La Révolution se fait (aussi) sur Internet

vendredi 6 juin 2008 / "le Patriote"

La presse papier va mal : les crises du Monde, de la Tribune le montrent bien. Le web est quant à lui devenu un formidable outil de partage de l’information pour quiconque sait chercher (et trier) les millions de sites disponibles. Il y a de tout, du bon et du moins bon, et pour tout le monde : des sites des grands médias au petit site d’information alternative, du site regroupant tous les ouvrages socialistes en lecture libre au blog personnel d’opinion. Rapide tour d’horizon. Avec l’arrivée d’Internet, beaucoup de personnes ont pris conscience que sans fonder leur propre journal, elles pouvaient enfin faire entendre leurs voix. Divers sites et blogs ont commencé à fleurir, ici et là, se proposant d’amener une information alternative ou encore une opinion dissidente.

Il y a les sites de collectifs importants comme le remuant Bellaciao qui, en plus de laisser les visiteurs publier articles et brèves au gré de leurs envies, se veut transmettre une vision alternative de notre société, par le biais du débat d’idées, allant de l’altermondialisme au renouveau de la gauche de la gauche. De nombreuses pétitions circulent sur le site (demande de libération pour Cesare Battisti, soutien à Marina Petrella etc), de même que des appels à des manifestations diverses et variées (conférence sur le droit de retour des Palestiniens, débat sur l’éducation etc).

Dans la même lignée, des sites comme e-torpedo (« le webzine sans barbelé ») ou Oulala veulent aussi faire passer une information la plus alternative possible, donnant la parole aux citoyens en publiant leurs articles, sur tout et sur rien, mais surtout sur les mouvements sociaux, les luttes et la gauche, qu’elle soit vénézuélienne ou européenne. Il y a aussi le genre plus « journalistique » mais tout autant citoyen et militant, avec des sites comme Le Grand Soir, Contre Info, Alter Info, ou encore le très connu Réseau Voltaire. Les articles sont ici faits par des professionnels du journalisme ou encore des spécialiste. Ils sont donc plus fouillés, mais veulent atteindre le même but : sensibiliser et mobiliser l’opinion publique. Le principal angle est l’international, avec les diverses guerres en cours, les relations diplomatiques ou géopolitiques. De tels sites feront parler l’opinion dissidente, sortiront l’information « oubliée » et mise de côté, chroniqueront les livres passés inaperçus, ou feront l’interview de personnalités contestataires tels Noam Chomsky (Dominer le monde ou sauver la planète : l’Amérique en quête d’hégémonie mondiale), Marwan Bishara (Israël/Palestine : la paix ou l’apartheid) ou encore Ilan Pappé (Le nettoyage ethnique de la Palestine).

Même la critique des médias ne passe pas à la trappe. Certains sites ne traitent d’ailleurs que de ce sujet, comme l’incontournable Acrimed (Action-Critique-Médias). Dans le même style, le satirique Le Plan-B commence à faire parler de lui. En plus d’être disponible sur le web, ce bimestriel est aussi en vente dans toutes les bonnes presses, au prix de 2 euros.

« Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire ! »

(Devise de Bellaciao)

Loin des chemins tout tracés, cette multiplication de sites citoyens montre bien un réel mécontentement populaire (ou une perte d’illusion) face à la presse en général. Aujourd’hui, tout le monde est prêt à avouer « que la presse ne dit pas tout », que certains faits sont cachés, tronqués etc. Ces sites en seraient l’alternative ? D’ailleurs on peut noter que dans un style plus « lisse », de nombreux nouveaux médias font leur apparition, la plupart du temps fondés par d’anciens rédacteurs en chef de grands quotidiens nationaux, pour eux aussi « révolutionner la presse » et la sortir de la crise dans laquelle elle se situe actuellement. Evidemment le but recherché ici n’est pas le même, mais le côté moins militant touchera plus facilement les masses.

Diverses autres initiatives sont à noter, même si elles restent quelque peu inclassables. Il y a par exemple Rezo (Le portail des copains), qui tente de regrouper les meilleurs articles parus sur la toile. Il y a aussi Mondialisation (ou le Centre de Recherche sur la Mondialisation), qui veut « Bâtir une archive d’articles d’analyse ainsi que de nouvelles qui sont à peine couvertes par les grands médias. » Le travail du CRM est fortement reconnu par les journalistes et diverses institutions. Notons aussi le Centre de Média Indépendant (Indymedia) présent dans la plupart des grandes villes du monde, où chaque « correspondant » peut poster une dépêche ou un article sur le site.

Mais l’alternatif ce n’est pas que l’écrit : si peu d’initiatives sont connues en matière de média télévisuel (a part la Télé Libre), celles du son commencent à se développer. On peut noter par exemple Daniel Mermet (Là-bas si j’y suis sur France Inter) qui met en ligne bon nombre de ses archives à disposition, et gratuitement ; ou encore Arrêt sur image qui est désormais visible seulement sur Internet, mais par abonnement. Le web emmène un renouveau certain dans la citoyenneté, et en particulier dans la jeunesse. Si tous n’étaient pas prêt à franchir le pas en poussant la porte d’une association, tous sont prêts aujourd’hui à entrer l’adresse d’un site internet dans leur navigateur préféré, voire à contribuer à celui-ci. L’envie reste la même : faire bouger les choses. Au vu des problèmes que rencontre notre société actuelle, le changement futur (et non pas la Rupture d’un certain président) viendra du Net. Idées, propositions et autres foisonnent dans un débat bouillonnant. Reste à voir si du partage via les ordinateurs, les gens termineront sur le terrain ; et surtout, si les idées mises en place pourront prendre formes.

Th. C.


 
P.S.
 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires
  • > La Révolution se fait (aussi) sur Internet 9 juin 2008 08:54, par Serge Portejoie

    Oui, il y a des alternatives d’informations et d’échange sur la toile. Ce site en constitue la preuve. Bien entendu aussi, sur la toile, on peut y trouver le meilleur, le farfelu ou le pire.

    Toutefois, je mets quelques bémols, En effet, je constate souvent que des « passionnés » de la toile (ce n’est pas une critique) s’expriment sur plusieurs sites à la fois ce qui diminue quand même la diversification des opinions.

    Enfin, la censure peut exister aussi dans ces sites. J’en ai eu l’expérience lorsque j’ai proposé un article sur l’un de ces sites. Il me semble en avoir deviné la raison, j’avais nommé un nom (parmi d’autres), dans un sens critique, d’une responsable politique. Hors, le site était alors installé dans les locaux gérés par le parti de la responsable politique en question. Le site ayant changé d’adresse, aujourd’hui, pour le même article, je ne serais vraisemblablement pas censuré.

  • > La Révolution se fait (aussi) sur Internet 9 juin 2008 17:26, par pierrot

    Bonjour,
    alors histoire d’en rajouter... Il y a aussi "Ecran d’Arrêt" :
    ecrandarret.org

    Ecran d’arrêt est une structure indépendante défendant la liberté d’expression audiovisuelle, issue de la dissolution de Zalea TV en septembre 2007.

    Elle a notamment participé aux Etats Généraux pour le Pluralisme dans les médias, dont vous pouvez trouver la déclaration finale de la deuxième session ici

    Vous trouverez d’autre part les vidéos des interventions de Henri Maler (ACRIMED) et Boris Perrin (Convergence des médias du tiers secteur) sur cette page :
    "Pour un pôle public et associatif des médias sans but lucratif"

    ...ainsi qu’une intervention de Denis Robert, sur celle-ci :
    "Informer contre toutes les censures"

    ... et pas mal d’autres choses !

    Voir en ligne : Ecran d’Arret

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes