Communiqué de presse

La situation dans les hôpitaux est intenable et insupportable

L’AP-HP ne sera pas un nouveau Carhaix. Pour fonctionner et pouvoir soigner les malades, il faut l’arrêt des plans d’économies, la restitution de tous les postes supprimés, le comblement des postes vacants, l’ouverture des concours et des commissions de sélection à la hauteur des besoins, la titularisation et l’intégration des contractuels dans le statut,... et l’embauche de personnels de toutes catégories.

C’est pourquoi, les syndicats centraux CGT, FO, SUD, CFDT et CFTC de l’AP-HP appellent les personnels à se réunir dans les établissements avec les syndicats, à continuer de rassembler les besoins en effectifs, à organiser des délégations auprès des directions d’hôpitaux pour obtenir des réponses aux revendications.

Déclaration des syndicats centraux CGT, FO, SUD, CFDT et CFTC lors du rassemblement organisé le vendredi 13 juin 2008, jour du Conseil d’Administration de l’AP-HP

La situation dans les hôpitaux est intenable et insupportable. Les hôpitaux sont confrontés aux plans de retour à l’équilibre et aux suppressions d’emplois : en 2007, 43,4 millions d’euros d’économies réalisées soit l’équivalent de 2100 postes et pour 2008 il faut réaliser 45 millions d’euros d’économies è à l’EPRD (Etat Prévisionnel des Dépenses et des Recettes) et la mise en oeuvre de la tarification à l’activité à 100% : la baisse de 3,7% des tarifs au 1er janvier 2008 va engendrer une non recette de 127 millions d’euros è à la nouvelle gouvernance, aux pôles qui généralisent la mobilité et la flexibilité horaire et les suppressions de postes par le biais des mutualisations è au rapport Larcher qui propose de destructurer notre système de santé en territoires de santé dont la conséquence majeure serait la fin de l’unicité de l’AP-HP et des garanties statutaires des personnels

Toutes ces mesures concourent au démantèlement des hôpitaux, au Statut des personnels et leur mise en œuvre a des conséquences dramatiques tant pour les personnels que pour les malades et la population.

C’est le manque de personnels dans tous les services, ateliers, bureaux,...

è 3500 postes vacants non pourvus è le non remplacement des départs à la retraite pour toutes les catégories è la diminution du nombre de postes ouverts aux concours alors que les agents sont sur des postes vacants è la suppression des postes statutaires et la généralisation des emplois contractuels dont on ne renouvelle pas le contrat au bout de 3 et 5 mois et qu’on refuse d’intégrer à l’AP alors que l’on a besoin d’eux pour faire tourner les services (en 2007, il y a eu plus de 18% de CDD par rapport à 2006 et cela équivaut à 3366 emplois en année pleine) è 1,5 millions de jours que l’AP-HP doit aux agents soit l’équivalent de 6 à 7000 postes.

Dans tous les services, les personnels sont au bord de la rupture, voir déjà en rupture, du fait de ce manque de personnels organisé, aggravant par là même leurs conditions de travail et destructurant encore plus leur vie de famille déjà bien malmenée ( mise en place de la grande équipe, non respect des 12 heures entre chaque prise de service, horaires décalés, report des congés annuels, RS, RTT,... suppression des repos, ... changements d’horaires, de roulement,...).

La Direction Générale de l’AP-HP nous explique qu’elle a du mal à recruter des personnels infirmiers. Doit-on rappeler qu’en 2007, pour les 7300 jeunes qui se présentaient au concours d’entrée des IFSI de l’AP-HP, il n’y avait que 2200 places ?

Sur les 3500 postes vacants du tableau des emplois de la Direction Générale, il y a 400 postes d’agents hospitaliers, 320 postes d’aides-soignants, 600 postes administratifs,... Et il y aurait des problèmes de recrutement ! Non seulement, on n’embauche pas dans ces catégories mais la Direction Générale a donné comme ordre de ne plus renouveler les contractuels notamment AS et AH au-delà des 5 mois.

Comme l’a déclaré un cadre de santé : « ça fait un moment qu’on tire la sonnette d’alarme. En tant que cadre, on n’en peut plus, le contexte est peut-être difficile mais cela n’explique pas tout. On nous demande de faire l’activité mais on n’a pas les moyens en personnels ; de plus, on nous enlève les AS en CDD alors qu’on nous en avons besoin. Comment on fait ? Les personnels s’épuisent,... ? »

Une infirmière : « nous avons des patients très lourds. Sur les 10 lits, 6 sont ouverts car il n’y a pas d’IDE. On fait le nursing et les soins techniques mais après qui s’occupe des soins quotidiens ? Il y a maintenant des chocs septiques qu’on n’avait pas auparavant. On fait des entrées en fonction des IDE présentes. On ne prend pas ou on décale nos repos pour ne pas laisser notre collègue seule avec les malades ». La situation décrite par cette infirmière, c’est ce que nous vivons tous les jours. Il en est même dans les bureaux, les ateliers, laboratoires,... la situation est catastrophique dans tous les services, on ne peut plus assurer nos missions.

Et cet été, ce sera pire pour les malades et les personnels du fait de la diminution de 25 à 50% des mensualités d’été. Combien de lits vont être fermés ? Comment vont être pris en charge les patients ?

Comme l’a dit un directeur à une délégation des personnels : « si je n’ai pas de personnels, je ne pourrais pas ouvrir les lits et faire l’activité qu’on nous demande. Je ne prendrai pas le risque de placer des malades dans des lits sans personnels. Si on ne fait pas d’activité, on n’aura pas de moyens en personnels et je serai contraint de fermer des lits. Au dessous d’un certain nombre de lits, l’hôpital fermera ». N’est-ce pas la même situation dans tous les hôpitaux ?

Aujourd’hui, nous assistons à une entreprise de démantèlement des hôpitaux comme c’est le cas aujourd’hui avec l’hôpital de Carhaix. Il s’agit de l’existence même des hôpitaux de l’AP-HP et de nos emplois.

L’AP-HP ne sera pas un nouveau Carhaix. Pour fonctionner et pouvoir soigner les malades, il faut l’arrêt des plans d’économies, la restitution de tous les postes supprimés, le comblement des postes vacants, l’ouverture des concours et des commissions de sélection à la hauteur des besoins, la titularisation et l’intégration des contractuels dans le statut,... et l’embauche de personnels de toutes catégories.

C’est pourquoi, les syndicats centraux CGT, FO, SUD, CFDT et CFTC de l’AP-HP appellent les personnels à se réunir dans les établissements avec les syndicats, à continuer de rassembler les besoins en effectifs, à organiser des délégations auprès des directions d’hôpitaux pour obtenir des réponses aux revendications.

CONTACT PRESSE : FORCE OUVRIERE : 06.83.44.66.77 CGT :01.42.08.82.14 CFDT : 01.40.27.51.98 SUD : 01.45.59.35.01


 
 
 
Forum lié à cet article