui l’habite, les démons de la haine qui le dévorent, les aspects tordus de sa rhétorique. Tout lui est bon : Les drames de la seconde guerre mondiale ou un film réussi qui a le succès qu’il mérite, pourvu que ça choque, que cela soit caustique et méchant, péremptoire et corrosif. En fin de vie politique, Le Pen est pathétique. Chacun devrait savoir comment se retirer dignement. Il fait honte à la France et s’évertue à tenter d’imposer sa vision archaïque du monde et de la société, suivi par un électorat certes décrépi mais encore tenace. Cela prend du temps de se raisonner quand on est haineux et que l’on juge à l’emporte-pièces, emporté par les instincts les moins nobles qui hantent les méandres d’esprits tortueux et peu nuancés. Non pas, hélas, que tous ceux qui l’ont suivi ou le suivent encore soient tous de cet acabit. Certains sont abusés ou mériteraient de repenser leur adhésion à des thèses par trop primaires et dépassées.

De Le Pen, il ne restera rien, ou presque. À peine quelques souvenirs nostalgiques qu’auront ses disciples inconditionnels. Le triste souvenir qu’il laissera quand il aura débarassé la scène médiatique de sa présence est celui d’un homme abusé par ses propres rancoeurs haineuses. On ne pourra même pas dire que ses propos auront dépassé sa pensée, ce serait trop d’honneur qu’on lui ferait. Non ! Ses propos reflètent ce qu’il pense, ce auquel il croit, et trahissent son déphasage avec la société moderne et humaniste.

Le Pen aura pollué le paysage politique français pendant trop longtemps. Ce n’est plus aujourd’hui qu’un homme battu, qui n’aura existé que grâce à un terreau propice, représenté par ceux dont les valeurs divergent du raisonable, du raisonné et du bien pensé. Si la démocratie autorise tous les points de vue ou presque, ceux du front national et de son président lui survivront peut-être. Hélas !

Le Pen, c’est la décadence d’une certaine France, un épisode sans importance et un détail futile, à l’opposé des tragédies qu’il n’a pas hésité à nier et dont il a voulu réduire l’importance à presque rien. À l’aune de quoi jugez-vous le martyre de millions d’hommes, monsieur Le Pen ? Votre échelle de valeurs a de quoi faire frémir et je n’hésite guère à vous dire qu’elle me fait vomir.

Ashoka.


 
 
 
Forum lié à cet article

6 commentaires
  • > Le Pen, ou la décadence d’une certaine France. 12 mai 2008 19:08, par Le Gloahec

    Il me semble que cet écrit "oublie" que les " idées " de le pen répandues complaisamment dans les médias, avec l’ aide au départ de ..........mitterrand, ont ou sont reprises par sarkozy/hortefeux et appliquées par les préfets. Ce qui entrtien une "France " particulièrement xénophobe.

  • > Le Pen, ou la décadence d’une certaine France. 12 mai 2008 23:36, par Le Rouget de l’île

    Cher Ashoka,

    Ne défendons pas ce qui est indéfendable, mais posons nous une question :

    Jean-Marie Lepen a été élue en 1956 plus jeune député de France par plusieurs dizaine de milliers d’électeurs de son canton.
    Précédemment, il avait déclaré "que la France était gouverné par des pédérastes" (l’Express de JJSS)

    Alors, posons-nous une question : Est-ce que les électeurs du 5eme arr. sont atteints de troubles oculaires.
    Ou bien, Jean-Marie Lepen est représentatif d’une partie de ce qu’est réellement la France : de Vichy à Sarkozy !

    Ceci dit, si j’étais Allemand, je ne serai pas plus fier des bouquets de fleurs que sont obligés de retirer tous les soirs, les gardiens du camp d’Auschwiz de l’endroit où fut pendu le commandant du camp en 1946 : (je passe sur son nom) !

  • > Le Pen, ou la décadence d’une certaine France. 13 mai 2008 22:20, par papa tango

    Rouget, ce message depuis votre ile me convient.

    Je viens d’apprendre la mort du directeur de National-Hebdo.

    Je l’ai croisé deux semaines avant..

    Bref échange..

    Moi : " Je devrais vous dire des choses désagréables"..

    Lui : " Vous ne voterez pas pour nous, tant pis, nous sommes en démocratie".

    Ashoka, avant de cracher sur les tombes, plaidez la cause de la vie.

  • > Le Pen, ou la décadence d’une certaine France. 13 mai 2008 22:43, par Saïda Amarouche

    C’est vrai, électoralement, le FN a disparu du paysage politique français. Mais, à force de marteler ses obsessions xénophobes et racistes, les partis dits républicains ont peu à peu accepté de se placer sur le terrain idéologique du FN, jusqu’à appliquer certaines propositions de son programme : sur les 24 propositions concernant la police et la justice, 11 sont en application avec les lois Perben-Sarkozy depuis 2003. Nous avons actuellement la politique du FN sans le FN.

  • > Le Pen, ou la décadence d’une certaine France. 13 mai 2008 23:58, par CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

    Cher Ashoka ce que vous dites dans cet article, et comme vous le dites, est juste et méritait d’être dit. Le Pen constitue en lui-même une déchetterie ambulante où tous les préjugés crapuleux et les pires rejets toxiques d’un cerveau dérangé se retrouvent pour intoxiquer l’espace public.

    Bravo

  • > Le Pen, ou la décadence d’une certaine France. 14 mai 2008 23:37, par papa tango

    Pour préciser mon point de vue, j’ai le sentiment que jamais JM LP ne pourra mettre ses pieds au palais du gateau St Honoré.

    Hélas avec sarko il y a mis une couille.

    C’est déjà trop.

    Reste à résoudre cette quadrature du cercle, pas facile, j’ai pas trouvé la réponse depuis 1969 : marxisme et question nationale.

    Quelle chance que René laisse passer ces questions de pov’con..

    merci lestrade.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes