Heil Merkel ! Russland über Osteuropa

La poigne fanfaronne d’Angela Merkel, jouant les dames de fer au nom de l’union européenne et de l’Otan, nous paraît carrément de la bravade d’un pays fier à bras faisant excès de zèle pour se faire une place à l’Onu. L’Allemagne qui a été longtemps mise au ban de l’international diplomatique et militaro-stratégique, se veut aujourd’hui à l’avant-garde de l’Otan et de ses prérogatives contre une puissance militaire comme la Russie. Mais, au-delà du verbiage des déclarations tape à l’œil pour la presse et le populo, par-delà le trompe l’œil des apophtegmes de principes, nul ne peut, à moins d’être totalement dupe, oublier que l’Otan, organisation militaire étasunienne en Europe de l’est, n’est pas de la diplomatie, c’est déjà de l’agression froide contre la Russie. Agression qui peut toujours devenir chaude selon les occurrences conflictuelles ultérieures.

Merkel nous parle de « crédibilité de la Russie », se jouant en Géorgie dans la promesse de départ de l’armée russe en dehors de celle qui sécurise l’Ossétie du Sud ; la même mamy Merkel nous raconte aussi péremptoirement que la « Géorgie fera partie de l’Otan » ! Comme si par des manières bêtement cavalières, l’Allemagne veut revenir à la proue de la diplomatie onusienne ainsi qu’on entre en guerre. Tel un réflexe « deutsch über alles », Merkel ose aujourd’hui faire le chef, "crânant" ridiculement une puissance de mot à défaut d’une puissance de fait ! Si un tel désordre se produit (je cite l’intégration de la Géorgie dans l’Otan) alors tout sera permis à l’armée russe et je ne donne pas cher de la paix dans le monde au 21ème siècle. L’Allemagne battra-t-elle encore le triste privilège d’être l’instrument de la belligérance otanienne après avoir été la puissance des deux guerres mondiales du 20ème siècle ? On sent chez Merkel, le bellicisme allemand des temps qu’on croirait révolus. Car faut-il se rappeler que l’Otan est en soi au-delà de la diplomatie parce que force d’affirmation de la prédominance des É.U. et de leurs alliés par le militarisme. Les propos de Merkel sonnent éhontés comme une palilalie répétant au monde la litanie agressive du Département d’État ! Quant au prétexte moral signifié à la Russie par les deux superfemmes Merko et Condo, disons que l’enjeu est faussé au départ car la Russie réhabilitée dans sa puissance et sa prépondérance n’acceptera plus les empiètements territoriaux de l’Otan en Europe de l’est, lequel Otan sous la menée des É.U, pays menteur et ne vivant que du mensonge, l’on connaît le cas de l’Irak, viole l’engagement qu’il avait pris de ne pas s’étendre à l’est lors où l’Allemagne réunifiée fut acceptée en son sein contournant alors selon justement la promesse susdite de l’Otan, le droit de veto de la Russie acquiesçant son acceptation.

Quand la méthode du mensonge prime à l’ouest, quand tout est matoiserie et baragouin pour la presse de propagande dans les pays de l’Otan, la Russie n’est nullement tenue de respecter de prétendues promesses faites à l’autre. L’union européenne, fragile d’ailleurs en ses structures, n’a pas de crédibilité dans la diplomatie avec la Russie car elle tout inféodée par l’Otan et son maître que sont les Etats-Unis. Nul ne peut donc blâmer la volonté des russes d’établir une géostratégie qui garantisse les intérêts de superpuissance militaire et de nouveau pôle économique de la Russie. Signe des temps, l’extrémisme hégémonique des États-Unis, le chef de file de l’Otan, a choisi la Pologne, pays qui a rejeté l’Europe pour installer des antimissiles. Preuve que l’union européenne a une légèreté de paille dans la soi disant diplomatie otanienne. Ailleurs, nulle connerie pseudo-moralisatrice - fut-elle de la souveraine du quatrième Reich A. Merkel utilisée vulgairement comme kapo des basses œuvres étasuniennes ou de C. Rice, sherpa diplomate de W. Bush, toutes deux évoquant la réputation de la Russie - n’a le pouvoir de désarçonner la légitimité ni de ternir la moralité des intérêts russes en Europe de l’est. Il s’agit ici de force que nos deux manipulatrices voudraient faire croire diplomatie. De fait, ni l’Allemagne, ni les Etats-Unis n’ont la moralité ou la dignité éthique pour faire la leçon aux russes. L’Allemagne demeure une puissance belliciste qui se souvient nostalgiquement du passé de ses horreurs agressives et crie qu’elle les a dépassées ! Les É.U sont le bourreau meurtrier de l’autodétermination des peuples. Alors que la politique de la Russie est une de défense, ce qui lui exige à investir ses forces géostratégiques de protection de son territoire dans la région d’Europe de l’est envahie par l’Otan malgré les promesses contraires de celui-ci, la politique de l’Otan est une d’agression qui ne fait que représenter une menace des Usa et de leurs larbins contre le territoire russe. Quand on sait que Géorgie faisait partie de la Russie et la Pologne, de l’ex pacte de Varsovie, l’on peut aisément comprendre la légitimité de l’action militaire russe en comparant ce qu’un Québec accédant à l’indépendance deviendrait contre les Etats-Unis si d’aventure, le gouvernement dudit Québec souverain, acceptait de devenir l’hôte militaire de la Russie ; ou encore, ce qu’un Canada retourné contre les É.U représenterait comme menace contre son voisin s’il se faisait hébergeur d’antimissiles russes sur son territoire ! Les choses ainsi comprises, les alliés des Etats-Unis peuvent simuler une morale patibulaire de pacotille et de rouerie pour diaboliser les russes, les partisans d’un vrai nouvel équilibre militaire du monde et d’un pôle armé fort contrebalançant les Etats-Unis, ont intérêt à appuyer la Russie. C’est l’absence de ce pôle qui a permis les abominations bushiennes de l’Irak et toutes les menaces de la bête féroce sans domptage que représentent les É.U. non contrebalancés contre la paix dans le monde. De la chute de l’Urss à nos jours, les É.U n’ont en effet, entrepris que de menacer, de frapper, d’exterminer les états moyens et leurs citoyens dès qu’ils le pouvaient sous toutes sortes d’allégations fallacieuses sans que personne ne crie gare. La Russie pour le militarisme et la Chine pour l’économie sont, malgré leurs multiples imperfections morales ou autres, des forces proches des pays périphériques et des peuples broyés par les menées impérialistes bellicistes de l’Occident et la haine de la ploutocratie mondiale pro-étasunienne contre l’émancipation des peuples tels les palestiniens et les boliviens...

Führer Merkel, braille, braille encore et encore comme tu veux, le quatrième Reich allemand pro-étasunien et nouvellement complice des sionistes opérant en Géorgie au nom des É.U, bien plus qu’au temps de Joukov pulvérisant Von Paulus et le troisième Reich, marchant sur Berlin et forçant Hitler à s’expédier ad patres, tu dois convenir malgré toi - en soliloquant au fond de toi quoiqu’en braillant le contraire - que géopolitiquement et légitimement : Russland über Osteuropa !

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE


 
 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires
  • > Heil Merkel ! Russland über Osteuropa 1er septembre 2008 22:29, par Jean-Louis Caubin

    Monsieur,
    Je suis convaincu de la justesse de votre analyse sur les rodomontades de la chancelière allemande contre la Russie. Nul doute que dans l’esprit de notre peuple la russophobie des dirigeants allemands et Français procède d’une rancœur pathologique de ces catastrophes que furent pour les impérialismes, la retraite de Russie et la défaite de Stalingrad préludes à l’irruption des cosaques sur les Champs Elysées et à la porte de Brandebourg. En plus votre propos est plein d’humour et j’ai appris deux termes "apophtegme" et "palilalie" ce dont je vous remercie.
    Je vous prie de croire en mes sentiments les meilleurs,
    Jean-Louis Caubin

  • > Heil Merkel ! Russland über Osteuropa 4 septembre 2008 16:06, par CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

    Cher Monsieur Caubin,

    Je vous remercie de votre aimable courriel. Je ne peux que me réjouir si mon texte vous a plu ou même enrichi. Voyez m’en ravi. Ce n’est là que ma très infime part à l’interrogation libre des choses et situations qui nous concernent tous.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes