{id_article}
 

De l’insécurité comme une denrée rare mais qui peut se multiplier !

« Tiens, v’la le retour de l’insécurité ! » aurait-on pu lancer ce lundi matin à la reprise du boulot. Ben, oui mon colon, que de drames tout à coup !

Après l’avoir carrément mise en veilleuse dans les semaines et les mois qui suivirent le sacre de Jaques Napoléon-Chirac ; après avoir consacré la majeure partie de ses journaux télévisés à vanter les mérites de notre onguent raffarinesque national ; après avoir épousé la cause individuelle ou collective des nouveaux ministères ; après avoir suivi pas à pas le plus grand flic de petite taille de France et loué sa force et son courage et son intrépidité et son éloquence et son talent de négociateur et sa propension à occuper tous les fronts et j’en passe et des meilleures, TF1 [1], relais d’Etat, redécouvre la sordide réalité de la France profonde, puisque d’en bas. [2] Si l’on veut être objectif, il convient de remarquer que les autres chaînes publiques ne sont pas restées en retrait. [3]

Que de carnages, de crimes racistes, d’agressions homophones, de chauffards ! On dirait que la providence, qui a l’art de se manifester toujours au bon moment, exhibe soudain un concentré de ce que l’Homme porte de plus sordide en lui.

Et ce n’est pas tout, le bas peuple, jeune, basané et oisif, de préférence, s’adonnerait à nouveau à son sport favori : l’incendie volontaire et hasardeux de voitures automobiles !
Damned ! une recrudescence soudaine ? Oui, oui, oui ! clament à l’unisson les voix cathodiques ! Oui, oui, oui, placardent les quotidiens en emboîtant le pas ! [4]
A l’inverse , la France d’en haut, celle des Melanchon, Chirac, Juppé, Strauss-Khan et la liste est longue ne traîne plus sa ribambelle de gamelles. La télé lave plus blanc et cette purification est d’autant plus réussie que l’on s’approche de l’Elysée.

« C’est à nouveau la chienlit ! » pense le citoyen lambda en regardant fumer une année de salaire au pied de son immeuble délabré mais néanmoins à loyer modéré. Et il renchérit : « vive Sarko ! Les salauds au gnouf et les putes au milieu ! »
Et soudain, pour lui, cette loi liberticide dont les médias nous énumèrent avec force iconographie le détail lui paraît être nécessaire, urgente, obligatoire, inespérée.
Cette loi qui de 79 articles tous plus répressifs les uns que les autres passe à 59, avec l’aide du Figaro et du Monde, grands amateurs de fuites organisées.

Pourquoi ne pas avoir gardé la totalité se dit le citoyen ci-dessus ? Qu’on en finisse une bonne fois pour toutes avec les tziganes, les voyous, les filles de l’Est, les pédés, les lardons qui sèchent l’école et qui fument des joints chez eux ou en voiture. Qu’on en finisse avec cette voyoucratie et cette permissivité qui lui pourrissent sa petite vie de banlieusard perfusé au Pernaud – non, pas le jaune, celui de TF1 ! Qu’on en finisse enfin et que ce gouvernement, porté par cet « homme du peuple » qu’est notre Raffarin-du-Poitou à tous, finisse le boulot commencé par Le Pen. Oui, qu’on en finisse lance-t-il au Café du Commerce, sous les acquiescements unanimes !

Et ils sont, à en croire les sondages, 72 % à le penser, aussi, très fort.
Quatre français sur six donnent raison à Sarko ! Tout est dit. La France a définitivement basculé à la droite de la droite et la déconfiture des Mégret n’a même pas soulevé le moindre enthousiasme, au moins de façade, auquel aurait pu s’attendre en pareille circonstance tout homme sensible aux valeurs humanistes.

Où êtes-vous les jeunes de l’entre deux tours ?

La France est en train de mourir de honte, de peur et d’ignorance peut être, aussi.
Vive Bouygues et sa perfusion vespérale ! Vive Raffarin, Sarkozy et accessoirement Chirac & family. [5]

« Tout ça pour ça ! » m’a dit un jour un vieux syndicaliste se remémorant les grèves de 36.
« Tout ça pour ça ! » marmonne le mitterrandien de 82.
« Tout ça pour ça ! » répète le manifestant du 1er mai 2002.

Oui, tout ça pour ça. La gâchis est immense ou bien l’homme n’a pas encore atteint sa maturité.
C’est selon camarade.


Notes

[1Le 20 heures de TF1 avoisine les 40% d’audience !

[2La phrase est longue mais elle est à l’image de la lourdeur de la chaîne précitée. NDLA.

[3« Le Canard Enchaîné » nous apprend « que ces trois chaînes ont traité 158 fois de l’insécurité en septembre 2001, contre 66 fois seulement en septembre 2002. Comme si la délinquance avait baissé de 60 % en un an… »

[4Les statistiques, toujours selon « Le Canard », démontrent qu’en la matière, les incendiaires font preuve d’une redoutable constance en décalage avec le silence médiatique.

[5Il est utile de préciser que pour l’élection d’un Chirac vous en avez eu trois qui s’occupent de diriger la France, ce qui relativise la portée des 82 %. Divisés par trois, nous voilà donc plus près de la réalité historique.


 
P.S.

Illustration : René BALME

 
 
Forum lié à cet article

3 commentaires
  • > De l’insécurité comme une denrée rare mais qui peu 10 octobre 2002 18:52, par Paquita

    Evidemment, il y a ceux qui, après avoir vu le 20h, sont pour la fameuse tolérence zéro (et qui le regretteront quand il se feront prendre en exces de vitesse). Qui pensent que si on en parle plus, c’est que cela arrive plus et qui sont pour la répression, pour "les calmer", parce que, disent-ils, "quand on voit ce qui se passe"... et ils l’ont bien sur TF1 ou sur M6.

    Mais il y a en un sens plus grave : des gens qui tiennent le même genre de discours sur la violence et l’insécurité, influencés eux-aussi par la télévision (ou autres médias). et si vous leur parlez des médias, ils seront les premiers a dire qu’on met l’insécurité en avant pour nous faire peur.
    C’est plus grave, parce que ces gens ont dans leur discours une vision qu’ils n’appliquent pas, puisque tout en critiquant le phénomène ils s’y laissent prendre. Et sont certains de ne pas être manipulés, puisqu’ils ne se rendent pas comptent que le regard critique de leur discours disparaît devant les images.

    Après jean qui pleure et Jean qui rit, Jean qui pense et Jean qui gobe...

  • > De l’insécurité comme une denrée rare mais qui peu 20 janvier 2003 23:29, par koglinslaws

    Mais qui êtes vous pour parler au nom de tous les jeunes qui ont manifesté dans l’entre deux tours ? Je me sens obligée de réagir.
    J’ai moi-même manifesté dès le soir du 21 avril (je n’avais pas voté car je n’étais pas encore majeure). Cela ne m’empêche pas d’approuver l’action de Sarkozy.

    Tous les jeunes qui ont manifesté ne sont pas forcément des gauchistes opposés à sarkozy. Personnellement, je suis de droite et je me sentais tout à fait à place dans ces manifestations. Ce qui nous réunissait, c’était l’opposition à Le Pen.

    Et contrairement à ce que vous laissez entendre, Sarko n’a rien à voir avec l’extreme droite.
    Confondre ainsi droite républicaine et extreme droite finira par aboutir à des catastrophes.

    Heureusement que les français n’ont pas pensé comme vous le 5 mai.

    Voir en ligne : sarkozy

    • > > De l’insécurité comme une denrée rare mais qui p 21 janvier 2003 10:41, par Lestrade

      Je suis. Et à 50 ans passés, je pense pouvoir parler au nom d’un certain nombre de personnes et donner un point de vue qui, je le regrette, ne correspond pas au votre.
      Puisse votre hsitoire d’amour avec Sarko durer très longtemps.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes