Marina Petrella, justice de classe.

Marina Petrella est "soignée et bien soignée" a déclaré Rachida Dati, et elle poursuit "Les conditions de détention sont équivalentes et les soins qui peuvent être prodigués en Italie sont similaires à ceux qui peuvent être prodigués en France". Quand on sait que selon son médecin traitant elle est "en danger de mort", qu’elle est en grande "dénutrition", ayant perdu 20% de son poids depuis son arrestation et pesant aujourd’hui 39 kg, on ne peut que s’interroger sur la qualité des soins dont nous parle Rachida Dati. Mais au delà de son cynisme cette déclaration est surtout une manière de réfuter la demande d’application de la "clause humanitaire", prévue par la convention européenne d’extradition de 1957. En effet la possibilité de refuser l’extradition est liée à un aggravement de la situation de la personne extradée, aggravation niée par Rachida Dati dont nous ne connaissions pas encore les compétences médicales.

Aucun argument n’aura donc été épargné, tour à tour par Nicolas Sarkozy et Rachida Dati pour justifier cette décision d’extradition.

Nicolas Sarkozy évoque l’absence de base légale à la doctrine Mitterrand, François Mitterand alors président de la république s’était engagé à ne pas extrader "les réfugiés italiens qui ont participé à l’action terroriste avant 1981...ont rompu avec la machine infernale dans laquelle ils s’étaient engagés, ont abordé une deuxième phase de leur propre vie, se sont inséré dans la société française". Il est tout de même surprenant que cette absence criante de base légale n’ait été découverte que si tardivement. Elle a engagé la France pendant trois septennats, soit deux présidents de la République, et neuf Premiers ministres. Et même le porte parole du gouvernement Balladur de 1933 à 1995 ne l’a pas dénoncée, .il s’appelait Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy oublie de mentionner par contre que Marina Petrella a été jugée selon les lois “ spéciales ” de l’Italie des années de plomb avec ses tribunaux spéciaux et ses procédures dénoncées par de nombreuses associations de défense des droits de l’Homme.

Enfin Nicolas Sarkozy ne s’émeut pas du cynisme de son ami Silvio Berlusconi. Alors qu’il réclame l’extradition de Marina Petrella et refuse toute amnistie, Silvio Berlusconi vient de faire voter une loi lui accordant l’impunité et suspendant son procès en cours pour corruption de témoin, pour des faits beaucoup moins anciens.

La justice de classe se porte bien !

Marina Petrella doit être libérée.

Le 24 juillet 2008

Jean-Michel Arberet
Conseiller municipal d’Arcueil
Partenaire du groupe communiste


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes