Sombres jours pour l’humanité

Triste constat ! Le monde, sous l’égide de l’Occident, sombre dans l’horreur... De quelque côté qu’on regarde, c’est la même culture de mort, la même barbarie !

Le politique ? Il est en train de mourir sous les coups de butoir de la Finance carnassière. En France, le gouvernement est remplacé par un aréopage de courtisans affamés de pouvoir et de renommée, uniquement soucieux de leur carrière et sensibles à toutes les pressions des lobbies. Il est en complet désaccord avec les attentes des Français. Dans leur grande majorité, par exemple, ils ne veulent ni de la guerre contre l’Iran, ni des OGM. Et le gouvernement va leur imposer la guerre - et les OGM. D’ailleurs, l’ Union Européenne aux mains des technocrates coupés du réel, les impose ; de façon dictatoriale, en effet, la Commission Européenne menace la France récalcitrante d’une amende de cinquante millions d’euros et d’énormes pénalités par jour de retard, si les OGM ne sont pas rapidement étendus en France. On ne peut être plus explicite, la tyrannie est aux commandes !

Comble du dévoiement du politique, et toujours à propos des OGM, un député UMP de la Moselle (oui, vous avez bien lu), ne se plaint-il pas que le pouvoir a volontairement dramatisé les enjeux, demandant à ce que l’on vote non pour le texte, mais... pour le contexte ! Car les OGM suscitent à juste titre la crainte - personne, à l’heure actuelle, ne peut garantir l’inocuité du produit, au point que même les Compagnies d’Assurances refusent de l’assurer.

Et le politique, de surcroît, notamment le débat, est tué au profit de la communication, de l’image, du "style" - que l’on se façonne d’ailleurs au prix des conseils exorbitants de spécialistes très gourmands.

Le gouvernement est donc remplacé par des courtisans obséquieux et serviles. Gare aux écarts ! Ils ne sont pas tolérés. On vient de le voir en France avec les OGM , encore eux. Quant au Parlement, il est remplacé par des commissions, d’ailleurs confiées indistinctement à des personnalités de droite ou de gauche, de quoi alimenter la confusion volontairement et, à terme, supprimer l’alternance démocratique ! Aujourd’hui, les différences sont ténues entre les partis de gouvernement. Préférez-vous la droite libérale ou la gauche libérale ? Les deux privatisent à tours de bras et ne tiennent plus compte de leurs électeurs, les deux sont soumis aux groupes de pression et de plus en plus, par exemple en France, aux intérêts étrangers. Ainsi, les US donnent leurs directives, ou le Président du CRIF accompagne Sarkozy dans ses déplacements, un chef d’Etat lui-même simple exécutant d’ordres extérieurs comme le parlement est désormais seulement une chambre d’enregistrement. La droite s’affiche sans complexe, de plus en plus durement, la gauche se laisse squatter par des individus qui n’ont rien à y faire, comme les Strauss-Kahn ou les Kouchner, simples instruments d’intérêts étrangers à la France, uniquement désireux de servir leur communauté d’origine, dont ils sont finalement seulement les agents, prêts à trahir leur terre d’accueil.. En d’autres termes, ce sont des sous-marins infiltrant tous les partis pour les influencer de l’intérieur. Kouchner, à "A vous de Juger", justifie les "réformes nécessaires" de Sarkozy,torpillant donc l’ idéal de "son" parti, et plaidant pour un "gouvernement de coalition", signant ainsi l’arrêt de mort de l’alternance !

Ainsi, les vieux clivages sont-ils dépassés. Et les électeurs ? Eh bien, ils sont les dindons de cette sinistre farce. Face à un pouvoir toujours plus concentré, présidentiel, sans partage, hyper médiatisé et encensé par les médias serviles. La démocratie est de plus en plus de façade !

Et pour quelle politique ? Celle qui est dictée par les multinationales et leurs actionnaires. Avec des dirigeants grassement rétribués, voyant leurs revenus augmenter de 40 % entre 2007 et 2008, tandis que les salariés se voient refuser une amélioration des leurs, quand ils ne sont pas délocalisés, dégraissés, précarisés, ou supprimés - tout simplement ; dans le même temps, les Grands patrons reçoivent des augmentations scandaleuses, indignes d’une société civilisée, avec des primes de départ ahurissantes et des parachutes dorés non plafonnés et non taxés. Même Juncker, Président luxembourgeois de l’Eurogroupe, s’en émeut : "Nous courons le risque de ne plus être compris par nos concitoyens si nous leur adressons d’un côté des appels incessants à la modération salariale pour freiner l’inflation, et que de l’autre les chefs d’entreprise font l’inverse", argumente-t-il.

Et à la tête des Etats, combien de dirigeants corrompus ? En Afrique, par exemple, avec la complicité de l’ Occident, quand il ne les installe pas lui-même. Au bénéfice de clans prédateurs, et des multinationales étrangères. Et au détriment des peuples, dont on se souvient seulement pour les pressurer, ou en cas de guerre ; même les enfants sont mis à contribution lors des conflits armés. Chair à canon, ou sang pour les vampires de la finance qui exploitent de façon scandaleuse le travail humain ou le droit de dormir ! Ainsi, les multinationales occidentales font-elles la loi, broyeuses d’emplois, de vie, et pourvoyeuses de précarité et de souffrances.

Les individus sont surexploités, mais les animaux aussi, et les patrimoines universels. Même les forêts sont pillées, tout, homme, animal, plante, devient marchandise. L’appétit des actionnaires occidentaux est sans limite.

La moitié de l’humanité ne mange pas à sa faim. L’alimentation devient une arme, une source de corruption ou de spéculation : Dernièrement, à la suite du Krach financier, les grands spéculateurs ont migré vers la Bourse, pouvant bloquer toute une récolte afin d’ augmenter ensuite les prix artificiellement. Les organismes internationaux comme le FMI ou la BM encouragent l’élimination de l’agriculture familiale au bénéfice de la culture d’exportation, seulement juteuse pour les intérêts de l’Occident. Et alors que les émeutes de la faim se multiplient partout, comble du cynisme, on brûle des tonnes de maïs pour alimenter le ventre de nos voitures. Ou bien une dirigeante comme Angela Merckel désigne les fauteurs de troubles. « Si vous voyagez en Inde ces derniers jours, vous pouvez voir que le débat porte essentiellement sur la question du “deuxième repas” [...] Les gens mangent [habituellement] deux fois par jour, et si un tiers de un milliard de personnes en Inde fait cela, alors nous aurons 300 millions de personnes en plus. Cela représente une large partie de l’Europe [...] Et s’ils consomment deux fois plus qu’avant et que 100 millions de chinois commencent à boire du lait, c’est sûr que nos quotas seront dépassés ». Jusqu’où ira l’arrogance de l’Occident ?

Ainsi, l’explosion des prix des aliments de base s’ajoute à la tragédie de la faim structurelle. Toutes les cinq secondes, un enfant meurt de faim. Une sous-alimentation grave mutile aussi. Et rend trop faible pour produire. Quant aux conséquences psychologiques... elles ne sont jamais évaluées, bien que très réelles et paralysantes elles aussi. Pendant ce temps, les budgets pour l’armement s’accroissent de façon exponentielle, pour.... éliminer les affamés plus vite. La boucle est bouclée. Les requins de la finance se frottent les mains - et les médias aussi, en temps de guerre ! L’audience atteint des sommets. CNN, à la pointe du cynisme, ne se prive pas d’exulter. L’Occident dans sa vérité toute crue !

Je viens juste de lire, dans l’excellent support http://mondialisation.ca, que " le gouvernement Harper, avec le lancement le 12 mai d’un plan de défense à long terme, engage le Canada dans un processus de militarisation sans précédent dans l’histoire du pays. Le réarmement amorcé en 2007 se fera sur une période de vingt ans. Ainsi, les surplus générés par les compressions budgétaires dans le domaine social vont servir en grande partie pour les préparatifs à la guerre. Les mêmes questions reviennent devant l’ampleur des dépenses annoncées de 30 milliards de dollars". Et dans quel but ? Pour complaire à Washington. Si vous préférez, pour se soumettre aux injonctions américaines en matière de Défense. Plus docile, tu meurs ! Voilà le vrai visage de l’ Occident sans foi ni loi, malgré ses grandes envolées pour la liberté, la démocratie, le Bien supérieur ! Comble du cynisme, là encore....

Ainsi, les Occidentaux entretiennent-ils la misère volontairement, pour leur profit. Ce sont les multinationales et les spéculateurs qui dictent leurs lois. Nous sommes contraints à nous mettre au service de l’économie ou pire, de la Finance désincarnée, voire même sacrifiés à leurs intérêts sordides, boulimiques, sans limites. La spéculation maintient les conditions structurelles qui aliènent nos vies, elle devient instrument de domination et même d’éliminationn d’une partie de l’humanité, la plus fragile : dans l’indifférence de ceux qui ont le pouvoir, au mieux - et au pire, volontairement, pour se débarrasser de ceux qui sont de plus en plus considérés comme inutiles, voire coûteux en aides. La culture - et les cultures, avec ces maudits OGM - de mort prévaut désormais sur celle de vie.

Car le sens de la solidarité, du collectif, dans l’optique "moderne" des dirigeants sans scrupules, se perd au profit d’un individualisme et d’un égoïsme forcenés. D’ailleurs, ne sont-ils pas au pouvoir pour nous appauvrir toujours davantage, au bénéfice de la mafia planétaire aux commandes ? Pour nous priver, aussi, de toutes les protections sociales, désormais considérées comme improductives, coûteuses, inutiles ? Voilà le vrai visage de la "modernité" tant vantée sur nos écrans à la fois par les élus et par les médias serviles ! Et non seulement des pans entiers du secteur social et des services publics sont détruits les uns après les autres, mais ils sont, comme on l’a vu avec le Canada, sacrifiés aux intérêts militaires, grands consommateurs de budgets nationaux. Ainsi, dans la modernité tant prônée en exemple, tout est inversé, de nouvelles priorités voient le jour : L’intérêt public est sacrifié au bénéfice d’intérêts privés très minoritaires, le social - et donc le tissu social et familial - au militaire, les pauvres aux riches, le travail au capital, les malades aux bien-portants - et le sang des peuples est versé sans vergogne pour satisfaire une avidité... insatiable !

Dans les coulisses, une guerre dite de civilisation, pompeusement travestie en conflit contre le terrorisme ou pour la démocratie - en réalité impérialiste et nauséabonde, prédatrice, mortifère - se prépare. Ici, Bush se concerte avec ses amis préférés soi-disant pour fêter les 60 ans de la création de l’Etat d’Israël, en réalité pour imaginer des plans de guerre qui permettront peut-être au passage à Olmert, oh cynisme suprême, de se maintenair au pouvoir malgré les accusations de corruption (combien de guerres déclarées par L’Occident pour masquer des problèmes intérieurs bien réels ?), là des navires de guerre viennent mouiller en eaux très troubles, au voisinage de pays convoités, riches en pétrole et d’un intérêt stratégique pour la circulation de l’or noir et l’affaiblissement des voisins. Ailleurs, on offre au ministre des Affaires Etrangères Bernard Kouchner - avec un conditionnement préalable pour nous faire croire qu’il est notre politicien favori - un long temps d’antenne afin de faire la promotion de ses idées et de banaliser ses projets mortifères auprès d’un public en réalité rétif. Quand ce n’est pas un matraquage contre les pseudo-terroristes arabes, scandaleusement "amalgamés", car désormais l’ignoble antisémitisme à l’égard des Juifs est remplacé par un non moins ignoble antisémitisme, cette fois à l’encontre des Musulmans ! (Je rappelle que les uns comme les autres ont la même origine "sémite").

Quand on n’a plus d’ennemis, "communistes" par exemple, on en crée de nouveaux, artificiellement, hier l’ Irak, aujourd’hui l’Iran, demain la Chine, car il faut bien engraisser les marchands de mort et ceux de la reconstruction. Ils sont avides. Et les peuples, trop procréatifs. Du moins du point de vue des Rockefeller et de ses amis néo-cons, de plus en plus déterminés à imposer leurs vues mortelles et diaboliques.

C’est une nouvelle race d’individus fanatiques, sans scrupules, cupides, psychopathes, composée d’évangélistes et de sionistes extrémistes, de membres de sociétés secrètes à moitié fous et plus ou moins sataniques, ou du Vatican voire de Congrégations Jésuites . Une abominable pieuvre, diabolique, sortie tout droit des cerveaux malades d’une poignée de concepteurs illuminés, passés du trotskysme au fascisme (!), sûrs de leurs bons droits (divins ?) à dominer, asservir, mentir, voler, contrôler, exterminer - ne préparent-ils pas dans leurs cercles fermés, opaques, occultes, l’apocalypse nucléaire pour éliminer une partie de l’humanité, d’abord, et ensuite se partager les butins sur le dos des peuples spoliés ?

Ces gens-là, pétris de haine, d’orgueil, de cupidité, sont les pires ennemis de l’humanité. Leurs plans sont diaboliques. D’un côté, ils réclament à cor et à cri qu’on commémore la Shoah des seuls Juifs (alors qu’il y a eu d’innombrables génocides au cours de l’Histoire), de l’autre ils élaborent dans leurs thinks-tanks nauséabonds l’élimination de près de 95 % de l’humanité en "surnombre" (voir le livre de David Rockefeller), de nous tous, donc, ou presque, afin d’alimenter leurs phantasmes de pouvoir, d’argent, de domination élitiste. Afin, donc, de procéder à la liquidation des peuples "gêneurs", "pollueurs" par leur nombre, accapareurs de ressources naturelles (par leur nombre toujours), bref de mettre en place une "shoah" planétaire sans précédent dans l’Histoire de l’humanité, à des fins purement égoïstes.

Les néo-cons ont ceci de particulier, entre autres, qu’ils brandissent Dieu en permanence dans leurs discours, l’instrumentalisant, le détournant au service de causes qui n’ont rien de divin et tout de diabolique, on peut dire sans exagérer qu’ils ont la Bible (chrétienne ou hébraïque) dans une main, et la bombe, même nucléaire, de l’autre. Janus, verrue à deux visages, vrais terroristes de la planète, qui devraient plutôt se retrouver devant un Tribunal international pour les crimes qu’ils perpétuent aux quatre coins du monde, en Yougoslavie comme au Moyen-Orient, masqués par une rhétorique hypocrite, relayée par les médias aux ordres.

Le Dieu qu’ils servent, en réalité, est mortifère, porteur de tragédies pour l’ensemble de la planète, de drames humains effroyables, de sang, de mutilations, de larmes... aux antipodes du Dieu d’Amour chrétien ou de Celui que les prophètes juifs servent. Quel scandale ! Au nom de la Liberté, de la démocratie, de Dieu, ils piétinent dans les actes toutes leurs belles professions de foi ou soi-disant civilisatrices. L’Irak, en proie à toutes les convoitises ou avidités, au chaos, aux déchirements, à l’horreur absolue, en sait quelque chose.

Oui, les néo-cons sont aujourd’hui les pires ennemis de l’humanité, nos ennemis à tous. Nous devons le savoir - et le faire savoir. Et ils gangrènent la planète, la "fascisent". Car en réalité, ce sont d’authentiques fascistes qui ne disent pas leur nom. Avançant masqués. Hideux. Prédateurs. Carnassiers. Mortifères. Diaboliques. Débarrassons-nous sans tarder de cette lèpre humaine ! Ils meurtrissent nos vies, les menacent, les salissent.

Quel projet de société ont-ils ? Bush, Cheney, Olmert, Blair, Berlusconi, Sarkozy, et tant d’autres qui infestent la planète et la gangrènent, sont d’authentiques fascistes sous couvert de démocratie proclamée. Et ce fascisme rampant gagne peu à peu le monde entier ! Nourri des idées chères à leurs prophètes de malheur, sous les dehors de droites populistes plus ou moins affirmées. A leur programme, essentiellement, le transfert des ressources des pauvres vers les nantis, pour accroître toujours plus leur pouvoir ou le volume de leurs portefeuilles déjà bien garnis, dans des proportions défiant toute notion d’éthique. Leur liberté ? Celle du plus fort. Leur modèle ? La jungle américaine. Leurs valeurs ? Celles des cow-boys, avides, impulsifs, procéduriers, belliqueux.

Et quand la droite populiste arrive au pouvoir, comme récemment en France ou en Italie, toute la partie la plus souffrante de l’humanité, notamment sans travail, âgée, immigrée, est traitée par le mépris. Voire harcelée, comme les sans-papiers. Le politique est détourné au profit du sécuritaire, obsessionnel, liberticide. De faux problèmes, dûment inventés, comme celui de la prétendue grave menace islamique ou celui des armes de destruction massive, masquent les vrais problèmes de l’absence de répartition des richesses, le souci de la sécurité de la rue remplace la sécurité sociale, les droits de l’homme sont piétinés, les étrangers sont expulsés sans ménagement, avec leurs lots de vies brisées, fracassées...

Avec le chef de la Ligue du Nord italienne, un parti franchement xénophobe s’installe au coeur du pouvoir, programmant comme les néo-cons des actes moralement répréhensibles. La sécurité, aujourd’hui, passe avant le Droit. Et par exemple, les étrangers sont stigmatisés, les immigrés sont criminalisés. Quelle régression discriminatoire, en plus de toutes les régressions sociales ! L’Europe devient une forteresse - et un avatar de l’hégémonie de l’Empire !

Et par exemple, les pratiques sarkoziennes portent atteinte aux droits de l’homme universels, qu’il s’agisse des prisonniers, des immigrés...Une seule idéologie compte : Celle de la réussite, du succès, de l’argent, des paillettes, de la frime ! Et tant pis pour ceux qui restent sur le bord de la route. La mondialisation financière, chère aux néo-cons, est destructrice de toutes les valeurs humaines, de la solidarité, de la démocratie, de la liberté, de la souveraineté, de l’indépendance nationale !

L’euro, on en parle à l’instant aux informations : Dix ans d’euros, qui selon ses promoteurs devaient nous valoir de nouvelles parts de marchés, nous apporter des prix plus bas ! Quelle imposture ! Il permet surtout aux banquiers de s’enrichir toujours plus ! Et les prix ont explosé... sans que les salaires suivent, bien au contraire !

Avec les néo-cons, les faschos intégristes et fanatiques, tous les droits régressent, même celui de vivre, dans le cadre des guerres prétendûment préventives ou de civilisation, ou les vaccins qui stérilisent, les OGM synonymes de ruines paysannes et de désespoir, voire de suicides, les dégraissages brisant le tissu social, etc. Et quand l’immigration est tolérée, elle est "choisie"... pour réduire le coût du travail. Là encore, une fausse priorité : Le travail, ce droit fondamental, est sacrifié au capital, lui-même non taxé ! Même les institutions comme la BM ou le FMI, soi-disant mises en place pour faire le bien de l’humanité, en sont le fossoyeur : parce que détournées de leurs objectifs initiaux, pour en réalité servir les intérêts des banquiers et des multinationales.

Sous couleur de "civilisation", de "modernité", les néo-cons aux commandes du monde, aujourd’hui, de Bush-Cheney-Mac Cain bientôt, à Sarkozy-Kouchner-Strauss-Kahn, installent la barbarie, une barbarie que même le Moyen Age n’a pas connue.

Une caractéristique de la nouvelle donne mondiale, est en effet l’eugénisme cher aux Hitlériens, et si fatale aux Tsiganes (la moitié d’entre eux !), aux Juifs (le tiers d’entre eux !), aux Témoins de Jéhovah, aux personnes handicapées, aux homsexuels...

Aujourd’hui, en effet, s’installe sournoisement, lentement mais sûrement, une espèce de hierarchisation entre les individus : ceux qui peuvent se payer les dépassements d’honoraires médicaux de plus en plus en vogue, et ceux qui sont écrasés par les franchises ; ceux qui cumulent des emplois ou cumulent les heures supplémentaires - de gré ou de force - et ceux qui sont privés d’emplois en particulier du fait du cumul décrété par Sarkozy. Autre exemple, le plan de lutte contre les pandémies édicté par le Ministère de la Sécurité Intérieure créé par le tandem Bush-Cheney, consistant à laisser mourir les vieux, les malades, les pauvres... Voilà un autre visage de cet Occident donneur de leçons de civilisation au monde entier. Ce n’est pas Jacques Attali, cet autre grand-prêtre néo-con (version soi-disant socialiste, pour essaimer son venin au sein de la Gauche, comme Kouchner, Strauss-Kahn ou d’autres), qui dira le contraire : Il estime inévitable, à terme, l’euthanasie des retraités ! Voilà où mène la sélection des individus selon la naissance, l’argent, les dons, le pouvoir, l’ambition...

Inutile d’épiloguer, une civilisation aussi sélective et mortifère signe d’elle-même son arrêt de mort.

Et ce n’est pas sans raison que l’on s’attaque, aujourd’hui, au système éducatif. Les têtes bien faites, bien pensantes, ne sont plus la priorité ! Il faut savoir lire, écrire sans trop de fautes, compter. Le basique. Adieu, de plus en plus, à l’Histoire, matière si nécessaire pour aiguiser l’esprit critique, recul pédagogique, diminution des heures de cours, augmentation des disciplines sportives, apprentissage superficiel, suppression du samedi, ou de matières estimées secondaires... tout est fait pour dévaloriser ce secteur si dangereux pour le pouvoir. Et encourager la télé de loisirs, de jeux, de rêves, de paillettes - et les religions, au risque des sectes, afin d’accroître la soumission au Désordre établi par les psychopathes à la tête du monde.

Quand la culture perd de son influence au profit des marchands, alors le contrôle des populations est grandement facilité, avec, au bout, leur asservissement total.

Et aujourd’hui, on prépare au nom de la liberté et de la lutte contre le terrorisme, une guerre d’élimination des peuples. Pour restreindre le nombre d’ habitants, pour s’appropier les ressources des autres, pour affaiblir les Etats rivaux, pour, aussi, asseoir la sécurité et la domination d’Israël. Même au prix de l’extermination d’une grande partie de l’humanité. Même au prix de la paix des cimetières. La célébration des 60 ans de la création de l’état d’ Israël, de son existence même, dans la joie de ce peuple rescapé de la Shoah, ne sonnerait-elle pas en définitive le glas de l’humanité ? Car l’apocalypse est en marche. Lentement, mais sûrement .

Nous avons besoin de meneurs comme, en son temps, le fût le Général de Gaulle. Pour entraîner les peuples asservis. Pour dire non à l’intolérable qui se prépare. Pour s’opposer avec détermination aux projets fous, barbares, démoniaques, des psychopathes à la tête des grands pays occidentaux. Pour terrasser pacifiquement les néo-cons qui méprisent l’humanité et nourrissent des plans abominables pour elle.

Si un grand, un immense, élan mondial de tous les peuples, élan concerté, via Internet et des meneurs qualifiés, ne se dessine pas rapidement, alors oui, le pire est à craindre. Pour nous tous ! En avant, amis lecteurs, l’avenir de l’humanité et de la civilisation dépend de notre détermination à renverser les forteresses immondes !

Eva

http://r-sistons.over-blog.com


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes