Ah ! Le joli mois de mai

J’ai découvert Mai 68, dix ans après le mois de mai de l’année 1968.

A cette époque, j’étais encore dans mon berceau ; ou plutôt, dans mon lit : à 19h, fallait être couché.

Aujourd’hui encore, mais... trente ans plus tard, je serais bien en peine d’en partager le ressac, les remous, les tourbillons et d’accompagner le retour des tous les enfants prodigues en commentaires de toutes sortes sur cette époque bénite entre toutes les époques : la seule, à leurs yeux.

Je pense aux discours qui ont été tenus ; discours qui ont continué de traîner ici et là pendant quelques temps, jusqu‘au milieu des années soixante-dix ; je pense aussi à ceux qui les faisaient et les dé-faisaient au gré des circonstances et de leurs humeurs.

Aujourd’hui, on me dit que les inégalités n’ont jamais été aussi criantes.

Plus tard, ceux qui avaient tenu le haut du pavé, sont allés exercer leur talent dans la publicité, à la radio, à la télé (rien de bourgeois dans tout ça), ou bien, dans des journaux qui n’avaient rien de révolutionnaires, dans des gouvernements aussi - gouvernements de centre-gauche ; et fatalement : des gouvernements de centre-droit, les jours de vaches maigres.

A tous ces anciens mercenaires de Mai et de l’après Mai, payés à la ligne, seul le pouvoir économique semble avoir échappé : dans le public comme dans le privé. Rien de surprenant à cela : si l’argent est sacré, les bénéfices le sont davantage encore ; et puis, on ne badine pas avec les cancres et les dilettantes qui n‘y ont pas leur place car, foin des discours et de la limonade ! Seul le retour sur investissement, importe ; autant dire : l’efficacité et les résultats.

D’autres encore - comble de paradoxe, et parce que le ridicule ne tue plus -, ont fini chez les curés (ou les rabbins !). Il s’agit là, très certainement, d’une auto-punition ou bien, de la recherche de son propre salut au terme d’un fourvoiement quasi indigne : "Après moi, chacun pour soi mais... sans moi !"

Tous ces convertis défroqués puis, reconvertis, dirigeaient des groupuscules dits d’extrême gauche. Non, on ne se moque pas ! Je pense, en particulier, à la fameuse nébuleuse quasi inconnue, appelée "Gauche prolétarienne", entre autres groupuscules fameux et inconnus.

Après Mao........................... Dieu.

Soit !

Ah ! Ces gauchistes alors ! Toujours en quête d’absolu, toujours à la recherche d’un chef, d‘un capitaine, d‘un maquereau ou d’une mère maquerelle à qui remettre la caisse et les clefs en fin de journée.

***

En Mai 68, des carrières ont été brisées pour ceux qui, en poste, ont pris quelques risques, dans le privé comme dans le public.

Des jeunesses ont été gâchées, d’autres perdues : on aura abandonné ses études pour poursuivre le beau rêve de Mai.

Certes, on a mieux vécu après Mai 68 qu’avant : des OS de chez Renault ont pu gagner un peu plus en travaillant moins. C’était toujours ça de pris, même si leurs fils et filles ne sont pas allés, pour autant, au lycée, à l’Université et dans les grandes écoles ou bien, dans des filières qui comptent vraiment, pour y réussir.

C’est vrai, on a fait un peu plus l’amour : les femmes notamment.

On n’a plus fait la guerre. D’autres s’en sont chargés, sous d’autres tropiques, ailleurs, loin.

En mai, on a interdit d’interdire, avant de jeter le bébé avec l’eau du bain. La culture bourgeoise a fini par raser les murs (même et surtout quand elle n’était pas de droite) ...

Et le divertissement est arrivé ; aujourd’hui, triomphant et sans conteste (normal : le divertissement n’est ni de gauche ni de droite).

Une chose est certaine : ces entrepreneurs-là - entrepreneurs de spectacle -, ne viendront pas nous vendre l’égalité des chances, la liberté et la fraternité, ni nous parler de la réalité et de la vérité des faits, des choses et des évènements de la condition humaine. Et pas d’utopie ni de théorie critique fumeuses non plus.

Nul doute : ils seront tous irréprochables parce que... intègres ; et intègres parce que... sans projet...

Pour les siècles des siècles.

***

Mais alors ! A qui les générations qui nous succèderont, demanderont-elles des comptes et sur quoi ?


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes